JOKER yurusarezaru sousakan (ジョーカー 許されざる捜査官)

Publié le 10 Novembre 2010

JOKER ~yurusarezaru sousakan~

ジョーカー 許されざる捜査官

 

joker10

 

2010

 

10 épisodes

 

 

Avec :

 

Sakai Masato >>> Date Kazuyoshi

Nishikido Ryo >>> Kudo Kenji

Anne >>> Miyagi Asuka

Ryo >>> Katagiri Saeko

Osugi Ren >>> Mikami Kuniharu

 

 

Dontesque?

 

Dans la police, Date est surtout connu pour son irresponsabilité et sa bonne humeur constante. Ses juniors ne le respectent pas vraiment et il est souvent cible de moquerie mais en vérité Date est un enquêteur doué qui a une face sombre qu’il cache bien. La nuit il se charge de rendre justice lui-même, punissant les criminels lorsque la Loi en est incapable.

 

 

3


Etant donné que Ryo fait partie des acteurs principaux de ce drama, j’ai toujours su que le regarderais un jour, d’autant que l’histoire me plaisait bien. Mais des dramas dont l’histoire me plaisent il y en a des milliards et il y a également des centaines de bishos que j’adore donc si Nounoune ne m’avait pas donné le coup de pouce, je ne me serais probablement lancée que bien plus tard. C’était un petit échange en quelque sorte : Long Love Letter contre JOKER (non je ne vais pas retaper le titre à chaque fois, faut pas pousser, il est long ce titre). En clair : merci Nounoue. Par contre je sens que je vais décevoir certaines personnes car si j’ai bien aimé, je n’ai pas non plus adoré. J’ai lu à droite à gauche quelques critiques après avoir terminé le drama et elles s’accordent toutes à dire que ce drama est génial, que les acteurs sont excellents, que la portée philosophique est incroyable et que le scénario est particulièrement bien écrit. Je ne suis pas d’accord…pas avec tout en tous cas. Je ne trouve pas que le discours soit novateur, je trouve que certains acteurs sont moyens et je trouve aussi que le scénario se fout parfois un peu de notre gueule. Mais à part ça c’était bien dis-donc !

 

Non sérieusement, j’ai aimé. Au niveau de la forme même, le drama était agréable à regarder. Pas de musiques trop répétitives, un ending drôlement sympa (dont je vous conseille le clip d’ailleurs qui, lui, est un véritable chef d’œuvre de scénario dès qu’on l’a compris), et une belle image. En clair cela se suit bien et le drama prend soin de nous laisser sur un cliffhanger à chaque fin d’épisode pour qu’on ait envie de voir la suite et en général ça marche. J’ai un peu échappé à cette règle mais c’est uniquement parce que j’ai jonglé avec Skandal et que dans Skandal y a Playboy et que Playboy est un put**n de cliffhanger puissance mille à lui tout seul ! Enfin bref, quand même, Joker arrive à donner envie de regarder son prochain épisode. Les épisodes présentent chacun une enquête différent mais il y a un fil conducteur malgré tout très présent qui évite un caractère trop épisodique.

 

Joker 08

Maintenant le souci c’est que la plupart du temps, tout est trop évident. Autant le fil conducteur était intéressant et tenait en haleine (bien que finalement j’ai deviné la conclusion trois épisodes avant les personnages principaux), autant parfois les enquêtes m’ennuyaient presque. En gros on sait dès le départ qui est  (ou n’est pas) le criminel, comment il va finir…Et à partir de là bon… Heureusement certains épisodes me donnent tort et puis surtout il y a certains épisodes où on s’attache aux personnages et donc on se sent impliqués, je pense notamment à celui du petit garçon dans l’épisode 5 qui m’a complètement brisé le cœur. En fait cela s’arrange grandement à partir de cet épisode 5 à peu près. Avant cela, qui plus est, les méchants me semblaient un peu pitoyables. Dans leur jeu d’acteur je veux dire… Les psychopathes morts de rire qui surjouent à fond, j’en ai un peu ras le bol quoi…mais on peut voir cela comme une progression. Au début les méchants sont méchants et on ne questionne pas trop les motivations du héros mais plus tard on commence au contraire à se demander s’il en fait trop ou pas assez.

 

Cela dit la réflexion sur la nature humaine ne m’a pas parue trop approfondie finalement. Le drama se veut « gris » et il l’est mais autant je voyais le dilemme des personnages, autant je ne le ressentais pas. Je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire … les acteurs me faisaient bien comprendre ce que j’étais sensée ressentir et je voyais qu’ils étaient intérieurement déchirés mais je n’étais pas déchirée avec eux. Ca ne fait pas du drama un mauvais drama mais du coup ça l’empêche d’être un excellent drama….L’excellent drama pour moi c’est celui qui ne présente pas juste de bons personnages et une bonne histoire, c’est celui qui me happe complètement et que je peux vivre.

 

Par ailleurs certains retournements sont faciles. Je suis bon public et le drama est distrayant donc je n’ai pas trop pesté contre les facilités mais il y a quand même des moments où je n’ai pas pu m’empêcher de soupirer un « bah ouais, t’es conne ou quoi ? =.= » parce que je voyais venir le gros piège (ou l’idée préconcue) dans lequel la fille (souvent quand même) fonçait tête baissée. Ca arrangeait bien les scénaristes mais en attendant ça décrédibilisait un peu le drama. Ca plus le côté légèrement lisse niveau émotions ont fait que je n’ai pas adoré le drama et que j’en suis restée à « aimer » (ce qui est déjà pas mal notez bien).

 

L’autre souci je pense vient des personnages…ils sont un peu inégaux dirons-nous.

 

Joker 02


Le personnage principal m’a paru un peu froid déjà. Mais ce n’est pas forcément un défaut. Au départ on nous le présente comme quelqu’un de toujours souriant et très détaché puis on découvre sa face cachée plus froide. Mais dans les deux cas il y a une chose qui reste la même : ses véritables sentiments sont toujours cachés sous la surface.  Grâce à des flash-backs et des moments de doute, on essaie de nous le rendre plus humain….et dans un sens cela fonctionne, ça dépend vraiment de ce que le drama cherchait à faire. Moi ce personnage m’a fait de la peine dans le sens où justement je ne le voyais jamais réellement avoir de la peine. Bon un petit sourire triste fait, on comprend qu’il a les boules, mais c’est jamais bien flagrant et c’est peut-être bien ce que j’ai préféré dans le personnage. Il est tellement habitué à masquer ses émotions que le masque est devenu permanent en quelque sorte. A côté de cela évidemment le personnage est assez tragique mais je crois bien que ce qu’il y a de plus tragique c’est qu’il n’est que la répétition d’un autre personnage et que du coup on voit vers où il se dirige et la case arrivée n’est pas la plus plaisante qu’il soit. Sauf qu’on sait qu’il ne peut plus faire marche-arrière. Je sais, vous comprenez rien à ce que je raconte mais si j’explicite, je spoile donc… pour résumer en fait c’est un personnage que j’ai trouvé tragique et dont la froideur a été à double-tranchant : d’un côté elle me fait me sentir « loin » du personnage et de l’autre elle m’en fait ressentir tout le tragique. Sur l’acteur je n’ai rien de spécial à dire, il est très bien dans son rôle.

 

joker_ryo_gun.png


Le vrai personnage principal maintenant : Ryo. Enfin « Kudo » en fait… J’étais partie avec l’idée que ce serait mon personnage favori, Ryo oblige, et il s’est trouvé qu’en effet c’était mon personnage favori et pas tout à fait parce que « Ryo oblige ». Même si, évidemment, ça a joué.  D’ailleurs laissez-moi faire ma fangirl tout de suite et admirons le véritable intérêt principal du drama : le sourire de Ryo. Démonstration :

 

 cap-00258

 cap-00270

 vlcsnap-2010-11-03-04h15m05s230

 vlcsnap-2010-11-01-05h22m34s200

 

N’est-ce-pas ? … adorable, juste adorable ! Du coup quand il sort un sourire comme cela avec un « embrasse-moi » autant vous dire que je laisse une sacré trace de rouge à lèvre sur mon écran de pc. Bizarrement par contre la fille de l’histoire, elle, ne laisse de trace de lèvres nulle part alors que le message lui est directement adressé mais nous reviendrons à ses capacités visuelles et mentales réduites plus tard. Ryo, et donc Kudo par extension, est adorable : premier avantage. Second avantage : il est beau. Troisième et cette fois-ci un peu plus sérieux avantage : il est vivant. Par « vivant » je ne veux pas dire qu’il respire (même si, en effet, il respire …moi beaucoup moins par contre quand il apparait à l’écran) mais qu’il laisse transparaître plein d’émotions ce qui le rend donc plus humain que notre héros. Du coup on peut s’y attacher plus facilement et se sentir mal pour lui quand son masque de playboy insouciant tombe. Il y a en particulier une réplique de lui qui m’a tuée … je ne peux pas vous la citer, ce serait spoiler, mais cela se passe dans un van, il le dit au téléphone et cela finit par « embrasse-moi ». Si vous regardez le drama, vous verrez de quoi je parle et la voix étranglée de Ryo à ce moment-là a remis en cause toute ma théorie selon laquelle on ne peut tomber réellement amoureuse d’une personne sans l’avoir jamais rencontrée. En clair à cette seconde-là Ryo a changé ma vision de l’univers (bon ok Kimu, Kame, Playboy, etc, etc l’avaient fait avant lui –qui l’avait d’ailleurs déjà fait- …mais quand même, quand même…). Kudo est, je trouve, le personnage le plus attachant du tas car il combine le passé sombre, le côté dilemme et le côté humain…sans oublier mes deux premiers arguments : sourire adorable + il est beau.

 

Joker 04


Et maintenant arrive notre grande blague scénaristique : la fille. Les scénaristes avec elles ont joué à un petit jeu que j’aime appeler (bien que ce soit la première fois que j’utilise ce terme) : « Gourdasse undercover ». C’est-à-dire qu’ils essaient de nous faire croire qu’elle n’est pas une potiche sans cervelle alors qu’en fait…elle l’est. Ou pratiquement en tous cas. Déjà, sur un plan tout à fait superficiel, Kudo  lui court après tout le drama et elle l’ignore froidement ce qui prouve qu’elle a un souci au cerveau et que c’est grave. Moins superficiellement mais sans rapport avec le syndrôme « gourdasse undercover », la relation entre elle et Kudo m’a laissé un goût amer dans la bouche. Je m’explique : pendant tout le drama elle repousse ses avances et j’avais donc classé leur relation comme une amitié dans laquelle les avances de Kudo revenaient comme une blague. Puis les scénaristes commencent à nous faire évoluer cela et j’ai entrevu une lueur d’espoir. Tout cela pour finir sur quelque chose de particulièrement inachevé qui m’a donc laissé dans la bouche le goût amer dont je parlais tout à l’heure. S’ils voulaient se la jouer romance, fallait le faire bien, désolée. Mais revenons à notre « gourdasse undercover ». Le drama nous présente Miyagi comme une jeune flic volontaire aux valeurs très sûres, éprise de justice et très capable. Au final elle doute des réflexions justes de son supérieur, soupçonne de meurtre les personnes qu’il ne faut pas, tombe dans les pièces les plus évidents et la seule affaire qu’elle réussit à résoudre, je l’avais résolue très exactement 45 minutes avant elle, c’est-à-dire 5 minutes après qu’on nous ait exposé la situation (sans oublier qu’elle n’arrête pas de repousser Kudo). Ses quelques sursauts d’intelligence malheureusement n’arrivent pas à rendre sa couverture plus crédible : cette fille est une gourde. Et en plus elle joue moyennement bien les émotions fortes. Je n’ai pas détesté le personnage mais il m’a parfois agacée.

 

De même que le chef de la police m’a pas mal agacée mais cela n’a rien à voir avec son jeu ou quoi que ce soit de constructif : je n’arrivais simplement pas à détacher mes yeux de ses narines trois fois trop grandes. Je ne vais pas trop entrer dans les détails pour les autres personnages car j’ai déjà beaucoup écrit et n’aimerais pas vous spoiler toute l’affaire mais, vite fait, j’ai particulièrement apprécié le policier qui utilise trop de gel : il a une tête de con mais m’a été étrange sympathique. La journaliste, Saeko, est un personnage louable car féminin ET intelligent, une combinaison pas forcément répandue (Miyagi, ze come back) mais dont la dernière scène me laisse un peu perplexe car elle me semble contredire justement le côté « intelligent ». Enfin après tout, pourquoi pas. Et enfin nous avons le patron du bar dont je n’ai pas grand-chose à dire. Il devient beaucoup plus intéressant sur la fin et le personnage est bien joué. Mais encore une fois je ne peux rien vous dire de ces personnages sans spoiler donc je m’arrête là (ah si, à noter quand même une apparition d’Oshinari Shugo que j’ai beaucoup appréciée comme à chaque fois qu’il apparait quelque part)

 

Pour conclure je dirais que j’ai beaucoup aimé regarder Joker, c’était prenant et divertissant sans être creux. Je regrette quelques arnaques scénaristiques mais elles ne m’ont pas gâché la série…. L’émotion n’a pas toujours été au rendez-vous mais Ryo compense méchamment. C’était un bon drama qui aurait pu être très bon mais…ben…c’était un bon drama quoi ! Donc à tenter et, encore une fois, merci Nounoune.

 

 

cap00265.jpg

Mila is in Nya*O* mode...join me, will you?


Rédigé par Milady

Publié dans #Dramas - séries et animes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :