[I fell in love, it hurts and I'd like to keep hurting] Lover's Concerto 연애소설

Publié le 20 Février 2012

220px-Lovers_Concerto_film_poster.jpg

 

Sorti en 2002

 Réalisé par Lee Han

 

Avec:

 Cha Tae Hyun >>> Lee Ji Hwan

Lee Eun Ju >>> Kyung Hee

Son Ye Jin >>> Soo In

Moon Gen Young >>> Ji Yoon (la petite soeur de Ji Hwan)

 

Dontesque?

 Des photos reçues par courrier poussent Ji Hwan à se souvenir de deux jeunes filles, Soo In et Kyung Hee qu'il avait rencontrées il y a cinq ans de cela. Petit à petit il retrace leur histoire et réfléchit à la relation complexe qu'ils avaient partagé. 

 

oOo

Lover's Concerto est depuis un bail sur la liste des films que je dois regarder. Pourquoi? ... je pense que la première ligne du casting répond à votre question. Depuis Flowers for my life -que je fais exprès de citer à chaque fois histoire de vous répéter encore et encore qu'il FAUT LE VOIR!!!!- je voue un amour inconditionnel à Cha Tae Hyun. Je l'aime. C'est même pas que je fangirlise dessus, c'est juste que je l'aime. Quand je le vois, avant même qu'il commence à jouer, je l'aime. Et quand il commence à jouer, je l'aime encore plus. Bref ça fait de lui un acteur que je suis... mais bon j'essaie quand même d'espacer les films et dramas que je regarde de lui parce que sinon je vais encore me retrouver en mode "j'ai tout vu... que faire? T___T". Bon tout cela pour dire que donc Lover's Concerto était sur ma liste depuis un bon bout de temps. Mais allez savoir pourquoi j'avais du mal à me décider à le regarder. Oh je savais que j'allais aimer, Cha Tae Hyun oblige, mais quelque chose me bloquait. Sauf que Mapi a dit "c'est bien" et bon si Mapi -qui est quand même ma plus grande référence en matière de "tout ce qui est Coréen"- disait que c'était bien alors c'est que c'était bien -imparable logique-. Poussée donc par ce seul commentaire de Mapi et la présence de Cha tae Hyun -oui parce que depuis le temps que je devais le voir j'avais vraiment complètement oublié de quoi cela parlait-, je me suis lancée dans le film sans savoir du tout ce que j'en attendais et j'en suis ressortie...mon Dieu... desséchée. Complètement à sec. Mais c'est positif ! Et tout de suite je m'en vais vous expliquer pourquoi ce film a failli me tuer -noyade lacrymale que voulez-vous-, le tout sans spoiler parce que bon ce serait triste de vous spoiler. D'ailleurs si vous me lisez là et que vous avez envie de regarder le film, essayez de vous en tenir à cela et ne vous renseignez pas trop parce que j'ai lu des synopsis qui spoilaient pas mal. Bref, tout de suite, développons.

 

Sauf que pour cela en fait il faudrait que je sache par quoi commencer mais là j'avoue que cela m'échappe. C'est un film étrange en fait dans le sens où la moitié du temps je ne savais pas du tout ce que j'étais en train de regarder. Les personnages faisaient leur vie et cela m'intéressait mais je ne savais pas du tout où cela allait me mener -ou si ça allait me mener quelque part-. Cela dit justement c'est là qu'est la première force du film: les personnages sont instantanément sympathiques. Dès la toute première scène en fait, il y a quelque chose chez ces personnages qui a fait que je me suis intéressée à eux. Leur première rencontre en particulier avec cette histoire d'horloge, avait quelque chose de joli et de touchant. Du coup j'étais investie dès le départ et c'est avec plaisir que j'ai regardé la vie des personnages se dérouler tandis que je me familiarisais avec eux. Et évidemment, si c'est dû à l'écriture du film, ça l'est également aux acteurs eux-mêmes. Je ne vais pas revenir sur chacune de leurs performances, ils étaient tous impeccables, mais c'est vrai que j'ai eu un faible pour certains personnages. Déjà j'ai aimé l'énergie de Kyung Hee (Lee Eun Ju) c'est celle des deux filles que j'ai trouvée la plus attachante. Son Ye Jin interprétait bien Soo In mais elle m'a honnêtement moins marquée. Et puis évidemment j'ai adoré Ji Hwan....alors c'est vrai qu'il partait avec une longueur d'avance puisqu'il est interprété par Cha Tae Hyun mais d'un autre côté j'aime Cha Tae Hyun parce qu'il joue justement ce genre de rôles, ces paumés sympathiques, naïfs mais au bon coeur. Pour ce que j'en ai vu j'ai l'impression qu'il se spécialise vraiment dans ce genre de personnages mais moi ça me va et une fois encore je l'ai beaucoup aimé. Par ailleurs une autre force du film est qu'en quelques lignes il nous dresse également le portrait de personnages secondaires auxquels on s'intéresse. Certains n'ont que deux minutes d'apparition mais j'avais envie de savoir ce qui allait leur arriver: j'avais envie de savoir ce qui arriverait au sunbae et à son "alcohol friend", j'avais envie de savoir ce qui arriverait à la petite soeur, j'avais même envie de savoir ce qui arriverait au facteur alors qu'il n'apparait vraiment que quelques secondes! Leur sort m'intéressait, tout simplement. 

 

lovers1.jpg lovers2.jpg
lovers3.jpg lovers5.jpg

(Toutes les caps viennent d'ICI)

 

Bref donc ça c'est la première partie, celle où on n'est pas sûr de savoir où le film nous mène mais qu'on suit parce qu'on veut savoir ce qui va arriver aux personnages. Et même si rien ne leur arrive en fait, on regarde juste se dérouler leur vie et c'est intéressant. D'ailleurs cette première partie m'a pas mal rappelé, à certains égards, le drama Yume no California -regardez le aussi!- que j'adore absolument comme le savent celles qui me connaissent. Mais même dans cette première partie, on commence à deviner des choses. Et ça c'est encore une des qualités du film: avec beaucoup de simplicité, il nous fait deviner ce qu'il va se passer...mais jamais entièrement. Il nous fait suffisamment pressentir ce qui va arriver pour qu'on s'y prépare un peu mais à la fois garde suffisamment de surprises pour qu'on ne s'ennuie pas et que la fin ne soit pas juste ce qu'on avait attendu. Et en parlant de la fin, elle m'a faite peur parce qu'elle multipliait les conclusions et que j'avais peur qu'on se trouve comme dans AI où finalement le réalisateur aurait mieux fait de s'arrêter bien plus tôt que cela et n'avait fait que gâcher son histoire à lui rajouter dix milles conclusions. Mais en fait, non, heureusement, Lover's Concerto ne tombe pas dans ce piège là et j'ai adoré son image finale qui, en plus, fait écho à une scène précédente du film dont j'espérais vraiment voir le résultat -ce sera clair quand vous le regarderez-. Car oui, encore une autre qualité du film: sa méthode de narration. Les scènes se répondent, les éléments introduits resservent, on a l'impression d'assister au déroulement naturel d'une vie mais à la fois a quelque chose de construit. Et dans un sens en fait c'est construit comme le personnage se souvient. La mémoire ce n'est pas linéaire, on se souvient de quelque chose, cela nous fait penser à autre chose, etc... là c'est construit un peu comme cela, on remonte dans les souvenirs des gens et peu à peu on construit leur histoire. Et la méthode de narration fait qu'on suit facilement mais qu'on ne s'ennuie pas vu que le film n'est jamais bêtement linéaire.

 

Quant à la question de l'émotion, je pense qu'il va sans dire que celle-ci était au rendez-vous. L'histoire est racontée de façon simple et ne nous jette pas aux yeux ce qu'on est censé ressentir si bien qu'il en ressort une histoire touchante qui sait faire rire -oui oui, j'ai ri aux éclats une ou deux fois quand même!- que pleurer et rend mélancolique sans déprimer et tout en n'oubliant pas de nous dire que quand même la vie est belle. Maintenant, ce film n'est pas non plus exempt de défauts. Certaines situations peuvent en effet sembler un peu forcées voire artificielles, il y a parfois des moments qui pourront sembler guimauves à certains et je pense que contrairement à moi qui ai trouvé le film pas trop appuyé, certains pourront au contraire trouver qu'il mélodramatise trop. Disons que le film marchera plus ou moins selon la personne -bon par contre au niveau des acteurs et de la réalisation je ne pense honnêtement pas qu'il y ait quoi que ce soit à redire, c'est vraiment du scénario et de la transmission de l'émotion que je parle là...encore qu'évidemment tout soit discutable selon qui regarde- et que sur moi il  a marché et j'ai adoré. Sur ce je vais racheter des mouchoirs.

 

lovers6.jpg lovers7.jpg
lovers8.jpg lovers9a.jpg

 

 

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :