[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John 의사 요한

Publié le 30 Juillet 2021

Doctor John est un drama qui m'a globalement plu mais qui commence malheureusement bien plus fort qu'il ne se continue et, surtout, se termine.

 

 

Diffusé en 2019

Sur SBS

32 épisodes de 35 minutes

Ou 16 épisodes d’environ 1h

Réalisé par Jo Soo Won

Ecrit par Kim Ji Woon

 

Avec :

Ji Sung : Cha Yo Han

Lee Se Young: Kang Shi Young

Lee Kyu Hyung: Son Suk Gil

Hwang Hee: Lee Yoo Joon

Jung Min Ah: Kang Mi Rae

Kwon Hwa Woo: Heo Joon

Kim Hye Eun: Min Tae Kyung

Uhm Hyo Sub: Kang Yi Moon

Oh Seung Hyun: Min Joo Kyung

Kim Young Hoon : Han Myung Oh

Jung Jae Sung: Kwon Suk

Jung In Ki: Oh Jung Nam

etc

 

 

Dontesque ?

Sur le point de renoncer à carrière en médecine, une jeune femme accepte une position temporaire dans un pénitencier. Elle y rencontre un médecin de génie, emprisonné pour avoir euthanasié un patient, une pratique illégale en Corée du Sud. Plus tard, elle se retrouvera à travailler dans le même hôpital et la même équipe de lui.

 

 

KdramaTiti

 

 

Ecouter la version audio de l'article sur youtube :

 

oOo

 

Note: pour une version courte de l'article, vous pouvez lire les passages en gras, bleu, et écrits plus gros. Ca vous donne un aperçu.

 

 

Introduction

 

Démarrage et tournant

Patients, douleur et solutions

L’équipe, la romance, l’héroïne

 

En conclusion

 

 

 

Dernier vendredi du mois oblige (même si j’ai loupé le rdv du mois précédent, mais je me rattrape le prochain) : aujourd’hui, on se penche sur un coup de cœur de dramavore, et, cette fois, j’ai tiré le coup de cœur de KdramaTiti, unˑe dramavore que je ne connais pas mais dont je ne doute pas qu’iˑelle est adorable. Le drama en question : Doctor John (des fois que ce ne soit pas évident). Et j’étais un peu 50-50 niveau enthousiasme pour celui-là. D’un côté, je savais que beaucoup de mes amies avaient aimé, et puis j’aime bien Ji Sung. De l’autre, je ne suis pas très friande de fictions hospitalières, et y rentre toujours un peu à reculons. Pas que je les déteste, ni que je n’en aime pas énormément certaines, mais elles ne m’attirent pas, on va dire.

 

Cela dit, le manque d’attirance n’est pas tellement lié au côté « médical » de ces dramas (même si on va reparler de cela plus tard), mais plus au décor de l’hôpital lui-même. Donc même en films d’horreur et romances, par exemple, si ça se passe dans un hôpital, je vais être instinctivement un peu moins emballée que si ça se déroulait ailleurs (sauf hôpitaux particuliers). Or Doctor John ne commence pas dans un hôpital du tout, mais dans un pénitencier ! Donc un cadre qui m’intéresse déjà bien plus, et ça a joué en sa faveur et a participé au fait que, finalement, j’aie beaucoup accroché au début de la série. En plus, j’ai eu la surprise de trouver, au casting, Lee Kyu Hyung (précédemment vu dans LIFE, un autre drama hospitalier dont je vous parle bientôt), et Hwang Hee (que je regardais et adorais dans Tale of the nine-tailed en même temps que Doctor John), wouhou ! J’ai été immédiatement happée par le premier épisode de la série, et honnêtement les épisodes 1 et 2 sont à mon sens les meilleurs.

 

Après cela, mon appréciation a un peu fluctué.

 

Dans l’ensemble, c’est un drama que j’ai apprécié. De toute façon, si je ne l’avais pas apprécié, je ne vous en parlerais pas aujourd’hui (cf. les règles du projet). Mais j’ai aussi vécu plusieurs frustrations et déceptions en le regardant, donc on va parler de cela également.

 

Néanmoins, j’aimerais commencer par cette image du visage de Ji Sung :

 

 

C’était important pour moi qu’on établisse ça en premier.

 

Sur ce, let’s go !

 

 

 

Démarrage et tournant

 

Dans cette première partie d’article, je vais tâcher d’expliquer ce qui, dans les premiers épisodes, m’a autant enthousiasmée, et de donner un aperçu rapide de si mes attentes ont été comblées ou pas.

 

La première raison à mon enthousiasme, je pense, était le sentiment de mystère. On avait un type qui prenait des photos en douce, une héroïne qui s’apprêtait à quitter le pays parce qu’elle fuyait visiblement quelque chose, et un héros contre lequel on mettait l’héroïne en garde parce qu’apparemment il avait une sacrée réputation dans la prison. Avec le recul, du reste, l’insistance de l’oncle de l’héroïne à mettre la jeune femme (Kang Shi Young, interprétée par Lee Se Young, qui fait du bon boulot, et que j’avais particulièrement bien aimée dans Hwayugi) en garde contre Cha Yo Han (le héros, interprété par Ji Sung) me parait très artificielle et mal justifiée, mais sur le moment c’était alléchant, parce que bordayl, je me demandais comment le type pouvait bien être pour qu’on en fasse tout un fromage, d’autant que l’oncle de l’héroïne n’était pas le seul à en manufacturer du camembert : la caméra prenait bien soin de cacher son visage pour lui donner une aura un peu mystérieuse. Bref, la série avait l’air d’avoir un petit côté thriller, et j’étais intriguée.

 

Je ne pouvais pas savoir, à ce stade, que le côté thriller allait être ce qui me plairait le moins, parce qu’il est majoritairement présent par la suite à travers un personnage en particulier qui veut beaucoup de mal à Cha Yo Han, or ce personnage est probablement le maillon le plus faible de la série, car je l’ai trouvé tristement peu intéressant, peu développé, et il a la conclusion la plus « pétard mouillé » de toute la série. Et le reste de l’aspect thriller (qui est un élément du drama, mais je ne qualifierais pas le drama en général de thriller) m’a également déçue.

 

Mais dans ces épisodes 1 et 2, ça me parlait, et si Yo Han était derrière les barreaux et Shi Young du côté du personnel du pénitencier, ils avaient l’air en prison tous les deux. Plus tard, Yo Han dirait avoir été emprisonné pas parce qu’il a commis un crime mais parce qu’il a enfreint la loi, et Shi Young était dans la situation inverse : elle n’a pas enfreint de loi mais elle a le sentiment d’avoir commis un crime, et les deux personnages principaux commencent donc le drama enfermés chacun à leur façon. Lorsque l’héroïne arrive au pénitencier pour y prendre ses fonctions (temporaires), elle y est accueillie par les mots écrits en gros : « Si tu as un rêve, tu peux prendre un nouveau départ », et ça semblait annoncer l’intention du drama : nous montrer deux personnages qui prennent un nouveau départ, probablement ensemble. Comme j’aime les histoires de nouveaux départs, ça aussi, ça m’intéressait, et j’ai effectivement apprécié de voir les deux personnages évoluer. Du moins en partie, car il y a eu des zones de frustrations, surtout dans l’évolution de l’héroïne, dont je reparlerai tout à l’heure.

 

J’étais interpelée, par ailleurs, par le contexte de la prison, qui posait immédiatement un challenge à cause du manque de moyens, et j’avais apprécié le moment où Yo Han s’énerve contre l’héroïne parce qu’elle ne semble pas, à ses yeux, prendre la vie des prisonniers aussi au sérieux que s’ils étaient des citoyens en liberté. Mais tout ça n’était pas voué à durer, malheureusement, vu qu’on sort très vite de la prison.

 

La série m’a prise par les sentiments, aussi, en faisant tourner ses premiers épisodes autour d’un jeune homme en danger de mort qui nous est rendu immédiatement attachant. Le type est jeune, gentil, enfermé pour quelque chose qu’on a du mal à lui reprocher, mais il souffre, personne ne veut le prendre au sérieux, ils pensent qu’il affabule et invente sa maladie, et il lui reste une semaine de prison à faire mais il risque de mourir avant de pouvoir sortir, donc en clair c’est la tristesse, et le drama s’est bien assuré de me donner envie qu’il survive. Ce patient est aussi le premier personnage avec lequel on voit Yo Han faire réellement preuve de gentillesse et de douceur, et comme sur le moment je ne savais pas encore comment serait notre héros, cela donnait au jeune homme malade encore un peu plus d’importance. Le drama passe deux épisodes à s’intéresser à lui, et pour le coup, ça, c’est quelque chose qu’on retrouve dans la suite du drama qui s’attarde toujours sur chaque patient, et c’est une chose que j’ai appréciée.

 

Enfin, dans ces premiers épisodes, on découvre ce pourquoi Yo Han a été condamné : il a euthanasié un de ses patients. Or le sujet de l’euthanasie est un sujet sensible que je n’avais pas encore rencontré au petit écran sud-coréen (sauf oubli de ma part, et bien entendu je ne dis pas qu’il n’a jamais été traité, mais juste que je ne n’étais pas encore tombée dessus), et j’étais vraiment intéressée de voir ce que le drama allait en faire, d’autant qu’il positionnait nos deux personnages principaux à des extrêmes : Yo Han ne semblait avoir aucun remord d’avoir eu recourt à l’euthanasie, et Shi Young en semblait horrifiée.

[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한

Le débat sur le rôle des médecins, ce qu’ils devraient ou pas pouvoir faire, les limites à imposer, est certainement ce qui m’a le plus interpelée,  et plus les épisodes s’éloignaient de ce débat-là, moins j’avais de notes par épisode. Le drama ne lâche jamais réellement le sujet, c’est juste que, à mon sens, il le noie un peu trop dans la romance, dans le drame, etc, si bien que les batailles d’idées m’ont fait une impression de flou. Le débat continue, mais je pense que parce que le personnage de Yo Han semble s’adoucir, n’est pas réellement intéressé par le débat (lui il voudrait qu’on lui foute la paix et qu’on le laisse faire son boulot), et a une position moins extrême qu’il en avait donné l’impression, il y avait quelque chose d’incisif dans les premiers épisodes que j’aurais aimé voir pendant le reste de la série mais n’y ai pas trouvé. Néanmoins, j’ai été intéressé par cet aspect-là de l’histoire, et aurais aimé qu’il prenne encore plus le devant de la scène.

 

Après l’épisode 2, c’est le tournant : on sort de la prison. Le drama, pour moi, perd un peu de sa tension à ce moment-là, pas tant parce que les enjeux sont moins grands ni parce qu’il y a moins d’urgence (nos docteurs ayant quand même constamment la vie de gens entre les mains, donc les enjeux sont toujours lourds et le temps presse toujours), mais plus parce que les médecins sont mieux équipés et qu’au lieu d’avoir des relations plus conflictuelles, les personnages principaux (pas juste Shi Young et Yo Han, mais le personnage de Hwang Hee aussi) se retrouvent tous dans la même équipe, et ont vu la lumière le génie du héros et ne le remettent plus que très rarement en question d’un point de vue médical. Et cette histoire de génie, c’est ce qui m’a le plus inquiétée, je dois dire, parce qu’à partir de l’épisode 2 le personnage de Cha Yo Han devient le médecin génial qui sait tout mieux que tout le monde, que ce soit dans sa spécialité ou pas, et je vous avoue que j’ai baillé.

 

Dans la prison, bizarrement, ça me dérangeait moins, parce qu’il était quand même posé en underdog qui devait se battre pour qu’on l’écoute, et parce qu’il était plus ambigu à cause du mystère qui planait autour de son crime et de sa moralité. Une fois dans l’hôpital ce n’est pas qu’il ne rencontre aucune opposition mais il est quand même plus soutenu et admiré, et je ne sais pas, l’idée de suivre encore un génie qui sait tout mieux que tout le monde (et sur lequel le drama a un crush assez évident, ce que je ne peux complètement lui reprocher vu que notre docteur a le visage de Ji Sung) et est glorifié pendant 14 épisodes… j’ai commencé à trainer des pieds. Cela dit, il avait quand même deux choses pour lui :

 

1. Ji Sung.

 

2. Ce n’est pas un connard.

 

On a l’habitude du génie qui traite son entourage comme de la merde et auquel on excuse tout parce qu’il est trop excellent, mais si Yo Han peut se montrer abrupt pendant une urgence quand il est frustré qu’on ne l’écoute pas alors qu’une vie est en jeu, il est généralement quelqu’un de gentil avec son entourage et ses patients, et le moment où il voit l’héroïne courir en pleurant et la suit parce qu’il est inquiet (sans qu’il y ait de notion de romance à ce stade) est celui où je me suis dit que même si l’idée de Dr. Génie ne me parlait pas à ce moment-là, j’allais peut-être quand même m’attacher à Cha Yo Han et vouloir le suivre. Et c’est ce qui s’est passé. J’ai été inquiétée par le tournant de l’épisode 2, mais finalement, les seuls épisodes de ce drama que je n’ai vraiment pas aimés sont les deux derniers, et sinon, je n’ai pas adoré le drama, mais j’ai quand même bien aimé et la série et Cha Yo Han, car il est clair qu’il fait de son mieux et prend à cœur son équipe et ses patients.

[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한

 

 

 

Patients, douleur et solutions

 

Certaines fictions hospitalières gèrent un gros cas par épisode, certaines ne s’intéressent pas vraiment aux patients ni aux diagnostics, chacune a son propre focus et son propre rythme. Dans Doctor John, on passe en gros 2 ou 3 épisodes sur chaque grand cas, avec des patients qu’on apprend à connaître, et parvenir au bon diagnostic est présenté comme un jeu d’enquête où notre équipe de médecins échange des idées et cherche à mieux comprendre le patient et sa vie pour savoir exactement ce qu’il a.

 

Et là, c’est le moment où je vous fais deux « aveux » :

 

1/ je suis rarement intéressée par les diagnostics eux-mêmes dans une série médicale. Par exemple, j’ai regardé toutes les saisons de Dr House (et j’aime bien cette série… je sais que le personnage central est l’incarnation même du Dr Génie dont les abus sont tolérés à cause de son excellence, mais des fois je suis d’humeur, des fois non, et il faut prendre en compte la série dans sa globalité aussi) et dans chaque épisode, ce que j’appréciais c’était les dialogues, les relations entre les personnages, et puis la musique (importante, la musique !)(j’aime beaucoup l’OST de Doctor John aussi ! En particulier Pain or death et Way back) mais rarement d’avoir une réponse à « qu’a le patient exactement ? ».

 

2/ je suis hypochondriaque. « A quel point » dépend des périodes. Mon hypochondrie est un symptôme d’une angoisse générale et selon mon niveau d’angoisse du moment, je peux aller bien ou spiraler complètement. Le mois dernier, j’ai passé une semaine entière à enchainer les crises d’angoisse et de larmes parce que j’étais persuadée que j’allais mourir de maladies qui changeaient un peu tous les jours. Et puis parfois je vais bien pendant plusieurs mois. Des fois je peux regarder un drama médical et tout va bien, des fois une série n’a qu’à mentionner le mot « cancer » ou « diabète » et je sombre dans une spirale. Pendant Doctor John, je traversais une période d’angoisse et je vous avoue que lorsque l’équipe discutait de maladies, il m’arrivait de sentir le stress monter méchamment. C’était pas rationnel, d’autant que le drama nous rappelle souvent que les cas des patients sont des cas rares, mais bon de base mes problèmes d’anxiété ne sont pas rationnels.

 

Bref, ce que j’essaie de dire c’est que de base je suis pas le public visé, et aussi que j’étais pas dans les meilleures conditions pour ce drama, et ça, ça vient pas de lui mais de moi.

 

Pour revenir au point 1, cela dit, c’est vrai que les maladies comme mystères à résoudre c’est pas ma came, mais dans ce drama, même si je n’étais pas intéressée par la nature de la maladie qui serait découverte (et que je m’imaginerais potentiellement avoir, défiant toutes les lois de la logique), j’espérais quand même que le diagnostic serait fait parce que je voulais que les gens en souffrance soient soignés.  C’est la base, vous me direz, mais en fiction c’est pas évident que je vais prendre à cœur le devenir d’un patient, sauf que Doctor John, comme précédemment établi, passe du temps sur chacun d’entre eux. Pas juste sur les patients mais aussi leur entourage. On ne les voit pas trop en dehors de l’hôpital, la série reste concentrée sur ses personnages principaux, mais il y a un nombre de « grands cas » réduit, on les revoit presque tous plus tard dans la série, et on nous les montre en tant que personnes, ce qui a du sens parce qu’au cœur de la philosophie de Cha Yo Han on a cette idée que les médecins ne soignent pas des maladies, ils soignent des gens (ou du moins, ils devraient).

[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한

C’est donc pas absurde que la série passe du temps sur ces gens que Yo Han et son équipe essaient de comprendre pour mieux les soigner. Et cette façon de voir les choses est exactement ce qui a mené Cha Yo Han à euthanasier un patient.

 

Le domaine de Cha Yo Han, c’est la douleur. Il voit des patients qui souffrent et son boulot c’est de déterminer pourquoi et d’atténuer cette douleur, voire l’éradiquer si c’est possible. Et sa position est qu’il doit faire ce qu’il y a de mieux pour le patient, or parfois « le mieux » peut être une mort assistée. Quand la douleur est trop forte, la qualité de vie trop réduite, et qu’il n’y a pas d’espoir de solution ou amélioration, la mort peut devenir la meilleure option (et une option que, personnellement, je pense que les patients devraient avoir légalement).

 

Là où cela devient trouble, c’est que Cha Yo Han a pour objectif de faire ce qu’il y a de mieux pour ses patients, et parfois ça implique de faire fi des volontés exprimées par ceux-ci. Il arrive plusieurs fois qu’il maintienne en vie un patient qui avait officiellement exprimé un souhait contraire, parce qu’il a perçu un truc que le patient n’avait pas perçu ou dont le patient ne pouvait pas avoir connaissance. Chaque fois, donc, la série lui donne raison, mais déjà, la question « et s’il avait eu tort ? » ne peut pas ne pas être posée, et, en tous les cas, il reste que Yo Han a outrepassé les volontés exprimées par les patients. Donc on a d’un côté des patients qui n’ont pas forcément toutes les cartes en main, de l’autre un médecin qui ne respecte pas toujours leur volonté, et des humains faillibles partout, donc leur remettre entre les mains une décision avec un résultat aussi irréversible qu’une mort humaine… on comprend que le procureur interprété par Lee Kyu Hyung puisse être frileux à l’idée.  

[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한

Le premier argument du procureur est que tuer quelqu’un est automatiquement un meurtre, mais le second est que si la pratique de l’euthanasie est intégrée au système alors viendront avec cela des problèmes de corruption et d’abus. Une objection que je trouve compréhensible. Personnellement, je crois au droit de chacun de décider quoi faire de son propre corps (et j’admets que de façon très égocentrique, c’est une solution que j’espère avoir un jour), mais j’imagine que, dans ce cas, le procureur me répondrait (et le cas se présente dans la série) : est-ce qu’il faut cesser d’essayer de réanimer les personnes ayant fait une tentative de suicide, dans ce cas ? Mais dans un contexte désespéré où un patient souffre sans espoir de guérison et a une qualité de vie trop réduite, il va vers sa mort de toute façon, et l’euthanasie ne fait rien qui n’arriverait pas, et donne juste à la personne un contrôle dans une situation où la maladie semble souvent saper tout contrôle aux gens justement (perte d’autonomie, incapacité à fonctionner normalement, etc). D’un autre côté, imaginez qu’un médecin euthanasie un patient mais que l’année d’après il soit découvert un nouveau traitement qui aurait pu le sauver… ou qu’il y ait eu une erreur de diagnostic… On ne peut pas exactement ressusciter le patient. Le drama présente l’arrivée au diagnostic presque comme une enquête policière, et on sait que dans les enquêtes policières, il y a parfois des erreurs et des gens condamnés à tort. S’ils sont condamnés à mort et effectivement exécutés (une autre pratique à laquelle notre procureur est opposé) puis découverts innocents, l’erreur n’est pas réparable. Et Cha Yo Han, lui, s’inquiète aussi de la possibilité qu’avoir le pouvoir de légalement et sans souffrance donner la mort aux patients érode la motivation des médecins à les soigner, et les pousse eux, les patients, et leurs familles, à choisir la solution « de facilité ». Par ailleurs, j’imagine, aussi, qu’aider des gens à mourir ne doit pas être sans séquelles psychologiques.

 

Bref. J’ai ma position (pro-légalisation) sur le sujet, mais j’étais intéressée par le débat entre les personnages. Et c’est pour cette raison que j’aurais aimé que, plutôt que de passer du temps sur des affaires de vengeance personnelle qui n’apportaient pas grand-chose au drama, Doctor John se concentre plus sur les combats d’idées et un débat plus clair.

 

En tous cas, parce que le drama se penche sur les droits des patients mais aussi le rôle des médecins, il ne s’attarde pas juste sur les patients mais aussi sur notre équipe médicale. Certains personnages ont plus de temps d’écran que d’autres, bien sûr, mais chaque docteur de l’équipe a son petit moment où il est mis face à une remise en question dans sa façon d’exercer : l’un va par exemple devoir apprendre à mettre de côté son égo, un autre va devoir faire face à une erreur passée, ce genre de choses. Et à vrai dire, j’ai bien aimé la petite équipe autour de Cha Yo Han.

 

 

 

L’équipe, la romance, l’héroïne

 

Comme je l’ai déjà dit, Yo Han n’est pas du tout froid avec son entourage. Il s’en fait pour les gens, et j’ai trouvé ça plutôt touchant, à vrai dire, de le voir s’intégrer à l’équipe de poupettes qui se mettent à le regarder avec des cœurs dans les yeux. Pas juste d’admiration mais aussi d’affection. Certes, je baillais un peu devant le côté Dr Génie parfois, mais d’un autre côté j’admets que voir les petits jeunes fanboyiser m’attendrissait un peu. Et surtout j’aimais juste bien ces gens. Certains d’entre eux peuvent se montrer relous par moments, mais ce sont de bonnes personnes de façon générale et je dis pas qu’ils font les personnages les plus passionnants de Dramaland mais j’avais de l’affection pour eux.

 

Je note quand même que les dramas de ce genre et les vidéos d’ASMR me donnent des attentes particulièrement irréalistes, haha. Maintenant je vais m’attendre à ce que tous mes médecins soient jolis et aux plus petits des petits soins pour moi, comme si j’étais la personne la plus importante de tout l’univers. Ah là là.

 

Bref, j’aimais bien cette équipe, et mon favori était sans nul doute Lee Yoo Joon (le personnage de Hwang Hee). Dans un sens, son personnage prend un virage entre les épisodes 2 et 3 que j’ai trouvé étonnant et qui a participé au changement d’ambiance, parce qu’il passe de quelqu’un de très opposé à Cha Yo Han au plus grand des fanboys. On a un peu l’impression qu’un bisounours lui a vomi dessus entre temps. Mais j’ai trouvé sa relation avec Yo Han amusante et même un peu touchante, et c’est vrai que j’ai un faible pour l’acteur et que j’accrochais bien à sa petite romance sur le côté. Et puis le personnage m’était juste sympathique. Le personnage la moins immédiatement attachante est probablement Kang Mi Rae (interprétée par Jung Min Ah) parce qu’elle peut se montrer corrosive et très injuste au début de la série, mais au fil des épisodes j’y ai accroché et j’ai aimé regarder l’évolution de sa relation avec sa sœur, aka notre héroïne. Les autres membres de l’équipe sont plus mineurs mais apportent leur pierre à l’édifice, et j’ai aimé voir tout ce monde s’attacher à Yo Han.

[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한

Notre héros n’a pas le cœur froid mais il vit dans un monde très solitaire, comme c’est exprimé notamment via le motif récurrent des « cubes en verre », qui semblent séparer Yo Han des autres (qu’il se trouve dedans ou que les autres s’y trouvent), le rendant capable de voir le monde et interagir avec sans pouvoir complètement y participer, sans pouvoir tout à fait le ressentir. Donc le voir être de plus en plus entouré, ça me faisait plaisir, et je n’ai pas manqué de noter, aussi, que lorsque l’héroïne finit par lui avouer les sentiments qu’elle a pour lui, cela se déroule dans une sorte de boite en verre.

 

Je ne sais pas trop ce que j’ai pensé de la romance de la série. Un peu comme les cheveux de l’héroïne, j’étais pas décidée.

 

(je n’avais pas pensé à prendre de screencap donc je l’ai piquée dans: ce tweet)

 

J’aimais les deux acteurs ensemble, je trouve qu’ils avaient une bonne dynamique ensemble, et honnêtement je pense que je serais capable de shipper Ji Sung avec à peu près n’importe qui à ce stade, donc pendant les scènes qui relevaient de la romance j’étais en mode « aw » et « kyah » ne serait-ce qu’à cause de lui. Donc on peut dire que j’étais en mode « ship », oui, même si j’étais parfois un peu mise mal à l’aise par la façon dont l’héroïne entendait prendre Yo Han en charge. Qu’elle s’inquiète pour lui, qu’elle l’engueule quand il ne faisait visiblement pas assez attention à sa santé, ça me paraissait naturel, et le type avait clairement besoin qu’on l’aide à accepter de l’aide, mais parfois Shi Young me semblait dépasser des limites qui me faisaient grimacer pas de rage mais de gêne, un peu. Je la trouvais un peu intrusive, mettons. Bien intentionnée, mais intrusive.

 

Cela dit, elle ne me déplaisait pas en tant que personne, je lui souhaitais du succès dans sa carrière et elle avait toute ma sympathie dans ses histoires de famille, et si le personnage m’a réellement frustrée ce n’est pas tant à cause de sa nature mais plus de son développement.

[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한

Elle est (avec le personnage qui en veut personnellement à Yo Han) le personnage qui m’a le plus frustrée de ce drama. Voyez-vous, le souci avec les génies c’est que comme ils sont censés être meilleurs que tout le monde, ça veut aussi dire que personne autour n’a leur niveau, et c’est quelque chose de compliqué à écrire. Certaines séries ont du mal à écrire des génies donc ils écrivent des imbéciles autour pour créer un génie par contraste, par exemple. Ici, ce n’est pas ce qui se passe entre Yo Han et l’héroïne, cela dit, parce que Shi Young n’est pas une imbécile, et apporte une contribution précieuse à l’équipe. Malgré tout, comme il faut marquer le génie de Yo Han, Shi Young est maintenue dans son ombre, et ça m’a frustrée. Je ne dis pas qu’elle aurait dû devenir meilleure que lui, mais puisque Doctor John était aussi l’histoire de comment Shi Young revient à la médecine et s’y épanouit, il m’aurait semblé logique qu’on nous la montre capable de fonctionner sans lui, une fois devenue une bonne médecin à sa propre façon. Et ce n’est pas comme si le drama avait manqué d’opportunités !

 

Au début, c’est normal qu’elle se repose sur Yo Han, bien sûr. Surtout dans la prison : elle n’a pas pratiqué depuis un moment, et elle est en pleine remise en question donc elle doute d’elle-même. Même après cela, dans l’hôpital il est son supérieur, a plus d’expérience et elle est en apprentissage avec lui comme professeur. Donc pas de souci. J’ai commencé à être déçue lorsque le drama créé une situation où Shi Young se retrouve physiquement séparée de Yo Han à devoir gérer une crise quasiment toute seule. J’étais doublement ravie de cette situation 1/ parce que mon cœur de shippeuse en folie se délectait de voir Yo Han mort d’inquiétude pour la sécurité de Shi Young, et 2/ parce que j’étais contente que Shi Young se retrouve à devoir gérer seule, car ce serait l’occasion de voir les progrès qu’elle avait faits… sauf qu’au final le drama ne peut pas s’empêcher de remettre Yo Han en charge. Mais soit, admettons qu’il était trop tôt. Sauf qu’à la fin, on nous refait un coup similaire ! A ce stade l’héroïne est parfaitement capable de gérer son boulot toute seule, on nous le dit, mais ce qu’on nous montre est un cas où elle est bloquée, donc Yo Han doit encore intervenir. Ca a l’air d’être un détail, mais émotionnellement la fin donne le sentiment qu’il n’y a pas eu de vrai progrès, et ça vient s’ajouter au reste d’un final de drama que j’ai trouvé très frustrant de façon générale, entre répétitions, dramas inutiles et soufflés retombés.

 

[spoiler] Yo Han rompt avec l’héroïne et essaie de se barrer en lui faisant croire qu’elle ne compte pas pour lui, mais elle le rattrape à l’aéroport et finalement ils ne rompent pas donc j’avais bon espoir qu’on échappe à une situation trop reloue, mais finalement Yo Han et Shi Young perdent contact, d’abord parce que Yo Han ne peut plus contacter Shi Young puis parce qu’il décide de ne plus la contacter, tout cela pour se pointer 4 ans plus tard, après 3 ans et demi de silence, sans aucune excuse ou explication. Et l’héroïne est en colère deux secondes mais elle apprend de Yoon Joon que pendant l’année où Yo Han a été en Corée du Sud et ne l’a jamais appelée, il est venu tous les jours la regarder de loin à l’hôpital, donc finalement ils se réconcilient, parce que de toute façon elle n’a jamais réussi à trouver quelqu’un d’aussi trop cool que Yo Han, elle ne l’a jamais oublié.

 

Le coup de « Shi Young pensait que Yo Han n’avait pas été là pour elle, mais en fait il pensait à elle » (même si à mes yeux ça retire rien au fait qu’il a pas été là pour elle, mais bon) « et elle l’apprend via Yoon Joon et court se jeter dans les bras de Yo Han » est un coup qu’on nous fait deux fois dans les deux derniers épisodes, donc il y a un sentiment de répétition de ce côté-là, mais aussi je trouve que le « il m’a ghostée pendant 3 ans et demi mais je suis jamais passée à autre chose » s’ajoute au « je suis devenue une docteure capable pendant ces trois années mais à la seconde où Yo Han revient, j’ai besoin de son aide car je n’arrive pas à diagnostiquer le patient seule » et donne ce sentiment que l’héroïne a été en veille en attendant le retour de Yo Han, et bref, frustration. En plus, le fait que tout se résolve de cette façon fait que le saut dans le temps et les drames qui sont allés avec ne semblent vraiment pas nécessaire, et je n’ai pu m’empêcher de me dire qu’à la place Doctor John aurait pu passer plus de temps à conclure l’histoire de l’infirmière qui a essayé de détruire la vie de Cha Yo Han, parce qu’elle commet des actes drôlement vils et motivés par la haine, donc sa confrontation de deux secondes avec Yo Han puis « trois ans après ils sont en bons termes », c’était faible, quand même. [/spoiler]

 

En clair, je n’ai pas été convaincue, et ai même été agacée, par ces deux épisodes finaux.

 

Ce qui signifie qu’à mes yeux, le début du drama est sa meilleure partie, le milieu m’a bien plu sans être aussi bon que ce que j’avais perçu dans les deux premiers épisodes, et les deux derniers épisodes sont les moins bons de toute la série. Je n’ai pas besoin de vous dire, je pense, que ce n’est pas une progression rêvée pour n’importe quelle fiction, parce que ça m’a du coup laissée avec un goût de déception dans la bouche, malgré le fait que j’aie été embarquée par le drama pendant une majeure partie de ses épisodes.

 

 

 

En conclusion

 

Doctor John est un drama qui a eu pour principal défaut de m’en promettre trop au début puis de suivre cela par une série engageante mais pas autant que promis avant de se terminer sur sa moins bonne note, si bien qu’il m’a laissé un sentiment de déception. Malgré tout j’y ai aussi trouvé plein de choses à apprécier, dont des personnages attachants, un OST qui m’a plu, des discussions sur le thème intéressant de l’euthanasie, et Ji Sung, si bien que je n’ai quasiment jamais rechigné à lancer chaque épisode. C’était prenant, bien interprété, et la série ne manquait pas d’émotions, donc je suis contente de l’avoir regardée, même si je ne la compterai probablement jamais parmi mes favorites, rapport à un potentiel pas suffisamment exploité et des développements mal gérés à mes yeux. Il faut bien sûr garder à l’esprit qu’à la base le drama donnait dans un genre qui n’est pas mon genre de prédilection, mais je tire donc un bilan mitigé de la série. Cela dit, Ji Sung. Merci KdramaTiti :)

[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한
[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한

 

Sur ce, juste trois images supplémentaires du visage de Ji Sung en bonus :

 

[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한[Prison de verre et droit à mourir] Doctor John  의사 요한

 

 

 

Sur ce encore, d’autres histoires avec des génies :