[Kotaro Isaka] Pierrot la gravité

Publié le 7 Mai 2012

 

 9782809703085.gif

 

Haru et Izumi sont deux frères très liés depuis l'enfance. Haru est issu d'un viol subi par sa mère, mais les parents n'ont jamais caché cette réalité aux enfants et la famille est restée soudée autour de ce drame.

Izumi travaille pour une société de tests génétiques, tandis que Haru passe ses journées à nettoyer les tags de la ville. Quand d'étranges incendies se mettent à éclater ici et là, annoncés par de mystérieux graffitis, les deux frères décident de mener l'enquête. Les signes mis bout à bout forment un rébus dont ils s'efforcent de percer le sens.

 

oOo

J’ai acheté ce livre « par erreur »… plus ou moins. Disons que j’étais à Gilbert, j’ai vu Yosuke sur la couverture, je ne me suis pas posée de question, je l’ai acheté. Je n’avais aucune idée de qui était l’auteur, je ne savais pas de quoi parlait le livre, j’ai vu Yosuke, j’ai acheté le livre. Et puis après je me suis dit « si cela se trouve ça veut dire que Yosuke est dans l’adaptation au cinéma de ce film ! »…en fait non. Il est juste sur la couverture. Je me suis sentie un peu trahie mais bon… après cela pendant très longtemps le livre a trainé quelque part dans un de mes tiroirs, attendant le jour où j’aurais envie de le lire. Et il y a une semaine, je l’ai sorti, je l’ai commencé et je l’ai lu …la lecture s’est étalée sur quatre jours parce que je devais continuer à vivre entre mais en gros cela m’a pris 4h, je n’ai jamais décroché du bouquin sauf quand je n’en avais pas le choix et à la fin j’ai eu un grand moment de bug et j’ai fondu en larmes. En résumé : j’ai adoré ce livre. Et maintenant il va falloir que j’investisse dans les autres livres de cet auteur parce que s’ils sont tous aussi bons, je sens que lui et moi allons très très bien nous entendre.

 

Maintenant tâchons de parler de ce livre. Comme l’indique le résumé, l’histoire est celle de deux frères, Haru et Izumi, qui se lancent dans une enquête policière. Cependant l’enquête n’est pas l’essentiel de l’histoire. Ce qui vraiment fait le livre ce sont les personnages et, plus particulièrement, les deux frères et leur famille. L’issu de l’enquête se fait assez évidente au bout d’un certain moment mais elle n’en est que plus étouffante et si, à quelques surprises près, la conclusion n’a rien d’un véritable twist, elle n’en est pas moins parfaite. Parfaite parce qu’on l’a attendue, on l’a crainte, mais finalement elle soulage. On vit vraiment la conclusion et l’impact qu’elle a sur les personnages. Et puis tout s’emboîte parfaitement, rien n’est laissé pour compte. Mais moi c’est vraiment l’émotion qui m’a prise à la gorge. Il y a quelque chose chez ces personnages que j’ai vraiment trouvé particulièrement attachant. Dans le personnage d’Haru déjà… Haru qui semble absolument invincible au début du roman mais qui cache énormément de cicatrices, Haru qui semble n’avoir besoin de personne mais traîne son frère partout parce qu’avec il se sent capable de tout mais que sans lui, il angoisse. Izumi est le narrateur et on en adopte le point de vue si bien que je n’en suis pas tombée aussi « amoureuse »…En quelque sorte. Disons que dans l’histoire j’étais « lui ». Et je découvrais les autres. Mais Izumi est tout aussi attachant et c’est la relation entre ces deux frères qui m’a vraiment serré le cœur. Cela dit le reste de la famille n’est pas en reste et les deux parents sont des personnages très forts. Izumi, souvent, fait appel à ses souvenirs et on revit des bouts de son enfance avec lui qui nous permettent de mieux comprendre ce que sont devenus les personnages. J’ai particulièrement aimé les moments où il nous parle de son père, de la valeur de cet homme qui pourrait sembler banal mais brille en fait par sa générosité, sa bonté et sa droiture. La lutte du père contre le cancer et la façon dont la maladie est abordée sont toutes les deux prenantes et émouvantes. L’enquête n’est finalement qu’un prétexte pour aborder des thèmes plus vastes tels que la vie, la mort, l’éthique et, surtout, la famille.

 

Et tous ces sujets, l’auteur les traite sans lourdeur. « Il faut transmettre les choses graves avec légèreté » dit à un moment Haru dans le livre…et c’est également l’angle que choisi l’auteur. Les chapitres sont courts, les phrases simples, le ton léger. On ne s’ennuie pas, le livre est en fait divertissant et même plutôt drôle par moments… mais cela ne contredit jamais la gravité des sujets abordés. La seule difficulté finalement sont les moments plus documentés, tous les paragraphes qui concernent l’ADN –et qui m’ont rappelé mes cours de SVT en terminale d’ailleurs- et peuvent paraître un peu difficiles … mais pour peu qu’on dépasse cela –et ce n’est pas insurmontable du tout- le livre est un véritable plaisir à lire

 

Je pense que c’est évident, j’ai adoré ce livre, c’est un gros coup de cœur pour moi et c’est donc sans hésitation que je vous le conseille !

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :