["Critique" d'album] *Yamapi* Supergood, Superbad (pt.1)

Publié le 3 Août 2011

Yamapi

 

Supergood superbad

 

sgsb-limited01


Il n’y a pas si longtemps je suis tombée sur le clip de la collaboration Namie Amuro/Yamapi. . J’ai trouvé le clip très peu intéressant et la chanson particulièrement foireuse mais cela m’a au moins rappelé à quel point Yamapi peut être sexy quand il s'y met et du coup je suis allée voir du côté de ses nouveautés. Non parce que moi niveau Johnny’s Entertainement en ce moment, KinKi Kids et KT mis à part, je suis complètement larguée. Du coup je n’étais absolument pas au courant que Pi avait sorti un double album et je n’avais même pas entendu parler du single qui avait précédé –sauf qu’en fait si, je m’en suis rappelée en l’écrivant, j’ai vu le clip quand j’étais à Tokyo… vous avez vu : tellement il me marque, je ne me souviens même plus de ses singles-. Mais maintenant que c’est fait, j’ai décidé de m’attaquer au commentaire de ce double album….et je vous préviens à l’avance : cela risque d’être long. Ca peut surprendre étant donné que je passe le plus clair de mon temps à expliquer pourquoi je trouve ce mec magnifique mais lisse… mais bon déjà Pi reste mon premier grand moment de fangirlisme –Matsujun est venu avant mais j’étais beaucoup plus sage- et ensuite j’aime bien cet album donc j’ai envie d’en parler un peu. Par contre voilà il y a 25 chansons et 25 chansons cela fait beaucoup pour un seul article, surtout quand on écrit trois pages par chanson. Donc je vais diviser l’article en quatre parties. Mais vous verrez bien.

 

Par ailleurs lorsque je parlerai des chansons j’incluerai la traduction des paroles aussi souvent que possible ainsi que les impressions de Pi sur son propre album (crédit @ http://momoedgewood.wordpress.com) parce que des fois jle trouve fun… bon pas forcément intentionnellement mais peu importe, il me fait rire c’est l’essentiel. Et pis bon il faut bien que quelqu’un vous fasse rire dans cette histoire parce que je crains que mon article se résume pas mal à « METTEZ-LE NOUS A POIL BORDEL ! ». Et non la protection de la décence n’est pas une excuse pour le garder habillé. D’ailleurs personnellement je suis d’avis que la décence devrait avoir une définition différente selon la personne. Par exemple être nu pour Rain ou Pi devrait être considéré normal et sortir sans un sac poubelle sur la tête pour Tackey devrait être considéré indécent –eh ouais, écrire un article sur un Js c’est renouer avec la grande tradition du « cassons Tackey »-

 

Bon mais ne nous attardons pas sur cette intro, j’aurai tout le temps de vous saouler avec mes conneries plus tard. Je vais donc simplement ajouter une précision : je n’ai pas l’intention d’insérer des vidéos dans cet article. Elles finiront forcément par n’être plus disponibles et les liens morts agaceront celles qui liront l’article, elles s’en plaindront, je devrai les remplacer ce qui m’ajoutera du boulot… bref cela n’arrangera personne c’est pourquoi j’ai décidé de considérer que vous êtes grandes et trouverez une façon d’écouter les chansons toutes seules^^ sur ce voici la tracklist du double-album :

 

SUPERGOOD

 

1. Daite Señorita (抱いてセニョリータ)
2. Hadakanbo (Album ver.) (はだかんぼー)
3. Tsuki to Taiyou no Rhapsody (月と太陽のラプソディ)
4. Crazy You
5. Santa Maria (サンタマリア)
6. Dekiai ROBOT (溺愛ROBOT)
7. Tsumi to Batsu (罪と罰)
8. Kuchizuke de Adios (口づけでアディオス)
9. Saigo no Love Song (最後のラブ・ソング)
10. Seishun Amigo (青春アミーゴ)
11. Ao (青) (Regular Edition Bonus Track)

 

 

SUPERBAD

 

1. Theme of “SUPERBAD”
2. Tokyo Sinfonietta
3. PARTY DON’T STOP feat. DJ DASK
4. One in a million
5. Yours Baby
6. ONE GIRL
7. Loveless
8. Gomen ne (ごめんね)
9. Blood Diamond
10. Sleepwalking
11. Touch You (Regular Edition Bonus Track)
12. TOMO (Regular Edition Bonus Track)
13. Friday Night (Regular Edition Bonus Track)
14. MOLA (R-midwest Remix) (Regular Edition Bonus Track)

 

Et tout de suite c’est parti !

 


  SUPERGOOD

 

Daite Senorita


vlcsnap-2011-08-01-17h06m51s229 vlcsnap-2011-08-01-17h06m58s39

 

“C’est une chanson qui dit que je veux que ma senorita me serre dans ses bras. Désolée de répéter simplement le titre (rire) »

 

Merci pour ces impressions Pi, ce fut instructif.

 

Sur ce, parlons de la chanson. Le souci étant malheureusement que j’ai un avis tout ce qu’il y a de moins objectif sur le sujet. Parce que cette chanson date de l’époque où j’étais folle amoureuse de Yamapi et si ma passion pour le chanteur s’est assagie avec le temps, cela n’enlève rien à mon amour de la chanson. Comme le disait Choupette dans I need romance : « les souvenirs n’ont rien fait, je déteste la rupture, pas les souvenirs ». Bon ben voilà on va dire que j’ai cassé avec Yamapi mais cela n’enlève rien à nos souvenirs ensemble –subitement j’ai l’impression d’être en train d‘écrire un drama romantique niaiseux- et Daite Senorita fait partie de ces souvenirs. Je suis donc parfaitement incapable de l’écouter de façon objective. Je trouve la chanson entraînante, j’aime la voix grave de Pi sur ce morceau et rien ne me procure plus de joie que de hurler « Daite daite daite senorita, etc » avec lui. En plus c’est vrai qu’il y a peu de paroles donc à l’époque où je ne captais pas trop-trop le japonais, la chanson était facile à apprendre. Or j’ai un faible pour les chansons que je peux chanter. Mais surtout ce qui joue c’est vraiment cette chanson en qualité pourrave sur mon premier Ipod dans le bus pour aller au lycée.

 

Par contre déjà à l’époque je trouvais le clip assez naze. C’était comme se retrouver dans la vie quotidienne d'un personnage de Gokusen en fait. Enfin Yamapi était très beau, sombre, sexy et tout ce que vous voudrez, mais n’empêche qu’il y avait quand même moyen d’élaborer un peu plus le scénario. Là l’histoire se résume à : Yamapi se lève, prend son petit déjeuner, va prendre le train, défonce des gens sur la plateforme, se fait défoncer par des types dans le train puis rejoint des mecs qu’il est censé défoncer sous un pont. Bisho + bagarre + yankees – scénario = Gokusen, je suis désolée. Et après tout cela n’a rien de bien surprenant ! Qu’est-ce que Yamapi, Jin, Kame et MatsuJun ont en commun ? Ils sont –enfin « étaient »- les membres les plus populaires d’arashi, NEWS et KAT-TUN qui sont souvent « comparés » les uns aux autres. En fait chronologiquement et même si on prend en compte l’âge des chanteurs ce n’est pas vraiment justifié mais le fait est que souvent arashi, NEWS et KAT-TUN sont classés « ensemble » . Tackey et Tsubasa c’était avant –alors qu’ils ont débuté entre arashi et KT-, HSJ c’est après –là c’est vrai mais seulement d’un an-.  Bref arashi, NEWS, KT et donc Pi, Jin, MatsuJun et Kame sont souvent considérés comme une génération de leaders. Et quel est le truc qu’ont Jin, Jun et Kame –ainsi que des dizaines d’autres bishos aujourd’hui très populaires- en commun ? Bah Gokusen évidemment ! sauf que Pi n’y a jamais mis les pieds lui et je suis persuadée que le clip de Daite Senorita est une revanche personnelle : puisque Pi ne peut pas être dans Gokusen, il se fera son propre drama… sans Yankumi, ce qui est forcément mieux…par contre je ne peux m’empêcher de remarquer que même dans une version de Gokusen durant trois minutes, la répétition est au programme. Apparemment les notions de Gokusen et de répétition vont de paire.


vlcsnap-2011-08-01-17h07m14s203 vlcsnap-2011-08-01-17h08m01s159
vlcsnap-2011-08-01-17h08m08s232 vlcsnap-2011-08-01-17h08m18s77

 

Bref je pense que Yamapi aurait pu faire mieux et surtout il aurait pu faire plus en rapport avec les paroles. Il le dit lui-même : c’est une chanson à propos de l’envie d’être serré dans les bras d’une femme. ..en mode espagnol en plus ! Alors évidemment le coup du clip qui n’a rien à voir avec la chanson est un classique et je ne dis pas qu’il faudrait que tous les clips suivent les paroles des chansons. Sérieusement si tous les clips s’appuyaient sur les paroles, on aurait parfois droit à des trucs chelous. Premier exemple qui me vienne à l’esprit : Ring Ding Dong des SHINee. Si on collait aux paroles, les SHINee se feraient rejeter avant de s’étirer à l’infini –la rejection étant ce qu’il y a de plus improbable quand même…quoique d’après les paroles ils ne soient pas attirants... mais ça il n'y a que les aveugles pour y croire– et les clips de GD&TOP seraient à la limite de la pornographie pour certains –quoique pour le coup on ne s’en plaindrait pas-. Bon cela dit nous ne sommes pas là pour causer Kpop mais Yamapi. Et en l’occurrence ils auraient mieux fait de coller aux paroles parce que sérieusement daite = Yamapi hypra sex en train de draguer une fille, senorita = yamapi toujours hypra sex se déhanchant comme un malade. Sans oublier les histoires de souffle, de lèvres qui rendent fou. Ils avaient l’occasion de nous servir un clip sexy à mourir –mais probablement frustrant vu qu’on aurait eu droit qu’aux préliminaires, cf plus tard-, à la place on a droit à un remake musical de Gokusen, moi je dis que c’est du foutage de gueule.

 

D’un autre côté Yamapi a souvent ce côté un peu trop clean. Genre dans One in a million où au final la fille il ne l’embrasse même pas alors qu’il a passé un clip entier à la draguer. Idem dans Loveless où en gros il danse avec et puis basta. Ou tout simplement on peut prendre en exemple les paroles de cette chanson :

 

Les yeux rivés sur les cicatrices laissées par une dispute

Tu me dis de ne plus m’accrocher à cette fille

 

Les femmes disent qu’elles comprennent

J’essaie d’agir en adulte mais on me traite comme un enfant

 

Arrête avec cela s’il te plait

 

Serre-moi, serre-moi, serre-moi, Senorita

Fort, fort, fort et ne me lâche pas

Rejoins-moi sans chercher à t’embellir

Serre-moi, serre-moi, serre-moi, Senorita

Fort, fort, fort et ne me lâche pas

Tes lèvres me rendent fou

 

Mon souffle se mêle à celui de tes conquêtes passées

Avec un sourire, je vais te montrer

 

Les hommes disent qu’ils comprennent

En vérité ils ne te croient pas

 

Je vais te mettre à l’aise

 

Pleure, pleure, pleure Senorita

Dans, dans, dans mon cœur pour toujours

Quand je suis seul je ne connais pas la patience, rejoins-moi

Dors, dors, dors Senorita

Dans mon, mon, mon cœur pour toujours

Ce soir également, dans mes rêves tu me rendras fou

 

Serre-moi, serre-moi, serre-moi, Senorita

Fort, fort, fort et ne me lâche pas

Rejoins-moi sans chercher à t’embellir

Serre-moi, serre-moi, serre-moi, Senorita

Fort, fort, fort et ne me lâche pas

Tes lèvres me rendent fou

 

Au final vous voyez il est question de “serrer”, de “lèvres qui rendent fou”… mais le seul verbe qui implique un lit c’est le verbe “dormir” et pas loin après on a le mot « rêve » …En clair encore une fois il ne se passe rien. On a les préliminaires, rien de plus. Ils se serrent l’un contre l’autre, les respirations se font plus profondes mais au final il est question de cœur, de maturité, de sommeil et de rêve.  Seul il ne connait pas la patience mais apparemment avec la senorita il n’a aucun problème hein ! Oh Yamapi à quoi bon tout ce sex-appeal si tu es décidé à ne rien en faire? Je veux dire, c’est bien sympa d’être un gentleman, c’est un truc qui se perd pas mal… mais sérieusement Pi, ce n'est pas ça qu’on attend de toi alors prend exemple sur ton copain Jin et embrasse les filles au lieu de leur tenir la main ! è.é

 

 


Hadakanbo


vlcsnap-2011-08-01-17h02m30s175 vlcsnap-2011-08-01-17h03m01s230

 

Qui veut entendre des mensonges? Sois toi-même ! Les paroles disent qu’il faut montrer son cœur et ne pas dissimuler ce que l’on est réellement. Je répète beaucoup « enlève-le, enlève-le ». J’espère que les salarymen pourront chanter cette chanson lorsqu’ils auront eu une mauvaise journée.

 

Alors sans dire que les salarymen n’écoutent pas du Pi, je pense quand même qu’ils ne constituent pas la majorité de son public. Perso, en gardant le même message, j’aurais eu tendance à adresser cela aux gamines qui ne se trouvent pas assez bien, sont complexées de partout et qui pour tromper leur solitude se projettent dans une réalité fantasmée en écoutant des idoles du genre de..ben…Yamapi –note : rien de péjoratif dans le portrait, si vous êtes du genre à vous projeter dans des mondes fantasmés en compagnie de votre idole, vous m’avez sûrement déjà croisée-

 

Alors cette chanson je l’ai entendue pour la première fois quand j’étais à Tokyo et elle ne m’a tellement pas marquée que quand j’ai vu le single je me suis dit « tiens Pi a sorti une chanson depuis One in a million ? » . Par contre quand j’ai cherché un clip entre la sortie de l’album et celle de One in a million, j’ai tout de suite su de quoi il était question. Bref en clair la chanson m’était passée au dessus de la tête mais le clip beaucoup moins. Cela dit avant de parler du clip, on va parler de la chanson. Le souci étant que la chanson en soi me plait bien mais que j’ai du mal avec la voix de Pi. Disons que le morceau a un feeling un peu jazzy qui, je trouve, ne lui va pas. Il n’a juste pas la voix pour. Bon et puis ce qui n’arrange pas aussi c’est que cette chanson me fait énormément penser à Secret Code des KinKi Kids et aussi un peu –mais moins- à  Dekiai Logic  de Domoto Tsuyoshi qui avaient toutes deux tout ce que Hadakanbo n’a pas à savoir des voix qui se démarquent de l’ordinaire et de l’énergie.  Cela dit j’imagine qu’il vous sera difficile de me prendre au sérieux sur cette comparaison. Après tout on sait toutes que mon objectivité frôle l’inexistence quand on en vient aux KinKi Kids et même si je maintiendrai toujours que Tsuyo est en gros le seul artiste de la Johnny’s Entertainement à s’être vraiment détaché de l’image de la JE pour se créer son propre univers, ce n’est pas cela qui va vous dire quoi que ce soit sur la chanson de Yamapi hein ! D’un autre côté ce n’est pas comme si cet article avait pour but d’être informatif ou ne serait-ce que légèrement objectif… donc en fait j’écris ce que je veux. Je peux chanter les louanges de Tsuyo si je veux !


vlcsnap-2011-08-01-17h02m32s197 vlcsnap-2011-08-01-17h02m21s89

 

Bon mais je vais tout de même me retenir. Et donc au-delà de toute comparaison avec les KinKi, je trouve simplement que cette chanson manque d’énergie et d’identité. On a l’impression que Pi essaie d’imiter un certain style de chanson mais que sa voix ne suit pas, il ne peut pas envoyer sur les bonnes lignes et du coup la chanson manque cruellement d’énergie ce qui est quand même con pour un morceau censé redonner le sourire après une rude journée. Ce n’est pas qu’il chante faux car les notes, pour ce que je peux en juger, sont justes… mais on sent –à raison ou tort- qu’il ne peut pas faire plus et du coup le morceau ne fonctionne pas aussi bien qu’il aurait pu. Par ailleurs la chanson est quand même assez longue. En effet elle dure 5minutes16 et pour moi c’est trop. Ce ne serait pas un problème s’il y avait une sorte d’ « explosion » sur la fin mais comme le morceau reste somme toute assez plat, il finit par ennuyer. Je suis tout à fait pour l’exploration des styles et que Yamapi veuille tenter ce genre de chansons est une bonne chose mais je ne pense pas que ce soit ce pour quoi il est fait.  Bon et chaque fois que j’écoute cette chanson, allez savoir pourquoi, j’ai des flasbacks du clip Shalalala de Tackey…clip que j’aime beaucoup d’ailleurs mais tout de même c’est étrange.

 

D’ailleurs en parlant de clips, je trouve celui de Pi assez étrange…et assez frustrant aussi. Non parce que bon pour coller au message de sa chanson qui est qu’il faut se mettre à nu et ne pas mentir, Pi acquiert à un moment du clip des lunettes qui lui permettent de voir les gens tous nus. Merde il ne pouvait pas avoir l’idée de baisser les yeux un peu ? T.T Bon sinon je reproche surtout au clip de ne pas avoir su choisir le bon concept. Enfin évidemment c’est une question d’appréciation personnelle mais j’ai l’impression sérieusement que le clip ne s’est pas concentré sur ce qu’il fallait. Déjà pourquoi nous montrer si rapidement le torse nu de Pi si c’est pour le cacher aussitôt ? (oui habituez-vous tout de suite, avec Pi tout est question de corps chez moi) Encore si c’était pour bien le fringuer mais là on passe 90% du clip à l’admirer jouer les crooners made in Las Vegas dans un costume rose… à paillettes… Je sais bien que le thème du clip est le spectacle et ses coulisses mais les paillettes étaient-elles vraiment nécessaires ? Je m’en serais personnellement bien passée et selon moi c’est juste une façon d’attirer notre regard sur Pi car le réalisateur du clip avait peur qu’il n’ait pas suffisamment de présence. Ce qui prouve encore une fois que le réalisateur ne connaissait pas son sujet : s’il avait demandé à Pi de tomber la chemise, pas une fangirl n’aurait pu en détacher ses yeux.


vlcsnap-2011-08-01-17h03m25s202 vlcsnap-2011-08-01-17h03m58s17
vlcsnap-2011-08-01-17h04m26s15 vlcsnap-2011-08-01-17h04m39s175

 

Bon mais au-delà du simple fait que j’aurais aimé plus de nudité Yamapiesque, je trouve juste que le clip n’a pas su sélectionner les bons moments. Selon moi ce qu’il  y avait de plus intéressant –corps nu de Pi mis à part donc- et de plus en rapport avec l’idée de la chanson ce sont les moments dans les coulisses avec et sans lunettes. Il y a l’idée d’apparence, il y a Pi dans un super costume et il y a de quoi s’éclater avec ceux des autres. Et si vraiment ils voulaient avoir un second décor pour que la fangirl ne s’ennuie pas, ils pouvaient étendre la partie des chaises. Sérieusement elle est géniale cette partie avec les chaises ! Bon s’ils l’avaient étendue il aurait fallu qu’ils complexifient un petit peu la chorégraphie qui là n’était pas bien impressionnante  mais Pi est tellement magnifique dans ce pan du clip que cela aurait fait une excellente alternative à la partie cirque d’autant que le « presque noir et blanc » aurait équilibré le côté coloré du cirque. Et puis quand Pi est sur les chaises il ne porte pas de paillettes et rien que cela, ça en fait une meilleure alternative. En général et sauf circonstances exceptionnelles, quand on a le choix entre « paillettes » et « pas de paillettes », « pas de paillettes » est toujours le meilleur choix.

 

Sur ce, causons des paroles… (crédit @ http://spilledmilk25.livejournal.com)  Traduction :

 

Ma Sœur tu ne fais que suivre les dures règles de la société et parfois cela te pose problème

Peut-être que tu es maladroite ou peut-être que tu te sens juste seule. J’aimerais voir ta silhouette nue.

 

Mon Frère, te voilà faisant semblant d’être de bonne humeur mais tu ne fais qu’errer

Si je prends la parole, relèveras-tu le challenge ? Si tu le fais, ta silhouette nue…

 

Ici, partout, les gens ne sont que des acteurs faisant semblant d’être amis

Montre moi ton honnête, ta véritable nature. C’est tellement facile.

 

Nous ne pouvons pas continuer comme cela !

Ne me dis pas de laisser tranquille ta silhouette dépouillée

C’est mieux de tout révéler.

 

Même si c’est dit avec peu de mots, l’honnêteté est une bonne chose

Ce sont nos véritables sentiments qui devraient nous lier les uns aux autres

Cesse de mentir, fais tout sortir

 

Vous Monsieur « j’ai régler toute mon attitude », prenez une bonne respiration

Cette chemise parfaitement repassée semble trop serrée, mieux vaut l’enlever. Votre silhouette nue.

 

Qui est censé comprendre mon idée ? Même si je fais semblant d’être fort, je suis faible.

Je devrais mettre fin à cette tristesse, en vérité, ma silhouette nue.

 

Au lieu d’essayer de préserver ces apparences minables, je vais hurler

Mes sentiments bienveillants d’une voix claire et honnête. Je t’aime.

 

Je ne peux pas continuer comme cela . Je ne serai pas vague

Mon cœur, je vais le révéler clairement

Je vais m’y préparer

 

C’est bon, même un garçon laid et incompétent comme moi

Peut-être sérieux s’il préserve sa gentillesse.

Cesse de mentir, fais tout sortir.

 

Silhouette nue (x4)

 

Nous ne pouvons pas continuer comme cela !

Ne me dis pas de laisser tranquille ta silhouette dépouillée

C’est mieux de tout révéler.

 

Même si c’est dit avec peu de mots, l’honnêteté est une bonne chose

Ce sont nos véritables sentiments qui devraient nous lier les uns aux autres

Cesse de mentir, fais tout sortir

 

Il y a des formulations un peu bizarres ainsi que des idées un peu niaiseuses mais somme toute j’aime bien ces paroles. Bon le message est un peu optimiste et naïf  et je ne me remets pas du « Je suis peut-être moche » de Pi qui est peut-être bien la ligne la plus ridicule de l’histoire de la ligne, un peu comme si Schwarzenegger se plaignait de ne pas avoir assez de muscle ou si Arbi se plaignait d’être trop viril voire comme si je me plaignais de ne pas être assez géniale alors que tout le monde sait que je suis trop géniale pour un seul être humain à tel point que ce ne devrait même pas être permis d’être géniale à ce point. Mais malgré ce côté un peu naïf j’aime bien ces paroles pour deux raisons : déjà le message est peut-être simple et éculé mais il est positif et ensuite Pi parle de sa silhouette nue et j’ai beau savoir qu’il parle de son âme, il se forme dans mon esprit pervers des images nettement moins platoniques. En même temps il s’agit de Pi et qui peut rester platonique quand Pi est dans l’équation ? A part Pi lui-même c'est-à-dire évidemment…

 


Tsuki to taiyou no Rhapsody

 

C’est une chanson adressée à un rival…dans le genre « je ne te laisserai pas gagner mais tu n’as pas intérêt à me laisser gagner non plus ». La chanson a un parfum de l’ère Show mais également une portée éternelle.

 

… bon laissons cela de côté pour le moment et parlons d’abord du choc de la découverte. Je ne sais pas pourquoi quand j’ai lu le titre (« La rhapsodie de la lune et du soleil ») avant d’écouter la chanson j’ai imaginé direct un truc un peu poétique et planant. Alors j’admets que c’était une erreur de ma part vu qu’une rhapsodie n’est pas censée avoir quoi que ce soit de planant mais est censée être une composition musicale libre, propice à l’impro et utilisant des thèmes populaires. En clair Pi a parfaitement appliqué la définition mais bon comme je suis une inculte de la vie, j’ai d’abord pensé « planant ». Du coup forcément quand les premières notes de la chanson ont retenti, j’ai été en mode « wtf ? ». Mais passons.

 

Ma seconde observation –et je sens que je vais me faire taper dessus pour cela- c’est encore une fois : yay KinKi \O/ …bon sans le « yay » en fait. J’ai juste pensé « KinKi ». Plus exactement j’ai écouté les premières lignes de la chanson, j’ai pensé « KinKi *O* », j’ai coupé la chanson et jme suis faite tous les clips des KinKi. Ce qui, déjà, vous donne une idée de l’intérêt que m’a inspiré la chanson… Alors je vous vois venir avec vos « tu peux juste pas t’empêcher de mettre des KinKi partout hein ? » et même si je ne suis pas suffisamment de mauvaise foi pour prétendre que c’est faux, j’ai une justification. Disons que la chanson fait très « Johnny’s pré-américanisation ». A l’exception du mot « rhapsody » tout est en Japonais et c’est quelque chose qui se fait de plus en plus rare ces derniers temps, la tendance étant à l’insertion de mots/phrases/paragraphes anglais dans les chansons, qu’ils aient un sens ou pas –oui Koki c’est à toi que je m’adresse-… d’ailleurs généralement on tombe plutôt dans le « ou pas ».  Alors moi l’américanisation ne me déplait pas vu que profiter de l’accent absolument foireux des KAT-TUN (nan parce que je suis désolée mais dans She said, « Elle » est censée dire « never look back » et moi j’entends « she said ba dou ou pè »…. D’ailleurs ça force limite le respect parce que pour déformer le truc à ce point il fallait qu’il y ait du niveau. KAT-TUN : et soudainement tu comprends pourquoi les émissions lives ont des sous-titres) est toujours un plaisir mais du coup cette chanson a un feeling très très Johnny’s « d’avant ». Et moi elle me rappelle les chansons de Tackey et Tsubasa, des KinKi Kids  voire en fait de NEWS à leurs débuts. Elle a ce côté très pop tendance presque hispanisante … qui fait que j’aime bien. Enfin. Qui me fait me sentir nostalgique plutôt. En soi la chanson m’inspire surtout « mouais…n’empêche que les KinKi Kids c’est mieux » mais sinon tout de même il y a un petit sentiment de nostalgie, nostalgie de l’époque où je découvrais les Johnny’s et où justement je commençais avec NEWS. La fabuleuse époque où cela me choquait encore de les voir dans des costumes jaunes à plumes… ah les costumes jaunes à plumes…. Par contre du coup justement la chanson ne m’inspire rien de plus que « Yamapi dans un costume jaune avec des plumes se trémoussant comme lorsqu’il avait 16 ans ».

 

D’ailleurs pour en revenir à la « critique » de Pi sur un son propre album : ère Showa ? J’imagine qu’il parle des paroles, du thème… du moins j’espère parce que j’imagine que les Samurais n’avaient pas pour habitude –à priori- de danser sur ce genre de musique. Il n’y a absolument aucun feeling traditionnel dans la chanson. D’ailleurs nostalgie mise à part il n’y a pas vraiment de feeling à cette chanson du tout. C’est triste hein mais elle me parait très lisse. J’écoute j’oublie. Et j’ai beau l’écouter des milliards de fois –parce qu’il faut bien pour écrire cet article- elle ne me reste jamais dans la tête et au lieu de cela je me retrouve à fredonner des mélodies made in Kinki/T&T/NEWS toute la journée. En clair cette chanson manque cruellement d’identité…ce qui en fait une parfaite chanson Yamapi-esque ! (…désolée c’était méchant mais la perche était tellement énorme que je n’ai pas pu m’empêcher de la saisir)

 

Allez les paroles  (crédit @ JpopAsia)

 

J’ai rencontré un ami au coin d’une rue sale

Quelqu’un que j’aimais plus que personne

Elle m’a dit « Changeons ce monde terne un jour »

Et nous en avons parlé toutes les nuits jusqu’au matin

 

Tu ne te rends pas compte que tu es sur le mauvais chemin

N’abandonne pas parce que tu ne peux pas perdre

 

La rhapsodie de la lune et du soleil, va, attrape tes rêves quels qu’ils soient

Peu importe le nombre de fois où tu t’effondreras, je promets de te pousser en avant

Un lien bleu pousse ton cœur à continuer d’avancer, un pas à la fois

Peu importe ce qui arrivera, ne soit pas perdu, ne t’arrête pas, ne te retourne pas

Puisque les dés sont jetés

 

Lorsque tu attrapes des fragments de rêve, tu ne peux que t’y accrocher

Les perdre de vue te ressemble bien

Vas-tu en colorer ce monde terne ?

Tu es trop faible

 

Avant que tu ne t’en sois rendu compte, ton dos est déjà loin

N’abandonne pas parce que je t’attendrai

 

La rhapsodie du soleil et de la lune, personne n’est seul

Même une pierre peut devenir un diamant après s’être battue et avoir été polie

Souviens t-en lorsque les blessures bleues s’ouvriront

Peu importe ce qui arrivera, n’aie pas peur, ne pleure pas, ne te perds pas

Puisque les dés sont jetés

 

La rhapsodie de la lune et du soleil, va, attrape tes rêves quels qu’ils soient

Peu importe le nombre de fois où tu t’effondreras, je promets de te pousser en avant

Un lien bleu pousse ton cœur à continuer d’avancer, un pas à la fois

Peu importe ce qui arrivera, ne soit pas perdu, ne t’arrête pas, ne te retourne pas

Puisque les dés sont jetés

 

 

Oh Yamapi, Yamapi~<3  Bon…. Bon…. Comme qui dirait : « Bon ». Euh. Déjà : Ere Showa ? A mon avis il a du abuser de Domoto Koichi –OMFG un KinKi !!!! Quelle surprise alors !- et s’être dit que si la lune était dans la chanson, ça lui donnait forcément un côté traditionnel. Malheureusement … ben non, ça marche pas. Mais peu importe, causons des paroles parce que cette chanson est un grand moment de prose.

 

Au début tout va bien. Mais à partir de « Tu ne te rends pas compte que tu es sur le mauvais chemin/ N’abandonne pas parce que tu ne peux pas perdre », cela commence à déconner. Non parce qu’attendez en gros ce que Pi est en train de lire là c’est « Tu vas dans la mauvaise direction et tu t’en rends pas compte mais vas-y, surtout continue… ». Comme c’est une chanson destinée à un rival je trouve que Pi il est quand même pas supra fair-play là.

 

Bon on va passer sur les histoires de lune et de soleil parce que je ne vois vraiment pas ce que cela vient foutre là de même que toute cette histoire de « bleu » -je veux dire, j’aime le bleu hein mais … -. Un truc qui me fait beaucoup rire dans cette chanson ce sont les parties du corps du rival qui ont tendance à se balader : le cœur marche en avant, le dos s’éloigne…. Le pauvre il finit la chanson tout démembré.  Bon je sais ce sont des images…. Et pour l’histoire du dos j’imagine que Pi veut dire « tu ne t’en es pas rendu compte mais tu t’es éloigné de moi ». Sauf qu’en fait si Pi voit le dos, techniquement, cela veut dire que le rival est devant mais là Pi ajoute « N’abandonne pas, je t’attendrai » ce qui implique que Pi est devant donc dois-je en conclure que les paroles sont foireuses ou que les personnages marchent à reculons ?  Ils font du moonwalk jusqu’à la ligne d’arrivée ? Remarquez cela expliquerait cette histoire de lune. Mais alors s’ils avancent à reculons vers la ligne d’arrivée, lorsque Pi dis « quand tu t’effondreras, je te pousserai en avant » ça veut dire en fait qu’il ne le pousse pas vers la ligne d’arrivée mais essaie de le faire tomber pour prendre de l’avance ? Encore une fois : total manque de fair-play !

 

En clair soit ces paroles sont un monument de foirittude soit Pi fait une course à reculons sur la lune et triche de toutes les manières possibles…. Je ne sais pas ce que je préfère penser en fait.

 

 


Crazy you

 

C’est une chanson qui dit : « je suis tombée complètement et follement amoureux de toi »

 

Quand on lit ce commentaire de Pi on a envie de rire tellement il semble inutile mais en fait il ne l’est pas tout à fait parce que moi quand j’ai lu le titre j’ai cru qu’il allait parler d’une psychopathe. Genre une fan acharnée. Donc en fait il fait bien de préciser ! …. Et en effet la chanson sonne comme une chanson d’amour avec tous ces « crazy love » et ces « kiss me ». Cela dit malheureusement c’est pas « supergood ».  Déjà : esprit d’arashi où es-tu ?  Nan parce qu’on sent bien que la chanson se veut happy-con et j’ai beau ne pas être fan de la musique d’arashi, les rois de l’happy-connerie c’est quand même eux !!! Et donc comme MatsuJun nous le dirait « l’essentiel n’est pas de chanter juste » -heureusement pour lui- « mais de mettre de l’énergie dans la chanson » et du « fun, fun, fun » comme rajouterait l’amie Rebecca Black qui elle se spécialise plus dans la connerie que dans l’happy.

 

Bon je ne déteste pas cette chanson. Je la trouve fun et en fait j’aime bien les chœurs féminins. Par contre, déjà, je trouve encore une fois que la voix de Pi fait limitée. En fait le truc avec l’énergie c’est qu’il faut la balancer de façon à ce qu’elle semble naturelle. L’essentiel ce n’est pas tellement de chanter juste –merci Matsujun- mais de faire croire que le chanteur s’éclate. Un bon exemple : GD qui est le roi de l’énergie sur scène, on a pas l’impression qu’il se force à chanter mais pratiquement qu’il est en discothèque et s’éclate à chanter ses propres chansons… sauf qu’il les chante plus juste que moi quoi..  Un autre exemple plus occidental : Mika. Il sort des notes incroyables et j’imagine que cela demande du boulot mais il fait passer cela comme si pour lui c’était facile et qu’il était simplement en train de s’éclater. Alors que là outre la voix un peu nasale sur certains passages, on a l’impression parfois que Pi est arrivé au bout de ses capacités et personnellement cela me casse un peu l’effet. Bon moi et mes théories foireuses après =.= Par ailleurs je trouve aussi que le rythme est appuyée de façon un peu trop lourde. Je suis pour un rythme bien marqué mais là ce n’est pas assez net et on retombe dans le souci que j’avais avec  White des KAT-TUN à savoir : « c’est happy, c’est con mais cela ne fait pas de petites bulles ». En fait cette chanson je trouve donne au début l’impression que Pi est de sortie par une jolie journée et après cela au lieu de sautiller il saute lourdement des deux pieds.

 

Oui je sens que vous A-DO-REZ mes images. Bon pis au passage je précise que je ne suis pas une anti-pi. J’ai l’impression qu’on pourrait le croire mais non hein ! C’est juste qu’il n’est pas assez nu… -quoi ? QUOI ?!- d’ailleurs à ce propos je vous présente…LES PAROLES (crédit @ http://spilledmilk25.livejournal.com) –bon et encore une fois je traduis le sens, je ne fais pas de mot à mot- :

 

 

Que faire ? Faut-il que je la fuis?

Je suis tombé dans une sorte d’étang boueux et sans fond

Plus j’en sais moins je peux m’échapper

 

Une femme qui semble forte, toujours rusée

Sa chemise est légèrement ouverte comme une invitation, j’y suis tombé

Le prix était élevé, je le savais

Mais je suis tombé amoureux quand même, je n’ai pas pu m’en empêcher

 

Une flagrance dangereuse et un doux parfum se tenaient dos à dos

 

Embrasse-moi lentement, fais battre mon cœur

Un baiser plus risqué, rends-moi fou avec cette pose

Puis, comme cela, emporte-moi

Je me noierai de plus en plus en toi

Je me noie de plus en plus en toi

 

Instinctivement je savais que ce n’était pas bon

Je le répète comme un drogue amoureuse

Ces lèvres humides me happent de plus en plus

Je suis déjà ton esclave

 

Comme un chien à tes pieds, je perds l’esprit

 

Je t’aimerai toujours, laisse-moi me reposer sur ta poitrine

Des baisers plus fous, serre moi jusqu’à l’aube

Puis comme cela, emporte moi en voyage

Je veux me noyer de plus en plus en toi

 

Laisse-moi me reposer sur ta poitrine à jamais, toucher tes lèvres pour toujours

Jusqu’où irons-nous ? Je m’en moque vraiment

Je me suis perdu dans un monde où il n’y a plus que toi

Je vais m’y garder enfermé

 

Embrasse-moi lentement, fais battre mon cœur

Un baiser plus risqué, rends-moi fou avec cette pose

Puis, comme cela, emporte-moi

Je me noierai de plus en plus en toi

Je me noie de plus en plus en toi

 

Encore une fois mais WTF merde ? T.T … Sérieusement on a des paroles qui se tiennent avec certes quelques trucs un peu bizarres mais aussi des passages jolis tels que le « Je me suis perdu dans un mode où il n’y a plus que toi/Je vais m’y garder enfermé ». C’est une histoire de désir, de tentation, de perdition, c’est sexy et c’est Yamapi…. Alors d’où ils nous sortent ce foutu air happy-con ? POURQUOI ? Pourquoi quand il y a moyen de faire de Pi ce qu’il a toujours été censé être –un sex-toy- ils nous sortent à la place une chanson happy-con qui n’est même pas suffisamment happy pour  mettre de bonne humeur ? Je le dis, je le répète : la personne responsable de cet album –que ce soit Pi ou une autre- ne savait ABSOLUMENT pas ce qu’elle faisait et n’a rien compris à son sujet. C’est Daite Senoritale retour sauf que là si ce foutu responsable avait su ce qu’il faisait on aurait eu une chanson à la Justify my love de Madonna et un clip à la …ben… Justify my love. Mais avec Pi dans le rôle de Maddona évidemment. Enfin bref je ne sais pas vous mais moi je suis blasée.  Je vais aller noyer ma frustration dans un bon verre d’alcool tiens.

 

Snif. Heureusement il nous reste le MAGNIFIQUE livret -enfin LES livrets en fait mais j'ai fait un mix des éditions-. Autant les précédents –ceux des singles- ne m’avaient pas convaincues, autant je suis juste hypra fan du bleu, rose et noir&blanc de celui-ci. Pi est superbe sur ces photos et la couleur permet d’ajouter un côté un peu fun. Il y a des chansons que j’aime bien sur cet album mais je crois bien que c’est le livret qui me convainc le plus…. C’est donc sur cette note positive que je conclue cette partie 1 et vous dis : à la prochaine –comptez une semaine approximativement sauf supra-motivation et insomnies répétées-

 

sgsb-limited02 sgsb-limited03
sgsb-limited04 sgsb-limited05
sgsb-limited06 sgsb-limited07
sgsb-limited08 sgsb-regular06
sgsb-regular01  sgsb-regular17

 

 

(Crédits scans @sailorocean)

Rédigé par Milady

Publié dans #Musiques (artistes - albums - concerts -...)

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :