[Projet de classe] School days with a pig ブタがいた教室

Publié le 17 Mars 2021

School days with a pig est un film intéressant et attachant qui aurait néanmoins mérité qu'on en retire un peu de gras.

 

 

 

Sorti en 2008

Dure 1h49

Réalisé par Maeda Tetsu

Ecrit par Kuroda Yasushi & Kobayashi Hirotoshi

 

Avec :

Tsumabuki Satoshi : Pr. Hoshi

Harada Mieko : Takahara

Osugi Ren : Nishina

Amari Haruna : Amari Hana

Etc

 

 

Dontesque ?

Un jeune professeur propose une drôle d’expérience à ses jeunes élèves : élever une jeune truie tous ensemble, dans le but de la manger plus tard, l’idée étant de faire réfléchir les enfants à ce que cela signifie de manger des êtres vivants.

 

 

oOo

School days with a pig n’est probablement pas un film que j’aurais regardé de moi-même, mais il y a Buki dedans, donc projet Buki oblige, il était sur ma liste de choses à voir. Et je m’attendais pleinement à un mix de Babe et Sayonara, Kuro. Quelque chose de doux, joli et mignon mais un peu mélancolique où le cochon mourrait probablement à la fin, mais pas de manière trop triste, juste parce que c’est la vie, c’est comme ça. Voilà ce que je pensais trouver dans School days with a pig, donc imaginez ma surprise lorsque le film s’ouvre sur le cochon (une truie, en vérité), nommé P-Chan, trottant gaiment jusqu’à une salle de classe dans laquelle les élèves sont en train de débattre de si oui ou non il faut tuer P-chan pour la manger. Puis le film revient en arrière au moment où le professeur principal de cette classe (interprété par Buki) ramène la petite truie, alors âgée de deux mois, et présente son projet à ses élèves : élever la truie et la manger à la fin de l’année scolaire. Ô joie.

 

Basé sur une histoire vraie, School days with a pig n’est pas exactement Sayonara, Babe (encore que…). A la place, dans l’histoire vraie (et dans le film) le professeur entendait faire réfléchir ses élèves à ce que ça signifie de manger des êtres vivants. Pas pour les en dissuader, mais plus pour leur faire faire le lien entre l’animal et la viande dans leur assiette, et leur apprendre à respecter la vie qu’ils consomment. Et le film entend nous faire réfléchir aux mêmes choses. 

 

Bien sûr, on a quand même droit à plein de mignonnerie, et j’ai trouvé que le film était très agréable à regarder, d’un point de vue esthétique. Il est très coloré, et a énormément de charme. Il s’en dégage un sentiment à la fois de simplicité et de légèreté qui met du baume au cœur. C’est le genre de petit film qui saisit la joliesse tranquille des jours qui passent, et si je n’ai pas particulièrement accroché à la musique, elle aussi est porteuse de légèreté et enjouement. Les enfants s’amusent clairement à élever P-chan quotidiennement, et c’est ce sentiment de quotidien agréable et heureux que le film saisit très bien. Par ailleurs, puisqu’on en parle, les enfants sont adorables et les acteurs s’en sortent généralement très bien, donc il y a de quoi faire des « aw » devant l’écran (perso c’est quand on rencontre les plus petits, ceux des classes d’en dessous, que j’ai senti mon cœur de pierre s’attendrir et faire « awwww ils sont tout petiiiiits »… je veux pas d’enfants mais ils sont choupis, okay ;;). Buki n’est bien sûr pas en reste : c’est un acteur qui attire naturellement la sympathie et il est très bien dans le rôle du jeune professeur qui commence tout juste à enseigner et veut sincèrement apprendre quelque chose à ses élèves, même s’il n’a pas exactement fignolé les détails. Il y a une bonne dose de naïveté dans le personnage : l’expérience lui échappe d’une façon à laquelle il ne s’attendait pas et je trouve ça incroyable, justement, qu’il ne s’y soit pas attendu. Il a décidé de faire élever un adorable porcinet à ses élèves… et ne s’attendait pas à ce que ceux-ci veuillent donner un nom à l’animal puis s’y attachent ? Wtf ? Pour autant, le personnage n’est pas agaçant, et on se prend rapidement de sympathie à son égard.

 

Et puis, évidemment, P-chan apporte au facteur « choupi » tandis qu’on la regarde grandir, le film nous montrant la façon dont elle partage et embellit la vie des enfants, histoire qu’on voie bien que P-chan est un être vivant et qu’on s’y attache, pour qu’on ressente mieux la difficulté de la question qui, inévitablement, se pose lorsque les jours des enfants dans cette école sont de plus en plus comptés et que, en conséquence, les jours de P-chan, tout court, se retrouvent potentiellement comptés aussi.

 

Et bien sûr, c’est un crève-cœur pour tout le monde de devoir choisir, parce que ces enfants ont élevé P-chan. Ils ont bossé très dur : ils ont construit sa maison, ils l’ont nourrie, ils ont nettoyé ses excréments. Et puis ils ont grandi avec P-chan, ils ont un lien avec elle. En particulier, le film met l’accent sur Hana, une petite fille qui vient d’arriver dans l’école au début du film et est trop timide pour bien s’intégrer (son isolement étant symbolisé par le fait qu’elle continue de porter l’uniforme de son ancienne école), mais qui trouve sa place parmi ses camarades en s’occupant de P-chan, à laquelle elle s’attache particulièrement, la dessinant avec des ailes comme si elle était son ange gardienne personnelle.

[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室
[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室

Donc forcément, le simple fait de débattre de s’ils vont manger P-chan ou pas est douloureux. Mais s’ils ne la mangent pas, alors quoi ? Qu’est-ce qu’ils vont en faire ? C’est aussi une question importante et on notera d’ailleurs que moins il semble y avoir de solution à cette question, plus le nombre d’élèves en faveur de manger P-chan augmente. Pas énormément, mais il augmente.

 

Par transparence, je vous le dis : je suis végétarienne. J’étais donc clairement positionnée dans le camp « ne pas manger P-chan », mais j’ai trouvé que le film arrivait à prendre du recul et ne pas juger ses personnages ni d’un côté du débat ni de l’autre. A la fin une décision est prise, mais le film ne la présente pas comme foncièrement bonne ou mauvaise et à la place il semble adopter l’attitude du professeur qui se place en recul et laisse ses élèves discuter entre eux, s’assurant simplement que tout le monde ait droit à la parole.

 

C’est littéralement exprimé dans le film : le but de la leçon (et du film) n’est pas de donner une réponse mais de réfléchir à la question. En conséquence, je soupçonne que certains trouveront ça lâche de la part du film de ne pas prendre de position ferme. Et que d’autres diront que le simple fait de pousser les gens à réfléchir est déjà bien trop orienté pro-végétarisme, parce que c’est vrai que qui va regarder ce film et ce cochon adorable et se dire à la fin « yep, faisons en du bacon ! » ? Et clairement faire réfléchir les gens à ce que ça signifie de manger de la viande, ce n’est pas un acte neutre, mais d’un autre côté je trouve que pousser les gens à réfléchir à ce qu’ils consomment est une entreprise louable (que ce soit de la viande ou autre chose) et je ne sais pas trop comment le film aurait pu faire ça sans s’attirer des critiques de toute façon. Bref, il ne sera pas assez engagé pour certains, tandis que sa simple existence sera déjà trop engagée pour d’autres, mais en tous cas, voilà, il ne démonise aucun côté du débat, et on regarde donc débattre les enfants, tandis que plein de questions sont soulevées : qui décide du destin des animaux ? pourquoi ? si on décide de ne pas manger P-chan, parce qu’on y est attaché, alors que faire des autres animaux ? est-ce que ce n’est pas injuste de les manger eux ? etc

 

Et pendant que tout ça se déroulait, je suivais le débat mais réfléchissais également aux cochons dans le film. Il n’y a qu’une seule P-chan mais elle a été jouée par différentes truies pour qu’on puisse la voir grandir, et je me demandais ce qu’elles étaient devenues après le film ? Je suppose qu’elles vivent tous dans une ferme où Buki s’occupe amoureusement d’elles, mais je ne peux pas le confirmer. Et puis il y a des scènes où on sent vraiment qu’elles ont peur, que ces animaux sont en stress, et même si elles sont peu nombreuses, j’ai trouvé ces scènes difficiles à regarder, et me questionnais sur à quel point c’est éthique de causer du stress à ces animaux pour notre divertissement.

 

On pourrait donc dire que le film remplissait sa mission de me faire réfléchir.

[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室
[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室

Cela dit, il y a plusieurs choses qui me dérangent dans ce film. Ou, plutôt, deux choses qui m’ont laissée sur ma faim, et une qui m’a réellement dérangée.

