[En bordel] Bric à Brac

Publié le 21 Avril 2012

Bric à brac

 

 

Aujourd’hui mes chers petits –oui j’avais envie de vous appeler « chers petits »- un article un peu « fourre-tout ». Je voulais écrire un truc construit mais je suis au lit avec une nuit blanche derrière de moi et un mal de ventre affreux ce qui fait que j’ai honnêtement beaucoup de mal à me concentrer. Donc je vais juste faire un article long mais facile sur quelques trucs que j’ai aimés –ou pas- ces derniers temps. Pour ce qui est petits que j’ai utilisés je précise que  le maximum est de cinq .

 

 

Juste avant le crépuscule, Stephen King (livre) : Un peu de littérature… Parce que lire des fois ça fait du bien, ça repose les yeux et tout… et puis Stephen King c’est toujours un plaisir. En plus là c’est un recueil de nouvelles donc on a droit à tout plein de petites histoires. Alors forcément du coup c’est parfois assez inégal, certaines nouvelles sont meilleures que d’autres, mais somme toute c’était une lecture sympa et ça rendait mes voyages en RER beaucoup moins ennuyeux. Par contre là où je me sens un tout petit peu arnaquée c’est que la quatrième de couverture me disait « treize nouvelles jubilatoires et terrifiantes » or les nouvelles du recueil n’ont rien de bien terrifiant. Ce qui n’est pas forcément rédibitoire, je peux apprécier un livre même s’il n’est pas terrifiant mais disons que c’était comme s’attendre à un film d’horreur et tomber sur une romance.

 

Le livre s’ouvre sur une citation d’Arthur Machen puis Stephen King, dans une petite intro, nous parle de son retour aux nouvelles et j’ai trouvé cela plutôt intéressant tout comme j’ai beaucoup apprécié qu’à la fin du livre il ait écrit un petit paragraphe pour nous parler de chacune de ses nouvelles., j’ai trouvé cela intéressant. Après pour ce qui est des nouvelles mêmes ma grande favorite est Willa, la première. Stephen King n’a pas l’air de mon avis mais c’est une nouvelle que j’ai adorée car elle instaure une véritable ambiance et a quelque chose de très mélancolique qui m’a beaucoup plu. Après j’ai également bien apprécié La fille pain d’épice –qui tenait vraiment en haleine-, Aire de reposN. , Muet et Fête de diplôme –pour celle-là j’ai juste trouvé le personnage vraiment sympa en fait-. Celle avec laquelle j’ai eu le plus de mal est Le vélo d’appartement et je pense que c’est en grande partie dû à sa longueur. Pas que la longueur en soi me dérangeait mais comme je lisais pendant mes pauses j’ai dû lire cette nouvelle en plusieurs fois et ça m’a cassé la continuité de l’histoire dans laquelle j’avais déjà un peu de mal à m’impliquer. Enfin somme toute ce recueil n’est pas mon livre favori de Stephen King mais c’était une lecture sympa qui a bien occupé mes heures de transport.

 

 

Histoires à ne pas fermer l’œil de la nuit, recueil compilé par Alfred Hitchcock (livre)  : Encore un recueil de nouvelles, j’étais d’humeur ces derniers temps. Ce livre j’en avais entendu parler sur le blog de Fleur de Cannelle –que vous pouvez visiter [ICI]- et je me l’étais aussitôt procuré mais il m’a fallu du temps pour me décider à le lire. Enfin c’est bon, c’est fait, et c’était franchement bien. Par contre je ne sais pas qui a traduit le bouquin mais la traduction que j’ai –je sais pas comment j’ai cherché mais je n’avais pas trouvé la version originale- est très mauvaise. Les tournures de phrases sont parfois étranges et il arrive même que le traducteur ait juste laissé des mots en anglais au milieu des phrases… bref mauvaise traduction. Ce qui n’empêche heureusement pas de profiter des nouvelles et somme toute ce recueil m’a vraiment plu. Certaines sont un peu prévisibles mais la plupart tiennent vraiment en suspens et ont des dénouements intéressants qu’ils soient surprenants, inquiétants ou amusants –d’un humour noir-. Parmi mes nouvelles favorites : Tribut floral –que je trouve un peu inquiétante mais pleine de charme-, In vino veritas –qui a vraiment su me tenir en suspens- , Canavan et son terrain –qui pour le coup m’a réellement foutu les boules-, Le suivant –une nouvelle dérangeante mais intéressante-, Les sculptures érotiques de l’Ohio –dont j’avais deviné le dénouement mais qui n’en restait pas moins prenante-, Faut être juste –que j’avais déjà lue en dehors du recueil mais dont j’apprécie toujours autant l’humour noir-, La biche aux abois –dont j’apprécie simplement la narration et le thème- et Jour Ultime –dont j’avais encore une fois vue venir la fin mais qui malgré tout était intéressante.-. J’ai eu plus de mal avec Meurtres Maisons –vraiment trop prévisible pour le coup- et l’Homme qui n’en savait pas assez mais essentiellement c’était un bon recueil et si vous aimez le mystère et l’humour noir, je vous le recommande.

 

 

The little shop of horrors, 1986, Frank Oz (film) : Il a suffi que le synopsis mette dans la même phrase « plante carnivore mangeuse de chair humaine » et « comédie musicale » pour que je me jette sur le film. Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre, je crois qu’honnêtement je ne m’attendais pas à quoi que ce soit de bon, juste à quelque chose de délicieusement bizarre voire peut-être un peu foireux. Mais au final il était drôlement bien ce film ! Les acteurs sont tous impeccables et surtout le film est très coloré et plein d’un humour noir que j’ai absolument adoré. Je ne me suis vraiment pas ennuyée et ce fut vraiment une excellente surprise. Le seul léger souci ce sont les premières chansons malheureusement. C’est dommage pour une comédie musicale mais c’est vrai que j’ai eu du mal à adhérer à certains des premiers numéros musicaux… heureusement cela s’est arrangé plus tard et j’ai en particulier absolument adoré les chansons interprétées par Audrey 2, la plante carnivore elle-même –oh oui parce qu’elle parle au fait…et chante-. Levi Stubbs –des Four Tops-qui s’occupe de sa voix fait un boulot absolument remarquable. Et d’ailleurs la plante qu’on pourrait craindre « plus vraiment à jour » au vu des nouveaux moyens niveau effets spéciaux, rend en fait très bien et, pour un truc avec des racines, a un charisme fou –si si !-. Non vraiment ce film m’a fait passer un excellent moment… quelque part il m’a étrangement rappelé The Rocky Horror Picture Show mais je serais vraiment infoutue de vous dire pourquoi, je pense que c’est juste le côté ET/chansons/j’adore. Enfin voilà c’est un film que je vous recommande pour le coup ! Le film étant décalé il y a des chances que cela ne vous plaise pas mais je pense que ça vaut vraiment le coup d’être tenté.

 

 

Pontypool, 2008, Bruce Mc Donal (film) : Film de zombis, ce film a au moins le mérite d’être original. Le film est nettement moins gore que les films habituels du genre parce qu’il ne nous plonge pas complètement au cœur de l’action mais se déroule en fait dans une petite station radio du Canada qui vit la situation à travers des témoignages extérieurs –du moins au début-. Si le film a ses ratés il propose un point de vue intéressant sur l’action, nous plongeant vraiment dans une ambiance particulière –grâce, entre autres, à un acteur principal qui fait du sacré bon boulot, particulièrement dans les scènes d’exposition-. Et au-delà du point de vue je dois dire que la vision des zombis dans le film m’a vraiment plu. Ici il n’est pas question de contamination par la morsure, de maladie ou de possession, la cause de leur « zombification » est toute autre et elle est inventive, intéressante et à la fois vraiment inquiétante. Evidemment je ne peux pas vous en dire plus de peur de vous spoiler le film mais pour les amateurs d’horreur et de films de zombis j’ai l’impression que Pontypool a quelque chose de sympa et nouveau à offrir.

 

 

Cabin Pressure, John Finnermore (feuilleton radio BBC) ♥ ♥ ♥ ♥ …♥: Sorte de sitcom radiophonique écrit par John Finnermore, Cabin Pressure est une série d’épisodes d’en gros 30 minutes qui nous raconte le quotidien d’une compagnie aérienne –ne possédant qu’un seul avion-, la MJN air –MJN = My Jet Now-. Les personnages récurrents sont Carolyn Knapp-Shappey –Stephanie Cole- la propriétaire peu commode de la compagnie, Martin Crieff –Benedict Cumberbatch- le pilote que personne ne respecte vraiment, Douglas Richardson –Roger Allam- le second plus expérimenté et à l’ego vaguement démesuré et Arthur Knapp-Shappey –John Finnermore- le stewart pas fûté mais très enthousiaste. C’est Pepper qui m’a parlé de la série, m’en vantant la qualité, et comme j’étais dans ma phase « Benedict Cumberbatch » -j’y suis toujours- je me suis lancée et oh comme je ne regrette pas ! Cette série est GENIALE ! Sérieusement c’est à mourir de rire. Au début je n’étais pas pliée en deux mais plus on connaît les personnages plus c’est hilarant et maintenant quand je réécoute les premiers épisodes, je me marre franchement. Le script est intelligent et drôle, les personnages attachants et les acteurs vocaux excellents –ah, à noter qu’Antony Stewart Head intervient plusieurs fois vers la fin !- Dans chaque épisode l’équipe de MJN se rend dans un nouvel endroit et je vous citerais bien quelques uns de mes épisodes favoris mais j’en ai trop en fait. Le souci c’est que malheureusement c’est de la radio anglaise donc c’est vrai que si vous ne captez pas trop l’anglais c’est dur… mais si vous comprenez bien l’anglais, écoutez la série, ça vaut vraiment le coup !

 

Bon et puis sinon j’ai aussi revu Ghost Busters qui est toujours aussi cool, regardé Atrocious qui est… ben… atrocement nul justement, et j’ai commencé/continué des dramas donc je vous parlerai plus tard, là on va s’arrêter ici ^.^parce qu’en fait si je vous parlais de tout ce que j’ai regardé ces temps-ci on en aurait encore pour dix pages.

 


Passez une bonne journée !

 

thats-all-folks.jpg

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :