[OK nous sommes en Enfer...mais n'est-ce pas coloré?] Lala pipo ララピポ

Publié le 6 Août 2012

250px-Lalapipo poster
 
Sorti en 2009
Réalisé par Masayuki Miyano
Ecrit par Tetsuya Nakajima
 
 
Avec:
 
Hiroki Narimiya
Tomoko Murakami
Yuri Nakamura
Mari Hamada
Tetsu Watanabe
Yoshiyuki Morishita
Sarutoki Minagawa
Masaki Sada
Saori Hara
Akira Sakamoto
Yuji Nakamura
 
 
 
Dontesque? 
Découpé en six parties, le film nous dresse le portrait de six personnages Tokyoïtes différents et nous parle de leur relation au sexe, à l'amour et aux autres. 
 
 
oOo
... ouiiii alors.... ouiii... voilà, voilà. C'est-à-dire que moi je ne m'attendais pas du tout à cela. Honnêtement de ce film je savais trois choses: le titre, le fait qu'il semble plein de couleurs et la présence d'Hiroki Narimiya au casting. Hiroki + couleurs + titre rigolo = Mila in! Manquait plus que KimuTaku et j'y allais en sprintant ... Le truc que je ne savais pas voyez-vous c'est que le film a été écrit par Tetsuya Nakashima, également responsable de Kamikaze Girls et, surtout, un de mes films favoris: Memories of Matsuko. Enfin bon voilà je suis rentrée dans Lala pipo en m'attendant à une comédie légère, colorée et délirante comme seuls les Japonais savent le faire. Et puis à la fin de la première histoire -le film en contient six- je me suis sentie subitement terriblement déprimée. Et c'est là que j'ai reconnu l'influence de Tetsuya Nakashima. C'était évident. En fait je retrouvais simplement cette façon qu'avait Memories of Matsuko de faire passer le scénario le plus déprimant au monde avec un sourire, en chanson et dans une ambiance complètement cartoonesque. Memories of Matsuko était -je trouve- meilleur mais malgré tout c'est avec plaisir et dépression que j'ai retrouvé cette ambiance. 
 
Lala pipo est coloré, Lala pipo est léger, Lala pipo a un nom qui sonne drôle et La lapipo est bien souvent amusant... mais si on fait abstraction des couleurs, des gags visuels, de l'étrange légèreté du ton, Lala pipo est surtout terriblement triste. Pas juste "un peu triste", il est vraiment terriblement triste. Le titre est une déformation des mots anglais "Lot of people" et le film s'attache donc à nous présenter la vie de quelques personnages pris dans la multitude de personnes qui vivent à Tokyo. Ils ont tous en commun un rapport au sexe déformé et le personnage d'Hiroki Narimiya fait le lien entre leurs histoires. Egarés, rejetés, désenchantés, ces personnages ne savent pas comment vivre leur vie et semblent souvent s'auto-détruire. Certains ne savent pas aimer, d'autres n'arrivent pas à se faire aimer, ils se détestent, ils détestent leur vie, ils mentent, se rendent compte trop tard de leurs erreurs...mais....mais.... laissez mon pauvre coeur tranquille merde T.T Le scénario de ce film est vraiment noir mais pourtant le film n'est pas vraiment pessimiste et ne prend jamais un ton lourd. Tout y passe, la violence, la négligence des enfants, le mensonge, la prostitution, le vol, mais tout est dit de façon légère et sans mauvais goût. Couleurs, imagerie cartoonesque et comique, le film reste étrangement pudique, abordant son sujet franchement sans devenir obscène et trouve son équilibre. Il n'est néanmoins pas parfait, il ne marque pas autant qu'avait pu marquer Memories of Matsuko, mais il reste une véritable expérience que j'ai vécue à fond. 
 
tumblr m1rbst9Uya1rn6aywo2 1280 Lala pipo.avi 003200440
Lala pipo.avi 001368760 protectedimage.php
   
Par ailleurs, les personnages, pour ce qu'ils ont de parfois atroce, sont rendus humains par l'écriture. Prenez pas exemple le personnage-lien du film: Takumi/Hiroki Narimiya. C'est un proxénète, il ment aux femmes pour les pousser à la prostitution, il les mène en bateau et les utilise sans arrière-pensée. Certes son enfance n'a pas été facile mais on ne peut pas lui pardonner ses actes pour autant.... malgré tout l'écriture le rend touchant. Lors de l'axe qui lui est consacré je me suis réellement sentie triste pour lui. Il faut dire qu'Hiroki Narimiya fait du très bon boulot. Il n'hésite pas à interpréter ce qu'il y a de mauvais dans son personnage mais il fait également passer ce qu'il y a d'humain chez lui et lors de sa scène de "réalisation", j'ai vraiment senti sa détresse. En fait, même avant cela, son regard lors de la scène du repas avec Tomoko avait quelque chose de vraiment touchant. Le film porte un regard très tendre sur ses personnages. Il n'en gomme pas les défauts mais il n'en fait pas non plus des monstres, ce que j'ai apprécié. 
 
Je vous parlais d'Hiroki Narimiya parce que c'est le personnage qu'on voit le plus et que c'est un acteur que j'aime à la base mais tous les autres sont également bien interprétés et intéressants. J'ai en particulier apprécié Tomoko dont la naïveté m'a fait de la peine. Mais étrangement, c'est également ce qui la sauve. On pourrait se dire que cette candeur la rendrait fragile et rendrait sa survie impossible dans un monde qui a tendance à briser les gens...mais si sa pureté se voit évidemment brisée, elle lui permet également de "s'éloigner" du monde...en quelque sorte...et quand j'y pense, même ça c'est assez triste. Ce film me déprime. Par ailleurs on a également l'histoire de cette femme au foyer qui décide de faire du porno parce qu'elle s'ennuie et je pense que cette histoire est probablement une des plus terribles.
 
Bon, non, soyons sérieuse. Je donne l'impression que ce film est un terrible mélodrame qui vous donnera envie de vous trouver une corde et une poutre pour en finir mais en vérité, il reste regardable. L'humour est drôle, les couleurs sont vives et le ton est toujours léger. Le souci c'est que quand on prend le temps d'y réfléchir, ces histoires sont terriblement noires. Divertissant sur le moment, le film est nettement plus déprimant quand on y repense...mais c'est ce qui fait son intérêt et c'est la raison pour laquelle je l'ai beaucoup apprécié. Il y a des passages que j'ai moins aimés que d'autres, des parties qui fonctionnaient plus ou moins bien et il ne me laissera pas un souvenir absolument impérissable -comme a su le faire Memories of Matsuko que, oui, je tiens absolument à vous vendre- mais encore une fois, c'est une expérience à faire et je suis bien contente de l'avoir faite. Même si du coup la prochaine fois que je verrai un film avec plein de couleurs et un titre à la con, je me méfierai >.>
 
 
 
 
Oo~Sur une note tout à fait superficielle à présent...(d'où les bulles)~oO
 
Je ne voulais pas en parler dans le commentaire principal étant donné que cela ne cadrait pas trop avec l'ambiance mais, après tout, nous sommes dans la journée du bisho et vous vous doutez bien que je n'ai pas choisi ce film pour rien. Le truc c'est que je m'attendais à "juste une comédie où Hiroki Narimiya est trop beau" ... au final j'ai eu complètement autre chose. Mais Hiroki Narimiya reste absolument superbe. A la seconde où il apparait, j'ai eu mon grand moment de fangirlisme. Et quand je dis "à la seconde où il apparait", je veux dire "vraiment la seconde...oui...la seconde où sa MAIN apparait à l'écran". J'ai "kyatté" sur sa main. Puis sur lui tout entier. En plus dans ce film il passe son temps à se taper des filles et, oui, bon, on voit pas grand-chose mais c'est pas grave, ça me suffit. Mais évidemment il faut essayer d'oublier que les filles qu'il se fait sont celles qu'il va envoyer tourner des pornos ^^' Bref vous voyez ce que je veux dire quand je dis "le moment de fangirl ne cadre pas trop-trop avec l'ambiance du commentaire sérieux". Mais l'acteur n'est pas le personnage et l'acteur est TRES agréable à regarder. Preuve en images tout de suite ^-^
 
Lala pipo.avi 000034440 Lala pipo.avi 000041600
Lala pipo.avi 001207240 Lala pipo.avi 003018760
Lala pipo.avi 002595560 Lala pipo.avi 002615960
Lala pipo.avi 002636640 Lala pipo.avi 002790160
Lala pipo.avi 003239560 Lala pipo.avi 003309960
Lala pipo.avi 003330360 Lala pipo.avi 001617280
Lala pipo.avi 003550920