[Parmi eux] Arsenal Military Academy 烈火军校

Publié le 30 Avril 2021

Visuellement magnifique, Arsenal Military Academy est un drama super divertissant dont j'ai adoré le groupe de personnages et les acteurs. Il ne m'a pas touchée profondément, mais je me suis énormément amusée. En 48 épisodes, je ne me suis jamais ennuyée.

 

 

Diffusé en 2019

Sur iQiyi

48 épisodes d’environ 45 minutes

Réalisé par Hui Kai Dong & Guo Hao

Ecrit par Xiao Xiang Dong Er

 

Avec :

Bai Lu : Xie Xiang / Xie Liang Chen

Xu Kai : Gu Yan Zhen

Toby Lee: Shen Jun Shan

Wu Jia Yi: Qu Man Ting

Liu Si Bo: Huang Song

Liu Run Nan : Li Wen Zhong

Wang Yi Zhe: Ji Jin

A Moon Meng: Zhu Yan Lin

Gao Yu Er: Jin Xiang Rong / Oda Hiroshi

Zhang Xin: Tan Xiao Jun

Hong Yao: Shen Ting Bai

Andrew Yin: Cheng Rui Beile

Shap Bing: Guo Shu Ting

Liu Min: Huo Xiao Yu

Etc

 

 

Dontesque ?

 

Dans une Chine au climat politique instable, une jeune femme perd le grand-frère qu’elle aimait tant. Afin de réaliser son rêve patriote, elle décide de se travestir en homme et d’intégrer l’école militaire hyper stricte qu’il visait. Sur place, elle devra faire de son mieux pour se montrer à la hauteur de l’école tout en protégeant son secret de tout le monde, professeurs et élèves, et en particulier son camarade de chambre, l’irresponsable gosse de riche, Gu Yan Zhen.

 

mdramagirl

 

 

oOo

 

Note: pour une version courte de l'article, vous pouvez lire les passages en gras et écrits plus gros. Ca vous donne un aperçu.

 

 

Introduction

 

Ambiance légère

Les personnages masculins centraux

Du ship et du joli

Admirons Qu Man Ting un moment

Les personnages féminins (dont Qu Man Ting)

Le rythme du drama

Le ton, les double-standards et le saaaang

 

Conclusion

 

 

Aujourd’hui, on s’attaque (gentiment, hein) au coup de cœur de mdramagirl, et j’étais enthousiasmée par celui-là qui était sur ma liste de choses à voir depuis un petit temps (100% à cause des costumes) et qui tombait d’autant mieux que je suis d’humeur à regarder beaucoup de dramas chinois depuis l’année dernière. Le souci étant que je les finis rarement, je les trouve souvent trop longs… mais Arsenal Military Academy est passé tout seul. Je ne me suis pas ennuyée une seconde pour le coup. Je ne parlerais peut-être pas de coup de cœur, mais c’était super fun, j’ai passé un excellent moment. Et aussi, c’était bizarre ? C’était un drôle de drama, niveau ton, et j’étais toujours tiraillée entre la gravité de certaines choses mais mon incapacité à prendre la série tout à fait au sérieux. Et c’est parce que je n’arrivais pas à la prendre tout à fait au sérieux, je suppose, qu’il n’y a pas eu de coup de cœur. J’ai adoré, je n’ai juste pas été profondément touchée….

 

Je sens qu’il va falloir que j’explique. Expliquons !

 

 

… ambiance légère

 

Je reviendrai sur le contexte dans la dernière partie de l’article mais, pour résumer, le pays est dans une situation très difficile et la réouverture de l’Académie Militaire se fait en réponse à cette époque dangereuse dans laquelle avoir des soldats patriotes bien entrainés ne serait pas du luxe. L’académie nous est présentée comme un endroit strict, où les instructeurs ne plaisantent clairement pas. Les règles sont rigides, et ne pas les respecter promet des punitions sévères. Dès l’épisode 2, on voit Gu Yan Zhen (notre personnage masculin principal) être pendu par les bras pendant plusieurs heures, être mis en isolement (dans de l’eau, en plus), puis être battu pour s’être échappé de l’isolement. Bref, ça plaisante pas.

 

Sauf que les règles sont de la blague totale ? Une des grandes règles est qu’il y a un couvre-feu et les élèves n’ont pas le droit de sortir comme ils veulent mais ils passent leur temps à sortir tranquillement, no souci. On les voit limite plus souvent dehors que dans l’académie. Ils ont des vacances souvent, font le mur sans conséquence et obtiennent quasiment toujours leurs permissions quand ils en demandent, même à la dernière minute. Pardon mais cette académie super stricte est tellement laxiste que c’en était ridicule. Un autre truc qui me faisait rire : l’héroïne avait bien sûr besoin que son secret ne soit pas découvert mais ça l’empêchait pas d’en discuter de façon bien audible sans penser à fermer les portes. Ce drama, en fait, donne le sentiment de vouloir à la fois être sérieux et à la fois être Hana Kimi.

 

Pas forcément Hana Kimi spécifiquement, mais ce genre d’histoires en tous cas. Bien sûr il y a le concept central de l’héroïne qui se travestit pour entrer dans une école de garçons et doit gérer le fait de cohabiter avec, tout en protégeant son secret, mais il y a aussi le ton et les personnages qui font parfois très « lycéens » dans leurs réactions. Sans compter les petites histoires. Genre dans l’épisode 10, les personnages centraux font une petite sortie à la plage. Et dans l’épisode 28 on a droit à une pièce de Roméo et Juliette où l’héroïne se retrouve à devoir jouer Juliette parce que l’actrice principale ne peut plus le faire. Pardon, mais ça me rappelle tellement de romances lycéennes que j’ai lues dans des mangas, haha.

 

Et bien entendu, on a droit aussi à notre « carré romantique » avec un couple destiné dans les étoiles et leurs rivaux en amour, et là aussi il y a des passages qui font sourire, parce qu’on reconnait certains éléments.

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

Ainsi, qui tourne autour de l’héroïne (Xie Xang en tant que femme, Xie Lang Chen en tant qu’homme), d’un côté on a notre jeune riche héritier arrogant avec le parent célibataire qui lui fout la pression et essaie même de le marier à une autre riche héritière, tout en se lamentant de l’irresponsabilité de son rejeton qui n’en loupe effectivement pas une. Et de l’autre côté on a Jun Shan, plus fréquentable, et qui ne joue peut-être pas du violon tout seul dans sa mélancolie mais il joue de l’harmonica et qu’est-ce qu’un harmonica sinon un violon de poche (plus ou moins) ?

 

 

… les personnages masculins centraux

 

Dans l’épisode 28, quelqu’un cogne Jun Shan dans le nez, et je n’ai jamais été autant révoltée de ma vie. Parce que la première bonne surprise que j’ai eue dans ce drama est d’y retrouver (dans le rôle de Jun Shan, donc) Toby Lee sur lequel j’avais flashé dans Miss Truth. En particulier, j’avais flashé sur son nez, et l’avais donc renommé « Mr. Nose » dans mes conversations avec Luthien (du reste, c’est aussi comme ça que je l’ai appelé dans mes notes sur ce drama). Je faisais même des dessins de lui dans mon temps libre :’D BEHOLD, mes chefs d’œuvre :

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

On va pas commenter sur la ressemblance, mais vous comprenez donc que j’ai très mal pris que quelqu’un s’attaque à la merveille du monde qu’il a au centre du visage. Visage qu’il a du reste charmant de façon générale, et j’ai décidé que je l’aime beaucoup, donc j’étais toute ravie de le voir.

 

Jun Shan est l’intraverti des deux personnages masculins principaux, et le plus raisonnable aussi. Il est riche et dans une position de pouvoir lui aussi, mais il est plus responsable, et du genre à suivre les règles et exceller à l’école. Au début du drama, on le pense hautain et détaché parce qu’il refuse de venir en aide à une jeune femme en détresse (j’admets ne pas avoir très bien compris pourquoi il ne réagissait pas, du reste, parce que la jeune femme n’est pas une inconnue en plus), mais au fil du drama il s’adoucit, surtout au contact de l’héroïne à qui il ne cesse de venir en aide, bien avant d’avoir percé son secret. Qu’il lui mette de la nourriture de côté quand elle en a été privée, lui tienne compagnie pour les fêtes, ou lui sauve littéralement la vie, on peut compter sur Jun Shan dans toutes les situations. Et pas juste pour être là mais aussi pour réellement faire le boulot, vu que Jun Shan est un sacré bad-ass.

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

En face : Gu Yan Zhen, c’est-à-dire l’incarnation de l’immaturité.

 

Lorsqu’on rencontre Gu Yan Zhen pour la première fois, ma première pensée a été « waouh, il est joli » et la seconde « waouh, c’est un sacré connard ». Son entrée en scène, en effet, est une scène d’humiliation publique d’une jeune femme (Qu Man Ting ) qui faisait tranquillement son boulot, avant qu’il l’insulte puis la jette sur son épaule et entreprenne de l’enlever tranquillement sous le regard d’une foule qui refuse de bouger le moindre petit doigt (Jun Shan compris). La raison même pour laquelle Gu Yan Zhen est envoyé à l’académie est que son père espère que l’armée réussira à le redresser un peu, et lol, bon courage à eux. Bien sûr, Gu Yan Zhen évolue effectivement le long du drama, il est bien plus responsable à la fin qu’au début, parce qu’il a appris que ses actions avaient des conséquences et qu’elles peuvent être désastreuses, de même qu’il a pris plus conscience de la position précaire de son pays, mais pendant la majeure partie du drama, au sein de la romance surtout, il continue de bien souvent se comporter en petit con.

 

Aussi, je l’aime ? ;_ ;

 

C’est le genre de personne qui doit rendre absolument dingue au quotidien, parce qu’il ne supporte pas qu’on ne fasse pas attention à lui, et il a ses moments très peu glorieux, mais il y a quelque chose d’attendrissant (et drôle, surtout) au personnage petit à petit. Quelque part sous la couche d’immaturité, il y a un bon fond qui se forme (et par-dessus, il y a ses manteaux longs, et ils puent la classe *o*), et à sa façon Gu Yan Zhen s’avère attentionné et utile, sauvant plusieurs fois l’héroïne sans qu’elle le sache. Alors il le fait à sa manière qui fait que, au moins une fois, l’héroïne et plusieurs camarades de classe se retrouvent emprisonnés un petit moment en punition, mais en attendant, sans même qu’elle le sache, il a évité à l’héroïne que son secret soit dévoilé et qu’elle soit renvoyée. Une autre fois, parce qu’elle a un mal de ventre affreux (ses règles), il va faire de son mieux pour être très lent pendant une course pour qu’elle n’arrive pas dernière, puis va lui interdire de faire la lessive, se proposant en remplacement. Certes il s’avère qu’il n’a jamais fait de lessive de sa vie, mais l’intention est là… Il l’aide de façon complètement chaotique, parfois plus agaçante qu’effectivement utile, mais c’est amusant, et c’est touchant, aussi, tandis que les situations se font plus graves, de voir à quel point ça le détruit quand il est impuissant et ne peut pas l’aider. Dans un épisode, parce qu’il était fâché contre elle, il n’a pas réalisé immédiatement qu’elle avait disparu, et il s’en sent tellement coupable qu’il en passe trois jours à se saouler dans un bar loin de tout le monde. Petit à petit, il n’y a plus grand-chose que Gu Yan Zhen place au-dessus de la sécurité de notre héroïne, et ça inclue sa propre sécurité et liberté.

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

Par ailleurs, j’ai apprécié qu’il ne soit pas idiot. Enfin. Ça dépend de quoi on parle : il a tendance à faire une connerie, arriver à se faire pardonner, et refaire une connerie dans la minute qui suit. Mais sur d’autres questions il s’avère très perspicace et j’ai trouvé ça rafraichissant qu’il ne soit pas aveugle aux « bizarreries » de l’héroïne et reconstitue rapidement le puzzle. Mais le plus important c’est qu’il m’a fait rire. Beaucoup.

 

Sa jalousie vis-à-vis de Jun Shan (pour lequel Xie Lang Chen semble avoir un béguin fort compréhensible) est complètement infantile mais je mentirais si je prétendais qu’elle ne m’a pas aussi beaucoup amusée.  Personnellement, la manifestation de cette jalousie qui m’a fait le plus rire est l’épisode où Gu Yan Zhen décide d’imiter Jun Shan, espérant ainsi séduire l’héroïne. Voir Yan Zhen essayer de reproduire le stoïcisme de Jun Shan qui n’est pas du tout dans sa nature, et suivre Jun Shan pour imiter tous ses faits et gestes, à la grande exaspération de celui-ci = Mila était morte de rire. Le personnage est souvent relou, il n’a pas l’air de saisir les sens des mots « casse-toi » et ses avances tombent donc régulièrement dans le harcèlement, mais j’ai noté que bien plus que son (très) joli visage, le fait qu’il me fasse rire a été décisif dans mon appréciation du personnage. Il y a une raison pour laquelle j’aime bien mieux le Domyouji Tsukasa de Matsumoto Jun plutôt que celui de Lee Min Ho, et ce n’est pas que j’aime moins le visage de Lee Min Ho, ni que la version japonaise fait moins de choses affreuses que sa version coréenne : je mets en grande partie ma préférence pour la version de MatsuJun sur le compte du fait qu’elle est traitée avec plus d’humour, plusieurs fois aux dépends de Tsukasa.

 

Gu Yan Zhen me faisait rire. L’acteur (Xu Kai) a un visage très expressif et un excellent timing comique. Le personnage se retrouve très souvent dindon de la farce, et j’admets avoir aussi un faible pour les personnages narcissiques à un stade tellement comique qu’on peut les manipuler par leur égo avec une aisance folle (Jang Geun Seuk dans You’re Beautiful en sait quelque chose :D). Gu Yan Zhen a grandement contribué à rendre le drama aussi divertissant qu’il l’a été pour moi.

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

Bon et puis quand il n’était pas occupé à la rendre dingue (mais des fois aussi quand il était occupé à la rendre dingue), j’aimais son association avec l’héroïne. Je trouve que les deux acteurs ont une très bonne dynamique, et lorsque les personnages commencent à plus s’entendre, le drama réserve des tas de scènes mignonnes à souhait. Donc oui, si vous vous posiez la question : je shippais.

 

Mais en même temps, dans ce drama je shippais tout le monde avec tout le monde, donc Gu Yan Zhen et Xie Lang Chen n’étaient pas exactement « spéciaux », même si je les shippais plus que d’autres.

 

 

… du ship et du joli

 

Sur ce blog, des fois je fais maladroitement comme si j’avais des choses profondes à raconter, mais honnêtement tout ce site n’est rien de plus qu’une collection d’articles dans lesquels je vous parle de mes sentiments et de pourquoi j’ai aimé un truc ou pas. Et si vous savez un truc sur moi, normalement, c’est qu’en fiction, j’aime shipper. Je suis une grande shippeuse. Et avec ce drama, j’étais au paradis du ship. Où que je tourne la tête, il y avait des personnages que je pouvais shipper ensemble.

 

Gu Yan Zhen et Xie Lang Chen ? Yep, je shippais. Mais Xie Lang Chen et Jun Shan ? YES JE SHIPPE AUSSI. Et Gu Yan Zhen avec Qu Man Ting (la chanteuse/actrice interprétée par Wu Jia Yi, qui vient compléter notre carré amoureux, et vous inquiétez pas on va l’admirer en parler bientôt) ? Carrément ! Attendez, ils ont fait deux fois le coup de la fausse relation, pour se sauver l’un l’autre de mariages dont ils ne veulent pas, et ils ont des égos aussi démesurés l’un que l’autre ! Comment pourrais-je résister ? D’un autre côté, Qu Man Ting et Shen Ting Bai (l’homme qui l’aime depuis toujours, le grand-frère de Jun Shan, et mon plus gros crush de cette série) = ship. Mais aussi est-ce que je shippais Qu Man Ting avec l’héroïne ? L’héroïne lui a servi de garde du corps une fois, donc oui. Mais pas autant que je shippais l’héroïne avec sa meilleure amie. Les deux vieux amis qui se tournent autour sans pouvoir avancer à cause de leur passé trop lourd ? Yep, je shippe. Les deux amis qui se retrouvent de deux côtés de la guerre et deviennent ennemis au point d’en avoir le cœur brisé ? Un autre ship \O/ EVERYTHING IS SHIPPABLE. SHIIIIIPSSSSSSSSSSS.

 

Hum.

 

Pardon. J’essaie de contenir ma nature profonde la plupart du temps, mais des fois elle m’échappe comme un gros Hulk rose.

 

Bien sûr, je n’espérais pas que tous mes ships se réalisent, parce qu’ils n’auraient eu aucun sens pour certains d’entre eux et parce que ça aurait transformé le drama en méga partouze de la mort, mais les raisons pour lesquelles j’étais en gros heureuse de shipper à peu près n’importe quels personnages pourvu qu’ils partagent l’écran ensemble est 1/ que j’ai une addiction au shipping inquiétante et 2/ il n’y avait simplement pas de combinaisons qui m’ennuient dans cette série. C’était ce genre de drama où j’étais toujours contente de voir interagir les personnages (romantiquement ou pas), quels qu’ils soient, parce que toutes les relations me plaisaient, que ce soit les amusantes, les torturées, les paisibles et rassurantes, ou les rivalités. Et ça, c’était vrai indépendamment de mes bas instincts.

 

Mais bref ce que j’essaie de dire est que 1/ j’étais intéressée par quasi tous les personnages 2 / j’aimais beaucoup les interactions de tout le monde 3/ j’ai pu shipper à mort et shipper à mort est très fun pour moi, donc ça a rendu le drama très fun.

 

Et puis dans la catégorie des choses qui ont grandement participé à mon plaisir, le drama flatte l’œil pile comme j’en avais envie. Ça ne m’a pas étonné du tout de découvrir que les deux réalisateurs sont également ceux de Winter Begonia, parce que toutes les images que j’ai vues de Winter Begonia sont superbes, et ça donne envie de voir tous leurs dramas, parce que clairement ils savent comment mettre en valeur leurs personnages, leurs décors, en créant de vrais tableaux magnifiques d’ambiance. Le drama est superbe.

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

Et il contient aussi pas mal de scènes d’action enthousiasmantes ! Toutes ne sont pas réussies : dans les combats de groupe, notamment, l’emplacement des personnages peut devenir un peu brouillon, et puis ça me faisait toujours de sourire de voir à quel point les mecs qui font face aux héros sont nuls. Les antagonistes de ce drama ont les pires sentinelles au monde, et ils sont quasiment incapables de viser apparemment. Nos héros font mouche quasiment à chaque fois, alors que les méchants pourraient tirer à quinze dans un couloir qu’ils n’arriveraient toujours pas à blesser qui que ce soit la moitié du temps. Malgré tout, l’action est souvent très sympa, et il y a surtout des scènes de duel en un-contre-un qui m’ont plu. Notamment un affrontement entre deux personnages féminins dans l’épisode 42, et je suis toujours ravie de voir des personnages féminins botter des culs. Je garde aussi en mémoire cette entrée en scène de Gu Yan Zhen :

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

Il y a de très bons moments, oui, avec la musique qui va bien dessus, et j’ai été charmée par la bande-son du drama (notamment Arsenal de Dong Li), avec aussi un faible pour son opening (sur fond de Warrior de Lu Hu) qui me mettait la hype à chaque fois, même si on va pas se mentir, tout ce que je vous raconte-là ne fait que retarder le moment où je vous parle du vrai sujet que je veux aborder à savoir : les costumes *o*

 

Ah ça, j’étais en grande partie motivée à voir ce drama parce que je voulais voir de jolis costumes, et autant vous dire que je n’ai pas été déçue. Bon des fois il prenait la connerie à Jun Shan et il sortait sa sorte de peignoir moche, mais le reste du temps, entre ses costumes bien taillés, ceux de son grand-frère, les manteaux longs de Gu Yan Zhen et les robes de tout le monde, j’avais des étoiles plein les yeux.

 

Mais personne n’était aussi bien sapé que Qu Man Ting.

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

Pour tout ce que j’ai apprécié le drama, la raison principale pour laquelle ça a été très dur de ne pas passer mon temps à balancer des messages énamourés sur twitter est que j’avais envie de hurler mon amour pour l’œuvre d’art qu’est chaque plan avec Qu Man Ting (au final j’ai craqué et envoyé des screencaps à SALT parce qu’il fallait que je communique mon amour à quelqu’un). Elle est magnifique et je l’aime.

 

 

… admirons Qu Man Ting un moment

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

 

 

… les personnages féminins (dont Qu Man Ting)

 

Qu Man Ting était aussi, au début, mon personnage favori. Au-delà du plaisir visuel que c’était de l’avoir à l’écran, Man Ting a beaucoup en commun avec Gu Yan Zhen , dans le sens où ils ont tous les deux un égo de la taille d’une planète (on le fait d’ailleurs remarquer à Yan Zhen dans l’épisode 18), et elle me faisait tout autant sourire que lui. C’est pour ça que j’étais tout à fait vendue à leur ship aussi : passés des moments gênants (à cause de Yan Zhen) dans les premiers épisodes, leur combinaison me faisait beaucoup rigoler. Ils ont une excellente dynamique, ils font un duo terrible. Elle a d’ailleurs droit à son propre moment bad-ass en moto, tout comme lui. Parce que si elle n’est pas une guerrière dans le même sens que l’héroïne entrainée au combat, Man Ting est une battante. Les gens (sa famille comprise) la regardent souvent de haut parce qu’au lieu de se marier gentiment, elle a décidé de travailler et de façon même pas jugée respectable, mais elle garde le port bien droit, et remet à leur place toutes les mauvaises langues. Elle gagne son propre pain, elle en est fière, et elle a la langue plus acérée que ses détracteurs.

 

Mais là-dessous, elle a aussi bon cœur, et elle est loyale. On la voit mettre en danger sa vie pour son entourage, et bon gré mal gré, descendre une montagne en portant toute seule sur son dos un Gu Yan Zhen inconscient (parce qu’elle l’a assommé par erreur, certes) pour lui sauver la vie. Lorsqu’un vieil ami est accusé d’un crime qu’il n’a pas commis, elle est également la seule personne à lui venir efficacement en aide, en mettant à profit tout ce qu’elle connait : les médias, le public, le spectacle. Elle a de la ressource, de la ténacité, et franchement je comprenais parfaitement pourquoi Shen Ting Bai (le grand-frère de Jun Shan, interprété par Hong Yao) était sous le charme depuis si longtemps.

 

J’en profite pour (re) dire que Shen Ting Bai est probablement mon plus gros crush de ce drama ? C’est pas le personnage qu’on voit le plus, et j’admets qu’il avait un petit souci de stalking, mais sa patience, son refus de trahir ses principes et son soutien absolument sans faille à Man Ting (même s’il s’agit de la soutenir dans sa poursuite d’un autre) ont eu raison de moi. Le fait que l’acteur soit physiquement à mon goût n’a pas fait de mal non plus, certes (mais quasi tous les acteurs de ce drama étaient à mon goût physiquement, donc bon) mais son charisme, son assurance calme et l’entièreté de son affection sont ce qui ont vraiment gagné mon cœur. Malgré l’histoire du vison1, j’étais sous le charme. 

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

Mais pour revenir à notre reine à tous, Qu Man Ting, j’ai beau l’avoir aimée de tout mon cœur, j’ai été un peu déçue de la façon dont son personnage est développé. Parce qu’elle et Gu Yan Zhen ont en commun leur égo, ils ont aussi en commun de ne pas capter quand quelqu’un n’est pas intéressé par leur personne, et Man Ting se met à adopter tous les comportements de harcèlement et obsession de Yan Zhen. J’aimais beaucoup la regarder reconstruire sa carrière et gérer le reste de sa vie, mais malgré mes tendances au shipping dont j’ai déjà parlé, je n’étais simplement pas embarquée par cet aspect-là de son histoire, parce que je trouvais que ça la réduisait. Oui, elle était l’équivalent en romance de Gu Yan Zhen et je n’avais pas eu ce sentiment pour Yan Zhen, mais la différence principale était que Man Ting évoluait vers l’endroit dont Yan Zhen était parti. Le ressenti était donc complètement différent, et j’aimais tellement Man Ting que la voir tourner en rond me frustrait pas mal. J’ai également été un peu déçue de sa conclusion car elle fait partie des personnages dont les dernières scènes m’ont paru précipitées et résumées (cela dit, au moins, on la revoit, elle, parce que d’autres personnages ont juste disparu).

 

Heureusement, même si je n’étais pas entièrement enthousiasmée par ce que le drama faisait d’elle, elle était tellement magnifique que j’en avais trop de paillettes dans les yeux pour arriver à trop froncer les sourcils. Pardon, mais je suis superficielle et quand on m’offre quelque chose de visuellement à ce niveau :

 

 

On ne peut pas m’en vouloir de craquer ¯\_()_/¯

 

Du reste, Man Ting n’est qu’un personnage féminin que j’ai aimé parmi plusieurs autres.

 

Je ne vais pas pouvoir aborder tout le monde, mais j’ai aimé qu’il y ait plusieurs personnages féminins importants, et j’ai aimé qu’on les trouve un peu partout. On a la meilleure amie de l’héroïne, étudiante et travailleuse « normale », on a la patronne de bar qui mène sur le côté une organisation qui vend ses services surtout quand ça fait du tort aux japonais (et elle a aussi sa propre vengeance à assouvir), on a les mères et petites sœurs, on aa Qu Man Ting bien sûr, et puis même une des plus grandes antagonistes de la série est, justement, une antagoniste, qui est à la fois sans pitié et torturée par des relations de son passé qu’elle a du mal à complètement renier. Il y a, je pense, plus de présence masculine que féminine à l’écran, à cause du contexte souvent militaire, mais malgré tout, les personnages féminins ne sont pas en reste.

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

Et bien entendu, au cœur de tout : notre héroïne.

 

Elle est interprétée par Bai Lu, une actrice a priori populaire (même si sa carrière est récente) mais que je connais très peu. Néanmoins, je l’avais aimée dans ce que j’ai vu de Love is sweet (et j’ai aussi vu King is not easy, mais ne m’en souviens quasiment pas) et cette fois encore, elle m’a bien plu, et je trouve également le personnage engageant, même si au début, la façon dont elle était écrite me frustrait légèrement, à cause de toutes les scènes clichées où on devait venir sauver ses fesses.

 

Qu’elle soit à la traine dans l’entrainement militaire me paraissait sensé (même si elle est plus entrainée au combat que d’autres jeunes femmes, elle n’a clairement pas autant de pratique que les autres), mais le drama balance aussi le genre de scène où elle se tort la cheville et doit donc être portée, ou bien il faut la protéger d’une voiture qui passe, en plus de, oui, tous les moments où elle doit être secourue pour finir un exercice ou survivre à une mission. En soi, si c’était plus équilibré ce ne serait pas dérangeant parce que l’entraide et la camaraderie sont au cœur d’Arsenal Military Academy mais là, clairement, c’est surtout elle qui a besoin d’être aidée tout le temps et je vous avoue que ça m’ennuyait de voir ce personnage a priori capable être si souvent reléguée dans le rôle de la demoiselle en détresse, en plus de prendre parfois des décisions franchement à la con (se balader en robe en pleine rue dans la ville où elle peut tomber sur ses camarades de classe à tout moment !?).

 

Heureusement, il s’avère que ce n’était qu’un point de départ.

 

Le long du drama, notre héroïne accumule de l’expérience, prend en assurance, et s’avère parfaitement capable d’opérer toute seule, même si je regrette un peu que les fois où on la voit physiquement sauver des gens, ce sont les personnages féminins plus féminins qu’elle. Néanmoins, on va pas se mentir, il y a deux épisodes vers la fin où elle m’a laissée sur le cul, et qui sont, je pense, l’illustration de ce qu’elle est devenue : un soldat efficace et redoutable. Cela dit, j’ai ressenti une satisfaction particulière à ce que, dans ses deux moments les plus bad-ass et moins demoiselle en détresse, elle soit une fois dans sa tenue de garçon, et une autre en robe et perruque qui va avec. Elle botte des culs en pantalon comme en jupons. Ça m’a simplement fait plaisir.  [spoiler] Et si une partie de moi est un peu déçue qu’à la fin elle décide de quitter la vie militaire pour partir faire sa vie avec Gu Yan Zhen, d’un autre côté après toutes les horreurs qu’ils ont vécues, ça fait sens qu’ils aient envie de repos tous les deux. [/spoiler]

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

Bon.

 

J’adorerais vous parler de chaque personnage, parce que j’en ai aimé la plupart mais je vais me retenir, parce que cet article n’est déjà pas court et que parler de tout le monde prendrait des plombes. Parce qu’il y a beaucoup de personnages. Et ça joue en faveur de la série.

 

 

… le rythme du drama

 

Parce qu’il y a beaucoup de personnages et qu’ils ont chacun leurs propres circonstances, même sans aller dans les détails de leur vie, ça fait que le drama peut donner sa petite histoire à chacun. Tous les personnages ne vivent pas leur moment sous les projecteurs, mais beaucoup d’entre eux ont quand même droit à leur part d’histoire, des fois développée sur la longueur et des fois concentrée sur quelques épisodes où on se penche particulièrement sur leur cas. Et si j’avais bien sûr des favoris (genre moi j’étais très intéressée par l’histoire d’Andrew Yin, parce qu’il y avait Andrew Yin dedans o.o), il n’y avait en gros aucun personnage dont je n’avais pas envie d’entendre parler.

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

J’ai une expérience limitée en dramas chinois mais pour ceux que j’ai vus, quand ils sont longs c’est assez courant qu’ils aient un moment où les personnages principaux ont pas mal avancé, donc on se concentre un peu plus sur des personnages secondaires un moment. Un exemple de ça serait Oh My General, qui m’a justement perdue pendant ce passage. Mais dans Arsenal Military Academy, dès le début, même s’il y a des personnages centraux, le drama est construit comme une série d’ensemble, donc ça parait naturel qu’ils aient tous leur moment, et tout est toujours connecté. Je ne sais pas bien comment l’expliquer, pardon, mais simplement, dès le départ, Arsenal Military Academy n’est pas un drama avec une ligne droite au milieu, mais un drama avec plein de petites lignes.

 

Parce que, par ailleurs, la série est composée de plusieurs « aventures » contenues, avec pour fil rouge l’évolution des personnages et leurs relations. Ce n’est pas l’intrigue qui fait avancer l’histoire. Il n’y a pas un objectif précis pour les personnages qu’ils cherchent à atteindre au début, et atteignent à la fin. Simplement ils changent, leurs relations se transforment aussi, et les tensions grimpent entre eux. Il y a un grand final parce que ces tensions finissent par atteindre leur apogée donc il faut résoudre ça, et les derniers épisodes sont bien une apothéose, mais il n’y a pas Une Grande Intrigue qui fasse tout avancer. A la place, après quelques épisodes pour installer le décor et les personnages, la série créée de petites histoires qui vont commencer dans un épisode et se terminer soit dans le même épisode, soit un ou deux plus loin. Par exemple, les épisodes 7-8 sont ceux des prisonniers japonais dans l’académie, l’épisode 10 est celui du voyage à la plage, dans les 13-14 on gère la fausse accusation dont est victime un personnage, et dans les 16-17 on est dans la ville natale de l’héroïne. Bien sûr, parfois deux « segments » se jouent en même temps, et le drama ne passe jamais trop de temps sur l’un d’entre eux. Ce qui fait qu’il y a quasiment toujours quelque chose de nouveau qui commence ou se conclu, et dans les épisodes entre les segments c’est rare qu’il n’y ait pas une avancée, comme par exemple un personnage qui découvre le secret de l’héroïne, ou quelqu’un qui déclare sa flamme à quelqu’un. On bouge tout le temps.  

 

Bon : le drama a quand même clairement un gros souci de flash-back. Mon favori est un flash-back dans l’épisode 38 qui se déroule une minute après la scène qu’il nous rejoue, mais il y a des flash-backs un peu tout le temps, il y en a beaucoup, et c’était comique au début mais c’est devenu saoulant, je ne vous le cache pas. Mais en dehors de ces moments, le drama s’attarde très rarement, et c’est ce qui fait que je ne me suis jamais ennuyée : il se passait toujours quelque chose de nouveau. Parfois, j’aurais presque bien aimé que le drama s’attarde un peu plus du reste…

 

 

… le ton, les double-standards et le saaaaang

 

A un moment donné dans le drama, tous nos protagonistes se voient chargés d’assassiner des gens. Donc ils font des plans, étudient leurs cibles, tuent leurs cibles, toutes ces bonnes choses. C’est réparti sur deux épisodes mais en termes de durée, ça n’en dure qu’un. Pendant 40 minutes, nos protagonistes sont des assassins, et après ça, ils retournent à leur vie et leurs études, tranquille, affaire classée. Et… ça fait bizarre, en fait. D’un côté, on a tout ce qui fait Hana Kimi et romances lycéennes avec les règles de l’école que personne ne suit, le carré amoureux avec Gu Yan Zhen qui se comporte comme s’il était en maternelle, le voyage à la plage, etc. Et de l’autre, nos personnages principaux tuent des gens à droite à gauche et s’en battent, semble-t-il, royalement le fion. L’un d’entre eux tue quelqu’un plus ou moins par accident, et l’heure d’après ils vont trinquer au bar. Dans un épisode, un personnage noie à moitié une gamine pour la faire parler, et certes sur le moment c’est pas censé être un perso sympathique mais il est censé nous faire rire et on est censé commencer à l’apprécier le long du drama. Je dis même pas que ça ne fonctionne pas : il me faisait effectivement rire et j’ai effectivement fini par m’attacher à lui. Tout ce que je soulève là, c’est ce que le drama fait faire à ses personnages tout en continuant dans sa vibe légère à côté de ça.

 

Plusieurs fois, poussé par un besoin de vengeance, nos personnages principaux vont massacrer quelques types, aussi. Mais je crois que l’épisode où j’ai été le plus frappée par la bizarrerie du drama est vraiment l’épisode où ils sont envoyés assassiner des gens, en effet, parce que dans cet épisode en particulier il y a une scène où ils torturent un type. Ils l’ont accroché par les bras, un d’entre eux le frappe avec un bâton, et pendant ce temps les autres jouent tranquillement aux cartes… Pardon, mais ???

 

Alors.

 

Ce n’est pas insensé !

 

De base, on entraine nos personnages à être soldats pour faire la guerre, donc ça implique de tuer des gens, sans compter que le nom de l’académie se traduit par « Académie militaire du feu déchainé », l’idée étant (nos personnages l’expliquent plusieurs fois) qu’ils sont une force militaire armée capable d’annihiler leurs ennemis comme un incendie.

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

Le drama se déroule en 1911, à la sortie d’une révolution énorme. Le régime impérial est remplacé par une république et, c’est compréhensible, le pays est dans le bordel. Le public est en panique, le nouveau gouvernement n’est pas encore bien solide, les truands en profitent pour truander, et en plus de ça, on a les autres pays (dont le Japon mais aussi l’Allemagne, l’Angleterre, la Russie, etc…) qui font pression sur la Chine, qui est obligée, pour se défendre d’un, de compter sur les autres.

 

 

S’il signe vraiment le traité, notre pays signe sa perte. Mais le gouvernement de Beijing est lâche. On ne peut pas compter sur eux. Pour le moment, l’Angleterre et les Etats-Unis sont notre seul espoir. On ne peut que prier pour qu’ils ne veuillent pas voir l’armée Japonaise amasser tout le profit sans rien faire. C’est ridicule, non ? Un oppresseur entre de force, et nous sommes obligés d’espérer que deux autres oppresseurs nous feront justice.

Episode 18

 

 

Dans ce contexte mouvementé de méfiance envers le gouvernement dans lequel se multiplient les manifestations et mouvements étudiants violemment réprimés, l’académie est réouverte pour entrainer des soldats patriotes, auxquels on dit qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes.

 

 

Vous avez lu les journaux aujourd’hui ? L’Allemagne et le Japon sont en guerre, ici, en ce moment-même, à Shandong. Les journaux sont pleins de critiques assassines. Mais qui critiquent-ils ? Les Allemands ? Les Japonais ? Non ! Ils critiquent notre armée, nos soldats. C’est moi qu’ils critiquent. C’est nous. Aujourd’hui, la guerre est à Shandong. Demain, ça pourrait être Feng’An. Lorsque le ciel de Shunyan sera noir de bombardiers ennemis, et les rues remplies de leurs canons et leurs tanks, vers qui vous tournerez-vous ? Le gouvernement à Beijing ? L’Armée Révolutionnaire ? Lorsque vos parents et vos familles seront victimes de cette guerre, lorsque vos femmes et vos sœurs seront humiliées par l’ennemi, qui vous aidera à les sauver ? Personne ne peut vous aider ! Vous ne pouvez compter que sur vous-mêmes ! Toutes les critiques et toutes les manifestations ne changeront rien. Au bout du compte, ce qui peut sauver des vies, c’est vous, et l’arme dans votre main.