 

Mon premier « souci » est une frustration vis-à-vis du débat qui est sans cesse ramené aux enfants et à leur relation avec P-chan. Même la décision finale se fait avec les enfants à l’esprit, alors que le débat porte quand même sur la vie de P-chan. P-chan ne peut pas parler, et elle n’a même pas conscience qu’il y a débat sur son droit de vivre ou non, mais malgré tout, c’est son existence à elle qui est en jeu. Là, c’est ma position personnelle qui parle mais idéalement le droit à vivre de l’animal devrait, à mes yeux, peser plus lourd que la relation personnelle que les enfants ont avec cet animal en particulier. Ce droit à vivre est abordé plusieurs fois, mais la discussion est sans cesse ramenée à P-chan « par rapport aux enfants » malgré tout. Cependant, je ne retiens pas spécialement ça contre le film. Ma frustration vient de ma position, et je ne pense pas qu’il y ait échec du film : School days with a pig nous propose de réfléchir, et en conséquence c’est naturel de « dépasser » le film. Le film est un point de départ, il lance le débat et après on l’a avec nous-mêmes, avec nos propres arguments.

 

Mon second souci, pardon, est un spoiler : [spoiler] je trouve que le film ne va pas au bout des choses. A la base, le deal c’était de tuer et manger P-chan, mais à la fin le débat se fait entre « confier P à une autre classe » et « envoyer P à l’abattoir et ne jamais la revoir ». Ce qui n’est pas exactement la tuer et la manger. Si le but de la leçon était de faire le lien entre l’animal vivant et la viande morte dans l’assiette, alors il manque clairement la conclusion du trajet, et à la fin les personnages décident d’envoyer P à l’abattoir mais tout ce qu’on voit c’est P être emmenée, et certes on sait où elle va, mais la scène ne serait superficiellement pas différente si on envoyait P dans une ferme à la campagne.

 

Alors bien entendu (d’autant que c’est une histoire vraie), le professeur n’allait pas tuer P-chan dans la cour de l’école avant de la faire manger aux enfants. Ca aurait été incroyablement tordu. Même si la victime principale aurait été l'animal tué, je n’imagine même pas les séquelles psychologiques sur les gosses, et je suis pro-éducation, mais la méthode aurait été cruelle. Pour les enfants, ça devait se terminer comme ça, donc, mais c’est pour nous, spectateurs, que je trouve le film incomplet. Je n’avais certainement pas envie de voir P être abattue (j’ai vu des images d’abattoirs, c’est bon, j’ai donné déjà >_<), mais on aurait pu terminer le film sur une image de viande. Histoire d’aller au bout de l’idée, de compléter le trajet, faire l’association animal/viande de façon explicite.

 

J’imagine que certains auraient trouvé ça d’autant plus « trop engagé », mais pour moi c’était juste la conclusion naturelle du film. Encore une fois, je suis influencée par ma propre position mais en même temps, on est tous influencés par nos positions et le film a beau ne pas se prononcer de façon claire, il reste politique donc il peut essayer de rester aussi neutre que possible, je ne sais pas si c’est possible de le regarder de façon neutre. [/spoiler]

 

Enfin mon troisième souci et le seul à avoir eu un réel impact sur mon appréciation du film : mon Dieu, qu’il est loooong par moments. Oui, oui, il m’a fait réfléchir et tout, mais aussi il y a des scènes qui tournent tellement en rond. Et pas « des scènes » random, mais précisément : les scènes de débat. Honnêtement, il est arrivé un stade où (pardon, P-chan) j’en étais à soupirer « bon, c’est bon là, tuez moi ce cochon fictif, histoire que ce soit fini ! ». Le truc, voyez-vous, c’est que les arguments sont vraiment à niveau « enfants », et c’est pas que je méprise les enfants du tout, d’autant qu’ils se posent des questions intéressantes, mais ça ne creuse pas non plus très loin (d’autant qu’apparemment le réalisateur a volontairement fait en sorte de ne pas scripter ces scènes pour qu’elles soient plus naturelles). Ce n’est pas un souci : c’est à nous de creuser, le film n’étant, encore une fois, qu’un point de départ et des questions posées, mais en conséquence on entend les mêmes arguments encore, et encore, dans des scènes inutilement longues et sans qu’on approfondisse. Je sentais les minutes passer, clairement.

 

 

… en conclusion

 

J’ai trouvé le film plaisant. Le casting est bon et plein de charme, la réalisation est simple mais agréable, l’idée est intéressante et le film, je pense, atteint son objectif. Mais je pense aussi qu’il est trop long, et que ses scènes de débat auraient dû soit tourner moins en rond en les scriptant plus et en poussant plus loin, soit être plus éditées pour virer le redondant (perso je pense que 1h30 de film aurait suffi). Je comprends que l’idée est potentiellement d’illustrer l’indécision des élèves qui tournent effectivement en rond parce que le choix est compliqué à faire, mais ça a surtout eu pour effet de faire sembler le film plus long qu’il aurait dû l’être. Malgré tout, j’ai aimé le film :)

[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室
[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室
[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室[Projet de classe] School days with a pig  ブタがいた教室

 

Sur ce, plus de films avec des animaux :

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :