Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Ashita Mama Ga Inai

明日、ママがいない

 

Ashita mama ga inai

 

 

Episodes 1 et 2

 

Diffusé en 2014

 

Parti pour faire 9 épisodes

 

 

Avec :

 

Ashida Mana >>> Post

Suzuki Rio >>> Maki / Donki

Sakurada Hiyori >>> Piami

Watanabe Konomi >>> Bombi

Igarashi Hinata >>> Pachi

Mikami Hiroshi >>> Sasaki Tomonori / Maou

Kimura Fumino >>> Mizusawa Kana

Miura Shohei >>> Locker

Sakai Miki >>> Ryoka

Shirota Yu >>> Tojo Yuki

Ohgo Suzuka >>> Otsubone

 

 

 

Dontesque ?

 

Lorsque la petite Maki est abandonnée par sa mère parce que celle-ci veut refaire sa vie avec un nouvel homme, elle est placée dans un orphelinat tenu par un homme inquiétant surnommé « Le Diable » où elle fait la rencontre des enfants de l'orphelinat, tous abandonnés et à la recherche d'un nouveau foyer.

 

 

♥♥♥♥

 

Vous savez, quelque part, l'espace d'un instant, j'ai vraiment cru que ça allait bien se passer. Et puis, bien sûr, ce n'était qu'une illusion, je ne sais vraiment pas comment j'ai pu penser cela. Mais revenons au début. Ashita Mama Ga Inai -en français : « Demain, maman ne sera pas là »- est un drama qui a d'abord capté mon attention grâce à son affiche et son synopsis. Je ne connaissais absolument pas le casting mais je voulais voir ce que donnerait l'histoire, d'autant que l'envie de regarder plus de Jdramas me reprend ces derniers temps. Puis le drama s'est retrouvé au cœur d'une polémique, il a perdu ses sponsors -apparemment il a été accusé de déshumaniser ses personnages principaux et de renforcer la discrimination anti-orphelins- et du coup, bien que cela m'ait fait encore plus craindre que le drama allait me détruire intérieurement, je me suis retrouvée encore plus curieuse qu'au début. C'est donc à la fois enthousiaste et le cœur empli d'appréhension que je me suis lancée dans l'épisode 1. Et à la fin de l'épisode 1, j'étais remontée contre les parents de la petite Maki/Donki, certes, et le drama ne m'avait pas rendue euphorique -vu le sujet, c'est dur- mais je ne me sentais pas pour autant particulièrement déprimée et je trouvais les plaintes injustifiées alors je me suis dit « bon bah... du coup peut-être qu'ils se plaignent pour rien et peut-être aussi que finalement je vais le vivre bien ce drama ». Puis l'épisode 2 est arrivé. Et je trouve toujours que les plaintes sont injustes mais, en revanche, il est clair que non, je ne vivrai pas bien ce drama. Du moins pas tout le temps. Dans le dernier quart de l'épisode 2, j'étais limite prostrée à répéter « Post, dépêche, dépêche, pitié T.T ». Bref. C'était dur. Mais c'était bien.

 

Le fait est que dès l'épisode 1, je me suis attachée aux personnages et que cela ne fait que se confirmer : je les aime. Tous. Bon c'est vrai que parfois Bombi et son obsession avec Joripi -Angelina Jolie + Brad Pitt- m'agace -pas tellement en soi, je trouve son obsession rigolote en fait mais ses « Joriiiipiiiii » bruyants ne me font pas rire et m'ennuient- mais j'aime bien le personnage et, en général, tout le monde m'intéresse et je suis attachée à tous ces enfants. En particulier Post, Pachi et Locker. Surtout Post et Pachi en fait. Locker, à la base, je m'y suis intéressée parce que son surnom vient du fait qu'il a été abandonné dans une consigne automatique, ce qui m'a rappelé le -génial mais terrible- roman de Murakami Ryu : Les bébés de la consigne automatique - Coin-locker babies en anglais-. Ce roman qui raconte le devenir tragique de deux enfants ayant été abandonnés dans des consignes automatiques, n'est pas de ceux qu'on oublie. Je me souviens d'à quel point les personnages de Murakami souffraient, d'à quel point j'avais ressenti leur douleur... et du coup, par association, je me suis tout de suite attachée à Locker. Par ailleurs dans l'épisode 2, il s'impose comme une figure très rassurante et comme quelqu'un de silencieux mais attentionné. Le fait qu'il ne parle jamais mais soit toujours là pour faire à manger aux enfants, aider Pachi, apprendre à Piami à tricoter, me le rend sympathique. Et je me demande ce qu'il se cache exactement sous son mutisme et dans sa relation avec Maou -le gérant de l'orphelinat- et pourquoi exactement tous les deux semblent stalker la madame qu'ils stalkent.

 

Ashita, Mama ga Inai ep01 (848x480 x264).mp4 003603633 Ashita, Mama ga Inai ep02 (848x480 x264).mp4 001296428
Ashita, Mama ga Inai ep02 (848x480 x264).mp4 002782179 Ashita, Mama ga Inai ep02 (848x480 x264).mp4 002779443

 

N'empêche que Post et Pachi sont le cœur du drama à mes yeux -objectivement Post est au centre et tous les enfants sont le coeur du drama mais...-, surtout maintenant que j'ai vu l'épisode 2. Pachi... Ah Pachi. Des fois quand je le regarde, j'ai envie de pleurer. Rien que le fait de savoir que cet adorable gamin a été blessé par le passé, ça me déchire le cœur. Et quand on apprend exactement ce qu'il a vécu... je vous renvoie à mon « j'étais limite prostrée ». ON NE FAIT PAS DE MAL A PACHI OKAY ! ;A; Heureusement il a Post, magnifique Ashida Mana, excellente dans ce rôle de petite fille qui fait face envers et contre-tout. Bien sûr qu'elle est blessée, bien sûr qu'elle a des ciactrices partout sur le cœur, mais elle a décidé de devenir plus forte et de construire son avenir de ses propres mains et ce personnage est incroyablement touchant. Elle peut se montrer très brusque et blessante dans la façon dont elle veut absolument forcer les autres à voir la réalité mais chacune de ses réactions et de ses gestes viennent soit de la tristesse qu'elle essaie de ne pas montrer soit du cœur incroyablement bon et chaleureux qu'elle a. C'est ce que Maki/Donki, nouvelle arrivante à l'orphelinat, ne tarde pas à comprendre. Post est une amie loyale, elle a un courage incroyable et pour Pachi, elle a le cœur d'une mère. Il faut voir la façon dont elle s'occupe de lui, c'est juste magnifique. Lorsqu'elle regarde Maou droit dans les yeux et lui dit « Si vous faites du mal/laissez faire du mal à Pachi, je vous tuerai », je n'en ai pas douté une seconde, je l'ai crue et je pense que Maou aussi. Comme je le disais, ON NE FAIT PAS DE MAL A PACHI OKAY ! ;A; OKAY?! ;AAA;

 

Et puis à côté de cela, encore une fois, j'aime tous les personnages enfants/ados parce que, tout simplement, tout le monde est adorable. On ne connait pas encore très bien tout le monde mais je ne doute pas que le drama nous les rendra de plus en plus familiers que je les aimerai de plus en plus. Par ailleurs, je suis également intéressée par les adultes du drama. Pas les parents du tout mais Mizusawa, la jeune femme qui s'occupe de faire -apparemment- le lien entre les parents adoptifs potentiels et l'orphelinat et par Sasaki, surnommé Maou -le Diable- par les enfants, le gérant de l'orphelinat. Mizusawa s'est un petit peu dévoilée dans l'épisode 2 et il semble qu'elle aussi ait été abandonnée puis adoptée, ce qui ne l'a pas laissée sans blessures. Pour le moment elle n'est pas encore trop développée mais son passé fait que, probablement, elle se retrouve dans les enfants et je pense que cela peut donner une évolution intéressante. Mais plus qu'elle, je suis absolument fascinée par Maou. Au début, on nous le présente comme quelqu'un dont les enfants ont peur et clairement, il peut se montrer brutal dans ses propos, comparant les enfants à des animaux de compagnie qui doivent être mignons s'ils veulent se faire adopter. D'un autre côté, les enfants, à la fin de l'épisode 1, n'hésitent pas à lui répondre et il ne fait pas grand-chose de plus qu'un « tss ». Par ailleurs, un des enfants s'étant enfuit de sa nouvelle maison vient se réfugier à l'orphelinat et, pour se protéger, se cache derrière Maou, s'accrochant à ses jambes, ce qui signifie bien que quelque part, les enfants voient malgré tout en lui une figure protectrice. Et, enfin, à la fin de l'épisode 2, par un geste simple mais plein de sens, Maou nous prouve qu'il écoute les enfants et n'est pas le monstre que suggère son surnom.

 

Ashita, Mama ga Inai ep01 (848x480 x264).mp4 002260524 Ashita, Mama ga Inai ep02 (848x480 x264).mp4 002928558

 

Du coup, en vérité, la maltraitance ne vient pas de l'oprhelinat. Enfin clairement Maou est quelqu'un de dur qui ne mâche pas ses mots et je n'approuve pas ses méthodes -de même que, par exemple, je n'approuvais pas les méthodes du professeur de Queen of the classroom … encore que je trouve Maou plus soft pour le coup- mais les enfants sont bien nourris, bien logés et ont trouvé dans cet orphelinat un foyer et ont fondé une famille entre eux, comme c'est particulièrement évident, je trouve, à la fin de l'épisode 2. Le mal vient donc bien des traumatismes du passé, infligés par leurs parents dont ils cherchent à se détacher en se donnant des surnoms pour ne plus porter le nom que leur ont donné leurs parents. Comme le dit ¨Post, mieux vaut penser que ce sont eux qui rejettent leurs parents plutôt qu'ils ont été abandonnés. Du coup leurs surnoms sont à la fois un moyen de se couper de leurs parents et, en même temps, un rappel de leurs « origines ». Une seconde naissance en quelque sorte. Bref le mal vient des traumatismes du passé mais également des parents adoptifs potentiels qui, apparemment, sont tous à moitié fous. Bon dans l'épisode 1 on avait au moins un exemple de deux parents adoptifs qui voulaient sincèrement le bien de l'enfant adopté et qui essayaient de le comprendre mais tout de même les autres ont l'air assez déréglés. En particulier dans l'épisode 1, le personnage de la femme à moitié psychopathe, pour le coup, dans la mise en scène, semble droit sortie d'un manga -ou d'une autre œuvre de fiction mais simplement je revois une scène de manga qui ressemblait pas mal à celle-là-. Bref le mal est surtout à l'extérieur et, à l'intérieur, nos enfants abandonnés ont réussi à se recréer une famille et un foyer auquel on s'attache assez rapidement.

 

Par ailleurs, le casting est impeccable. Je fais une sorte de fixation sur l'acteur qui interprète Maou parce que son visage me fascine étrangement mais en vérité c'est surtout Ashida Mana qui tient le drama sur ses épaules et elle ne faiblit pas. Quant à la réalisation, elle est efficace et agréable, j'aime en particulier l'OST. Au final, Ashita Mama Ga Inai est donc un drama qui me plait beaucoup. Il n'est clairement pas gai et certains moment ssont difficiles à regarder mais le drama n'est pas entièrement noir et se permet même d'être drôle par moments, pour peu que vous n'ayez rien contre l'humour un peu noir et cynique. Pour ma part c'est un drama auquel j'accroche et dont j'ai envie de voir la suite~

 

Ashita, Mama ga Inai ep02 (848x480 x264).mp4 003017247 Ashita, Mama ga Inai ep02 (848x480 x264).mp4 003019082

Ashita, Mama ga Inai ep01 (848x480 x264).mp4 003946475

Tag(s) : #Dramas - séries et animes

Partager cet article

Repost 0