Episode 2, l’instructeur à ses recrues

 

 

On les entraine à se battre, on les entraine à tuer, et on leur dit à peine arrivés qu’ils sont le seul rempart contre l’ennemi (ce que les évènements du drama par la suite tendent à confirmer). Dans ce contexte et avec cette éducation, ce n’est pas étonnant que les personnages tuent sans sourciller, parce que c’est ce à quoi on les a entrainés et parce qu’on leur a dit que c’était justifié : ils servent leur pays, et leurs armes sont tout ce qu’ils ont. Pour certains, d’ailleurs, ils n’en sont pas à leur coup d’essai, puisque que certains ont déjà servi dans un contexte militaire. Pour d’autres, en revanche ? Je pense surtout à l’héroïne : elle n’a tué personne dans sa vie jusque-là, donc on se dirait que ça lui ferait un petit quelque chose de 1/ voir autant de gens mourir et 2/ en tuer elle-même.

 

Et du reste : oui, un peu ? Dans un épisode elle croit avoir tué quelqu’un et elle en est quasiment malade, même si heureusement il s’avère qu’il n’est pas mort. Plus tard, elle assiste à la mort de plusieurs personnes et c’est un tournant pour elle, on sent qu’elle a pris en gravité. Pourtant, ce n’était pas la première fois qu’elle voyait mourir plein de gens. A vrai dire, elle avait tué des gens avant cela. La différence étant que les gens qu’elle a tués, ou la personne qu’elle écoute être torturée pendant qu’elle joue aux cartes, sont des ennemis, pas des patriotes comme elle. Donc ça ne lui fait aucun effet. Et si c’est un étranger, encore moins: comme dit Gu Yan Zhen « Il a été tué. Et alors ? C’était un étranger ! Est-ce qu’ils suivent les règles, eux ? ». Il y a un contexte particulier à cet épisode, pour être transparente, mais ce « on l’a tué, mais bon c’était un étranger/non-patriote donc osef » (sauf lien personnel avec un protagoniste bien sûr) reste quelque chose qu’on ressent partout dans le drama, très nationaliste et qui se termine du reste sur les mots : « le feu ne cessera jamais de rager tant que tous les ennemis ne seront pas morts. Le flambeau change de mains et sera passé de générations en générations ! ». Bref, il y a un sentiment très fort de « Patrie = bien, étrangers = à incendier » qui se dégage de ce drama. C’est juste un constat.

 

Pour revenir à mes histoires de tons, cela dit, ce qui a joué « contre » le drama, c’est que du coup, d’un côté on avait tout ce qui relevait de la romcom légère, avec des personnages qui tuaient plein de gens mais sans que ça ait particulièrement d’impact sur eux et les sorte de leurs « ouin, pourquoi mon crush ne me parle pas ? ;; peut-être que si je tire sur ses couettes, ça va aider », et de l’autre on avait la situation compliquée du pays, les moments d’héroïsme, et les tragédies, mais c’était compliqué de réconcilier les deux, et au final je suis restée sur le premier ton, et c’est ce qui a fait que je n’ai pas pris le reste trop au sérieux non plus. Du coup, je ne peux pas dire que j’aie ressenti de grosses émotions pendant les moments marquants parce que je n’étais pas profondément impliquée, émotionnellement.

 

En revanche c’était super divertissant.

 

 

… en conclusion

 

J’ai passé un excellent moment devant ce drama. Certes, je ne peux pas dire qu’il m’ait remué les tripes alors qu’il aurait pu vu ce qui s’y déroule, mais je me suis beaucoup amusée, en revanche. J’ai aimé les personnages et le casting, je n’étais jamais ennuyée parce qu’il se passait toujours quelque chose, j’ai shippé en gros tout ce qui respirait, et le drama était un véritable plaisir visuel de tous les instants, surtout quand Qu Man Ting était à l’écran (mais le reste du temps aussi).Je suis tombée sous le charme de tout le casting, j’ai couiné comme il se devait, et j’ai eu envie de dépenser tout mon argent dans des robes rétro. Bref, ce fut du temps bien dépensé.

[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校
[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校[Parmi eux] Arsenal Military Academy  烈火军校

 

 

1Lors d’une réception, une jeune femme parle (avec un très grand sourire amusé, comme si c’était une blague bien amusante) à Shen Ting Bai du vison qu’elle avait quand elle était petite. Elle avait eu peur qu’il ait froid, donc elle avait mis sa cage à côté du poêle, la couvrant de coton bien épais. Résultat : le vison est mort quasiment tout de suite. Ce à quoi Shen Ting Bai répond immédiatement : « si vous voulez, je peux demander à mes hommes de vous en envoyer un autre ». Dude ! Je vous jure, les dramas chinois, quand ils ne nous montrent pas les gens faire n’importe quoi avec leurs animaux de compagnie à l’écran, il faut qu’ils nous en parlent, c’est compulsif ! => reprendre la lecture

 

 

Sur ce, plus de dramas avec des femmes joliment sapées (je trouve) :

 

 

 

 

Tous les articles de cette série 2020 des coups de coeur des dramavores :