[Premier post dramatesque] Kimi Wa Petto きみはペット

Publié le 4 Juillet 2007

haut

Kimi Wa Petto

きみはペット

bas

Kimi wa petto
 
Infos 

Nombre d’épisodes : 10

2003

 

Avec:

Koyuki >>> Iwaya Sumire

Matsumoto Jun  >>> Goda Takeshi, Momo

Tanabe Seiichi >>>Hasumi

Sakai Wakana >>>Shiori

Suzuki Sarina >>>Yuri

Eita >>>Horibe Junpei

 

Adaptation du manga "Kimi Wa Pet"

 

 

Dontesque

Iwaya Sumire est une femme très orientée carrière, qui travaille dans un journal. Ambitieuse, perfectionniste, et issue d’une bonne université, elle apparaît aux yeux des autres comme froide et hautaine. Elle suscite la jalousie ou intimide. Son petit-ami la quitte pour une autre avec laquelle il se sent plus à l’aise, expliquant qu’avec Sumire il se sent trop inférieur (il gagne moins, est moins grand et est moins diplômé qu’elle). Un peu plus tard, pour s’être heurté à un de ses supérieurs, Sumire se retrouve rétrogradée. Elle qui travaillait dans l’élite se retrouve à s’occuper d’une petite rubrique traitant de la vie quotidienne.

 

Et puis un soir elle découvre devant chez elle un grand carton dans lequel est caché un jeune homme blessé. D’abord elle ne sait pas quoi faire, hésite à appeler la police puis, pour finir, elle l’emmène chez elle, le soigne et l’héberge pour la nuit. Lorsqu’elle revient le lendemain soir, elle s’attend à le voir parti mais au lieu de cela, il l’a attendue. Elle essaie de le mettre à la porte mais rien à faire, il semble qu’il ait l’intention de s’installer chez elle. Elle lui propose alors un marché : il peut rester à condition de devenir son animal de compagnie. A sa grande surprise, le jeune homme accepte.

 

Commence alors une drôle de cohabitation entre Sumire et Momo (c’est le nom qu’elle lui a donné) et peu à peu, le mal-être de celle-ci commence à disparaître…

 

Note: c'est un vieil article, qui ne reflète pas nécessairement mes pensées, mon état d'esprit ou même mon style actuel. Cf. les notes de relecture à la fin. Version plus récente de l'article: ICI

 

 

.oOo.

Si je devais faire deux colonnes et que dans l’une d’elles je devais écrire ce que je n’ai pas aimé, alors je pense que j’écrirais « rien du tout »1. Cela tient peut-être au fait que ce drama fut mon premier, mais il ne m’a laissé aucun mauvais souvenir (je parle comme si cela faisait longtemps, mais en fait, pas du tout)

 

L’histoire est certes peu réaliste, mais cela ne m’a posé aucun problème. Finalement, à quelques exceptions près, les bases des dramas sont souvent peu réalistes de toute façon. Une fois que c’est accepté, tout va tout seul.

 

Qui plus est, cette histoire peu réaliste, met en place des personnages qui eux le sont beaucoup plus.

 

Les personnages sont « humains ». Evidemment me direz-vous ! Ce que je veux dire par là, c’est qu’ils ont leurs faiblesses et leurs point forts et représentent chacun un stéréotype. La carriériste, le jeune homme qui « zone » et n’arrive pas à se décider, ou encore, la femme au foyer (représentée par la meilleure amie de Sumire).

 

Le drama offre de plus plusieurs points de vue : celui de la société et celui des protagonistes eux-mêmes. Pour Sumire par exemple : on perçoit l’opinion des autres à son sujet ainsi que l’image qu’elle projette, et à la fois on sait qui elle est réellement. C’est à cela que sert Momo, à révéler la face que Sumire cache à la société et que Momo (et donc nous) est le seul à voir. Et inversement.

 

D’un point de vue occidental, le drama permet également de « s’intégrer » dans la société japonaise. On en comprend mieux les règles et le fonctionnement. De ce point de vue là un drama comme Hana Yori Dango ne servira à rien… mais Kimi Wa Petto offre un regard sur la société japonaise. Malgré une histoire de base peu réaliste donc, le contexte et les personnages le sont.2

 

Si on laisse de côté tout cela, reste justement l’histoire.

 

Maintenant je laisse parler mon côté niais (j’en suis fière ! ! !)3

 

Ce que j’ai dit précédemment, il m’a fallu réfléchir pour m’en rendre compte mais tandis que je regardais le drama, je n’avais évidemment pas tout cela à l’esprit. Mes pensées étaient plutôt du genre « il est parti, c’est trop triste » ou « mais embrassez-vous nom de Dieu » ou encore « mais demande lui de rester imbécile ! ». Quand je dis pensées en fait, c’était plutôt des exclamations. J’adore parler aux acteurs pendant que je les regarde jouer4… pas de commentaires à ce sujet s’il vous plait….^^’

 

Donc, si on enlève le côté « documentaire » (enfin…), il reste une jolie histoire d’ « amour » (entre guillemets car comme les personnages le disent eux-mêmes, le sentiment est un amour différent de celui qui existe entre deux personne d’un couple normal5), beaucoup de moments à émotions (larmes et rires) et … ben….Jun… ou plutôt les acteurs … les deux personnages principaux sont vraiment bien incarnés ! ! Koyuki, tout à fait crédible et Jun qui, c’est assez incroyable, à la même tête que le personnage du manga 6 oO c’est assez surprenant …

 

Maintenant que vous avez compris que c’est génial, regardez-le ^_______________^

 

Kimi wa petto

Notes de relecture du 04/04/2018

 

1 Haha, pour le coup, ça, ça a changé, cf. la version nouvelle de l’article.

 

2 En général, je pense que maintenant j’essaierais de développer le tout bien plus, parce que j’ai quand même beaucoup résumé dans ce premier article. Je parle de stéréotypes sans expliquer ce qui les définit, et comment ils sont présentés dans le drama, ce n’est pas très intéressant. Par ailleurs, je ne sais pas si je partage encore mon propre avis sur Hana Yori Dango, car même si c’est clairement plus fantaisiste niveau univers, on peut justement apprendre des choses en étudiant les « fantasmes » proposés. Donc je ne dirais plus que ça ne sert à rien.

 

3 Je n’utilise plus autant le mot « niais » qu’avant… Là je l’utilise pour me décrire moi, mais c’est un mot qui revenait souvent dans mes articles sur des comédies romantiques, et je crois que quelque part, c’est parce que j’avais intégré que « comédie romantique/romances en général = forcément pas très poussé intellectuellement », une opinion que je ne partage décidément plus du tout.

 

4 Haha, ça c’est toujours très vrai. En revanche, je réfléchis bien plus à ce que je regarde et j’en suis ravie. Je n’aime pas ce « évidemment » dans le « évidemment je n’avais pas tout ça à l’esprit », comme si on ne pouvait pas vivre un drama à fond et réfléchir à la fois à ce qu’il raconte, tss.

 

5 Je pense que je garderais le mot « amour » entre guillemets parce que les personnages le mettent en gros entre guillemets dans le drama aussi (alors que c’en est clairement, en fait, et il y a des tas de formes d’amour, des tas de façon de le vivre, c’est tout). En revanche, je virerais cette idée de « couple normal ». Je citerais simplement le drama, histoire d’éviter de devoir écrire ça. A l’époque, j’avais une idée un peu trop arrêtée et conditionnée de ce que devait être un couple, je pense.

 

6 Lol, non. Mais j’adore toujours Matsujun dans ce rôle, et personne ne peut prendre sa place <3 Mon premier coup de cœur :’)

 

De façon générale, ce premier article dramatesque est clairement trop peu développé, et il manque des tas d'informations que je mettrais maintenant (je les ai rajoutées dans les tags). J'ai "nettoyé" la présentation un peu, et viré la note, mais sinon j'ai essayé de laisser l'article en état, et lol, les petits machins pour encadrer les titres... :')

Plus d'histoire de gens qui se trouvent, et fondent un foyer qui leur fait du bien, ensemble:

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :