Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sorti en 2006

Réalisé par Ishikawa Kitaji

Ecrit par Suzuki Osamu

D’après le manga de Nakahara Aya

Dure 1h39

 

Avec :

Fujisawa Ema >>> Koizumi Risa

Koike Teppei >>> Otani Atsushi

Tamaki Nami >>> Ishihara Nobuko

Kudo Risa >>> Tanaka Chinaru

Yamazaki Yusuke >>> Nakao Heikichi

Mizushima Hiro >>> Suzuki Ryoji

Tanihara Shosuke >>> "Mighty"

 

 

Dontesque ?

 

Pour une fille Koizumi est trop grande. Pour un garçon Otani est trop petit. Tous les deux ont beaucoup de points communs, ce qui les pousse à bien s’entendre, mais leur complexe se mettra-t-il en travers de leur chemin ?

 

Fiche Ecrans d’Asie : ici

 

 

.oOo.

 

Il y a quelques mois, j’ai regardé le drama REVERSE, qui m’a bien, bien brisé le cœur, car le postulat de départ est « Voici un personnage (adorable) joué par (l’adorable) Koike Teppei. Explorons les suites de sa mort. » Et... non, je suis désolée.

Ca ne se fait pas. Et je suis ressortie de ce drama avec la furieuse envie de voir Koike Teppei, si possible quelque part où il ne meure pas dans les premières minutes d’histoire (ni dans les suivantes), c’est pourquoi j’ai repensé à Lovely Complex. L’article sur ce film (qui date d’aout 2007, second mois d’existence de ce blog) était à réécrire, je me souvenais l’avoir apprécié la première fois, et dernièrement j’avais même pensé à revoir l’anime, car je me souvenais l’avoir beaucoup aimé à l’époque (à la relecture de mon ancien article, en fait, j’avais pas 100% adhéré du tout, mais avec le temps, il faut croire que ma mémoire n’a gardé que le bon). Les étoiles formaient une jolie ligne, et je me suis dit que commencer par le film puis revoir l’anime était probablement une bonne idée, les risques de déception étant moins élevés dans ce sens-là. Et maintenant, j’ai hâte de revoir la série (même si je sais bien que ce sera pas pour tout de suite) parce que j’ai re-kiffé ce film. Même si j’aurais bien aimé qu’il se penche un peu plus sur son titre. Enfin, sur l’idée de complexe je veux dire. Parce que c’est quelque chose qui m’intéressait pas mal.

 

Dans notre société (et la société japonaise), l’homme est censé protéger, la femme est censée être protégée ; l’homme est censé prendre de la place, la femme en prendre le moins possible, et donc dans un couple, l’homme est censé être plus grand que la femme, et même plus âgé si possible, ou du même âge. Ce sont des « règles » à la con, mais des règles insidieuses, et elles sont bien ancrées, elles ont bien été absorbées par des tas de gens, qu’ils en soient conscients ou pas. Même moi, j’ai réalisé que l’idée d’être en couple avec un homme plus mince ou plus petit que moi, instinctivement, ça me faisait bizarre. J’ai rien contre les hommes minces ou petits du tout, mais dès que je me mets à côté, dans ma tête, il y a quelque chose qui « cloche ». Et c’est bien de là que découle le fameux complexe du film. Lovely Complex commence sur nos deux leads se faisant chacun rejeter (le rejet créant le complexe par la suite) parce qu’ils ne font pas la bonne taille :  Otani (Koike Teppei <3) est trop petit, et Koizumi (Fujisawa Ema) est trop grande. Lorsque les gens extérieurs (donc pas leurs amis) les envisagent ensemble, ils se disent que ce n’est pas possible, car « ils auraient l’air d’un duo comique ». Otani et Koizumi ont beau s’entendre super bien, leur différence de taille, de la longueur d’une fourchette, devient une véritable montagne quand il s’agit d’envisager une relation de couple. Du coup, il n’y a pas vraiment besoin d’antagoniste, et il n’y en a effectivement pas. On a bien droit à une ex d’Otani qui se rappelle à son souvenir, il y a des sortes de « rivaux » vite fait, mais ils sont à un degré zéro de menace, et ils n’essaient même pas vraiment, de toute façon. La plupart des personnages sont écrits pour être sympathiques. Certes, je trouvais que les moqueries des élèves, visant le prof portant une perruque, étaient violentes, et que les amis des deux personnages principaux pouvaient se montrer caricaturaux et légèrement gênants (toujours un plaisir de voir Mizushima Hiro, cela dit), mais ils étaient écrits pour être drôles et agréables, personne n’étant réellement antagoniste puisque le complexe des deux leads était un obstacle suffisant… et était l’obstacle principal au début. Mais moins par la suite. En effet, s’il en est toujours fait mention le long de l'histoire, finalement, le film ne creuse pas beaucoup le sujet, et le plus gros obstacle à leur relation devient surtout que les deux leads ont peur de gâcher leur amitié en tentant de la faire évoluer vers autre chose.

 

Dans un sens, ça m’a déçue. Parce que j’aimais beaucoup l’idée d’explorer cette affaire de complexe. J’aurais voulu voir les personnages l’affronter plus franchement, et le surmonter, voire peut-être même creuser les raisons de son existence (mais là, c’était un peu beaucoup demander). Alors, on a droit aux deux premières étapes, certes, mais de façon trop sous-développée à mes yeux. Le truc, c’est que d’un autre côté, si l’obstacle devient « mais qu’adviendra-t-il de notre amitié ? », c’est parce qu’il y a une amitié à protéger, et la dynamique entre les deux personnages était un de mes aspects favoris du film.

[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン
[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン
[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン

Je n’ai pas accroché à tout l’humour de Lovely Complex. Le surjeu passait généralement bien, mais de temps en temps l’actrice principale semblait ne pas trop quoi faire de ses membres, et son interprétation pouvait manquer de naturel. Je l’ai beaucoup aimée en général, mais lors de certaines scènes, elle m’a fait grimacer un chouïa, car elle manquait d’assurance. Je n’ai pas non plus été fan de la narration en anglais. Pas parce que le principe me dérangeait, mais parce qu’honnêtement, bien souvent, je n’en comprenais pas un mot (et elle était sous-titrée en japonais, mais pas anglais). Et à côté de ça, certaines blagues tombaient à l’eau. Mais d’un autre côté, j’ai aimé la façon dont le film brisait parfois le « quatrième mur » et s’adressait directement à nous (en faisant un arrêt sur image et nous décryptant l’expression d’un personnage par exemple), le personnage de Tanihara Shosuke (et tout ce qui le concerne) est tellement over-the-top que je n’ai pas pu m’empêcher de sourire, et il y a certaines blagues qui, oui, fonctionnaient. En fait, Lovely Complex est un film très chargé, et mettons qu’il y a du bon, du mauvais, et du bof dans tout ce joyeux bordel. Peut-être eu plus de « bof » pour moi, niveau humour, mais j’ai en revanche beaucoup accroché à nos deux personnages principaux, et c’est ce qui a fait l’intérêt du film à mes yeux.

 

Koike Teppei, dans le rôle d’Otani, est clairement mon gros coup de cœur, j’ai eu méchamment le béguin pour, mais j’ai accroché à Fujisawa Ema aussi. Certes, elle est plus maladroite lors de certaines scène, mais elle a également du charme (et je veux être stylée comme elle, en vrai, j’adore ses coiffures, et sa garde-robe mignonne et confortable), elle est adorable, et Koizumi est notre personnage « point de vue ». On sait des choses sur Otani, mais finalement, pas grand-chose que la jeune femme ne sache pas ou ne finisse pas par savoir, alors qu’on pénètre un peu plus dans l’intimité de Koizumi (on voit sa chambre, par exemple, et sa grande sœur). Lors des développements amoureux, on la suit surtout elle, et en conséquence, si j’avais le béguin pour Otani,  c’est Koizumi qui m’a touchée, c’est elle qui m’a mis les larmes aux yeux. Maintenant, niveau casting, j’ai un petit regret, c’est que les acteurs n’ont finalement pas une grosse différence de taille… Dans l’anime et le manga, la différence était bien marquée, mais dans le film, Koike Teppei et Fujisawa Ema font quasiment la même taille, semble-t-il. Visuellement, ça enlève quelque chose. Je pense que le film ne va pas au bout de son concept, et en plus, il est obligé de mettre Fujisawa Ema sur des talons, ce qui devient assez étrange pour quelqu’un qui stresse sur 10cm de trop. Je dis pas qu’elle ne devrait pas porter ces talons, c’est super qu’elle puisse, malgré son complexe, mais ça ne cadre pas avec ce qu’on sait du personnage, on se dirait qu’elle aurait plutôt tendance à les éviter en l’occurrence. Mais encore une fois, le film se sert de la différence de taille de façon assez aléatoire, et pas bien poussée.

 

Malgré tout, je n’aurais pas réellement voulu un casting différent, car j’aime ces deux acteurs. Surtout Koike, voui, d’accord. Et j’ai fondu face à Otani. Il est un peu lent à la détente, le jeune homme, mais il me plait, ça a l’air d’être un type bien, et je comprenais ses inquiétudes et ses hésitations. J’étais tout à fait disposer à regarder Koizumi et lui vivre leur romance, et le film finit sur une note pas très fine (je cherche un bon équivalent pour le mot « corny »… peut-être « cucul » en l’occurrence ? mais gentiment), mais bordayl, je suis faible, ça m’a plu, malgré que ça soit assez forcé comme conclusion.

 

Lovely Complex est un petit film. Il a des idées intéressantes mais ne fait pas assez de choses avec, il ne creuse pas suffisamment. Mais il est léger, divertissant et mignon, alors il m’a plu. Il n’est pas parfait, certaines blagues tombent à l’eau, mais j’ai un faible pour les romances choupies. Si ce n’est pas votre cas, à mon avis, ce film n’est pas fait pour vous, mais si vous partagez mon sentiment à leur égard, alors tentez le coup :D !

[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン
[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン
[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン[De la taille d'une fourchette] Lovely Complex ラブ★コン
Tag(s) : #Cinéma, #Cinéma Asiatique, #Japon, #Lovely Complex, #2000s, #2006, #Ishikawa Kitaji, #Suzuki Osamu, #Nakahara Aya, #Adaptation, #Fujisawa Ema, #Koike Teppei, #Tamaki Nami, #Kudo Risa, #Yamazaki Yusuke, #Mizushima Hiro, #Tanihara Shosuke, #Oshinari Shugo, #Terajima Susumu, #Romance, #Comédie, #From hate-annoyance to love, #From friendship to love, #Amitié

Partager cet article

Repost 0