Bishos in Tokyo : Bishos de tous les jours

Publié le 4 Février 2011

Bishos in Tokyo

 

 

II- Bishos de tous les jours

 

Yop~ je vous ai un peu négligés ces derniers temps n’est-ce pas ? c’est vrai que j’ai été pas mal occupée et que j’avais du retard à rattraper mais je sais bien que je vous dois quelques blablas sur mon voyage au Japon. Je vais les faire un peu dans le freestyle mais je continue avec les thèmes que j’avais dits et là je vais donc parler des bishos que j’ai côtoyés et partager mes expériences. Bon…pas toutes ! Je vais raconter certaines choses et d’autres non. Vous raconter que j’ai été au Love Hotel avec plusieurs d’entre eux ne me dérange pas parce que je ne suis pas du genre à avoir honte de ces choses-là mais il y a d’autres trucs plus « trash » -enfin…- que je ne vais pas raconter. Par ailleurs ne vous attendez pas à voir des photos ! Enfin pas des bishos que j’ai personnellement côtoyés. Disons que pour ma part je n’aimerais pas tomber sur le blog de l’un d’entre eux et voir ma photo dans un article… quant à ceux que j’ai juste croisés dans la rue ben… je me sens pas forcément paparazzis dans l’âme quoi.

 

Les bishos que j’ai côtoyés en général je les trouvais en boîte en fait. Donc je vais vous raconter un peu comment cela se passait. Mel et moi –Mel c’est Sonia mais j’ai l’habitude de l’appeler Mel car je l’ai connue sous ce pseudo d’abord- allions généralement à l’Atom, une boîte de Shibuya que Mel connait bien. Là-bas on trouve tous les « gyaleux » donc des types qui prennent vachement soin d’eux. Il y a aussi quelques hosts … et bon des mecs normaux quand même ! Mais disons que tout de même c’est surtout du bisho qui va là-bas et il y a aussi beaucoup de très jolies filles un peu pouf sur les bords. Mais bon les mecs sont également poufs à leur façon, c’est une boîte très superficielle en fait. Quand on y va on sait pourquoi. Enfin moi cela m’allait parfaitement vu que justement je cherchais à m’amuser de la façon la plus superficielle possible…

 

L’entrée de la boite, je crois, coûte dans les 30o0 yens mais nous avions des invitations –ils en distribuent dans la rue, suffit de savoir quand les choper…et en général ils en donnent également à la sortie- donc on ne payait que 1000 yens. C’était +2 boissons gratuites avant minuit et +1 après minuit –sinon les boissons coûtent 500 yens-. Il y a des casiers à l’entrée et à chaque étage, ils coutent ou 300yens On accède à l’étage principal par un ascenseur. La boîte a trois étages. A l’étage principal la musique est de l’électro je crois bien… enfin le truc c’est que je suis nulle en genre de musiques. A l’étage du dessus c’est RnB, à l’étage du dessous c’est trance et au milieu donc c’est…le reste. Lady Gaga, Papa Americano, Sex on the beach, etc. En général on restait à l’étage du milieu. On a fait les autres pour voir mais celui du milieu est bien plus grand et la musique est plus sympa…. Je n’ai réellement passé beaucoup de temps qu’à l’étage supérieur qu’une fois avec un bisho car l’étage principal était trop rempli.

 

Un truc important : ils vérifient vraiment les passeports. Si vous avez moins de 20 ans vous ne pourrez pas rentrer –car là-bas la majorité est à 20 ans, ne l’oubliez pas. Ils vérifient également les sacs ! N’essayez pas de faire rentrer de l’alcool, je me suis faite confisquer une bouteille de whisky comme cela. Tiens…parlons alcool justement ! Nos soirées commençaient généralement par une bouteille de sake et une bouteille d’umeshu –de l’alcool de prune- que nous vidions dans un coin de Shibuya. Non nous ne sommes pas des alcooliques je vous rassure ! Je fais simplement partie de ces gens qui aiment boire avant d’aller en boite et il se trouve que Mel aussi. Nous buvions toujours un peu dans le même coin….un endroit près de la route, pas trop loin d’Hachiko où nous avons vu d’ailleurs des vieux pisser dans la rue et des salarymen bourrés être pratiquement portés dans des taxis par leurs collègues.

 

Bref une fois les bouteilles terminées nous nous rendions à la boite…. Je n’y suis allée seule qu’une fois, en général je n’aime pas aller en boite seule.

 

Au début j’avoue j’avais un peu de mal … je ne suis pas une habituée des boites même en France et là en plus j’étais dans un pays étranger et j’ignorais tout de leurs règles. Par exemple je ne savais pas que je n’étais pas sensée aborder un bisho avant d’avoir d’abord échangé regards et sourires en coin pendant quinze minutes. En France on est carrément plus directs que cela  quand même !

 

-Désolée hein je blablate dans tous les sens….mon légendaire sens de l’organisation semble m’avoir complètement désertée-

 

Bref au début c’était pas vraiment cela et Mel s’occupait un peu de tout. La première soirée nous avons tout de même fini au Karaoké et c’est là que j’ai découvert un truc important : les Japonais tiennent très mal l’alcool. J’ai eu un gros gros choc ! Nous nous étions plus ou moins attribuée un bisho chacune… et le mien s’appelait Yuusei. Youhou je m’en souviens ! Ne me jugez pas mais il y a quelques bishos dont j’ai zappé le nom. En fait il  y en a même un à qui je ne l’ai carrément pas demandé et pourtant… enfin on en reparlera.

 

Bref donc, Yuusei le mec du karaoke et son ami ont été recrutés par Mel. Cette soirée-là nous allions à l’Atom pour la première fois mais ce que nous ne savions pas c’est que la boite avaient eu des soucis avec la police –je sais plus pourquoi…je ne suis même pas certaine de l’avoir su- et fermait donc à minuit –elle a également fermé à minuit la semaine d’après et nous sommes allées au Camelot à la place. Nous sommes rentrées vers 23h30 et du coup forcément ben… on avait peu de temps. Mais Mel qui est trop balèze a réussi à se choper un bisho à savoir Eiji. Et il se trouve qu’Eiji était accompagné de Yuusei c’est pourquoi nous sommes joyeusement allées au Karaoke. Cette soirée-là au lieu d’avoir acheté nos bouteilles dans un combini, nous étions allés dans un izakaya –j’en reparlerai- et avions mangé un vrai repas avec une formule nomihodai –ce qui veut dire « boisson à volonté »- . Ca plus la boite plus le karaoke, c’était probablement la soirée la plus chère que j’ai passée. Mais bon c’était la première, on avait mis le paquet.

 

Et donc c’est cette soirée-là que j’ai découvert que les Japonais tiennent mal l’alcool. Nous avions plus ou moins nos bishos attitrés et j’étais un peu triste parce que le mien était franchement pas entreprenant alors que celui de Mel…ben si. Je le prenais un peu pour moi j’avoue. Après il s’est avéré qu’il était juste coincé car n’avait jamais eu de copine de sa vie et n’avait jamais flirté avec des filles, ayant toujours vécu avec des mecs-même là il était dans les apparts de son entreprise qui fabrique des voitures…vous imaginez la population féminine quoi. Et les deux sortaient peu vu qu’ils bossaient la plupart du temps. Bref~ j’étais triste mais bon je m’amusais bien. Le karaoke dans les dramas souvent ça fait un peu pitié mais en fait c’est assez fun je trouve. Le souci c’était que moi évidemment je ne connaissais aucune chanson Japonaise donc j’ai simplement pu chanter Real Face et Grease –je sais c’est pas Japonais mais justement. Enfin je connais d’autres chansons genre pas mal de titres de Tsuyo, d’autres KAT-TUN, etc, mais ce sont souvent des ballades et là ça cassait carrément l’ambiance. Notez que quand même à une réunion d’amis je me suis tentée à Big Bang ! Gara gara go, je faisais le rap de TOP et GD. Ce fut un massacre total mais c’était fun.

 

Bref nous chantions et tout à coup je me retourne vers Yuusei => endormi le mec. Sur le moment j’ai eu un choc je vous jure, j’ai failli me mettre à pleurer. D’ailleurs je me suis mise un peu à pleurer pour être honnête. En France même si j’avais eu droit à quelques galipettes et des pervers qui me courent après, je ne suis pas exactement le genre de fille pour qui les mecs se battent. J’ai toujours eu une sorte de complexe d’infériorité du coup et là j’arrive et le premier bisho sur lequel je tombe s’endort en ma compagnie …c’est dur à avaler quand même ! Après j’ai capté en parlant à d’autres personnes et en observant des couples dans les boites de nuit que c’est un truc hyper fréquent parce qu’ils ne tiennent pas l’alcool – et nous avions bien bu- et que cela n’avait rien à voir avec moi. Mais sur le moment j’avoue que j’étais verte. Enfin … retenez bien cela : les Japonais tiennent mal l’alcool.

 

Du coup le pauvre quand il s’est réveillé il était tout gêné et s’est excusé et tout, il savait pas comment se rattraper. C 'était tout attendrissant alors je pouvais pas lui en vouloir quoi ! Je lui ai dit de me chanter une chanson pour se faire pardonner mais on a pas réussi à en trouver une bien donc…bah écoutez hein j’ai joué la carte « occidentale libérée » et jlui ai dit un truc du genre « si tu es vraiment désolé, embrasse-moi ». C’est là que j’ai appris que c’était sa première fois et tout et j’ai donc eu droit au smack drama traditionnel. Pis bon tant qu’à faire un ou deux de plus. J’ai donc vécu la superbe expérience du baiser drama avec les lèvres qui ne bougent pas….mais d’un autre côté c’était mignon. Un départ soft quoi !

 

Avec le recul je ne sais pas si j’ai trop bien fait… enfin … dans ce cas-là c’était allé mais ça aurait probablement fait peur à un autre Japonais coincé je suppose ? …. En l’occurrence c’est allé et quand on est sorti du karaoke on a pas mal marché, on est allés manger ensemble, etc. Bref en gros il ne s’est pas enfui au courant et on a échangé nos adresses mails. Il n’a pas écrit et moi non plus. J’avais été prévenu par Mel de toute façon et c’est vrai que c’est un truc que j’ai constaté : ils prennent mails et numéros pour se donner bonne conscience mais en général ça sert à rien vu qu’ils n’ont pas l’intention de nous recontacter. Le dernier bisho avec qui j’ai passé la soirée voulait absolument mon mail et moi bah j’étais là « pff mais ça sert à rien tu vas pas m’écrire » et je vous jure qu’il a insisté le mec, pendant une heure ou deux, tout cela pour effectivement ne pas écrire. J’ai aussi eu vent de types qui faisaient la cour à une fille, l’emmenaient diner, etc, tout cela pour coucher avec et ne plus l’appeler direct. Bref ils se donnent vraiment du mal pour des histoires d’une nuit….alors que moi j’étais tout à fait disposée à ne faire de cela qu’une histoire d’une nuit dès le départ.

 

Le seul je crois bien qui m’ait recontactée c’est Take mais Take et moi avions des … euh… circonstances on va dire. 

 

Au fait je me rends bien compte que je vous raconte ma vie et que cela n’a pas franchement d’intérêt mais bon… Je continuerai quand même :p Dans un prochain post par contre parce que là je dois aller préparer le repas~ Je réorganiserai tout quand j’aurais écris tous les blablas que je dois écrire. Vous avez peut-être l’impression que je pars dans tous les sens mais en vérité je suis malgré tout un plan, c’est juste qu’il est pas évident pour le moment…mais il le sera à la fin ^^ La prochaine fois je continuerai en causant des love hotels je pense. J’ai même quelques photos à partager ^-^

 

En attendant… je vous souhaite une bonne journée à toutes ! Ja !

 

2o2s4rnm.jpg

 

P.S. Surtout n'hésitez pas à poser vos questions! Genre si vous voulez en savoir plus sur le karaoke, comment cela se passe,e tc...ou autre chose, hésitez pas!

Rédigé par Milady

Publié dans #Mila à la conquête du Japon!

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :