[AFI's 100] 12 hommes en colère (12 angry men)

Publié le 22 Juillet 2011

afi100.jpg


 

 

 

 

 

haut-copie-2

12 hommes en colère

12 angry men

bas-copie-2 

Henry-Fonda.jpg

 

infosSorti en 1957

 

Réalisé par Sidney Lumet

 

 

Avec:

 

Henry Fonda
Lee J. Cobb
E. G. Marshall
Martin Balsam
Jack Warden
John Fiedler
Jack Klugman
Edward Binns
Joseph Sweeney
Ed Begley
George Voskovec
Robert Webber

 

 


dontesque

Un jury doit décider de la culpabilté ou de l'innocence d'un jeune homme accusé d'avoir tué son père. S'ils le prononcent coupable, le jeune homme sera exécuté. Sur les douze membres du jury, onze sont persuadés qu'il a commis le meurtre mais le douzième a un doute.

 


9-copie-3

Parce qu’il n’y a pas que les bishos dans la vie…. 12 hommes en colère fait en fait partie d’un projet que j’ai entamé il y a déjà un moment : regarder l’intégralité de la liste des 100 films qu’il faut avoir vus avant de mourir selon l’AFI Je suis loin du compte pour le moment, j’en ai vu à peu près une quarantaine sur cent, même pas la moitié. Mais je vais y arriver, je le sais. Et je vous ferai les articles même quand je n’ai rien à dire pour vous pousser à les regarder ! Enfin bref 12 hommes en colère est le numéro 87 et était en promo sur Amazon donc je l’ai acheté –en même temps que Casablanca et Bonnie and Clyde dont je vous parlerai plus tard- et me suis posée devant sans réellement savoir de quoi cela allait parler.

 

Pour la petite histoire, 12 angry men est à la base une pièce de Reginald Rose écrite pour une anthologie télévisuelle dont elle est le premier épisode de la septième saison. L’auteur a ensuite adapté sa propre pièce pour Broadway et elle a été reprise deux fois sous le même titre sur pellicule: une fois en 1957 par Sidney Lumet pour le cinéma et une fois en 1997 par William Fredkin pour la télévision. Il y a par ailleurs d’autres versions films de la pièce par différents réalisateurs sous d’autres titres. Ici évidemment je vais parler de la version de Sidney Lumet mais je dois dire que je serais curieuse de voir les autres versions même si j’imagine que l’histoire n’a pas du beaucoup changer. Cependant j’aimerais voir comment des acteurs différents peuvent rendre les personnages de la pièce puisque toute l’histoire n’est finalement pas tant l’histoire du jeune homme qui a –ou pas- tué son père mais plutôt une réflexion sur la nature humaine à travers le portrait de différents personnages. Par ailleurs le film se basant sur le système judiciaire Américain, j’aimerais également voir si les adaptations Russe et Indienne ont quelque chose de nouveau à apporter. Bref il faudra que je voies tout cela mais parlons un peu du film de Lumet.

 

Le souci c’est que parler de ce film –et d’à peu près n’importe quel film sur la liste du AFI- est un peu intimidant. Le film a été vu par beaucoup et a déjà fait couler beaucoup d’encre si bien que je ne pense pas avoir grand-chose à ajouter d’intéressant. Je vais donc me contenter d’enfoncer des portes ouvertes, vous parler de mon ressenti par rapport au film et d’essayer de vous donner envie de le voir si ce n’est pas déjà fait.

 

Je me suis installée devant le film un vendredi soir  -ah bah écoutez quand on est pas critique de cinéma et qu’on ne sait pas décortiquer un film, on se repose sur l’expérience personnelle, c’est comme cela-. L’idée était de regarder 45 minutes du film puis d’aller se chercher une glace puis de regarder les 45 minutes restantes. J’avais un peu peur de m’endormir devant car il était tard et que j’avais eu une nuit difficile le soir précédent –foutu Human Centipede !- mais je me suis quand même posée devant le film… il lui a fallu moins de dix minutes pour me réveiller complètement et j’ai complètement oublié la glace tant je n’ai pas vu le temps passer. Le film se déroule pratiquement complètement en huit-clos et ne ravira clairement pas les adeptes d’action, de cascades ou même de couleurs, mais je l’ai trouvé absolument fascinant. On sait plus ou moins où va le film, on se doute de l’issu, mais la progression que suivent les personnages est passionnante et l’écriture est intelligente, les personnages sont forts sans être stéréotypés.


12-angry-men.jpg 12_angry_men_movie_image__1_.jpg


Pour être honnête je me suis rapidement désintéressée du sort du jeune homme inculpé. Enfin… disons plutôt que je me suis désintéressée du personnage lui-même. Je ne crois pas qu’on donne son nom et ce n’était vraiment pas important car on est pas censés s’y attacher. L’enjeu est la vie ou la mort d’un individu, pas l’identité de l’individu lui-même si vous voyez ce que je veux dire. Après je peux me tromper, peut-être qu’on était censé porter un intérêt au jeune homme lui-même…mais je ne l’ai pas ressenti. Ce qui m’intéressait personnellement c’étaient les 12 hommes qui étaient sur le point de décider de la vie ou de la mort d’un étranger, pas l’étranger en question qu’on n’apprend jamais à connaître. D’ailleurs je n’ai personnellement pas vu l’importance des premières scènes du film. Elles ne m’ont pas dérangée mais elles m’ont semblé un peu superflues. J’imagine que la scène dans le tribunal où le juge explique au jury ce qu’ils doivent faire est simplement une façon d’expliquer la situation au spectateur et également d’insister sur l’importance du rôle des jury mais il me semble que toutes ces choses auraient pu être réglée dans la pièce où le jury a délibéré. De même je n’ai pas senti le véritable intérêt de mettre un visage sur le jeune homme inculpé. Ces scènes ne sont pas dérangeantes et j’imagine qu’elles ont une portée que je n’ai pas saisie mais elles ne m’ont pas parues essentielles. Il en va d’ailleurs de même pour le dernier dialogue. Si je pense comprendre l’intérêt de nous montrer les membres du jury sortir du tribunal et se fondre dans la foule, je n’ai pas réellement compris celui de l’échange des prénoms. Etait-ce une façon d’insister sur le fait que les membres du jury ne se connaissent pas ?

 

Bon tout cela n’a rien de dérangeant….en fait j’en parle plutôt histoire que si certaines personnes ayant vu le film me lisent, elles me donnent leur point de vue sur la question. De toute façon les scènes en dehors de la salle du délibération durent très peu de temps et l’essentiel du film se déroule entre quatre murs et vingt-quatre yeux. Les caractères opposés, les opinions divergentes et la chaleur aidants les tensions se créent, des conflits éclatent et les caractères se révèlent. Un par un les personnages brisent leurs défenses et nous apparaissent tels qu’ils sont. Tandis qu’il cherche à les convaincre, le personnage d’Henry Fonda les mets à nu et c’est une excellente étude de personnages que nous offre le film. Evidemment certains sont plus fouillés que d’autres mais somme toute tous les personnages sont intéressants et les prestations sont toutes parfaites, sans exception.

 

Je vais arrêter d’enfoncer ces jolies portes ouvertes maintenant mais pas avant de vous avoir fortement conseillé le film. Et même si ce n’est pas le genre de films que vous appréciez d’habitude, dites-vous que vous faites cela pour votre culture générale !  

 

12angrymen-position 12 Angry MenSidney Lumet Henry-Fonda

 

Rédigé par Milady

Publié dans #Cinéma Occidental

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :