[Coeur de métal] Are you human too ? 너도 인간이니

Publié le 8 Octobre 2021

 

Diffusé en 2018

Sur KBS2

36 épisodes d’environ 35 minutes ou 18 d’environ 70

Réalisé par Cha Young Hoon

Ecrit par Jo Jung Joo

 

 

Avec :

Seo Kang Joon : Nam Shin III / Nam Shin

Gong Seung Yeon: Kang So Bong

Lee Joon Hyuk: Ji Young Hoon

Park Hwan Hee: Seo Ye Na

Kim Sung Ryoung: Oh Ro Ra / Aurora

Yoo Oh Sung: Seo Jong Gil

Park Young Gyu: Nam Gun Ho

Choi Duk Moon: David

Kim Won Hae: Kang Jae Sik

Etc

 

 

ElodieGtns

 

 

Version vidéo de l'article:

 

Dontesque ?

 

Créé par une scientifique de génie, Nam Sin III est un androïde si proche de l’humain qu’il pourrait tromper presque n’importe qui. Lorsque le véritable Nam Sin, le fils de la scientifique dont elle s’est servie comme modèle, tombe dans le coma, ce qui met en péril sa place dans l’entreprise dont il est censé hériter, Nam Sin III se voit investi d’une mission : se faire passer pour Nam Sin jusqu’à ce que celui-ci se réveille. Il va devoir tromper tout le monde, et ça inclue sa garde du corps qui ne porte pas le véritable Nam Sin dans son cœur.

 

 

oOo

 

 

Introduction

 

Les choses qui ne sont pas la romance

To ship or not to ship ?

Humanités

 

Conclusion

 

 

Okay, donc j’ai un peu loupé le rendez-vous du vendredi dernier, mais à ma décharge, j’étais en vacances, et j’étais occupée à ne pas ramasser les moules mais à les observer de très près sur les côtes de Bretagne (tout en me niquant les pieds, oh là là, quelle boucherie). Néanmoins, aujourd’hui on va causer du coup de coeur dramatesque 2020 d’ElodieGtns: Are you human too ? (comme vous l’aviez probablement déjà compris à ce stade). Un drama que j’avais hâte de voir, en l’occurrence ! Je savais qu’il avait été reçu de façon… mitigée ? C’est-à-dire que le drama est populaire, mais parce qu’il tourne autour d’une romance entre un être humain et un robot j’avais eu des échos de gens rebutés par cette histoire d’amour peu traditionnelle. Malgré tout, j’étais enthousiaste, et écoutez, je n’ai pas été déçue, parce que j’ai beaucoup, beaucoup aimé. Et on va causer de la romance, on va beaucoup causer de la romance, même, et de ses implications, mais avant cela, j’aimerais parler du reste, dans une partie aptement intitulée:

 

 

Les choses qui ne sont pas la romance

 

Ça va être une suite d’observations, un peu comme une liste, parce que le gros de l’article est dans les deux parties suivantes, et j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur. Parce que dans les parties suivantes, je vais plutôt partir dans ce que raconte (à mon sens) la série, mais, quand même, le drama est aussi un divertissement, donc il faut bien se demander s’il est divertissant. Et, pour moi en tous cas: il l’a été. 

 

Pour commencer par là: j’ai trouvé le casting très solide.Seo Kang Joon, en particulier,  fait de l’excellent boulot dans son double rôle de Shin et RoboShin. Bon, Shin est dans le coma, certes, mais y a des flash-backs, et donc Seo Kang Joon joue quand même les deux rôles, et je trouve qu’il arrive à les rendre suffisamment distincts. Les deux personnages sonnent différents, etSeo Kang Joon rend parfaitement les émotions des deux, que ce soit dans la douceur de celles que RoboShin découvre ou dans l’intensité de celles de Shin, qui est une vraie boule de rancœur et de rage.

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

Par ailleurs, en tant que RoboShin, il est aussi aidé par des effets spéciaux réussis, dont je n’ai jamais trouvé qu’ils faisaient cheap, ce qui est toujours une bonne chose !

 

J’ai aussi été très prise par le rythme de la série. J’ai aimé les débuts des épisodes, utilisés pour redonner du contexte aux évènements des épisodes précédents, et si, dans l’épisode 1, j’ai trouvé qu’il y avait un drôle de manque d’énergie à des scènes qui auraient dû être plus intenses, ça n’a duré qu’un épisode et c’était peut-être juste moi qui avais besoin de me mettre dans le bain. Après cela, c’est allé vite. En consultant mes notes, j’ai, à vrai dire, été surprise, parce qu’en regardant le drama j’avais bien eu l’impression qu’il se passait toujours quelque chose, et en me relisant j’ai constaté que beaucoup des retournements dont je pensais qu’ils étaient arrivés plus dans la seconde moitié du drama, étaient en fait arrivés bien plus tôt que dans mon souvenir. En clair: ça bouge plutôt vite. Alors bien sûr, ça va dépendre de la perception et des intérêts de chacun. Le drama faisant plus que les traditionnels 16 épisodes d’une heure, je ne doute pas que (c’est vrai pour n’importe quel drama, de toute façon), certains y trouveront des longueurs, mais pour le coup, ça n’a pas été mon cas. Ou, du moins, ça a été rapidement effacé de ma mémoire, remplacé par mon appréciation globale. Faut dire aussi que, je sortais de beaucoup de binge-watching de dramas chinois plutôt longs, donc peut-être que le drama m’a semblé plus compact en comparaison, haha. Mais aussi, j’étais juste investie dans ce qui se passait à l’écran. J’avais envie de voir les héros triompher, et les types du mauvais côté de la Force craignaient suffisamment pour que j’aie aussi envie de les voir échouer. 

 

Mon seul petit regret se fait au niveau de l’héroïne, Kang So Bong, que je n’ai pas trouvée passionnante. Elle était sympathique et attachante, donc j’étais contente de la suivre, mais j’ai juste eu le sentiment qu’il manquait quelque chose. Pour commencer, c’est vrai que je n’ai pas été inspirée par son entourage. Elle vit avec son père (célibataire depuis la mort de sa femme), et le drama nous montre qu’elle a plusieurs amis : deux des athlètes de son père (qui est entraineur de boxe) ainsi qu’une journaliste, sa meilleure amie. Et je sais pas, le courant n’est pas passé. Je n’ai jamais trouvé l’amitié de l’héroïne avec ces gens particulièrement touchante, et ses scènes avec son père auraient dû me serrer le coeur parfois, mais ce n’est pas arrivé (alors qu’en plus son père est joué par Ahn Nae Sang, que j’adore !).

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

En partie, je pense que c’est parce que tous ces gens semblent passer le plus clair de leur temps à être exaspérés par les autres, à s’engueuler, du coup ça n’a juste pas pris pour moi. Ce qui signifie que le contexte autour de l’héroïne m’a déjà laissée un peu froide. Quant à sa backstory, elle a perdu sa mère et on a droit à un flash-back sur la raison pour laquelle elle a dû laisser derrière elle sa carrière de boxeuse, mais j’ai trouvé que tout était plus utilisé pour créer des parallèles avec RoboShin que pour en faire grand-chose d’autre. En fait, un peu à l’instar de l’héroïne de W, par exemple, elle se retrouve avec un petit-ami tellement extraordinaire (pas dans le sens « génial » mais littéralement dans le sens « pas ordinaire ») que son monde se met à tourner autour lui.

 

A sa décharge, cela dit, c’est compréhensible. Déjà, en tant que garde du corps, c’est un peu son boulot de devenir l’ombre du type, mais en plus il se passe PLEIN de choses, donc elle est sacrément occupée, et c’est sans compter le fait qu’elle est en train de tomber amoureuse d’un robot, ce qui créé un sacré conflit à la fois externe (parce que le public risque de ne pas comprendre/accepter la chose) et interne (parce qu’elle aussi, elle galère à comprendre et accepter ses sentiments, forcément). Donc, CERTES, j’ai trouvé que l’héroïne n’était pas le personnage le plus passionnant de ce drama, mais, déjà, Gong Seung Yeon fait du bon boulot, mais aussi le personnage et attachant et So Bong a toutes les raisons du monde d’être obnubilée par la présence subite de RoboShin dans sa vie.

 

Parlons de la romance !

 

 

 

To ship or not to ship ?

 

Ce que je trouve amusant, finalement, est que RoboShin prend la place de Shin, donc d’un personnage type « chaebol rendu froid par la façon dont il a grandi », et que la romance qu’il vit avec l’héroïne reprend en effet pas mal d’attributs des romances entre choupettes pauvres mais méritantes et chaebols froids qui cachent des coeurs qui ne demandent qu’à être réchauffés. La différence étant le ton, parce que RoboShin n’a pas de malice, il n’est pas renfermé, c’est juste un robot. Les chaebols de ces histoires ont généralement oublié comment aimer, mais RoboShin, lui, n’a simplement pas encore vraiment appris. Néanmoins on retrouve des éléments familiers: RoboShin se retrouve dans sa propre guerre d’entreprise ( [spoiler] je ne parle pas de celle dont il hérite en jouant simplement le rôle de Shin, mais de la guerre dans laquelle il se trouve lorsque la question « qui de Shin ou RoboShin est meilleur pour l’entreprise » se pose [/spoiler] ), il a ses propres soucis de famille, dont une mère qui n’approuve pas de sa relation avec l’héroïne et voudrait les séparer, il se montre intrusif vis-à-vis de l’héroïne, l’hallucine quand elle lui manque. Bref, on n’est pas balancé dans l’inconnu total… mais la nature de RoboShin donne un ton différent aux choses et fait se poser la question: to ship or not to ship ?

 

(Notez, dans le cas des chaebols froids, on se pose aussi parfois cette question parce qu’ils peuvent se montrer un peu ou beaucoup abusifs, mais ne nous égarons pas, et revenons à l’interrogation présente.)

 

Je vais être honnête avec vous, j’ai cessé très vite de me poser la question. Au bout d’un moment, je me suis juste mise tranquillement et naturellement à shipper, c’est-à-dire à vouloir les personnages ensemble romantiquement. Et je n’ai plus hésité du tout. Mais ce ne serait pas satisfaisant de juste dire ça. En tous cas, pas pour moi, et je me suis donc demandé pourquoi c’était passé comme une lettre à la Poste, là où tellement de gens avaient bloqué. Donc dans cette partie de l’article, je vais parler de ça, et je vous rassure, il s’agit toujours d’interpréter le drama, pas juste de causer de moi, même si c’est un sujet passionnant.

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

Mais d’abord, parlons de moi (eh ouais), en établissant que je n’ai pas de blocage vis-à-vis des couples « inter-espèces », du moment que tout le monde est adulte et consentant. Même si RoboShin n’a pas grandi de façon conventionnelle, il a pas mal d’années d’existence derrière lui, et je pense qu’il remplit ces critères, du moins tant qu’on part du principe qu’il a son libre-arbitre (et ça j’en parlerai dans la partie 3). A partir de là, j’ai pas de souci, de même que j’ai pas de souci avec les romances entre un être humain et un personnage de comics (W, un perso fait de papier à la base et entièrement créé par un autre être humain), un alien (You from another star, aucune idée de ce qu’une radio révèlerait sur son anatomie), la personnification de la notion de destruction (Doom at your service) un fantôme (Arang and the magistrate, Arang ayant été humaine, certes), un gumiho (My Girlfriend is a Gumiho), un zombie (Warm Bodies), un chat venu de l’espace qui peut prendre forme humaine (Make a wish), un chat pas venu de l’espace qui peut prendre forme humaine (Meow: the secret boy), etc. Je comprends qu’il y a des gens que cela bloque direct, mais pour moi c’est tout okay, go for it, du moment, encore une fois que tout le monde est pleinement adulte et consentant. Et ici, à l’instar de Doom at your service, My roomate is a gumiho et Kiss Goblin, Are you human too ? semblait vouloir emprunter la voie Pokemon + Pinocchio, c’est-à-dire « émotions: attrape les toutes, et tu deviendras un véritable petit garçon ». 

 

Les grandes questions, cela dit, ce sont: est-ce que RoboShin apprend effectivement les sentiments ? PEUT-il seulement avoir des sentiments ? Et pour être honnête, je ne pense pas que le drama soit aussi ambigu qu’on pourrait le penser. 

 

Pour commencer par « PEUT-il avoir des sentiments ? » je pense que c’est la question la plus facile. De façon très simple: oui, évidemment. C’est de la fiction. En fiction, les gens peuvent voyager dans le temps, les animaux peuvent parler, les maisons peuvent manger des gens, la perfection qu’est Ryan Gold peut exister, une araignée peut créer un superhéros en mordant quelqu’un, une fée peut transformer une marionnette de bois en véritable petit garçon, un grille-pain peut partir à l’aventure, et un robot peut avoir des sentiments, parce qu’il n’y a simplement pas de limites à ce que peut faire la fiction. Dans notre vrai monde, je ne pense pas qu’il existe de robots avec des sentiments, et je ne sais pas si c’est faisable, mais dans le contexte d’une fiction je veux bien croire que C3PO et R2D2 sont attachés à la famille Skywalker, je veux bien croire que les jouets d’Andy dans Toy Story sont vivants et aiment sincèrement Andy, et j’ai vu plusieurs dramas chinois où une héroïne rentre dans un jeu vidéo et tombe amoureuse d’un personnage (donc d’un programme, finalement) sans que ça me pose problème, donc un robot avec des sentiments, yep, pas de souci (personne ne peut me soutenir que WALL-E n’a pas de sentiments, okay T__T). 

 

Seconde question : okay, RoboShin, par vertu d’être un personnage de fiction, peut ressentir des émotions, mais est-ce qu’il les ressent effectivement le long de l’histoire ?

 

Et cette question-là, le drama veut qu’on se la pose. Du moins pendant un temps. Les personnages s’interrogent dessus, ils n’ont pas tous la même opinion, et c’est un débat présent dans la série. Mais je pense aussi qu’elle donne une réponse à la question. 

 

Déjà, RoboShin l’affirme lui-même [spoiler] en disant un “je t’aime” à l’héroïne (épisode 34) [/spoiler]. Certes, on est d’accord que c’est pas une grosse preuve, les gens disent des choses fausses tout le temps, mais RoboShin n’a jamais menti jusque-là. Il a toujours dit qu’il n’avait pas de sentiments, pas de coeur, pas de peur, donc je ne pense pas qu’il irait soudain prétendre le contraire s’il n’était pas au moins persuadé que c’est vrai. Mais bien plus que ça, je pense que le drama nous donne une réponse dans la façon dont il dépeint les personnages, et dans son ton. Au niveau du ton, je pense particulièrement à [spoiler] la fin qui réunit l’héroïne et son robot et est tournée comme une happy-end, signifiant donc que les retrouvailles des deux personnages sont une bonne chose, parce qu’ils s’aiment l’un l’autre [/spoiler], et au niveau des personnages, le drama trace une ligne assez nette entre ceux qui traitent RoboShin en être doué de sentiments et ceux qui ne traitent pas RoboShin en être doué de sentiments…

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

Au passage, la façon dont ce second groupe de personnes traitent RoboShin,  fait se poser la question: était-il bien sage de le créer ? Et je n’entends pas ça dans le sens « était-ce bon pour l’humanité ? » (c’est vrai que je trouve l’idée de robots sensibles et doués de libre-arbitre inquiétante, j’ai été élevée à Terminator, moi !) mais « était-ce bon pour RoboShin ? ». Vu la façon dont il est traité, délaissé, humilié, malmené, utilisé, était-ce bien responsable de le créer ? Enfin en tous cas: on peut apprendre beaucoup d’une personne en observant la façon dont elle traite ceux qu’elle peut maltraiter sans en être inquiétée. Donc, par exemple, la façon dont un directeur traite ses employés parce qu’il sait qu’ils ne peuvent rien faire contre lui, ou bien la façon dont il va traiter un enfant, parce que l’enfant ne peut pas se défendre. Ou bien un robot. Le drama rend très clair qu’il y a deux camps, et il n’y a pas d’ambiguïté quant à qui on est censé apprécier ou pas, qui on est censé soutenir ou pas. Du côté de « RoboShin est un bout de métal sans sentiments » on a des hommes d’affaires sans scrupules qui seraient prêts à jeter leur propre famille au bûcher, des meurtriers, des gens abusifs qui en utilisent d’autres (de façon intéressante, dans l’épisode 3, lorsque l’héroïne est furax d’avoir été utilisée par Shin, elle lui balance « Tu crois que je suis ton robot, c’est ça ? »), bref pas des modèles, et de l’autre côté, non seulement on a des gens plus recommandables et nos héros de l’histoire, mais en plus on voit même que certains personnages changent de camp au cours du drama, et en deviennent des êtres humains bien plus appréciables quand ils passent dans le « bon » camp. [spoiler] Par ailleurs, dans le dernier épisode, on voit aussi bien pour qui le drama finit bien et pour il finit mal, qui est puni et qui est récompensé, ce qui est une façon classique pour une histoire de clarifier sa morale. [/spoiler] Bref, oui, à travers la façon dont il écrit ses personnages, le drama nous signifie donc assez nettement que: croire aux sentiments de RoboShin = bien; ne pas croire aux sentiments de RoboShin et le traiter en bout de métal = mal. Bien sûr, dans la vraie vie de la réalité véritable, on est libre de penser ce qu’on veut de RoboShin sans que ça nous envoie jouer de la harpe sur un nuage ou nous faire cramer les bouts des pieds dans une fournaise souterraine, de même qu’il y a des gens qui regardent un film d’horreur et n’ont strictement pas peur parce que les fantômes ça n’existe pas et y a pas de souci, mais dans le cadre de Shutter ou Ringu, les fantômes existent, et dans le cadre d’Are you human too ?, tout me semble indiquer que les sentiments de RoboShin aussi. 

 

C’est pour ça que, pour ma part, je n’ai eu aucun mal à rentrer dans cette romance. A vrai dire, j’ai même été assez touchée de voir les deux personnages trouver un interlocuteur l’un en l’autre et s’ouvrir progressivement, être de plus en plus dévoués à l’autre et vouloir le protéger. Si on accroche à la romance, elle est vraiment jolie, touchante, et a de quoi ravir les amateurs. Il y a des tas de moments que j’ai trouvés drôles ou adorables, d’autres qui m’ont fait du mal, des où j’ai poussé des cris (silencieux, certes) de victoire, et bref, oui, je me suis prise au jeu, pleinement, facilement, et avec enthousiasme. 

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

Ceci étant dit, c’est très cool tout ça, mais faudrait quand même bien qu’on parle du titre. « Es-tu humain, toi aussi ? ». Une question dont on ne sait finalement pas trop à qui elle est posée. A priori, instinctivement, on a envie de dire « RoboShin » parce que c’est le personnage dont l’humanité est la plus remise en question, [spoiler] et je pense que, de façon superficielle et dans le contexte de la romance, le drama répond simplement que, non, biologiquement,  RoboShin n’est pas humain (parce qu’il ne dort pas, il n’est pas fait de chair et de sang, son corps ne fonctionne simplement pas comme le nôtre, bref il ne fait pas partie de notre espèce), mais que cela n’a pas d’importance parce qu’il en remplit le rôle. Alors, le fait qu’il ne soit biologiquement pas humain pourrait poser souci sur le long terme, dans la vie de couple, parce que, déjà, il ne vieillit pas (un peu le même souci que rencontrent les couples humains/vampires, humains/aliens qui ne vieillissent pas pareil, et bref humains/n’importe quelle créature qui vieillit peu ou pas) mais la série est (comme beaucoup de dramas) plus intéressée par la naissance des sentiments et la mise en couple que par les décennies à venir, et dans ce contexte-là, sa réponse à « RoboShin est-il humain ? » me semble être « biologiquement non, mais ça n’a pas d’importance ». [/spoiler] Cela dit, ce « Es-tu humain, toi aussi ? » pourrait tout aussi bien s’adresser au spectateur, c’est-à-dire, nous. Mais bon, finalement, ça revient un peu au même. 

 

Parce qu’en demandant de RoboShin « est-il humain ? » alors que la réponse évidente serait « bah, non », le drama nous demande en vérité de définir ce que signifie ce mot « humain ». Ça veut dire quoi, « être humain » ? Qu’est-ce qui, au-delà de l’aspect biologique évident, différencie RoboShin de nous ? VOUS AVEZ CINQ HEURES POUR PONDRE VOTRE ESSAI. Et il y a des tas de choses à considérer, et je vais en parler (brièvement) dans ma troisième partie, même si je tiens à prévenir que la philosophie c’est vraiment pas mon truc. J’étais une brèle en philo au lycée. J’étais abonnée aux 10/20 et c’était uniquement parce que j’étais à peu près capable d’articuler une phrase, pas parce que les pensées derrière se tenaient. Littéralement, c’est ce qu’un prof m’a écrit sur une copie, une fois. Donc vous êtes prévenus. Mais je vais quand même partager mes pensées, parce que, déjà, c’est ma vidéo donc je fais ce que je veux, mais aussi parce que réfléchir à tout ça a été mon aspect favori du drama, donc forcément, je ne pouvais pas ne pas en causer.  

 

Attention, par contre, je vais entrer dans une zone de spoilers. Donc si voulez ne pas en savoir trop sur la série, vous pouvez aller directement à la conclusion, ou bien c’est le moment de faire demi-tour et d’aller regarder le drama avant de revenir à cet article si vous mourrez d’envie de lire mes bêtises. Si vous avez vu la série ou vous moquez des spoilers, vous pouvez gaiement continuer.


 

Humanités

 

Pour commencer… (de façon hyper arbitraire parce qu’il n’y a pas vraiment d’ordre, mais il faut bien que je commence quelque part) une façon dont nous utilisons le mot « humain » est pour dire que telle ou telle chose est humaine ou inhumaine, « humaine » prenant ici le sens de « décente, bonne », en opposition à « mauvaise, cruelle ». C’est quelque chose qui est abordé dans le drama (c’est pour cela que j’en parle en même temps) et on nous montre constamment que, si on prend cette définition, pour le coup, RoboShin est plus « humain » que plusieurs des êtres humains biologiques qui nous sont présentés, entre notre antagoniste principal qui troquerait sa fille pour une main mise sur le pouvoir qu’il convoite, le chef d’entreprise qui enlève et menace des enfants, et l’héritier de l’entreprise (c’est-à-dire Shin, version humaine) qui exploite ses travailleur.  C’est avec lui, en particulier, que la comparaison est faite, et waouh, le Shin de chair et de sang craint pas mal. Au point qu’il finit même par en faire flipper, Ye Na, la jeune femme qui est obsédée par l’idée de l’épouser et lui est loyale envers et contre tout.

 

Bien entendu, dans toute cette histoire de robot, j’avais un minimum de compassion pour lui, parce que c’est chaud de se dire que la mère à laquelle on a pensé toutes ses années et dont on a été séparé a essayé de nous remplacer avec un robot, mais sans même parler de la façon dont il réagit à cela et qui ne le présente clairement pas sous un jour très reluisant, il est très évident que l’entourage de Shin (que ce soit ses employés, sa tante ou son petit cousin) répond bien plus positivement à la façon dont RoboShin les traite. Et puis, oui, il y a la façon dont il réagit à la situation « Roboshin », allant jusqu’à la tentative de meurtre lorsqu’il essaie de pousser son double à tuer l’héroïne, de façon particulièrement cruelle. Bref, il est pas hypra reluisant, et ça pousse l’héroïne à lui sortir simplement qu’elle ne l’aime pas, lui, Shin, parce qu’il n’est « pas humain » (épisode 24). Et par là, bien sûr, elle n’entend pas qu’il n’appartient pas à l’espèce humaine: elle utilise la définition morale, pour dire que Shin est cruel et mauvais, si bien que RoboShin paraît plus humain en comparaison. Ses actions sont meilleures. 

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

Cela dit, quand on parle d’ « inhumain » pour qualifier quelque chose de terrible, atroce, cruel, on met surtout cela en opposition avec une notion d’humanité idéale. Parce qu’en vérité, l’humanité craint si souvent qu’il n’y a tristement rien de techniquement « non humain » à se montrer cruel. Ça cadre même au contraire plutôt bien. On ne peut donc pas décider de l’humanité de quelqu’un en fonction de s’il est bon ou mauvais.

 

Est-ce notre capacité à avoir des émotions et des sentiments qui nous rend humains, dans ce cas ? Le drama explore la question, c’est pour ça que, pendant un temps du moins, nous sommes censés nous demander si RoboShin a des émotions, si elles sont réelles, et comment le savoir. 

 

A ce niveau-là, RoboShin est comparé, en particulier, à Ji Young Hoon (c’est-à-dire le personnage de Lee Joon Hyuk, qui est toujours un plaisir à avoir à l’écran, et j’ai aussi absolument adoré le personnage dont les doutes, la fatigue, mais la loyauté m’ont beaucoup touchée). 

 

Tous les deux sont des outils aux mains des autres, on attend de tous les deux qu’ils obéissent aux ordres sans discuter, tous les deux ont des vies qui ont été modelées pour eux (dans le sens où RoboShin a littéralement été fabriqué et où le président de la compagnie est allé chercher Young Hoon et a transformé sa vie d’un claquement de doigts pour avoir l’outil qu’il voulait), tous les deux vivent dans l’ombre de Shin (RoboShin a pris sa place pour la protéger le temps que Shin se réveille, et Young Hoon a littéralement été engagé par le président pour suivre Shin et devenir “son ombre”), et il est assez évident quand on regarde le drama que ces deux-là partagent quelque chose, qui est verbalement exprimé par Young Hoon lorsqu’il dit se retrouver en RoboShin. Du coup, je shippais leur amitié. Et possiblement je shippais Young Hoon et Shin romantiquement un chouïa mais aussi je suis faible, et Young Hoon semble être la seule personne dont la trahison/l’absence pourrait blesser Shin (en dehors de sa mère), et j’y peux rien, okay. Mais surtout, j’avais envie de voir Young Hoon et RoboShin devenir amis, et j’ai adoré toutes les scènes où ils se rapprochent, boivent une bière ensemble, tout ça, et j’ai aimé que cela vienne beaucoup de Shin (« Un jour, je serai ami avec toi, parce que tu es une bonne personne et que je veux être ton ami », épisode 21).

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

De façon intéressante, du reste, et c’est possiblement parce que j’ai raté les discussions autour du sujet (contrairement à ce qu’on pourrait croire, je ne suis pas omnisciente et ne vois pas tout ce qui se passe sur internet partout en permanence), j’ai rencontré bien moins de gens opposés à cette amitié-là. Une romance avec un robot a l’air de bien plus déranger qu’une amitié avec un robot, et je me demande pourquoi exactement. Est-ce parce qu’on s‘attend à ce qu’une romance mène à quelque chose de physique ? Mais toutes les romances ne sont pas forcément physiques, il y a des gens que le sexe et les contacts physiques n’intéressent pas. Est-ce que c’est parce qu’on voit les sentiments romantiques comme plus profonds que les sentiments amicaux ? Parce que je ne pense pas que ce soit justifié non plus. Ou peut-être que c’est une question d’exclusivité, parce qu’on se dit qu’une personne peut avoir des tas d’amis mais un seul partenaire romantique ? Même si ce n’est pas non plus vrai pour tout le monde. Mais je suppose qu’on a quand même toutes ces conceptions en tête, et donc que le blocage est plus puissant quand il est question de romance, parce qu’on nous a quand même bien martelé que c’est avec un partenaire amoureux qu’on s’installe et qu’on construit véritablement sa vie.

 

Mais je m’écarte du sujet, là. Revenons à Young Hoon.

 

Lui et RoboShin ont plusieurs choses en commun et une autre de ces choses est de ne pas savoir ce qu’ils ressentent. Ou si vous n’avez pas envie de parler de sentiments pour RoboShin, mettons qu’il reçoit des signaux et a des réactions dont il ne comprend pas l’origine ou la signification. Young Hoon, lui, c’est par rapport à Shin qu’il ne sait pas ce qu’il ressent.

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

- Même si Shin se réveille et ne me pardonne jamais, j’irai jusqu’au bout.

- Pourquoi vas-tu si loin pour le Shin humain ? Je ne comprends pas quelle partie du cerveau prend cette décision.

- Je ne sais pas. Pourquoi vais-je si loin ? Pour moi, Shin est comme une habitude que j’ai fini par prendre sans savoir quand ni pourquoi.

Young Hoon et RoboShin, episode 20

 

Cette idée que Young Hoon agit sans savoir exactement pourquoi rejoint celle exprimée par l’héroïne à un autre moment du drama où elle explique que les sentiments ce sont avant tout des actions, c’est comme ça qu’ils s’expriment. Young Hoon fait tout ce qu’il peut pour Shin et c’est ce qui prouve qu’il l’aime, même s’il n’arrive pas à analyser le sentiment ni à savoir d’où il vient. Le parallèle est aisément fait avec les fois où RoboShin agit pour aider l’héroïne sans pouvoir le justifier ou comprendre ce qui a motivé ses gestes.

 

Parce que RoboShin exprime beaucoup d’émotions, le long de la série. Sans même parler de s’il les ressent ou pas, physiquement, ses actions correspondent à ces émotions, ainsi qu’aux « codes » avec lesquels elles sont généralement exprimées dans les dramas. Pour faire une liste non-exhaustive :

 

• après avoir vécu quelque chose de violent (la mort de sa mère, épisode 34) dont il se pense responsable, RoboShin ne répond plus, présentant tous les signes physiques d’un état de choc.

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

• il reproduit une scène typique de lead de kdrama jaloux (épisode 24), demandant du reste à So Bong, par la suite, si c’est de la jalousie qu’il ressent, parce que ça fait partie de ces moments où il agit sans avoir de motivation rationnelle préalable (et ce ne sera pas le seul moment où ses actions correspondront à une manifestation de jalousie, cf. épisode 28).

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

• après avoir vu les dangers de sa programmation, il hésite à suivre son programme (épisode 31) en n’allant pas prendre dans ses bras un enfant qui pleure (alors que prendre dans ses bras les gens qui pleurent est en gros sa première règle) et la façon dont la scène est tournée ainsi que son refus d’aider les protagonistes après ça (épisode 32) donnent une apparence de traumatisme.

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

• lorsque l’héroïne a quitté la maison, il se rend quand même dans sa chambre en pensant l’y trouver, avant de réaliser qu’elle est partie (le fait d’oublier une information étant étrange pour une « machine », du reste), ce qui est une façon typique d’exprimer qu’une personne manque à un personnage (il caresse aussi le collier qu’elle a laissé derrière elle, un autre geste typique et très humain).

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

• de même, lorsqu’elle est absente, par moments, il la « visualise ». Pour lui, ça prend la forme de réellement créer son image parfois, mais visuellement c’est très proche de la façon dont, dans les dramas, on voit très souvent les personnages halluciner les gens qui leur manquent.

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

Et encore une fois, on pourrait se demander ce qui provoquerait une envie pareille à RoboShin, parce qu’a priori y a pas de raison rationnelle. On pourrait se dire que c’est parce qu’il a simplement intégré l’héroïne à son programme… Mais ce serait ignorer, déjà, qu’il répond à des choses très spécifiques chez So Bong. Une, en fait : elle le voit et l’accepte pour ce qu’il est et ne lui demande pas de changer. C’est un truc récurrent dans le drama, de le voir s’attrister lorsqu’elle le repousse, de le voir s’illuminer lorsqu’elle lui dit d’être lui-même, et il verbalise même dans l’épisode 16 qu’elle seule le voit pour qui il est. Pas juste pour ce qu’il est, mais qui il est, parce que contrairement à sa mère, elle ne le voit pas comme juste une version de Shin mais un individu à part entière, et elle « l’aime sans conditions » (épisode 22). Il ne répond pas juste à la présence générale de So Bong mais à quelque chose de spécifique, et honnêtement, la joie d’être vu et accepté pour qui on est me frappe comme quelque chose de très humain. Mais même en admettant que RoboShin aurait juste intégré l’héroïne à son programme… en d’autres termes : il aurait pris l’habitude d’elle. De l’avoir à ses côtés. Et ça nous ramène directement à Young Hoon qui n’a pas choisi de vivre aux côtés de Shin mais l’a graduellement « intégré » ce qui, parce qu’il est humain, est vu dans son cas comme un « développement d’affection ». Si c’est perçu comme ça pour Young Hoon, pourquoi pas RoboShin ? Où situe-t-on la différence ?

 

Est-ce vous pouvez localiser vos sentiments dans votre corps ? Est-ce que c’est une question d’âme qu’on aurait et pas RoboShin ? Mais comment on prouve une âme ? Est-ce que les sentiments ne sont que le résultat de réactions chimiques dans notre corps, auquel cas ne sommes-nous finalement que des machines organiques, différentes uniquement de RoboShin à cause de la matière dont nous sommes faits ? Ou bien y a-t-il cette différence que nous sommes plus imprévisibles parce que nous ne répondons pas toujours de la même façon aux mêmes stimuli ? Mais RoboShin non plus ne répond pas toujours de la même façon. Il ne fait pas toujours les mêmes choix au fur et à mesure qu’il évolue, il n’applique pas toujours le programme qui a été installé. Et en cela, d’ailleurs, ne fait-il pas preuve de ce fameux libre arbitre dont beaucoup d’humains aiment se targuer ?

 

Parce que c’est une autre idée que le drama aborde lorsque So Bong dit à RoboShin de prendre ses décisions par lui-même à présent, et de ne plus faire ce que les autres attendent de lui. La différence entre robot et être humain serait-elle cette liberté d’action que nous aurions et RoboShin n’aurait pas ? Dans la série, ça me parait faux.

 

RoboShin remet en question son programme et décide d’aller contre par endroits. Il change aussi de « maître », si on veut l’appeler comme ça, décidant de ne plus obéir à sa mère (épisode 15, il refuse un ordre, épisode 17 il rejette sa main, etc) mais à So Bong à la place, et même comme ça, il est aussi capable de défier les ordres de So Bong. Au début de la série (épisode 10) , lorsqu’elle lui dit de ne pas bouger et ne pas la suivre, il reste planté au beau milieu de la route jusqu’à ce qu’elle revienne le chercher, parce qu’elle lui a donné un ordre donc il obéit. Mais dans l’épisode 18, elle lui dit de ne pas traverser la route pour la rejoindre et qu’elle ne veut plus jamais le voir, mais RoboShin traverse quand même (alors que le feu est rouge, en plus, donc il met des humains en danger, ce qui ne cadre pas non plus avec la façon dont il est réglé) pour lui rendre son collier. Et il aurait eu d’autres moyens de le faire plus tard s’il y tenait. Ça parait être un détail, parce qu’après cela il accepte de ne plus la revoir et de lui dire adieu, mais il y a 8 épisodes de cela, RoboShin serait resté planté de l’autre côté de la rue. Et de toute façon, l’épisode d’après il désobéit encore à So Bong ET à sa mère en se tirant de la fête de fiançailles pour aller sauver So Bong.

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

Alors, évidemment, il opère dans les limites de ce que ses circuits l’autorisent à faire mais… nous aussi ? Nos cerveaux aussi ont leurs limites (juste pas forcément les mêmes), et est-ce qu’on ne pourrait pas, finalement, parler de programmation, puisqu’on y trouve des réflexes, des processus et des blocages qui ne viennent pas volontairement de nous ? Par exemple, il y a ce qui relève de l’instinct, et l’angoisse est aussi quelque chose qui me vient à l’esprit, mais, plus simplement : l’éducation, le contexte social, notre communauté. RoboShin, le long de la série, apprend à désobéir, à rejeter la programmation de sa mère, et finalement est-ce que ça ne fait pas écho à la façon dont nous nous détachons, nous, de l’éducation de nos parents ? Il y a aussi beaucoup de choses qui nous sont inculquées, pas de notre plein gré, à notre insu, et dont il est hyper compliqué de se débarrasser, parce qu’on a été programmés avec depuis très jeunes. Pensez à quelque chose comme la grossophobie, par exemple. On ne nait pas en pensant directement qu’il faut faire un régime pour correspondre à tels ou tels critères de beauté, mais ça nous est bien martelé. Et même maintenant que je sais ce qu’est la grossophobie, que j’arrive à l’identifier, j’ai encore des réflexes grossophobes (contre lesquels je m’efforce de lutter) parce qu’ils sont profondément ancrés. Ajoutez à la pile le sexisme, la transphobie, le racisme internalisés, etc, tous les trucs que je m’efforce de déconstruire (et s’il y avait tout cela et que je ne le savais pas, imaginez encore tout ce que je vais peut-être avoir la joie de découvrir dans dix ans :D parce que well Barbie, we are just getting started)(je viens de citer Barbie Girl complètement hors-contexte, oui). Je ne dis pas que l’équivalence avec la programmation de RoboShin est exacte, c’est une analogie, mais elle est présente, et fait s’interroger sur nos propres limites et ce qu’il y a dans nos têtes que nous n’avons pas décidé mais qui dicte pourtant notre conduite.

 

Bien sûr, pour RoboShin, il y a l’extrême : le mode manuel. Un être humain peut se brancher à RoboShin et le contrôler à distance. RoboShin peut devenir un véritable outil. Sauf que, déjà, pas complètement : lorsque Shin essaie de le contrôler pour faire du mal à So Bong, RoboShin se réveille et refuse l’ordre (épisode 30). Donc, déjà, il est contrôlable mais seulement jusqu’à ce qu’il soit suffisamment motivé à reprendre le dessus. Ensuite : les humains aussi sont contrôlables. Encore une fois pas dans une équivalence parfaite, pas de façon aussi littérale que « je me branche à ton cerveau », mais, par exemple, le grand-père de Shin contrôle son petit-fils en le menaçant de faire du mal à sa mère, et le personnage de Yu Oh Sung (que j’ai très envie de voir dans un rôle de gentil pour voir si je passerais quand même mon temps à hurler « nooon lui faites pas confiance ») fait également chanter la tante de Shin en menaçant son fils. Mais si on veut parler de contrôle où on ne force pas une personne à agir contre son gré mais où on change plutôt « son gré » : pensez à la façon dont certaines sectes lavent le cerveau des gens. Ça se passe pas via wi-fi, mais le cerveau des gens est hackable aussi, on peut les contrôler à grands coups de manipulation, de propagande, etc, et libérer les gens de ce contrôle est rarement simple.

 

(Je ne compare pas les gens qui sont victimes de manipulation à « des robots », je tiens à redire que tout ce que je raconte là porte sur Are you human too ? et sur son robot, qui est un robot de fiction utilisé pour parler d’humanité et est doté de propriétés qu’a priori nos intelligences artificielles ne possèdent pas pour le moment, à moins que j’aie raté le mémo.)

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

Une différence qu’on pourrait voir entre RoboShin et les êtres humains, aussi, est celle des imperfections. Les êtres humains sont faillibles et imparfaits, c’est un truc qui nous est démontré le long du drama. Même l’héroïne commence la série en faisant des trucs pas reluisants. Shin est allé trop loin dans sa façon de gérer la situation, mais à la base l’héroïne vendait des photos paparazzis du type qu’elle était censée protéger, et ça me parait drôlement crasse et pas défendable comme activité. Elle a aussi parfois des réactions violentes, et bref, c’est généralement quelqu’un de bien, qui fait preuve d’héroïsme dans des situations difficiles (cf. par exemple l’épisode où elle met sa vie en danger pour sauver des gens d’un incendie), mais ce n’est pas un ange. Aucun des personnages n’est un ange, et là on peut entrevoir une différence avec RoboShin qui a tendance à faire le choix moral en toutes circonstances… ou presque. Parce que je vous rappelle le fait qu’il a traversé à un feu rouge, ce qui aurait aisément pu provoquer un accident. Il aurait pu attendre que le feu repasse au vert, c’était pas comme s’il était incapable de rattraper l’héroïne, vu qu’il est sans doute plus rapide qu’elle de toute façon, mais il a décidé de ne pas attendre et d’enfreindre une règle qui mettrait autrui en danger. Cela n’a l’air de rien, mais vu qu’on parle supposément d’une machine qui devrait avoir un programme rigide, ça reste significatif, et risquer la vie des autres pour faire ce qu’on a envie de faire, ben c’est de l’égoïsme. C’est un défaut. Il est petit,  mais c’est un début, RoboShin évolue encore. Et ça m’a fait penser à la scène où le personnage de Yu Oh Sung, Seo Jong Gil, tue le père de Shin, son ami, en pensant « Juste une fois. Je vais fermer les yeux juste une fois. » Et de « juste une fois » en « juste une fois », c’est devenu un monstre.

 

Si on regarde bien, d’ailleurs, on peut voir un parallèle entre ce moment-là et celui où RoboShin cause indirectement la mort du type qui avait agressé So Bong. Seo Jong Gil n’a pas poussé son ami par la fenêtre, il est tombé en voulant s’échapper, et RoboShin n’a pas poussé l’homme de main sous une voiture, il s’est fait percuter en voulant s’échapper, et Seo Jong Gil comme RoboShin se retrouvent donc face à un homme agonisant avec un choix à faire : le secourir ou l’achever ou le laisser sur la rooute. Seo Jong Gil hésite à appeler une ambulance et finalement n’appelle pas les secours alors que RoboShin, lui décide d’appeler une ambulance (tout en ne leur donnant pas l’adresse et en ne spécifiant pas la nature de l’accident ou quoi que ce soit, donc il fait pas de zèle non plus mais je pense que c’est plus un raccourci dans l’écriture ?) et pour finir les deux hommes y passent, et Seo Jong Gil comme RoboShin ferment les yeux des défunts avant de s’en aller.

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

RoboShin est meilleur que Seo Jong Gil (la plupart des gens sont meilleurs que Seo Jong Gil de toute façon) et RoboShin est même meilleur que la plupart des gens, comme j’en ai parlé il y a cinq siècles de cela, mais à la fin ça ne l’empêche pas de menacer Seo Jong Gil d’un flingue et, certes, il ne lui tire pas dessus, mais on ne peut pas non plus dire que ses actions étaient neutres, et elles n’étaient pas strictement nécessaires à ce stade. Pas que j’aie beaucoup de compassion pour Seo Jeong Gil, il aurait pu crever et j’aurais pas chialé sur son sort, mais RoboShin aurait aisément pu le mettre hors d’état de nuire autrement, et Seo Jong Gil avait déjà une place assurée en prison de toute façon. Sauf que RoboShin était en colère.

 

Mais bref tout cela pour dire que le drama fait un lien entre RoboShin et Seo Jong Gil, et nous montre que RoboShin est meilleur, mais on a aussi vu qu’il n’était pas infaillible et les petites failles forment les grandes crevasses à la longue, comme le démontre justement Seo Jong Gil.

 

Au final, on en revient donc à la matière. Nous sommes faits de matière organique et RoboShin non. Une différence qui est également rappelée dans les décors, d’ailleurs. Cela m’avait frappée dès la première scène du drama où la mère de Shin et RoboShin créé RoboShin et le prend dans ses bras, dans une pièce sans une once de nature, sinon les feuilles des arbres et le ciel qu’on aperçoit derrière la vitre au plafond, montrant la séparation entre le monde qui a donné naissance à RoboShin et le monde naturel. Mais après cela, je pense que le décor le plus significatif est celui où Shin, dans le coma, est caché par sa mère. Un grand bâtiment couvert de verdure, avec à la fois ces sortes de… je sais pas comment les appeler, ça fait penser à des tuyaux, et personnellement je trouvais que ça exprimait le côté « machine ». A l’intérieur on retrouve la même idée, la chambre de Shin étant pleine de plantes et à la fois de machines qui servent à vérifier sa condition et donc à le maintenir en vie. Pour moi ça exprime l’idée que le monde naturel et celui des machines sont peut-être différents mais qu’ils peuvent cohabiter, comme Shin et RoboShin dans le cadre de la série. On peut voir cela, aussi, dans la façon dont l’héroïne plaisante plusieurs fois qu’elle est un cyborg parce qu’elle a du métal dans la jambe. Et elle n’est pas la seule à avoir de la mécanique dans le corps, le neveu de Shin ayant également une machine dans le coeur qui l’aide à battre. Les limites se brouillent.

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

Bref, pour résumer ma pensée, je pense que le drama affirme deux choses :

 

1/ Non, RoboShin n’est biologiquement pas humain, clairement.

2/ Mais sa présence dans ce monde, sa romance avec So Bong et ses liens avec les autres personnages sont valides et bonnes.

 

Et parce que l’affirmation 1 existe, le drama passe 18 épisodes à justifier l’affirmation 2 en nous montrant que RoboShin n’est pas humain mais qu’il a des traits humains, plus ou moins prononcés selon les traits. RoboShin est humain dans le sens « décent, bon », il est humain parce qu’il a des émotions et des sentiments (cf. ma partie 2 : ça fait partie, à mon sens, des affirmations du drama) qu’il n’arrive pas toujours à expliquer, il est humain parce qu’il a des limites et des conditionnements qu’il rejette au fur et à mesure qu’il fait l’expérience du monde et est en contact avec plus de gens (bref, au fur et à mesure qu’il grandit), il est humain parce qu’il est capable de faire ses propres choix, il est humain parce que parfois ce ne sont pas les choix idéaux.

 

Encore une fois, RoboShin est un robot de fiction, c’est ce qui rend tout cela possible, et donc je ne pense pas que le drama veuille nous dire qu’au fond nous ne sommes que des machines mais qu’il utilise une idée provocante pour nous montrer ce qui fait notre humanité.

 

Je suis désolée, j’espère que vous avez réussi à saisir tout mon bordel et qu’il n’était pas trop mal exprimé, déjà qu’il est long (et encore j’ai laissé complètement de côté tout ce qu’il y aurait eu à dire sur les relations création/créatrice (ou créateur), mais je pouvais pas tout faire ;A;) et probablement foireux…

 

 

En conclusion

 

J’ai beaucoup aimé ce drama. Superficiellement, c’est un drama divertissant, prenant, avec une esthétique réussie, un casting très solide, et des protagonistes attachants et émouvants. C’est aussi une romance à laquelle j’ai accroché et qui m’a baladé le cœur, même si je sais que ça n’a pas fonctionné pour tout le monde. Pour ma part, je trouve surtout que certains personnages secondaires auraient pu être plus réussis, mais ça n’a pas trop joué sur mon appréciation globale de la série, qui est très positive. Et à côté de cela, en utilisant le pouvoir illimité de la fiction, le drama créé un robot avec des caractéristiques humaines qui lui permettent d’explorer, justement, ce qui fait notre humanité. La série, à travers plusieurs analogies et différents parallèles entre personnages, touche à différentes facettes de cette humanité, abordant, entre autres, des questions de moralité, de libre-arbitre et celle de l’origine des sentiments. Sans dire qu’Are you human too ? pousse plus sur ces questions que toutes les fictions lui ayant précédé, ça rend le drama d’autant plus prenant et intéressant, et ça donne de la matière aux gens comme moi dont le cerveau ne font pas la taille de celui de RoboShin mais qui aiment bien se prendre un peu la tête. Bref, une franche réussite !

[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니
[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니[Coeur de métal] Are you human too ?  너도 인간이니

 

 

Tous les articles de cette série 2020 des coups de coeur des dramavores :

 

 

     
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :