[Médecins vs capitalistes] LIFE 라이프

Publié le 22 Octobre 2021

LIFE était exactement ce que je n’avais pas envie de voir, pile au mauvais moment, et j’ai adoré.

 

 

Diffusé en 2018

Sur jTBC & Netflix

Réalisé par Hong Jong Chan

Ecrit par Lee Soo Yeon

 

Avec :

Lee Dong Wook : Ye Jin Woo

Jo Seung Woo: Goo Seung Hyo

Won Jin A: Lee No Eul

Lee Kyu Hyung: Ye Sun Woo

Yoo Jae Myung: Joo Kyung Moon

Moon Sung Geun: Kim Tae Sang

Moon So Ri: Oh Se Hwa

Chun Ho Jin: Lee Bo Hoon

Kim Won Hae: Lee Dong Soo

Uhm Hyo Sub: Lee Sang Yub

Tae In Ho: Seon Woo Chang

Yeom Hye Ran: Kang Kyung Ah

Etc

 

 

Version vidéo :

 

Dontesque ?

 

Récemment acquis par une entreprise privée, un hôpital voit l’arrivée d’un nouveau manager chargé d’augmenter son efficacité et son rendement, au grand damne des médecins qui vont devoir se battre s’ils veulent empêcher les changements. Histoire d’arranger les choses, le décès récent du directeur les a laissés sans meneur pour prendre leur défense, et ses successeurs potentiels ne tardent pas à se lancer dans la course au trône.

 

 

oOo

 

 

Introduction

 

Ce à quoi je m’attendais

Ce que le drama était en vérité

Hôpîtal et politique

L’ambiance

Les personnages

Ye Sun Woo

 

En conclusion

 

 

 

Je pense qu’il n’y a pas de gros suspense sur le « pourquoi j’ai regardé ce drama » mais, bien sûr, c’était une question de casting. Plus particulièrement, j’ai décidé de lancer le drama parce qu’à ce moment-là je préparais un article sur Won Jin-Ah (annulé depuis), donc après She would never know… j’ai enchainé sur LIFE qui, en plus, avait le gros gros avantage d’également faire jouer Lee Dong Wook (que j’adore et venais de voir dans Strangers from Hell, donc je l’adorais même plus que d’habitude) et Jo Seung Woo (qui est un excellent acteur à la dramagraphie bien trop courte). Néanmoins, je dois admettre que j’ai dû me forcer un peu à le lancer, celui-là. Même avec ce casting, je craignais qu’il ne fonctionne pas du tout pour moi. Spoiler : ça a fonctionné (en vrai c’est même pas un spoiler si vous avez lu la phrase d’intro au-dessus du poster MAIS BON). Ca a très bien fonctionné même. Parlons-en !

 

Et en premier lieu, je m’en vais expliquer pourquoi je pensais que ce drama ne serait pas pour moi, histoire que, si vous vous reconnaissez dans ce portrait, vous vous disiez que, finalement, vous laisserez peut-être quand même une chance au drama.

 

 

Ce à quoi je m’attendais

 

Je ne suis pas friande de séries hospitalières, et ce particulièrement lorsqu’elles sont centrées sur des batailles de politiques internes. Ça ne m’attire juste pas du tout comme combo.

 

Pourtant, je ne suis pas repoussée par les batailles politiques dans les séries historiques, par exemple. C’est rarement ce qui me passionne le plus dans les sageuks, à moins que ce soit vraiment bien fait (voir, par exemple : Tree with deep roots), mais je sais que la plupart des séries historiques sud-coréennes viennent avec et ça ne me dérange pas. Et il doit y avoir plusieurs explications, mais honnêtement je pense qu’en grande partie c’est une question d’esthétique. Dans les sageuks, il y a aussi le fait qu’il y a généralement un peu d’action, des meurtres, et des trucs fun dans le genre (rien de plus fun qu’un bon meurtre !) (je promets que je ne sais pas d’où vient tout ce sang dans mon lavabo ! je dois avoir mes règles !) mais c’est surtout que visuellement les sageuks me parlent, donc j’ai quelque chose à regarder même quand ce qui se raconte ne me passionne pas forcément. C’est très superficiel, mais bon.

 

Alors que quand je pense « série hospitalière », honnêtement, j’ai tout de suite un instinct de rejet. Déjà (comme beaucoup de gens), je n’aime pas les hôpitaux. Je n’ai jamais été dans un hôpital pour une raison heureuse (genre une naissance, par exemple). Moi mon expérience des hôpitaux ce sont des coloscopies, une fracture à la tête, et la mort de ma mère, donc je n’aime juste pas ce décor, je le trouve stressant. En plus, en bonne hypochondriaque, le décor d’un hôpital peut parfois réveiller ems angoisses à lui tout seul (et quand les médecins se mettent à diagnostiquer des gens, je commence à l’inventer toutes les maladies qu’on voit dans la série, même il est précisé qu’elles sont rarissimes). Mais ça, c’est mineur : je ne ressens pas un gros stress tant que je ne suis pas moi-même physiquement dans un hôpital. Non, le gros de la chose c’est que visuellement, je trouve les hôpitaux et les blouses très fades. C’est vraiment purement superficiel. Ce n’est pas que les histoires de médecins ne m’intéressent pas, et c’est même pas que je n’aime pas certaines séries hospitalières (entre autres, j’avais beaucoup aimé A poem a day, j’adore Scrubs, et finalement j’ai aussi adoré LIFE), c’est juste qu’a priori, ça ne m’attire pas du tout, donc il faut toujours que je me botte un peu les fesses pour me lancer.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

Bref, cette série avait l’air d’être un drama hospitalier centré en majeure partie sur le fonctionnement de l’hôpital et sur de la politique, donc j’étais pas enthousiaste. Mais il s’est avéré qu’en vérité, LIFE est…

 

 

Ce que le drama était en vérité

 

… un drama hospitalier centré en majeure partie sur le fonctionnement de l’hôpital et sur de la politique :D

 

 

Okay, LIFE n’est pas juste ça.

 

Mais il y a beaucoup de ça, quand même.

 

 

Hôpital et politique

 

Le drama ne se focalise pas du tout sur les patients de l’hôpital. Ce n’est vraiment pas une série qui se concentre sur des « cas » (donc pas d’occasion de psychoter sur des maladies que je pourrais avoir, ouf !). Au total, j’en suis ressortie en ne me souvenant réellement que de trois patients et deux d’entre eux étaient arrivés à l’hôpital en gros déjà morts.

 

Celui sur lequel on en apprend le plus, finalement, c’est le directeur de l’hôpital. Le drama s’ouvre sur sa mort, si bien que tout l’hôpital est en deuil (certains personnages, comme celui de Lee Dong Wook avaient par ailleurs une relation particulièrement personnelle avec lui) et qu’il y a un poste à pourvoir, donc on nous parle un peu de lui. Du côté des deux autres : l’un est un criminel et je ne suis même plus certaine qu’on l’entende parler, son cas n’étant utilisé que pour présenter un cas de dilemme éthique pour les médecins, et l’autre, je n’en parle pas trop parce que ça relèverait du spoiler, mais le focus est sur les conséquences de sa mort et pas tellement sur elle en tant que personne. 

 

Bref, le drama ne cherche pas à nous faire réellement connaître ses patients, il ne présente pas non plus les diagnostiques à faire comme des mystères à résoudre, et il ne sensationnalise pas les opérations. Il n’a pas d’ « affaires de la semaine » et on voit les personnages faire leur travail, oui, mais on reste concentrés sur la pratique de la médecine de façon générale, et pas sur des cas spécifiques. A la place, on a donc droit à des luttes de pouvoir et des discussions sur les hôpitaux, leur mission, leur raison d’être, leur gestion, et, surtout, leur avenir dans un monde de plus en plus capitaliste.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

Le nœud du conflit central à LIFE est que l’hôpital dans lequel exercent nos personnages a été acheté par une compagnie privée et que le patron en haut de la pyramide aimerait rentabiliser son nouveau jouet. Soigner les patients pour soigner les patients, lui, il s’en fout : il envisage les patients comme des clients. Du coup, il faut les satisfaire au moins un peu, c’est sûr, mais tous les clients n’ont pas la même valeur selon la taille de leur portefeuille, et puis parce que le produit qu’il vend est un produit essentiel et vital, le patron est aussi plus libre d’abuser, parce qu’il sait que les clients ne peuvent pas réellement choisir de ne pas consommer, à moins de se laisser mourir. Du coup, notre chaebol envoie le personnage de Jo Seung Woo sur place afin d’optimiser l’efficacité et le rendement de son hôpital, et on voit le personnage tenter de faire précisément cela, via la mise en place de différents systèmes et outils, quitte à ce qu’ils aient des conséquences négatives sur les médecins, les patients, et même les plus petites cliniques autour.

 

On assiste donc, le long de la série, au conflit qui oppose ce personnage aux médecins de l’hôpital. Du moins certains médecins de l’hôpital. D’autres sont moins réfractaires au changement, mais plusieurs voient d’un très mauvais œil la direction que prend leur lieu de travail.

 

Vous êtes déjà allé dans un parc d’attractions à l’étranger ? Apparemment, ils vendent des tickets V.I.P.. Quand on a un ticket, la longueur de la file d’attente n’a plus d’importance. Les autres doivent attendre des heures, mais pourvu qu’on ait payé plus pour acheter le ticket V.I.P., on peut sauter l’attente et passer en premier. Les écoles, les hôpitaux, les rues… Tout le monde devrait y avoir également accès. Même si tout le monde nait dans des circonstances différentes, il y a des endroits où ils devraient pouvoir se mélanger. C’est comme ça qu’on coexiste ! Les hôpitaux ne sont pas des voitures de luxe ! Ni des palais dans lesquels les gens normaux ne peuvent pas entrer même en rêve. Ce que veut M. Cho c’est n’ouvrir les portes de l’hôpital qu’aux personnes avec un ticket V.I.P.. C’est vraiment le monde dans lequel vous voulez vivre ?

Ye Jin Woo à Gu Seung Hyo, épisode 16

 

De façon assez pessimiste, le drama nous montre que les hôpitaux en tant que bien pour la communauté ne sont pas réconciliables avec un capitalisme qui engloutit tout, et que pour les empêcher d’y succomber, les docteurs doivent se battre constamment, ce qui est un problème en soi parce que se battre leur prend du temps et de l’énergie qu’ils ne peuvent donc pas mettre à soigner leurs patients. Et le drama insiste bien, aussi, sur le fait que, que les personnages arrivent ou pas à se débarrasser de Gu Seung Hyo (le personnage de Jo Seung Woo, donc) n’est qu’un détail, finalement.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

En admettant qu’ils arrivent à le faire virer, Gu Seung Hyo serait simplement remplacé, parce qu’il n’est qu’un individu et que le vrai problème ce n’est pas lui, c’est le système incarné ici par notre chaebol en chef (aka le moins nuancé de tous les personnages) [spoiler] qui, à la fin, envoie effectivement un nouveau Gu Seung Hyo remplacer l’ancien. Et le drama filme même son arrivée dans l’hôpital de la même façon que celle de Gu Seung Hyo, afin de bien appuyer sur l’idée que tout ne fait que se répéter et que la mini victoire des personnages ne fait que retarder momentanément les choses. On peut voir de l’espoir dans le fait que le personnage de Lee Dong Wook est toujours prêt à se battre mais combien de temps pourra-t-il résister encore, et à quel prix ? [/spoiler]

 

Ye Jin Woo ! Dr. Ye ! Dans une décennie ou deux, ce jour viendra pour vous aussi. Il y a de plus en plus de patients et de moins en moins d’argent. Un jour, vous serez débordé, en panique comme un poulet auquel on aurait coupé la tête, et vous courrez dans tous les sens mais il y aura trop de patients, et un jeune arrogant viendra se plaindre et vous demander « Vous ne vous dévouez pas assez à vos patients ! Pourquoi n’êtes-vous pas plus amical ? Pourquoi ne passez-vous pas plus de temps avec chaque malade comme à l’étranger ? Pourquoi restez-vous piégé dans le système comme un hamster dans sa roue ? ».

Kim Tae Sang à Ye Jin Woo, episode 14

 

Bref, ce n’est pas un drama hyper gai, et il est réellement centré autour de l’Hôpital avec un grand H, avec des personnages principaux dont l’existence dans la série tourne presque entièrement autour de cet hôpital également. Il y a des exceptions mais très peu. La principale : Ye Jin Woo (le personnage de Lee Dong Wook).

 

Pour le coup, on voit Ye Jin Woo en dehors de l’hôpital, et il a des relations avec des gens qui n’y travaillent pas : on le voit interagir avec son frère (avec qui il vit), avec la journaliste pour laquelle il a le béguin, avec sa mère. Bon, ils parlent quand même pas mal de l’hôpital et de ce qui s’y passe entre eux, mais Ye Jin Woo a une vie personnelle qui nous est montrée. Le seul autre personnage dont on nous montre la famille est l’autre personnage central du drama, à savoir Gu Seung Hyo, mais c’est bien plus fugace que pour Ye Jin Woo, pour le coup (même si ces moments sont importants car ils humanisent le personnage). Je ne crois pas qu’on voie les proches des autres personnages. On ne développe pas vraiment leur vie en dehors de l’hôpital. A vrai dire, pour certains, c’est même explicitement dit qu’ils dorment si souvent à l’hôpital qu’ils ne voient jamais leur famille. Le fait que leurs vies en dehors du travail ne soit pas à l’écran ne diminue en rien les personnages, mais oui, ça contribue à placer l’hôpital au centre de tout.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

En clair, ce drama était en grande partie exactement ce que je redoutais. Mais ça a super bien marché pour moi, et ce dès l’épisode 1, donc la question c’est : pourquoi ?

 

 

 

L’ambiance

 

Pour commencer: non, la série n’est pas visuellement fade. Oui, il y a beaucoup de blouses blanches dans des décors assez blancs, forcément, mais j’ai trouvé le drama visuellement très engageant. Malheureusement parler de réalisation, mise en scène, montage, tout cela, ce n’est pas mon fort, mais je trouve que LIFE arrive à se donner une vraie ambiance, dans laquelle je suis rentrée immédiatement.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

L’épisode 1 s’ouvre (après le générique) sur une image d’ambulance roulant très vite, à travers des rues encombrées, avec derrière une musique qui donne un sentiment de gravité et d’urgence, associée à l’alarme du véhicule. Même sans regarder l’écran, rien qu’en écoutant la scène (les pulsions du rythme, le bip des machines, l’alarme, les freins des autres voitures qui crissent) on sait direct que quelque chose de terrible est arrivé et que le temps presse. Et là, boum, l’alarme cesse de retentir alors qu’elle arrivait à l’hôpital. Tout de suite l’arrêt du son, puis le regard de Lee Dong Wook, font comprendre qu’il vient de se passer quelque chose de grave : il n’y a plus d’urgence, et c’est pas bon. C’est une entrée en matière très efficace, je trouve. On ne sait pas qui est dans l’ambulance, on ne l’apprendra que plus tard, mais on sait que la vie de ces personnages vient d’être transformée. Et ça peut être un peu frustrant, du reste, et perturbant, même, de ne pas saisir la situation (je vous avoue que j’ai cru avoir manqué des lignes de dialogue) mais en vérité, j’aime beaucoup cette entrée en matière où on est jetés sans préparation dans l’urgence, parce que je trouve que cela donne une bonne idée de ce que vivent les personnages: en tant qu’urgentistes, gérer du mieux qu’ils peuvent des crises subites, c’est leur quotidien.

 

Bref, cette ouverture m’a tout de suite mise dans de bonnes conditions, et après cela, il y a des tas de moments qui me sont particulièrement restés.

 

Malheureusement, mon favori est un spoiler : [spoiler] c’est dans l’épisode 16. A ce stade,  Gu Seung Hyo doit quitter l’hôpital parce qu’il a été relevé de ses fonctions. Seul dans son bureau, il regarde la plaque avec son nom puis marche jusqu’à la fenêtre d’où il peut voir tous les étages de l’hôpital sous lui. De sa position dominante, il regarde en bas et on ne voit personne, juste les escalators et les lumières.  Puis la caméra part du sol, quittant le point de vue de Gu Seung Hyo, et cette fois elle remonte les étages, depuis ceux avec de la vie en bas jusqu’à arriver au bureau de Gu Seung Hyo désormais vide, la caméra s’attardant sur sa chaise vacante puis sur le bureau dans son entièreté, silencieux, éteint, désert. Tout le long, la musique calme mais triste souligne la profonde mélancolie de la scène. Gu Seung Hyo était trop haut pour voir la vie en bas, mais il voulait la voir, et à présent il doit laisser sa place. C’est dur de vous décortiquer réellement la scène parce qu’elle prend sa signification grâce à l’évolution du personnage et que je vais pas vous résumer les 15 épisodes précédents, mais c’était un drôle de sentiment de voir ce bureau vide. Alors même que les personnages que je soutenais avaient lutté pour faire éjecter Gu Seung Hyo, j’ai eu un pincement au cœur énorme. [/spoiler]

 

Mais j’ai aussi aimé les basculements de la caméra chaque fois que le « fantôme » de Ye Jin Woo apparaissait (j’en reparler plus tard) dans ses moments de doutes, et j’ai aimé le moment où Ye Jin Woo, inquiété par les changements dans son hôpital, imagine le service des urgences vide et se dégradant à vue d’œil, et j’ai aimé la marche silencieuse de Lee No Eul et Gu Seung Hyo dans l’hôpital la nuit.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

Et pour revenir à l’épisode 1, j’ai aimé la façon dont le drama nous fait sentir la taille de l’hôpital (quelque chose de récurrent dans le drama), et la façon dont des lumières s’assemblent pour créer le titre de la série. Il n’y a pas « d’origine » aux lumières, mais dans le contexte (parce qu’on vient de voir les lumières des phares, des lampadaires, des fenêtres dans la nuit) c’est comme si toutes les lumières de la ville s’assemblaient pour former le titre « Life ». Ce que j’ai aimé justement parce que le titre est « Life / Vie ».

 

 

C’est un mot simple et unique, mais un concept vaste.

 

La vie, c’est l’existence que mènent les personnages, leur quotidien, et un quotidien que plusieurs d’entre eux remettent en question. Dans le contexte de l’hôpital, la vie, c’est aussi ce que les médecins, cherchent à protéger. Leur boulot ne se résume pas à éviter que leurs patients meurent mais c’est quand même dans les priorités, on va dire (o.o), donc la vie, c’est l’enjeu de leur métier. Mais aussi une chose sur laquelle ils s’interrogent, et dans l’épisode 3 Ye Jin Woo pose une question sur laquelle les médecins, dit-il, débattent depuis deux millénaires : où est le centre de la vie, dans le corps humain ? Le cerveau ou le cœur ? D’après lui, la réponse, néanmoins, est le sang, parce qu’il circule dans tout le corps, et connecte le cœur et le cerveau.

 

Pour revenir au titre, les lumières qui le composent sont les témoins de la présence humaine, et pour ma part j’ai interprété cela comme une volonté du drama de nous dire que la vie, ce sont les gens. Pas l’économie ou le profit, pas ce qu’on construit, pas la ville, mais les gens qui y vivent. Ils sont le sang de ce monde, qui permet de tout connecter et faire fonctionner des structures qui, sans eux, n’auraient plus de sens (bien sûr, tout ceci est très anthropocentré). Du coup, ce sont eux qu’il faut protéger, et le drama s’attache à les créer imparfaits, complexes, et (presque) sans distinction claire entre gentils et méchants (notre chaebol est, comme précédemment cité, l’exception). Et ils m’ont beaucoup touchée.

 

Le drama créé une ambiance souvent très mélancolique qui n’a pas cessé de me foutre les larmes aux yeux. Les personnages ont quasiment toujours l’air exténués, et toute l’atmosphère de la série ne fait qu’en rajouter. C’est pour cela que je n’ai pas avalé la série, du reste : c’était excellent, mais pas exactement léger, et j’avais parfois besoin de souffler un peu.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

La musique participe beaucoup, évidemment. Tous les morceaux sont calmes et on y retrouve ce sentiment de mélancolie dont je parlais. Même dans les titres des morceaux : Home, Close your eyes, Silence, Going Home, Bye… On n’est pas exactement dans la musique de boite nuit. Il y a bien un morceau qui s’appelle « Fine » mais même celui-là…. Ecoutez, ce sont tous de jolis morceaux, mais en clair on regarde pas Life pour se donner le peps. Bien sûr : il y a des moments de victoire qui font lever le poing avec un « fuck yeah », des cliffhangers et des morceaux plus énergiques parce que, après tout, nos protagonistes sont en guerre et qu’il y pas mal de stress et de comptes à rebours dans l’équation. Le drama ne manque pas d’énergie, il n’est juste pas enjoué et a le ton généralement pesant avec une pointe de tristesse.

 

Et j’ai adoré ça.

 

Donc premier bon point pour la série. Le second ? Les personnages.

 

Les thèmes abordés par la série sont intéressants, évidemment, et ils en font en grande partie l’intérêt, mais si j’avais juste voulu entendre des gens débattre de capitalisme et de l’avenir de la médecine, j’aurais regardé un documentaire. Non, ce qui fait véritablement la série (et c’est en accord avec sa vision de « la vie »), en plus de son ambiance, ce sont ses personnages et leurs nuances.

 

 

Les personnages

 

Ça aide, bien entendu, que le cast soit si solide. Et par « le cast est solide » je veux en grande partie dire que nous ne méritons pas Jo Seung Woo, mais le reste du cast est bon aussi.

 

Won Jin Ah (la raison principale de ce visionnage, donc) n’y livre pas sa performance la plus marquante, mais elle fait malgré tout de Lee No Eul un personnage très engageant, plein de douceur et de volonté. Lee Kyu Hyung, qui joue Sun Woo, le petit frère de Ye Jin Woo (dont on reparlera plus tard) est particulièrement bon et m’a arraché le cœur (et après cela, j’ai plus que jamais peur de Hi Bye Mama : si je décide de regarder ce drama, il va probablement me détruire), Yoo Jae Myung est excellent, j’ai adoré la bad-assitude de Moon So Ri dans le rôle d’Oh Se Hwa (qui a certain des moments les plus « fuck yeah ! » de ce drama, et je n’ai jamais été lassée de la voir remettre à leur place des hommes adultes en les faisant se sentir tous petits), et j’étais absolument ravie de retrouver Yeom Hye Ran (précédemment vue dans When the camellia blooms) dans un rôle d’assistante hyper attachante (que je shippais un chouïa avec Ye Sun Woo, on va pas se mentir). Moon Sung Geun et Um Hyo Sub sont toujours justes, et Tae In Ho m’a pas mal serré le cœur : bref, on a un excellent casting.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

Lee Dong Wook fonctionne bien aussi.

 

Selon les rôles, Lee Dong Wook est un acteur qui peut être trop rigide, mais déjà, il est magnifique, et je sais que c’est très superficiel et n’a rien à voir avec ses talents d’acteur, mais bordel si le drama peut le souligner à chaque épisode (j’exagère un peu, mais c’est plusieurs fois mentionné quand même, notamment par le personnage de Yeom Hye Ran qui fangirlise complètement dessus… copine :’D mais Lee No Eul mentionne la joliesse de son visage également, et au passage je ne savais pas où le caser mais j’adore que Ye Jin Woo et Lee No Eul soient deux amis aussi proches et complices, de genres différents, sans qu’il y ait la moindre trace de sentiments romantiques entre eux. Yay !) j’estime que j’ai le droit de le dire aussi. Il est magnifique, j’adore son visage, et j’adore ses yeux, et je veux le fixer à longueur de journée, et m’extasier dessus même si je dois y laisser la vie et quelques dents (okay, peut-être pas tout à fait à ce point)(mais du coup après LIFE j’ai regardé My girl et Legend of the Nine-Tailed). BREF. Lee Dong Wook est un acteur qui a parfois ses limitations (mais je trouve que c’est moins vrai maintenant, et qu’il a pas mal progressé) et en l’occurrence, je trouve qu’il fonctionne bien dans ce drama. Sa performance n’est pas très énergisée, même ses moments d’émotion intenses passent plus par les yeux (son regard a toujours été le plus grand atout de Lee Dong Wook, je trouve) que par de grandes démonstrations, et du coup, il a l’air exténué 99% du temps, ce qui a du sens pour moi vu qu’il joue un type qui est exténué et a vraiment, vraiment besoin de vacances. Bien sûr, il y a des scènes légères, dans lesquelles il m’a fait beaucoup sourire, et Lee Dong Wook y est adorable, mais la plupart du temps on a très envie de l’envoyer prendre un an de pause.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

Néanmoins, il me parait assez clair que le MVP de ce drama est Jo Seung Woo, il n’y a pas de vraie compétition (pardon, Lee Dong Wook, I love u ;;). Gu Seung Hyo est un personnage qu’on découvre très progressivement, en pelant les couches comme celle d’un oignon, et au début il est une figure très menaçante qu’il aurait été très facile de détester, et contre laquelle on pourrait aisément se braquer. Mais avant que l’écriture se mette à détailler les nuances du personnage, elles sont déjà dans l’interprétation de Jo Seung Woo. Je n’aimais pas ce qu’il était venu faire dans l’hôpital, il était l’Ennemi, mais bordel qu’il était charismatique, et il ne m’a jamais semblé inhumain, jamais repoussant,  et j’avais déjà envie d’en voir plus. Et plus on en voit, plus on réalise qu’il a beau pouvoir être un homme d’affaires à la tête très froide, il y a aussi beaucoup de chaleur au personnage, chaleur qui se sent particulièrement dans son sourire. Jo Seung Woo a un sourire terriblement engageant quand il semble sincère. Le genre de sourire qui pourrait faire fondre la neige, le genre qui te donne l’impression que quelqu’un t’enroule dans un bon plaid, et ces sourires sont si rares dans le drama qu’ils en deviennent précieux.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

A ce stade de l’article, vous avez certainement déjà développé une allergie sévère au mot « nuances », et j’apprécie énormément votre existence ainsi que votre gentillesse de m’avoir lue jusqu’ici, mais parce que je suis, au fond, très ingrate, je m’en vais malgré tout vous provoquer une crise d’allergie et potentiellement vous envoyer aux urgences (où les docteurs ne sont malheureusement pas tous aussi jolis que Lee Dong Wook) en répétant que la grande force du drama, ce sont les nuances de ses personnages.

 

Le seul personnage à en manquer réellement, et à en sembler moins humain en conséquence, est, comme précédemment établi, le chaebol qui a acheté l’hôpital, ce qui a beaucoup de sens dans ma tête, parce que ça en fait plus tant une personne mais la représentation du système, du capitalisme, un concept sans sentiments. Et le véritable Ennemi avec un grand E. Sinon, les personnages sont plus complexes que cela et ne peuvent généralement pas être complètement séparés entre « gentils » et « méchants ». Clairement, il y a des personnages dont j’ai pris le parti et d’autres non, mais ils ne peuvent pas être résumés simplement. Par exemple, quand certains docteurs font des erreurs et ne les assument pas, évidemment, j’étais partisane de les punir et même de leur retirer leur droit d’exercer pour certains, mais à la fois, les regarder bosser pendant 16h m’avait épuisée, donc je n’ose même pas imaginer ce que 16 ans de cette vie peuvent faire à une personne. Cela ne change rien aux fautes commises, ni à leur gravité, mais simplement, on ne peut pas résumer les personnages à « ils sont méchants ».

 

Et j’avais beau être fermement opposée à la direction dans laquelle Gu Seung Hyo voulait mener l’hôpital, je comprenais en partie son point de vue et ses motivations. Et il était clair que le type n’est pas un monstre (on le voit faire preuve de compassion envers plusieurs personnages, humains ou pas, et il est sous-entendu verbalement et non-verbalement que lui et sa famille ont connu la pauvreté suite aux actions de chaebols, si bien qu’il sait comme les puissants de ce monde peuvent être effrayants, et comme la vie de ceux sans pouvoir est difficile), et bosse très dur (il se plonge très sérieusement dans les détails du fonctionnement de l’hôpital, se penche sur les procédures médicales, apprend tous les termes, etc), et a (malgré ce qu’on pourrait penser) le bien-être de ses employés au moins un peu en tête. Je pense que le signe le plus évident de cela est que lorsqu’il semblerait qu’il soit sur le point de perdre sa position, les deux personnes ayant bossé avec lui le plus en rapproché et le plus longtemps veulent tous les deux continuer à travailler avec lui aussi longtemps que possible. En général, c’est plutôt bon signe.  

 

Plusieurs fois, il nous est montré que Gu Seung Hyo, lui (contrairement à son patron), n’en a pas rien à faire du tout du bien-être des patients. Lorsqu’une erreur médicale a été commise, il s’insurge, et c’est parce que du mal a été infligé à quelqu’un. Et il a la tête pleine d’idées pour augmenter le rendement et l’efficacité de l’hôpital, parce que son boss veut faire du profit mais aussi parce qu’un hôpital a besoin d’argent pour fonctionner, et limiter les erreurs fait également partie de ses priorités. Parfois, il prend même des mesures qui améliorent le quotidien des médecins et leur permettent de faire leur job plus facilement… mais la plupart n’entrent pas dans cette catégorie. Gu Seung Hyo est un type intelligent qui pourrait transformer l’hôpital pour le meilleur, et une part de lui a bien cela à l’esprit, mais ses objectifs, la personne pour laquelle il travaille, ne sont, au final, pas suffisamment réconciliables avec ses aspirations plus humaines. Ça en fait un personnage que j’ai trouvé vraiment intéressant à suivre tandis que le drama nous le dévoilait petit à petit.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

Mais oui, clairement, le drama se positionne lui aussi dans le camp adverse de Gu Seung Hyo. Sa mini-romance (hyper légère, ne rentrez pas dans ce drama pour la romance) a d’ailleurs une qualité doucement rédemptrice et le simple fait qu’il y ait une idée de « rédemption » signifie qu’il y a quand même un côté meilleur que l’autre, et c’est celui qui n’est pas dominé par le chaebol monstrueux, celui qui ne veut pas faire de l’hôpital un service de plus en plus réservé à une élite fortunée. Forcément.

 

Certaines personnes n’ont pas besoin, dans une histoire, de soutenir qui que ce soit, et je ne dirais pas que j’en ai besoin exactement, mais pour moi, ça a tendance à naturellement arriver, et là j’étais donc fermement #TeamYeJinWoo dans la grande bataille entre lui et Gu Seung Hyo. Je n’ai pas encore parlé réellement de Ye Jin Woo en tant que personnage, mais je l’ai trouvé généralement engageant (il y a juste un point noir, dont je reparlerai dans la dernière partie). Il n’est pas parfait et ses méthodes sont parfois remises en question même par ceux qui se battent à ses côtés, il a un talent pour la manipulation, et par moments il donne même dans la menace, tout simplement, mais pour moi ça ne faisait que rendre le personnage plus intéressant, et à côté de cela, il a plusieurs moments qui m’ont fait couiner, pousser des « aw » et rigoler, généralement soit dans son amitié avec Lee No Eul ou dans sa petite romance (encore une fois : légère, ne regardez pas ce drama pour de la romance) où il est tout adorable, telle la poupette moyenne. Mais surtout, j’étais fermement de son côté d’un point de vue convictions. J’ai ressenti de grands élans de joie chaque fois que sa team remportait une victoire, et je voulais qu’ils en remportent plein d’autres, et après cela je leur souhaitais de tous dormir pendant quelques siècles, parce que bordayl, ils en avaient besoin.

 

Le drama montre vraiment à quel point la vie des employés de l’hôpital est épuisante. Je l’ai déjà dit, mais ils ont l’air exténués en permanence, et le drama nous montre pourquoi : la responsabilité de tenir la vie des patients entre leur mains, les dilemmes moraux qui se présentent, l’abus dont certains peuvent être victimes (le médecin en charge des dons d’organes a une vie particulièrement dure : il est détesté des familles des défunts, régulièrement attaqué verbalement, voire physiquement parfois, et jamais remercié. C’est un boulot montré comme terriblement ingrat et le pauvre est au bord de la crise), les tensions au sein de l’hôpital parce que tout le monde est crevé, le stress permanent, le manque de temps à consacrer à sa famille, sa vie sociale, ses loisirs, et puis le manque de sommeil, et, en plus, dans ce drama en particulier on peut ajouter la perte du directeur de l’hôpital qui accentue les luttes de pouvoir, et ajoute aussi un deuil compliqué à faire pour ceux qui en étaient proches. Pour Ye Jin Woo, notamment, le directeur était comme une figure paternelle, et donc en plus de tout le reste, il doit se débattre avec le sentiment de perte (entre autres sentiments complexes). Dude. Il est déjà même pas remis de son fantôme précédent !

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

Enfin « fantôme » entre guillemets parce que Ye Jin Woo est hanté, mais pas réellement par l’esprit d’une personne morte. Et c’est là que je m’en vais causer du petit frère de Ye Jin Woo, un personnage que j’ai adoré et qui m’a à la fois laissée très partagée.

 

 

Ye Sun Woo

 

/!\ On va causer valdisme dans cette section /!\

 

Je veux commencer par dire que j’ai aimé le personnage. J’ai été très émue par l’acteur (Lee Kyu Hyung), et j’ai souhaité à Sun Woo (c’est le nom du personnage) absolument tout le meilleur, parce qu’il était piégé dans ses regrets en plus de devoir évoluer dans un monde qui ne lui rend pas la vie facile, et il méritait de mener une existence bien plus légère et bien plus heureuse que ça. Il est un de mes personnages favoris, et je tenais à commencer par le dire.

 

Okay donc : quand il était enfant, Sun Woo a été dans un accident de voiture. Son père y a laissé la vie et Sun Woo lui, en est ressorti paraplégique. Il ne peut plus se servir de ses jambes et, pour ses déplacements, utilise donc une chaise roulante.

 

J’étais contente de voir un personnage en situation de handicap physique dans ce drama, et dans un rôle important, parce que ce n’est finalement pas si fréquent à Dramaland. D’autant que, n’en déplaise à son entourage, Sun Woo nous est montré comme parfaitement capable de gérer sa propre vie. Parce que c’est pratique, son frère vit avec lui, mais lorsqu’il nous balance son « je le porterai toute ma vie», j’ai eu fortement envie de lui répondre « okay, cool, mais en fait pourquoi tu ferais un truc pareil, puisque Sun Woo est visiblement capable de se porter tout seul ? ». Certes, il y a parfois des soucis d’accessibilité parce que le monde n’est pas toujours adapté à son mode de déplacement, mais Sun Woo a un boulot, il est bon à ce boulot, il gagne bien sa vie, et il peut gérer son propre quotidien, malgré les moments où son entourage semble vouloir le babysitter.

 

Le drama aborde des sujets que j’ai trouvés intéressants. Par exemple, les soucis d’accessibilité précédemment cités. Soucis parfois d’ordre matériel, mais parfois d’ordre humain aussi : les taxis ne s’arrêtent pas pour prendre Sun Woo (alors qu’on nous montre qu’il peut tout à fait monter dans n’importe quelle voiture, et que ça ne prend pas tant de temps que ça), et son accès à l’éducation qu’il voulait a également été limité par des personnes avec de mauvais préjugés. Le type est intelligent et capable, mais si on lui ferme la porte au nez et qu’on y fout un cadenas, qu’est-ce que vous voulez qu’il fasse ?

 

La série, par ailleurs, ne se contente pas de cette discrimination négative et, plusieurs fois, se penche sur la discrimination positive. Par exemple, Ye Jin Woo reproche à No Eul de traiter son petit frère en enfant, et l’attitude de No Eul a beau partir d’une envie de protéger et aider, elle est effectivement rabaissante. Dans un de mes moments favoris, aussi, Sun Woo se plaint d’une récompense qu’on entendrait lui donner, parce qu’il ne voit pas pourquoi on le récompenserait de vivre comme tout le monde, et qu’il veut juste exister tranquillement, pas servir d’inspiration aux autres. Dans un sens, je comprends pourquoi il pourrait effectivement être une inspiration parce que, oui, le monde ne lui facilite pas la tâche et qu’il a réussi à surmonter beaucoup d’épreuves que les gens valides n’ont pas à surmonter, mais d’un autre côté, le type n’a pas inventé de remède au SIDA ou la téléportation, il fait juste son boulot, ni mieux ni moins bien que ses collègues, et pour lui, c’est insultant d’être récompensé pour cela, parce que ça présuppose que c’était inattendu.

 

Donc oui, il y a de bonnes choses, et je trouve vraiment qu’au niveau des émotions, l’acteur fait un boulot remarquable. Il livre ma seconde prestation favorite après celle de Jo Seung Woo, et je l’ai adoré, même si je trouve qu’il aurait été de bon ton, tant qu’à faire, d’employer un acteur véritablement handicapé. Pour deux raisons :

 

1. employer un acteur handicapé pour jouer le rôle d’un personnage lui-même en situation d’handicap permet de bosser avec quelqu’un qui va savoir quand le drama raconte des conneries, et fait aussi que la performance sera plus authentique (un acteur peut se renseigner, être excellent, et même passer deux semaines à se déplacer en chaise roulante si il veut, il y a des trucs pratiques dans lesquels il n’aura jamais autant d’expérience que quelqu’un dont c’est le quotidien). Et j’argumenterais que pour une série telle que LIFE qui aborde le sujet de front et veut parler des conséquences de son handicap sur la vie de Sun Woo, l’authenticité est particulièrement importante.

 

2. ça permet de donner du travail aux acteurs handicapés, qui ont déjà peu de rôles à se mettre sous la dent. Et encore une fois, dans une série qui parle des portes fermées que Sun Woo se prend dans la face, en ouvrir une pour un acteur handicapé aurait été appréciable.

 

Je pense avoir bien établi que je l’ai beaucoup aimé la performance de Lee Kyu Hyung (mais bien sûr, pour ce qui est d’en juger la justesse… ben c’est aussi chaud pour moi que de juger de si le drama représente comme il faut le fonctionnement d’un hôpital, vu que je n’y ai jamais travaillé), mais j’aurais apprécié que le drama aille au bout des idées affichées.

 

Un argument qu’on pourrait m’opposer, cela dit, est que le drama avait besoin que l’acteur soit valide, pour qu’il puisse jouer aussi le « fantôme » de Ye Jin Woo qui, lui, marche. Mais :

 

1. déjà, le drama aurait très bien pu garder l’acteur jouant Sun Woo enfant pour jouer le Sun Woo « fantôme » que Ye Jin Woo hallucine, vu que l’idée est que Ye Jin Woo a « sauvé » son petit frère dans sa tête, créant une version imaginaire de lui qui n’aurait pas perdu l’usage de ses jambes dans l’accident.

 

2. à la base, l’inclusion de ce « fantôme » qui peut encore marcher est honnêtement ce qui m’a le plus mitigée à propos de Sun Woo.

 

L'idée est que, dans sa tête, Jin Woo a sauvé Sun Woo, créant une version de lui qui peut encore marcher.

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

Pour commencer, cela signifie que tout le long du drama, on a sous les yeux deux versions de Sun Woo : une capable de marcher et une autre non. Par simple contraste, cela met donc encore plus l’accent sur le handicap du personnage. Visuellement, le Sun Woo réel n’est pas juste « Sun Woo », mais « Sun Woo qui ne peut pas marcher », on nous le rappelle constamment.

 

Ensuite, il y a cette idée que le fantôme est la version de Sun Woo « sauvée » par Jin Woo… mais Sun Woo a été sauvé. Il est vivant, après tout. Après, je comprends ce qui s’est passé pour Jin Woo quand il était enfant, parce que l’accident et le nouvel handicap de Sun Woo l’ont changé : Sun Woo s’est renfermé, et Jin Woo n’a peut-être pas perdu son frère, mais il a perdu une version de lui. Donc admettons. Mais il s’est passé une vingtaine d’années entre l’accident et le moment où on reprend l’histoire… A ce stade, ne serait-il pas temps que Jin Woo ait accepté son frère pour qui il est ? A la limite si Jin Woo avait causé l’accident, on pourrait dire que c’est la culpabilité qui le poursuit, mais là même pas. Et, bon, okay, on ne guérit pas des blessures émotionnelles comme ça, donc mettons que ce soit injuste que j’ « exige » de Jin Woo qu’il passe à autre chose… je ne suis quand même pas fan de la résolution de cette affaire. Et pardon, je suis obligée de passer en spoiler : [spoiler] à la fin en deux scènes (joliment construites -niveau jeu, mise en scène, musique- pour provoquer l’émotion) Jin Woo finit par se réconcilier avec le handicap de son frère, et c’est un grand tournant, mais ça vient après qu’il a appris que son frère risquait de mourir. Et le dernier au revoir au fantôme se fait en silence, mais le précédent vient avec ces mots « Je t’ai créé. Je détestais le fait que papa soit mort et que Sun Woo soit paralysé. Je ne pouvais pas ramener papa à la vie, alors je t’ai sauvé toi… dans ma tête… et dans mon cœur. Mais je ne déteste plus le fait que Sun Woo ne puisse pas marcher. Je pourrais le porter sur mon dos toute ma vie. Je m’en moque. Je voudrais… que mon petit frère vive une longue vie. Je voudrais qu’il ne parte pas trop avant moi ». Je sais pas… l’idée que Jin Woo finisse par accepter son frère tel qu’il est parce que « handicapé » c’est mieux que « mort », ça me reste un peu en travers de la gorge. Surtout après vingt ans ! On se dirait que Jin Woo aurait eu le temps d’arriver à cette conclusion avant, merde ! [/spoiler]

 

Et à côté de cela, il a aussi ce moment où il dit à No Eul que, oui, il savait que son frère avait des sentiments pour elle, mais qu’il ne lui a rien dit parce que : « C’est bien plus dur qu’on le pense d’avoir un membre de sa famille handicapé. Les premières années, chaque jour était une guerre. Sun Woo est peut-être mon frère, mais tu es mon amie depuis 15 ans. Comment aurais-je pu te demander d’attraper un fusil et nous rejoindre dans cette guerre ? ». Pardon ?! Je ne doute pas que, au début, ça n’a pas été simple de se réadapter aux nouveaux besoins (physiques mais aussi émotionnels) de Sun Woo, tout en gérant la perte du père de la famille, mais il y a tellement de choses qui ne vont pas dans cette réponse, qui fait de Sun Woo un fardeau que Jin Woo aurait mis sur les épaules de No Seul s’il lui avait parlé des sentiments de son frère (sentiments, du reste, que No Eul n’aurait eu aucune obligation de rendre à Sun Woo de toute façon ?).

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

Alors : je ne suis pas en situation de handicap moi-même. Donc je ne suis pas bien placée pour juger de ce qui est validiste ou pas, mais moi ça m’a semblé être super violent, quand même. Surtout que cela vient de Jin Woo qui n’est, certes, pas un personnage parfait (dans le sens où ses méthodes ne sont pas toujours reluisantes) mais dont la plupart des positions sont approuvées par le drama. On est censés être de son côté, et dans les scènes dont j’ai parlé, il n’y a rien qui indique qu’on soit censé ressentir quoi que ce soit d’autre que de la compassion ou de la joie pour Jin Woo. Par ailleurs, le reste du temps, il est présenté comme un bon grand frère, attentif et affectueux. Et il y a des scènes que j’ai beaucoup aimées, du reste ! Il y a des tas de moments entre les deux frères qui m’ont plu… Mais d’autres que j’ai trouvés durs à encaisser (et pas à dessein, ou ce serait autre chose).

 

J’ai aimé le personnage de Sun Woo lui-même, je pense que le drama avait plein de bonnes intentions, et il y a plusieurs choses qui (à moi) me semblent réussies et positives, mais à côté de cela, il y en a vraiment d’autres qui m’ont semblé, au mieux, maladroites, et au pire insultantes. C’était dommage, et Sun Woo a été à la fois un de mes éléments favoris du drama et celui dont l’exécution m’a le plus partagée.

 

 

En conclusion

 

J’ai vraiment beaucoup aimé LIFE. J’ai des réserves sur la façon dont il aborde le handicap moteur du petit frère du héros, mais j’ai aimé le personnage lui-même, et j’ai adoré tout le reste. Le casting est excellent, en particulier Jo Seung Woo, et j’ai aimé le soin apporté à créer des personnages nuancés, ainsi qu’à la construction d’une ambiance prenante et un peu triste pour mieux rendre la fatigue des personnages. Je suis contente d’avoir dépassé mon a priori et de l’avoir regardé 😊

[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프
[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프[Médecins vs capitalistes] LIFE  라이프

Sur ce, plus de fictions hospitalières: