[Lessive et super-pouvoirs] KAT-TUN - YOU

Publié le 13 Juillet 2016

Vous vous en êtes peut-être rendus compte si vous êtes du genre super attentif et que vous avez mémorisé tout le contenu de ce blog (donc plus de 4000 articles avant ménage… je crois à la surpuissance de votre mémoire et à votre dévotion totale à mon égard, oui), mais la grosse majorité des articles sur les Johnny’s ont disparu, que ce soit les articles sur les albums ou les clips. Contrairement à ce que certains d’entre vous ont eu l’air de se dire, non, je n’ai pas cherché à foutre les Johnny’s sous le tapis parce que j’avais honte (d’ailleurs, certains articles subsistent), mais simplement, la politique de la Johnny’s Entertainement étant ce qu’elle est (donc une politique de merde qui cherche à promouvoir ses artistes en faisant en sorte qu’on ne puisse surtout pas les suivre et les faire découvrir aux autres #payetalogiqueoui) et imageshack ayant supprimé, lorsqu’ils ont viré payants, toutes les photos que j’avais hébergées chez eux, les articles étaient juste des textes sur des clips et des chansons que vous ne pouviez ni voir, ni entendre… C’est quand même d’une tristesse affligeante ! Du coup, ça me faisait de la peine de les voir trainer sans but sur ce blog, et je me suis dit que j’allais les inclure dans mon grand ménage, et revenir dessus pour les illustrer à nouveau, tout en reprenant un peu l’écriture tant qu’à faire (mais sans trahir les idées d’origine, à moins de changement radical d’avis). Aujourd’hui, c’est donc du clip YOU de KAT-TUN que nous allons causer (gaiement), et je sais pas vous mais, moi, ça me plonge dans une bonne grosse nostalgie bien douce amère comme il faut, parce que je suis drôlement heureuse de retrouver mes KAT-TUN chéris, mais que j’ai toujours à l’esprit le fait qu’ils ne sont plus que trois (vu que Jin, Koki, puis Junno ont quitté le navire) et sont en hiatus pour le moment. Regarder leurs vieux clips (dans lesquels ils ont heureusement plus de 20 ans, si bien que je ne me sens pas trop mal à l’aise), c’est se pencher sur une époque heureuse mais révolue où ils étaient encore six et où leur nom de groupe n’était pas encore trop alambiqué parce qu’il signifiait :

Kamenashi Kazuya

Akanishi Jin

Tanaka Koki

Taguchi Junnosuke

Ueda Tatsuya

Nakamaru Yuichi

 

Alors que maintenant il se construit comme ça :

KAmenashi Kazuya

TaTsuya Ueda

Yuichi Nakamaru

Ce qui est quand même drôlement bancal.

Cela dit, au moins, y a des choses qui ne changent pas : Maru continue de tirer la courte paille (une seule lettre, le pauvre ! Ils auraient pu lui filer un U pour que tout le monde ait deux lettres, mais nope). C’est important de préserver les traditions. Encore qu’à l’époque de YOU, celle-là était moins installée, comme on en parlera un peu plus tard.

Enfin bref, tout cela pour dire que ça fait quand même vachement plaisir de regarder en arrière un petit peu, cela ramène plein de souvenirs ! Mais on découvre aussi de nouvelles choses, et j’ai été surprise de constater à quel point ce clip multipliait les niveaux de lecture possibles. Les mauvaises langues diront que c’est parce qu’il est drôlement vide et plutôt flou si bien qu’on pourrait lui faire dire n’importe quoi, mais les vraies fans savent bien que les mauvaises langues se trompent et que derrière chaque nouveau (ou pas nouveau, en l’occurrence) clip de la Johnny’s Entertainement se cachent des finesses qui échappent aux moqueurs mais sont aussi évidentes aux yeux (un peu moqueurs aussi, okay, parce que c’est dur de faire autrement) des fans que l’enthousiasme des KinKi Kids dans le clip de Natsu no Ousama.

Donc en fait, pas si évidents que ça, okay.

Heureusement je suis là pour, dans ma grande puissante gurutienne, vous inventer expliquer le sens profond de chaque chef d’œuvre dont Johnny-sama veut priver le monde, ayant probablement le sentiment que le monde ne saurait gérer un tel niveau de génialitude extrême. En l’occurrence, néanmoins, comme je ne vais pas non plus écrire quarante pages sur toutes les profondeurs cachées de ce tour de force du dixième art (car les clips de la JE sont leur propre art… et sont TOUS des chefs d’œuvre de ce dixième art, bien entendu), je vais passer rapidement sur deux pistes (que je vous laisserai explorer… il y aurait de quoi écrire quarante thèses sur chacune, et je vous fais confiance pour vous lancer !), et ensuite revenir sur ce dont je parlais déjà dans mon premier article, c’est-à-dire le plus important, c’est-à-dire les KAT-TUN eux-mêmes.

En premier lieu, il est assez clair que dès le départ, les grandes puissances de la Johnny’s Entertainement avaient tout prévu, et que le clip de YOU se rattache au grand thème « les KT sont des extra-terrestres » que l’on retrouve dans bon nombre de leurs clips, notamment SIGNAL, Change Ur World, BIRTH, Run for you, etc (il y a toute une saga de la venue des KT sur Terre en fait, et je vous en parlerai un jour). De base, c’est assez clair que les Johnny’s ne pouvaient pas être tout à fait humains, et qu’ils habitent même probablement dans leur propre dimension dans laquelle Sexy Zone est le summun du bon goût, mais la piste « extra-terrestres » est clairement pointée du doigt ici, lorsque Ueda ramène à la vie la petite fleur de la gamine sortie de la même usine à Choupinettes Occidentales Blondes ayant fourni les accessoires de Change Ur World et Flower des KinKi (un autre grand moment du dixième art ce clip). Or cette scène ne sera pas sans vous rappeler l’exploit d’un autre extra-terrestre hyper connu (mais largement moins photogénique, quand même) ayant soigné des fleurs du regard :

Tout est connecté, les coïncidences n’existent pas.

Ensuite, il va sans dire que les KAT-TUN, dans ce clip, continuent d’explorer les dessous du monde du divertissement, comme ils le faisaient dans le très sombre Star Rider (qui mettait l’accent sur la manipulation dont est victime le public), ou encore dans leur tout premier clip Real Face où ils tâchaient déjà de nous montrer la VRAIE face de leur univers. Ici, dans leur station de métro (un lieu de transition donc, comme c’est rappelé par le panneau « waiting area ») immaculée, ils sont sous la surveillance constante d’une sorte de robot-sphère qui les observe, et ils sont scannés par des faisceaux bleus et rouges.

[Lessive et super-pouvoirs] KAT-TUN - YOU[Lessive et super-pouvoirs] KAT-TUN - YOU

En quelque sorte, on peut voir dans ce lieu une sorte de purgatoire. Pas littéral, bien entendu ! Encore que les KAT-TUN ne soient pas étrangers aux questions existentielles, ayant notamment parlé de dilemmes intérieurs et fatalisme dans les clips d’EXPOSE et CONNECT & GO, d’autant que dans YOU le t-shirt « tête de mort » de Maru, les japonais portant du blanc (couleur du deuil au Japon, le monsieur occidental portant du noir, la choupette qui ressemble à un ange, et la fleur morte, peuvent foutre le doute…

[Lessive et super-pouvoirs] KAT-TUN - YOU
[Lessive et super-pouvoirs] KAT-TUN - YOU[Lessive et super-pouvoirs] KAT-TUN - YOU

Encore une piste à explorer ! Je vous avais dit que ce clip était une mine de trucs ! Mais bref, ici je ne pense pas que le purgatoire soit littéral. N’empêche qu’ils sont dans un monde aseptisé, sous une surveillance constante, attendant de savoir s’ils peuvent aller au « Ciel » (le rayon bleu) ou doivent aller en Enfer (le rayon rouge), et ils ont beau accomplir des miracles de ouf, dignes de saints (genre rendre la vue à quelqu’un), ils ne peuvent jamais quitter cet endroit, même quand ils croient y arriver enfin (à la fin ils semblent rentrer dans le métro qui passe, mais en fait non et tout recommence) de la même façon qu’ils seront TOUJOURS sous le regard du public, toujours jugés, toujours dans cet état d’incertitude où leurs vies peuvent basculer d’un côté comme de l’autre à la moindre chose #laprofondeurdanstaFACE !

Mais si vous voulez ne pas vous prendre la tête parce que, comme moi, vous êtes de grosses flemmasses fatiguées du bulbe (dans mes bras ♥), il y a aussi moyen de faire complètement l’impasse sur toutes les subtilités dissimulées derrière chaque choix de mise en scène (rien n’est anodin ! Par exemple, si vous divisez la longueur des ongles de Kame par le nombre de plumes sur le chapeau de Koki, multipliez cela par la longueur moyenne des mèches de Jin, additionnez à cela le carré de la longueur de la station de métro, puis soustrayez le degré d'intérêt général des paroles, vous obtenez clairement la solution au réchauffement climatique… Et si vous zoomez suffisamment sur les murs de la station, alors les mystères de l’univers vous seront révélés… après tout, Simon et Garfunkel ne disaient-ils pas dans une de leurs chansons les plus populaires « Les mots des prophètes sont gravés sur les murs du métro » ?... bon le contexte faisait que c’était pas censé être une bonne chose, mais ils avaient déjà une moitié de l’info de bonne, et ils ne sont pas Johnny’s donc pas infaillibles !). Bref, si vous avez le cerveau du poireau teubé notre totem, ne vous inquiétez pas, car on peut aussi prendre ce clip sous sa forme la plus basique, au-delà de toutes ses finesses, à savoir, comme tous les clips de la Johnny's Entertainement : une gigantesque publicité.

La cible ? Eh bah, c’est dans le titre : vous. Ah ouais, les boys-bands forcément, ça aime bien le vague et le « you », parce que le « you », c’est tout le monde. Qui que vous soyez, c’est de vous dont ils parlent, c'est fou ça ! C’est bien fait quand même... Enfin en vrai c’est bien sûr de moi dont ils causent quand ils chantent « Can’t take my eyes off you », le premier indice étant le bleu/blanc/rouge du clip aux couleurs de mon pays, et les autres indices étant des trucs plus persos que seuls Kame et moi connaissons… mais les KT sont sympas, ils vous laissent l’illusion, et vous donnent  une chanson qui pourrait tout aussi bien s’intituler [insert your name here]. En soi, sinon, la chanson elle est… écoutable ? En fait, pour être tout à fait honnête avec vous, j’ai un tel niveau de nostalgie et d’affection pour ces adorables petites choses qui illuminent mon écran (littéralement, parce que le clip est très blanc, mais aussi parce qu’ils produisent des paillettes, comme tous les Johnny’s), que ça fait bien longtemps que j’ai perdu le peu d’objectivité que je n’ai de toute façon jamais possédé (donc en fait, j’ai rien perdu du tout, mais maintenant je ne fais même plus semblant). Si vraiment je me concentre et essaie de baisser mes lunettes aux verres bien roses (ou mes bouchons d’oreille rose en l’occurrence, j’imagine), la chanson n’est probablement pas une de leurs meilleures : elle est un peu trop hachée, un peu répétitive, et elle est happy-con sans l’être complètement jusqu’au bout. Mais le rose c’est quand même d’une coolitude assez extrême donc je vois vraiment pas pourquoi je devrais me priver de continuer à vivre dans mon Barbie world où je peux undress-er Kame everywhere (it’s fantastic !), mayrde ! Donc la bande-son de notre publicité n’est pas la meilleure qu’il y ait eue pour promouvoir les poupinettes KAT-TUN, mais pour être honnête : who cares ? Oui, oui, moi aussi je kiffe leurs chansons, j’écoute la musique pour de vrai, même sans les images, je hurle RESCUE, et je massacre le rap de Real Face parce qu'à la base, de toute façon, le rap de Real Face est un gros massacre lyrique... mais on va quand même pas aller jusqu’à dire que la musique est plus importante que le côté esthétique (à la limite je pourrais argumenter qu'elle l'est autant dans le cas KAT-TUN, mais faudrait me laisser quelques mois de préparation). Donc causons de l’esthétique.

Elle est plutôt simple dans ce clip, et je soupçonne qu’il y a trois raisons à ça. La première c’est que Johnny-sama essaie certainement de vous convaincre que les poupinettes qu’il veut vous vendre sont des êtres eux-mêmes simples (la preuve : ils prennent le métro !) qui ne vous coûteraient pas grand-chose en entretien (bien sûr, c’est faux, mais en même temps c’est une pub, et la pub, par principe, ça ment, hein !). La seconde c’est que le blanc évite les trop grosses catastrophes vestimentaires. Alors juste les trop grosses, hein, parce que les Johnny’s ils ont de la ressource quand il s’agit de défier le bon goût, et c’est pas parce que leur clip est un partenariat avec une marque de lessive (raison numéro 3) qui lave plus blanc que blanc qu’ils ne trouveront pas une façon de vous assassiner les yeux, mais ça leur demanderait plus d’efforts, et faut croire que dans YOU ils avaient la flemme, parce que même si j’émets quelques réserves sur le chapeau de Koki et sur la tenue d’Ueda, dans l’ensemble, quand même, on s’en sort plutôt raisonnablement bien.

[Lessive et super-pouvoirs] KAT-TUN - YOU
[Lessive et super-pouvoirs] KAT-TUN - YOU

Bon mais « I want to be your lover » me vous chantent les KAT-TUN, okay, et on va dire qu’ils sont suffisamment jolis pour qu’ils n’aient pas à get-ter with tes friends d’abord (par contre moi je get-terais bien avec les leurs, mais c’est un sujet pour un autre article), mais il va falloir faire un choix maintenant, et c’est là que les choses se corsent, parce que les poupinettes ne coûtent peut-être pas cher en entretien (et encore, c’est faux, comme on l’a déjà déterminé), mais à la base faut quand même y foutre trois reins pour s'en payer une, donc à moins que vous ayez l’intention d’opérer un massacre (une option à considérer, après tout), il va falloir se contenter d’une seule poupinette : oui, mais laquelle ? Et c’est là que le clip intervient pour vous aider à faire votre choix, chaque KAT-TUN vous faisant la démonstration de ses talents/super pouvoirs pour vous convaincre que c’est lui le meilleur. Par exemple, Koki et Junno sont capables d’aller très vite, et de faire des petits pas de danse.

Pas très impressionnants les pas de danse en l’occurrence, mais au moins le clip a le bon goût de filmer tout le monde séparément, si bien que la légendaire incapacité des KT à être synchro nous est épargnée. Même si en vrai j’aime beaucoup la façon dont on se dit parfois, limite, qu’ils font exprès de pas être ensemble, en mode « rien à battre ». D’ailleurs, dans la catégorie « rien à battre », Kame est au niveau Star Rider du « je m’en fous » pour le coup.

Non parce que si on observe :

- tout le monde brille gaiement, donc c’est rien de particulier. En vérité, tous les Johnny’s produisent des paillettes, c’est limite banal, et en plus c’est même un peu dépassé, parce que les nouveaux, maintenant, ils gerbent des arcs-en-ciel magiques, alors !

- Koki et Junno, en plus de nous faire démonstration de leur super vitesse, nous esquissent quelques pas de danse, et même s’ils ne sont pas oufissimes, y a quand même un effort.

- Ueda ressuscite des fleurs, ce qui est quand même assez balèze dans son genre, c’est pas du pouvoir au rabais ! Et si vous avez autant de mal que moi à garder vos plantes en vie, Ueda peut être un très bon choix (en plus on ne le voit que guérir une fleur de la mort, mais qui sait ce qu’il peut tirer de la tombe :O ? James Dean ? Marilyn Monroe ? La carrière de Taegoon ? ZI POSSIBILITIES ARE INFINITE !!!)

 

- Maru rend sa vue à un aveugle, et là aussi on est dans le lourd, dans le très très lourd même. Ah, là c’est clair qu’on n’est pas dans l’époque Change Ur World où les autres avaient le pouvoir de respirer sous l’eau, survivre au feu, péter des murs au poing, et Maru celui de … euh… tomber des buildings. Non, dans YOU, il a un pouvoir qui claque et il nous le présente dans toute sa gloire. Donc les gens, si vous avez des soucis de vue, vous savez vers qui vous tourner (le souci étant qu’une fois guéri et votre vue retrouvée, vous risquez de regretter de pas avoir choisi les deux autres messieurs à venir sur la liste, mais on peut pas tout avoir non plus, oh, merde !).

- Jin, lui, a apparemment le pouvoir de prendre la pose, et de jeter des pièces en l’air, ainsi que de les rattraper. Je sais que ça parait super inutile dit comme ça, mais en fait…

.... non, en fait, rien: ça l’est, ça sert strictement à queudale.

Mais il est joli, alors on lui pardonne... et puis au moins, il n’est pas Kame.

- Non parce que Kame… Kame lui, en fait, il fait rien du tout, il est au niveau zéro de l'effort. Il chope même pas une pièce au vol, queudale, il fait juste ça :

Toi aussi tu le sens ce grand moment de « je m’en fous, je ne ferai aucun effort, je suis Kamenashi Kazuya et j’estime que c’est bien suffisant » ? Enfin à mes yeux, c’est très vrai, mais je réprouve quand même l’attitude. Tsk, tsk. On remarquera aussi qu'il est le plus ravi d'avoir une caméra braquée sur lui... mais bon, c'est Kame, donc forcément. S'il pouvait, il ferait probablement l'amour à cette caméra, et honnêtement vu le regard qu'il lui lance, je suis pas persuadée que ce n'est pas ce qu'il est déjà en train de faire. Tout de même, quand Jin fait plus d’efforts que toi, tu sais que tu as un problème. Ou que tu es un caillou.

N’empêche que moi, j’achèterais Kame.

Le seul souci c’est que j’ai déjà tué la moitié de ma famille pour obtenir suffisamment de reins pour acheter tous mes « bias », à commencer par Kame, et que j’en ai tout le temps de nouveaux, si bien que je commence à manquer de corps. Du coup, si y en a certaines qui veulent bien m’envoyer un petit rein ou deux pour que je puisse me payer Rapmon, ce serait sympa.

En attendant, j’espère vous avoir un peu ouvert les yeux sur tout le génie de YOU, et sur toute la flemmassitude aigue (mais pardonnée) du Kame, un peu, et je vous dis à la prochaine !

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :