Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Long Love Letter

 ロング・ラブレター~漂流教室

 

 

Diffusé en 2002

Sur Fuji TV

11 épisodes

Réalisé par Takeuchi Hideki & Mizuta Naruhide

Ecrit par Omori Mika

D'après le manga de Kazuo Umezu

 

Avec:

Tokiwa Takako >>> Misaki Yuka

Kubozuka Yosuke >>> Asami Akio

Mizukawa Asami >>> Ichinose Kaoru

Mochizuki Misa >>> Fukazawa Sae

Osugi Ren >>> Misaki Shigeo

Ishibashi Kei >>> Nakazawa Junko

Tsumabuki Satoshi >>> Fujiwara Ryuta

Yamashita Tomohisa >>> Otomo Tadashi

Yamada Takayuki >>>> Takamatsu Sho

etc

 

Dontesque?

Asami et Yuka se sont plu dès leur première rencontre. Ils ont discuté pendant des heures et se sont échangés leurs numéros de téléphone mais, suite à un mauvais coup de chance, n'ont jamais pu se recontacter, à leur grand damn. Un an plus tard, ils se rencontrent à nouveau dans le lycée où enseignait Yuka et où enseigne à présent Asami. Mais ils auront bien plus à penser que leurs retrouvailles lorsque le lycée et les gens qui s'y trouvaient se retrouvent subitement propulsé dans un monde aride et déserté.

 

~oOo~

Comme vous le savez à présent si vous me lisez religieusement -et je sais que c'est le cas-, je me suis trouvé un toit bloguesque anglophone il y a peu de temps et mon prochain post sur ce blog concernera les dramas diffusés en 2002. Enfin certains, pas tous hein ! Mais comme le critère principal est mon affection, forcément, Long Love Letter sera de la partie. Sauf que je me suis rendue compte que finalement, je ne me souvenais pas si bien que cela de LLL. Alors, vu que je suis d'humeur à regarder des Jdramas en ce moment et puisque mon article sur ce blog avait bien besoin d'une mise à jour, je me suis dit que ce serait une bonne occasion de le faire et je me suis posée devant LLL à nouveau, la joie au cœur. Enfin la joie au cœur mais également assaillie d'une forme d'angoisse parce que vous savez comment c'est lorsque l'on revisite de vieux territoires nostalgiques, il y a toujours la possibilité que le décor ne nous plaise plus autant qu'avant. Heureusement cela dit, j'ai le plaisir -et le soulagement aussi un peu- de vous annoncer que, si j'ai certainement trouvé plus de défauts à LLL ce coup-ci, j'ai au final aimé le drama autant que je l'avais aimé la première fois. Et pour les mêmes raisons en plus, la seule grosse différence étant que ce coup-ci je me rends compte que Yamapi joue très mal dans ce drama alors que la première fois ma fangirlittude de l'extrême m'avait complètement aveuglée. Mais au moins Kubozuka Yosuke était toujours très bien... et ce même dans sa doudoune jaune. En fait je me demande si je ne suis pas aveugle maintenant quelque part parce que ce coup-ci j'ai juste carrément kiffé sa doudoune jaune....

 

Dans ce drama, Yosuke interprète Asami, l'un de nos personnages principaux et la moitié masculine de notre couple central. Finalement la série ne nous donne que très peu d'éléments sur lui quand j'y pense. Je ne m'en souvenais pas mais on a très peu d'indications sur la vie d'Asami en dehors de sa relation avec Yuka et ses élèves. Cependant ce n'est pas bien dérangeant, ce n'est pas dérangeant du tout même, car les informations principales, celles dont on a vraiment besoin, passent via les réactions du personnage, son attitude. Par exemple, il y a une scène qui m'a beaucoup marquée dans ce drama -c'était ma scène favorite à l'époque et ça l'est toujours en fait-, c'est celle du « okaeri/tadaima ». D'abord, dans le même épisode, on a droit à une scène où Asami et deux de ses élèves rentrent dans l'école désolée. Asami, sans y réfléchir, leur sort « tadaima » -donc en gros « je suis rentré à la maison »- . En premier lieu je me suis toujours dit qu'Asami était rapide à considérer l'école comme sa nouvelle maison probablement parce qu'il ne devait pas avoir de vrai foyer avant cela. Les deux élèves sont pris de court puis réalisent à quel point ce « tadaima » quotidien auquel ils étaient aussi habitués est en vérité lourd de sens et de chaleur. Ils rentrent eux aussi dans l'école avec un tadaima et Asami les prend dans ses bras en guise d'accueil et également de réconfort. Plus tard, à la fin de l'épisode, le même genre de scène est repris. Ce coup-ci c'est Yuka qui entre en premier. Elle se tourne alors vers Asami et lui dit « okaeri » doucement avec un sourire chaleureux. Et on peut voir sur le visage de celui-ci à quel point il est ému, on sent ce que cet « okaeri » signifie pour lui parce qu'il doit avoir une vie très solitaire dans laquelle personne ne lui dit « okaeri ». Plus tôt dans le drama, Asami disait également avoir plus d'une fois souhaité que le monde entier disparaisse à l'exception de lui et de la personne qu'il aime. Au ton qu'il avait, il ne voulait certainement pas parler d'une retraite romantique, d'un « quand nous sommes ensemble, le reste n'a pas d'importance » ; Non, Asami ne semble pas avoir une vie facile, c'est un personnage très seul avec beaucoup de doutes et un gros vide à combler. Et c'est un bon professeur, proche de ses élèves mais, comme il est lui-même jeune, il a un peu de mal parfois à se sentir réellement adulte. En face des élèves pas de souci mais, comme Yuka le lui fait remarquer, face à elle, subitement, il se comporte comme quelqu'un de plus jeune. Et comme il le lui répond, c'est parce qu'il EST jeune. Eh oui, Long Love Letter, c'est une noona-romance en fait

[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室
[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室
[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室

Sauf que bon, vu le contexte, on échappe absolument à tout le couplet sur l'acceptation de la société. Etant donné la nature de la relation des personnages, la façon dont ils se rencontrent et interagissent/communiquent aussi aisément et librement, je ne suis pas certaine que nous y aurions eu droit même dans un contexte plus normal, mais on ne le saura jamais et, en l'occurence, on est dans une situation où la société telle qu'on la connait n'a pas de poids, parce que la société telle qu'on la connait n'existe plus. Et débarassé des règles de la société, le couple Yuka/Asami avance à son rythme. Soumis à d'autres contraintes bien entendu mais finalement ça rend les choses presque plus simples et voir ces deux êtres humains se rapprocher naturellement m'a juste touchée. Asami peut se montrer immature par moment mais l'amour qu'il porte à ses élèves le rend admirable et, par ailleurs, il est adorable. Et aussi, j'adore Yuka. Le personnage de Yuka fait partie de mes personnages dramatesques féminins favoris parce que j'admire énormément sa force. Elle n'est pas infaillible : elle a éprouvé de la rancoeur vis-à-vis de l'ancien élève pour lequel elle s'est fait virer, elle a regretté sa décision, elle a des moments de faiblesse dans le nouveau monde -qu'elle essaie de garder loin du regard des élèves mais cette scène où elle est toute seule et, machinalement, arrose le petit jardin de l'école, pour essayer de faire pousser quelque chose dans ce moment où tout lui semble s'écrouler, est terrible comme scène et Matsu Takako est excellente à ce moment-là... ainsi qu'à tous les autres moments-. C'est un être humain avec ses faiblesses et ses défauts mais c'est le meilleur de l'humanité qui brille chez elle lorsque la situation se dégrade. Elle défend les élèves férocement, elle veut leur offrir toute la chaleur et tout l'espoir dont elle est capable, elle est pleine de compassion et elle est un soutien énorme pour tout son nouvel entourage. Elle a aussi une personnalité marquée, un bon répondant et une résilience qui me plaisent. Et puis j'aime jusqu'à la façon dont elle est fringuée avec son gros manteau jaune, je ne sais pas, elle a un style vestimentaire très distinct et comme elle ne change jamais de fringues -parce qu'à la base ils n'avaient pas prévu de partir en vacances sur une planète post-apocalyptique hein-, son look est très lié au personnage. Enfin bref, j'adore et j'admire ce personnage et je trouve l'actrice excellente.

 

En général, si le drama est plein de coups durs pour les personnages, il est finalement optimiste. Bien entendu, il ne nous épargne pas des moments difficiles parce que dans une situation telle que celle-ci, forcément, tout ne pouvait pas être « teletubbies party ». Donc il y a des morts, des personnages qui deviennent fous et même des personnages principaux qui flanchent côté morale par moments -le personage de Yamapi et la facilité avec laquelle il parle de tuer certains autres personnages en sont un bon exemple- mais, malgré tout, le sentiment que le drama nous offre est que nos survivants se regroupent autour du même espoir, qu'ils s'entraident, sont reconnaissants d'être ensemble et créent un foyer. Ils partagent, ils se soutiennent, ils se battent mais se réconcilient, ils pardonnent et c'est précisément grâce à cela et leur volonté de ne pas baisser les bras, de trouver des solutions, que le drama nous dit qu'ils peuvent survivre. Il y a des moments durs, il y a des moments où les élèves ont drôlement besoin d'Asami et Yuka pour les tirer vers l'avant -et même Asami et Yuka doivent se tirer l'un l'autre vers la fin car eux aussi trébuchent-, il y a des trahisons et des désillusions, mais au cœur du drama il y a une chaleur et un espoir qui font son succès à mes yeux. Ce drama s'appelle Long Love Letter après tout ! Et ce n'est pas -juste- une romance, okay, mais le titre n'a pas été donné au hasard. Les survivants écrivent -littéralement à la fin mais ils le font finalement tout le long via les narrations- une lettre d'amour à l'époque qu'ils ont perdue, ils se sentent reconnaissants pour ce qu'ils ont eu. Mais la vraie « longue lettre d'amour » n'est pas là. A un moment donné du drama, Asami fait remarquer que les sentiments humains « voyagent dans le temps » finalement un peu tout le temps, prenant l'exemple d'un cadeau de Noël déposé dans un casier et de son destinataire recevant le cadeau et les sentiments à une date antérieure. Et l'idée, elle est là : nos sentiments et nos actions sont une longue lettre à demain, laissée dans un "casier", le monde, pour les générations futures. Alors il y a du mauvais dans ces actions bien entendu et c'est ce que le drama nous a illustré sur 11 épisodes -la Terre ne s'est pas retrouvée dans cet état minable pour rien après tout- mais il veut aussi garder une note optimiste, et la « long love letter » du titre est la longue lettre d'amour que nous écrivons quand nous faisons quelque chose pour faire avancer le monde dans la bonne direction, une longue, longue lettre d'amour que les générations précédentes nous ont écrite et que nous -ou certains d'entre nous- continuons d'écrire pour les générations suivantes, malgré toutes les ratures que cela implique.

[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室
[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室
[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室

Après, on est bien d'accord, le drama est loin d'être exempt de défauts. Par exemple, pour commencer par les problèmes d'écriture, c'est vrai que le futur dans lequel notre école se retrouve ne m'a jamais paru assez lointain. En admettant que la race humaine soit capable de détruire la planète dans un laps de temps aussi réduit -une vingtaine d'année en gros-, il y a d'autres changements qui sont bien plus difficiles à avaler, surtout à la fin qui, de toute façon, est remplie de trucs improbables, même pour ce drama qui est déjà très improbable à la base. Disons que même en acceptant l'idée de base, certains éléments à la fin sont juste vraiment trop difficiles à avaler. Par ailleurs, le personnage de la prof complètement maboule est utilisé de façon bien trop lourdingue -l'interprétation n'aide pas- et on sent qu'elle n'est qu'un ressort scénaristique que l'auteur utilise quand il a besoin de booster une situation mais ne sait pas comment faire. C'est dommage. Et enfin, pour rester sur l'écriture, je dirais que le drama peut se montrer un peu trop moralisateur par moments. C'est une fable écologique dramatesque, certes, et c'est difficile de rester tout à fait subtil quand la base de la série est « la race humaine a détruit la terre et maintenant nos personnages doivent se démerder » mais il y avait moyen de ne pas en rajouter des couches non plus et par moments je dois bien avouer que bon, un peu moins de lourdeur dans le ton n'aurait pas fait de mal. Au delà de cela, les problèmes sont également, même si la plupart des acteurs sont très bons -yay pour Yamada Takayuki notamment et c'est toujours sympa de voir Tsumabuki Satoshi aussi-, dans certaines interprétations soit un peu trop exagérées, soit trop peu impliquées -Yamapi a l'air de dormir pendant tout le drama et c'est con parce qu'il a un rôle important et intéressant- et également dans la réalisation. Par exemple si j'adore l'ending -btw, dans le dernier épisode, pensez bien à regarder tout l'ending car, après, il y a une scène importante pour la conclusion du drama- et le thème musical du drama, c'est vrai que ce thème a tendance à revenir un petit peu trop souvent et pas toujours exactement aux moments les plus adaptés. Par ailleurs, lors des certaines scènes « émotion » le drama devenait franchement maladroit niveau montage et il faut bien dire ce qui est, la série manque de moyen et cela se ressent drôlement au niveau des -rares- effets spéciaux, sans oublier en plus que le temps a passé. On n'oubliera pas de mentionner aussi que le rythme parfois sera un peu lent pour certaines personnes...

 

Mais je suis passée outre ces défauts facilement. Parce que malgré ces défauts, Long Love Letter est un drama plein de coeur aux personnages attachants et à l'idée intéressante. Un drama qui nous laisse avec le message -écrit blanc sur noir sur le tableau de la classe par Asami au début du drama et jamais effacé par la suite, ce jusqu'au dernier épisode- que si ce que nous écrivons maintenant s'adresse à ce qui viendra après nous, il nous faut également, pour nous-mêmes, "vivre pour le présent" parce que l'instant présent est tout ce que nous avons. Et cela signifie dire aux gens qu'on aime qu'on les aime, parce qu'on ne sait pas ce qu'il peut se passer demain, cela signifie qu'il faut réaliser ses rêves maintenant, mais cela signifie également que lorsque nous nous retrouvons subitement dans une situation désespérée, nous ne pouvons pas juste nous noyer dans les souvenirs du passé, parce que ce que nous avons est l'instant que nous vivons, et qu'il nous appartient de le vivre de la meilleure façon possible.

[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室
[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室
[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室
[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室[L'école emportée] Long Love Letter ロング・ラブレター~漂流教室

P.S. Les sous-titres français existant craignent. Si vous comprenez l'anglais, préférez la vosta.

Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Drama, #Japon, #Long Love Letter, #2000s, #2002, #~ 10 épisodes, #Fuji TV, #Takeuchi Hideki, #Mizuta Naruhide, #Omori Mika, #Kazuo Umezu, #Adaptation, #Tokiwa Takako, #Kubozuka Yosuke, #Mizukawa Asami, #Mochizuki Misa, #Osugi Ren, #IShibashi Kei, #Tsumabuki Satoshi, #Yamashita Tomohisa, #Yamada Takayuki, #Drame, #SF, #Survival, #Age difference, #Romance, #Amitié, #Fin du monde, #Female crush, #School drama, #Time travel

Partager cet article

Repost 0