[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)

Publié le 15 Juin 2018

 

Saison 1

 

13 épisodes

Diffusés en 2008

Sur BBC One

Série crée par Julian Jones, Jake Michie, Jonny Capps & Julian Murphy

 

Avec :

Colin Morgan : Merlin

 Bradley James : Arthur

 Angel Coulby : Gwen 

 Katie McGrath : Morgana

Anthony Head : Uther Pendragon

 Richard Wilson : Gaius

John Hurt : Le Dragon

 

 

Dontesque ?

A Camelot, la magie a été bannie par le roi Uther Pendragon. Lorsque Merlin, un jeune homme aux pouvoirs extraordinaires, arrive au château pour devenir l’apprenti du médecin royal, il découvre que son destin est lié à Arthur Pendragon, fils du roi, et futur souverain du royaume.

 

.oOo.

Après avoir regardé Merlin l’Enchanteur, il y a quelques mois, je savais que j’allais devoir me lancer dans d’autres adaptations de la légende Arthurienne, dont la série Merlin (une adaptation très libre). Ce qui m’enthousiasmait, mais je n’étais pas non plus spécialement pressée, et c’est en regardant la première saison d’iZombie, dans laquelle joue Bradley James, que je me suis rappelé à quel point j’avais un crush énorme sur lui dans Merlin, à quel point Colin Morgan est adorable, sans oublier toute l’affection que j’ai pour cette série, malgré ses défauts. Vu que j’ai le coffret dvd, je n’ai pas attendu, j’ai lancé la saison 1 et… waouh, la bouffée de nostalgie les gens. La musique, l’opening, le « in a land of myth, and a time of magic » au début des épisodes (à partir du second) m’ont fait un peu pleurer à l’intérieur et l’extérieur de moi-même, je ne vous le cache pas. J’ai une affection toute particulière pour les deux premières saisons, parce que je les ai regardées alors que j’étais en Angleterre (la saison 2 passait à la télé à ce moment-là) dans un contexte où j’avais très, très peu de divertissements à portée de main (c’était un petit village, et j’avais pas internet chez moi)(ou de PC qui marche, du reste, pendant plusieurs mois) si bien que Merlin était comme une bouée de sauvetage. Ces personnages étaient un rayon de soleil pour moi. J’étais très amoureuse de Bradley James dans le rôle d’Arthur (je le suis toujours), j’adorais Colin Morgan qui faisait un Merlin tout à fait adorable (idem, c’est toujours le cas) et… j’étais super dure avec les personnages féminins (Morgana/Katie McGrath, et Gwenn/Angel Coulby), avec une mauvaise foi qui puait la misogynie, pour être honnête >< Mais dans l’ensemble, cette série représentait beaucoup pour moi. Et si je vous raconte ça, ce n’est pas vraiment pour vous parler de ma vie (même si elle vous passionne) mais pour vous donner une idée de mon état d’esprit, parce que nul doute que ça doit teinter mes impressions aujourd’hui, à la fois de façon positive (parce que je partais avec beaucoup d’amour pour la série) mais aussi de façon négative, parce que j’ai quand même réussi à enlever un peu mes lunettes de nostalgie, et que certains défauts de la saison 1 sont plus apparents quand on a vu la suite, et aussi plus gênants, parce que je sais que certains ne vont pas s’arranger (je ne me souviens pas de toute la série en détails, mais quand même, j’ai des restes).

 

Causons. Et puis tant qu’à faire, je vais commencer par ce qui ne va pas, comme ça on s’en débarasse, et on passe à des trucs plus cools (Arthur et Merlin en grande partie ).

 

Un de mes plus gros soucis, voire mon plus gros souci, avec cette série (qui a pour ambition de raconter une histoire complète sur le long terme) est qu’elle a un format très « épisodique » (plutôt que filé). Pas que les personnages n’évoluent pas et que la saison n’installe pas des éléments dont on sait qu’ils reviendront forcément : bien sûr, on s’attend à ce que Lancelot et Mordred reviennent, et la sorcière Nimueh (qui ressemble à Liv Tyler en Arwen… je trouve… c’est juste moi ?) est présente sur plusieurs épisodes, et est ce qui se rapproche le plus d’un « grand méchant de saison ». Mais elle a beau servir ce rôle, elle n’a pas de grand plan le long de la saison, juste de petits plans qui tiennent en un épisode à chaque fois. Elle ne joue pas sur le long terme, et à la place est adaptée à la formule de la série qui est de présenter un problème au début d’un épisode et de le résoudre à la fin. Du coup le personnage semble bien anecdotique aussi, ce qui est d’autant plus dommage qu’elle est liée à Arthur et Uther Pendragon de façon intéressante, et qu’il y aurait eu des tas de choses à faire avec elle. Mais à la place, nope.

[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)

Merlin a tendance à garder beaucoup de choses confinées aux épisodes où elles sont soulevées, voire à ne pas leur donner autant d’importance qu’on pourrait s’y attendre. Par exemple, dans l’épisode 1, à son arrivée à Camelot, Merlin voit un homme être exécuté pour être un sorcier, et ça donne le ton : la magie n’est pas la bienvenue à Camelot. Bizarrement, ça n’a pas l’air de suffisamment inquiéter Merlin pour le rendre plus discret. Mais admettons : Merlin a l’habitude que sa magie soit non-désirée, il vit dans des temps troubles donc il n’est sans doute pas étranger à la violence, et sa légère irresponsabilité au début fait partie du personnage. Mais dans l’épisode 7 il fait exploser deux personnes sans ciller, et apparemment ça ne le travaille pas plus que ça. Dans l’épisode 12, un personnage perd un membre important de sa famille, et la série passe dessus très rapidement. Dans l’épisode 9, on a enfin (enfin !) un moment de complicité entre Arthur et Uther, où ils discutent de leur relation, et ça ressemble à un pas sain en avant, mais l’épisode d’après, rien n’a changé. Je ne dis pas qu’il fallait que leur relation soit réparée, les relations ne marchent pas comme ça. A vrai dire, je ne demandais même pas spécialement à ce qu’elle soit améliorée de façon significative, mais ç’aurait juste été sympa que la série reconnaisse que ce moment a eu lieu, d’une façon ou d’une autre. A chaque fois, ce sont de petites choses, mais elles s'accumulent, et le souci c’est que cette façon de gérer les moments importants, ou les moments qui pourraient/devraient l’être, est récurrente, si bien que certains grands moments sont amoindris par la certitude qu’ils seront oubliés l’épisode d’après.

 

Et en parlant d’oubli, je crois bien que certains personnages ont un souci de mémoire. Déjà, certains semblent oublier que Camelot = pas un bon endroit quand on est magicien, mais ça, ce n’est rien, et ça peut être justifié. En revanche, j’aimerais qu’on m’explique le scepticisme d’Uther (et parfois Arthur) à chaque épisode. Tous les épisodes contiennent une créature magique et/ou un•e magicien•ne qui en veut à Camelot, à Arthur ou à Uther, et pourtant, encore et encore, quand Gaïus ou Merlin aborde Uther ou Arthur en disant « il y a cette légende qui… » ou bien « c’est de la magie », ils arrivent encore à répondre du « De la magie ? Naaaan, c’est pas possible ». Si quelques épisodes avaient proposé des menaces non-magiques, voire carrément avaient donné tort à Gaïus/Merlin, ça aurait rendu la frustration moins énorme, mais là, quand dans l’épisode 13 on sort à Uther « cette créature est magique et de mauvais présage » et qu’il répond « naaah, j’ai banni la magie, ce sont juste des racontards de bonne femme » après 12 épisodes à essuyer des attaques magiques… URGH. C’est réellement frustrant. Même dans l’une de mes scènes favorites, où Arthur s’émerveille de la loyauté de Merlin, car celui-ci propose sans hésiter de mourir pour lui, via poison, la ligne « je ne te savais pas aussi prêt à mourir pour moi » m’a fait répondre intérieurement « vraiment ? parce que sans vouloir être tatillone, il a bu du poison à ta place y a moins de 7 épisodes…. ». Des poissons rouges, ces personnages.

 

Bref, pour résumer : cette série, bien qu’elle fasse progresser certains axes et personnages, a une tendance à envisager certains légos comme des pièces séparées et à ne pas les empiler.

[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)

Parmi les autres soucis qu’on pourrait avoir avec cette série (du moins, cette saison 1), je pense que le plus aisément pardonnable est celui des effets spéciaux. La série, clairement, n’a pas des effets de ouf (question de budget, d’époque peut-être, etc) : le dragon sous Camelot n’est pas bien crédible (mais yay pour la voix de John Hurt !), certains combats contre des créatures magiques font un peu ridicules, etc. Mais c’est finalement plutôt attachant à sa façon. Encore que certaines confrontations, c’est vrai, perdent un peu en gravité et enjeux, car non seulement on se doute que les personnages ne vont pas mourir (même à l’époque où il n’y avait qu’une saison, la plupart des gens savent qu’Artur devient roi, que Gwen/Guenièvre devient reine, etc, et donc qu’ils ne vont probablement pas mourir avant ça, bien que la série prenne de grosses libertés avec la légende) mais en plus la présence physique de certains adversaires est plus que… questionnable. Et ceux qui sont effectivement là ont souvent tendance à surjouer un peu, ce qui leur donne un côté légèrement cartoonesque. Néanmoins, je ne sais pas si je classerais ça dans les défauts de la série, car les créateurs avaient pour ambition (dans cette saison 1 du moins) de créer une série familiale, pour les adultes comme pour les enfants, et le ton coloré et ce que la série peut avoir de cartoonesque semblent s’inscrire dans cette volonté.

 

En revanche, dans la catégorie de ce qui est « gros », je ne vois rien ce qui justifie qu’on « bêtifie » les personnages pour alimenter une histoire (cf. l’épisode 6, le pire exemple sans doute… mais aussi tous ces fameux « de la magie ? Pff, n’importe quoi. Ignorons tous ces conseils/avertissements »), certaines résolutions semblent… faciles (le « attention, derrière toi ! » d’Arthur dans l’épisode 11, pour distraire Merlin, me fera toujours rire… et les soldats de Camelot sont tellement nuls que même les stormtroopers n’en voudraient pas), et j’ai beau comprendre que Merlin est une série familiale dans laquelle l’humour est utilisé pour rendre les épisodes moins difficiles à encaisser, il y a des épisodes, notamment le 11, où cet humour se fait au détriment de l’histoire. J’adore cet épisode, et quand j’y pense, je me souviens de jolis moments et aussi de pas mal de passages funs (Merlin essayant de faire avaler un ragoût de rat à Arthur, tout ça pour que ça lui retombe dessus, notamment) mais pendant ce temps Camelot est en train de mourir à petit feu, ce que j’ai tendance à oublier, parce que l’épisode brise la tension avec de l’humour, si bien qu’on ressent moins la gravité de la situation. Et c’est dommage, parce qu’un peu de tension ne ferait pas de mal.

 

De façon générale, je trouve qu’on ne sent pas beaucoup la dureté du monde dans lequel vivent nos personnages. Bien entendu, je ne demande pas à Merlin d’être Game of Thrones, mais si on nous dit que Camelot a un système injuste, et si on a clairement des exemples de ces injustices le long de la série (quand un homme est exécuté pour sorcellerie sans procès, quand un autre peine à se faire entendre parce qu’il n’est qu’un serviteur, quand un Lancelot méritant veut devenir chevalier et ne peut pas parce qu’il n’est pas noble, etc), la difficulté de la situation ne m’a jamais semblée ressentie de façon constante. Un peu de la même façon qu’Uther n’arrête pas de nous dire qu’il a banni la magie, et qu’on nous répète que Merlin va ramener la magie dans le royaume, alors que, littéralement, dans chaque épisode, on baigne en plein dans la magie. Bien sûr, on comprend qu’elle est réprimée, ses utilisateurs chassés, et on le voit sans arrêt, mais d’un point de vue instinctif, quand je pense « Merlin » je pense « magie, magie EVERYWHERE », la série baigne dedans. Tout cela n’est pas bien grave, mais il y a un fossé entre ce que je sais et ressens quand je regarder cette série, entre les faits et le ton, et parfois ça renforce le sentiment de frustration, notamment (on y revient encore et toujours) à ce foutu aveuglement vis-à-vis de la magie, parce que les personnages sont aveugles à quelque chose qu’on a sous les yeux TOUT LE TEMPS.

[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)

Et tous ces problèmes que j’ai avec la série (pour revenir à ce que je disais au tout début de l’article) sont rendus plus dérangeants par le fait que je sais que la série va rester très épisodique pendant un moment, que ce n’est pas juste une « phase de saison 1 », et parce que je sais aussi que je n’ai pas fini de me sentir frustrée par Uther Pendragon, en particulier.

 

« Ne souhaites-tu pas la mort d’Uther » se voit demandé Merlin dans l’épisode 12, et… oui… Merlin… ne souhaites-tu pas la mort d’Uther ? >< Parce que moi oui. Gravement même. Et des tas de gens souhaitent pareil. Je suis surprise même qu’il n’y en ait pas plus. J’adore Anthony Head, et il est bon dans ce rôle aussi, mais je suis surprise qu’il n’y ait pas dix personnages par épisode qui essaient de tuer Uther, car comme dit Morgana (qui est le personnage proche d’Uther à s’opposer le plus franchement à lui, bien plus qu’Arthur) dans ce même épisode 12 :

Morgana - Vous ne gouvernez que par l’épée. [...]
Uther - Le sort de Camelot est entre mes mains. Protéger le royaume de ses ennemis est mon devoir.
Morgana - Le royaume est perdu, alors, car un par un, vous faites de nous tous des ennemis. […] vous ne pensez qu’à vous-même. Le pouvoir vous a rendu fou. Vous êtes un tyran !

Emphase sur le « vous faites de nous tous des ennemis » : ça inclue les magiciens, le peuple, ses proches, le spectateur(ou en tous cas moi), et je réitère, je suis surprise qu’il n’y ait pas plus de gens qui essaient de tuer Uther >< Gwenn avance que l’assassin d’Uther deviendrait aussi mauvais que lui, et Gaïus assure Merlin qu’Uther, malgré ses défauts, est un bon roi pour Camelot, mais à Gwen je répondrais que, bien que je ne cautionne pas le meurtre, on parle d’un assassinat vs un génocide (le gros étant passé, mais le massacre étant toujours en cours, et la série ne manque pas d’exécutions, bien qu’on ne les voie pas toutes), et quant à l’évaluation de Gaïus du gouvernement d’Uther, malheureusement, la grande, écrasante majorité de cette saison 1 est en désaccord. De la même façon que des épisodes sans magie auraient apporté quelque chose à la série, je pense que des épisodes redorant (un peu) le blason d’Uther n’auraient pas fait de mal, histoire que chaque « victoire » de Merlin, quand il lui sauve la vie, ne m’apparaisse pas complètement comme un échec, et ne me fasse pas grincer des dents en espérant que les épisodes restants jusqu’à la mort d’Uther passent plus vite. Et le souci il est vraiment dans ce « chaque victoire m’apparait comme une défaite ». Parce que moi je veux bien détester un personnage, c’est cool, et d’ailleurs Uther n’est pas spécialement censé nous être sympathique (ou alors c’est gravement loupé), mais quand protéger un type que je veux voir mort (et dont je ne comprends pas pourquoi tout le monde ne le veut pas mort) devient l’enjeu d’épisodes, ça coince. Heureusement, je pense que la série le comprend un minimum, et donc souvent c’est Arhtur qui est visé, pour se venger d’Uther, parce qu’au moins, même si on n’est pas contre l’idée de se venger d’Uther, on en a quelque chose à carrer d’Arthur.

[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)

Contrairement à… Uther :D Parce que non content d’être un tyran, c’est aussi un très mauvais père. Je comprends que son fils va être roi, qu’il faut le préparer, etc, mais lorsqu’Arthur apprend que son père l’aime (dans l’épisode 9, un rare moment de coolitude) il est choqué. Choqué. Clairement y a un souci de communication, mais on reviendra plus tard sur Arthur, parce que moi j’aimerais bien parler de Morgana, qu’Uther n’épargne pas beaucoup non plus. Et puis, la vérité doit être restaurée, parce que j’avais été dure avec Morgana, la trouvant fade, sans assez de personnalité (oui, j’ai dit que j’étais de mauvaise foi, hein). J’arrivais même à avoir un problème avec le fait qu’elle ne change jamais d’habits, alors qu’elle en change sans arrêt (et je les veux tous ><). Again : mauvaise foi. A présent, je ressens surtout énormément de compassion à son égard.

 

Ce n’est pas un secret : dans la légende Arthurienne (du moins dans la plupart de ses versions), Morgane n’est pas du côté des « gentils ». La série n’est pas tout à fait fidèle à la légende, mais cette saison 1 semble malgré tout bien poser des bases pour faire basculer Morgana plus tard. On commence à sentir qu’elle a une part de magie, et les graines de la discorde sont plantées entre elle et Uther. A vrai dire, dès l’épisode 1, et la toute première apparition de Morgana, il est rendu clair qu’elle a de la compassion pour le peuple, sorciers compris, et qu’elle n’approuve pas la politique d’Uther. On la verra plusieurs voir défier ses ordres, qu’il s’agisse d’abriter un fugitif innocent, de distribuer de la nourriture du château au peuple en temps de famine, ou bien de prendre les armes pour aider un ami (Morgana ayant un fort sens de la loyauté envers ses amis). Morgana a des convictions fortes, ne manque jamais de les exprimer, et s’oppose frontalement à Uther plusieurs fois, quitte à finir au cachot. Ou à être physiquement agressée, parce que oui, dans l’épisode 8, il décide de l’attaquer à la gorge histoire de bien lui faire comprendre qui est le patron. Morgana est opposée à la politique d’Uther, une politique qui démonise et persécute ce qu’elle est sans le savoir encore, et elle est également maltraitée par cette même figure paternelle. Donc, vouip, pas compliqué de voir ce qui pourrait la pousser « de l’autre côté ».

 

Mais pour tout ce qu’Uther craint et la pousse dans cette direction, l’influence de Gaïus et Merlin est importante aussi. Je ne m’en étais pas rendue compte, je crois bien, dans mes premiers visionnages de cette saison, mais Morgana est victime d’un gaslighting terrible et stupide de la part de Merlin, et son mentor Gaïus. La jeune femme a des rêves prémonitoires, la plupart du temps des cauchemars qui pourraient servir d’avertissements si on la prenait au sérieux. Merlin et Gaïus savent que ce sont des rêves prémonitoires, et que c’est œuvre de magie, et au lieu d’en parler avec elle, ils continuent de lui faire croire que ce ne sont que des rêves, et de lui donner des médicaments pour les étouffer, prétextant (entre eux) que c’est pour la protéger d’Uther qui, forcément, ne prendrait pas bien la nouvelle. Sauf que c’est de la connerie, parce que Merlin a des pouvoirs magiques et arrive très bien à les dissimuler, non seulement à Uther mais carrément à Arthur, qu’il passe son temps à sauver via la magie. Si Merlin est capable de garder son secret, pourquoi Morgana n’en serait-elle pas capable également ? A vrai dire, ne serait-elle pas plus à même de prendre des précautions si elle était au courant de ce qui lui arrive, et avait quelqu’un à qui en parler ? Parce qu’en attendant, elle est seule, personne ne veut l’écouter, on la fait douter de sa santé d’esprit, alors elle panique, et elle flippe.

 

Gaïus et Merlin lui font largement plus de mal que de bien, et ça craint de la part des deux, mais probablement plus encore venant de Merlin, parce qu’il est le mieux placé pour comprendre ce que l’isolement peut avoir de nocif. Dans l’épisode 1, il pleure auprès de Gaïus que la magie fait partie de lui, que sans elle il n’est rien mais qu’il ne sait pas pourquoi il est né comme ça, qu’il a peur d’être un monstre. Il avait terriblement besoin de quelqu’un à qui parler, et de comprendre ce qu’il est. Et il a la chance d’avoir eu une mère qui l’a aimé comme ça, un meilleur ami au courant, une figure paternelle pour le guider. Il a tout un système de soutien, même si bien entendu il vit toujours dans une société qui rejette, condamne et traque ce qu’il est. Morgana n’a rien de tout ça. Et j’apprécie la façon dont la série plante ces graines, qui pourront peut-être expliquer plus tard le basculement de la jeune femme. Enfin je ne comprends pas bien ce qui passe par la tête de Gaïus et Merlin, mais pour le coup, les légos « Morgana » s’empilent véritablement les uns sur les autres, et ça, c’est cool : la série construit quelque chose.

[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)

Bon, et puis Merlin je sais pas trop ce qu’il fout sur ce coup-là, mais sinon c’est un personnage extrêmement attachant, ce qui est important pour la série. Dans le commentaire sur l’épisode 1, les créateurs de la série expliquent que le casting de Merlin a demandé du temps, parce qu’ils voulaient trouver l’acteur le plus engageant possible, c’était crucial. Et autant vous dire qu’ils ont fait le bon choix, car Colin Morgan (sur lequel ils s’extasient ensuite pendant une grande partie du commentaire) est extrêmement attachant. Il a une innocence désarmante, un bon sens de la comédie, et une vulnérabilité qui lui permet de vendre les scènes dramatiques (et ce sera d’autant plus vrai dans la suite de la série). Merlin lui-même est un ami loyal, qui a très bon cœur, et si on combine ça au charme de Colin Morgan, il est aisé de comprendre que les gens (à l’exception d’Arthur au début) se prennent rapidement d’amitié pour lui, qu’il s’agisse de Gwen, Lancelot, ou Morgana. Les gens aiment Merlin, et lorsqu’il doit retourner dans son village pour le protéger, ses amis le suivent, pas (seulement, en tous cas) pour aider une population d’un royaume voisin, mais par amitié pour lui. Et moi aussi, comme Gaïus (qui devient une figure parentale bienveillante pour notre héros), j’ai envie de protéger Merlin et de caser plus de couvertures dans ses sacs, histoire qu’il ne prenne pas froid.

 

D’autant qu’au début de la série, Merlin est vraiment encore un gosse, qui le long de la saison apprend (un peu) la vertu de la patience, apprend à réfléchir un peu plus avant d’agir, parce que ses actions ont des conséquences. Il teste aussi les limites de jusqu’où il est prêt à aller (même si j’aurais bien aimé parfois que la série s’attarde encore plus dessus), ce qu’il est prêt à compromettre pour accomplir sa destinée, et prend en puissance au fil des épisodes. Le tout avec une grosse grosse pression sur les épaules.

 

Déjà parce qu’il doit garder son identité secrète s’il veut rester en vie. Et on parle bien de ce qu’il est, pas ce qu’il fait. Une des raisons pour lesquelles Morgana n’approuve pas la politique d’Uther est qu’elle comprend de mieux en mieux que la magie n’est pas quelque chose qu’on choisit, on nait avec ou sans, et en tous les cas on n’a pas le choix. Un fait appuyé par la façon dont la magie s’exprime chez elle et chez Merlin, à leurs débuts. Morgana a des rêves prémonitoires, or les rêves sont incontrôlables par excellence. Merlin, lui, dans le premier épisode, a une magie instinctive : il voit une situation, il réagit, et la magie arrive toute seule sans qu’il ait à prononcer une formule, ce qui est extrêmement rare. On ne le voit plus trop refaire ça par la suite, il use plutôt de formules justement, mais le choix de la série d’introduire sa magie comme ça fait aussitôt passer un message clair : il fait de la magie comme il respire, par réflexe. Ce n’est pas un effort conscient, ce n’est pas un choix, c’est simplement ce qu’il est. Lui demander de réprimer cette part de lui, explique-t-il, c’est lui demander de ne pas exister. Puis demande à Gaïus pourquoi il est né comme ça, si ça fait de lui un monstre, donc quelqu’un d’anormal. Bien sûr : non. Mais ce n’est pas étonnant qu’il se pose la question vu que c’est exactement comme ça que Camelot traite tous les gens comme lui. Les sorciers sont chassés, sont persécutés, sont tués. Je ne sais pas si la série cherchait à faire un parallèle avec des persécutions réelles ou pas, mais en tous cas, Merlin se voit refusé le droit d’exister réellement, non seulement par le système en place, ses dirigeants, le peuple, mais même ses proches, et pour tout ce qu’Arthur a de bon, il est aussi le produit de son éducation, et a des préjugés qu’il exprime plusieurs fois, de façon brutale, et qui confinent d’autant plus Merlin au silence. Bien entendu, tout ça est un poids énorme.

 

Par ailleurs, la série a beau commencer par « nul homme ne peut connaître sa destinée », celle de Merlin lui est dévoilée dès cet épisode 1, et c’est une sacrée destinée, pas le genre de truc léger à avoir sur les épaules. Dans l’épisode 13, Arthur exprime à Uther son sentiment que quelqu’un veille sur lui, et Uther répond qu’Arthur doit avoir un ange gardien. Merlin est cet ange gardien. Il faut qu’il aide Arthur à mûrir, afin qu’il devienne un roi digne de ce nom et créé un grand royaume, et aussi qu’il le garde en vie (forcément), ce qui n’est PAS une tâche facile, parce que Arthur se retrouve souvent en danger de mort… et pour ne rien arranger, Merlin doit être discret quand il aide, ce qui ajoute de la difficulté, en plus de signifier qu’il a rarement droit à des remerciements.  C’est une grande charge, qui implique des choix dififciles à faire car parfois ce que lui dicte sa morale et ce que sa mission semble attendre de lui ne s’alignent pas parfaitement.

[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)

Mais si la mission pèse sur les épaules d’un Merlin encore jeune (ce qui ne fait qu’amplifier la sympathie, la compassion, et l’attendrissement que je ressens à son égard), elle donne aussi un but à ses pouvoirs, quelque chose dont, dixit lui-même, il a besoin. Protéger Arthur donne un but à Merlin, et à côté de ça, Athur et Merlin forment également une connexion qui finit par rendre la mission très personnelle. Ce qu’est cette connexion au juste… ça va dépendre d’à qui vous demandez.

 

Il y a clairement un lien entre eux. Pas juste un « ils sont destinés à de grandes choses ensemble », mais un véritable lien, entre leurs deux êtres présents, quelque chose d’instinctif. Dans l’épisode 1, lors de leur seconde rencontre et avant qu’ils se connaissent réellement (ou s’apprécient), Arthur regarde Merlin d’un drôle d’œil avec un « Il y a quelque chose de spécial chez toi Merlin. Je n’arrive pas bien à mettre mon doigt dessus ». Dans l’épisode 4, alors que Merlin est inconscient, son esprit suit et guide instinctivement Arthur dans sa quête, et on pourrait avancer que, dans l’épisode 13 lorsque les rôles sont inversés, l’esprit d’Arthur maintient également une connexion à Merlin (même si c’est à débattre en l’occurrence, et que je ne suis pas 100% convaincue moi-même). Arthur et Merlin font partie d’un tout, et ils ont plusieurs choses en commun. Par deux fois, ils sont qualifiés de « deux faces de la même pièce » et si un des deux personnages à faire cette observation est la mère de Merlin, l’autre est un dragon qui semble détenir tout le savoir de l’univers, et a donc une certaine autorité, on va dire. Néanmoins, je n’ai pas moins de considération pour l’avis de la mère de Merlin. Le dragon voit un lien entre Arthur et Merlin dans le grand plan de l’univers, mais il ne les voit pas interagir, alors que la mère de Merlin si, et elle, elle parle de quelque chose de tangible, qu’elle a observé. Ils semblent différents (Arthur semble plus adroit, l’un a hérité d’une aversion pour la sorcellerie, l’autre est un sorcier, ils viennent clairement de classes sociales différentes, etc) mais ils savent tous deux ce que c’est d’avoir une charge énorme sur les épaules (Merlin a sa destinée, Arthur sait qu’il va devoir régner un jour, qu’on attend beaucoup de lui, et qu’en attendant il doit se montrer digne de sa position, ce qui implique de faire des sacrifices, et risquer régulièrement sa vie), ils font tous deux preuves de loyauté, bonté, courage, et volonté de faire ce qui est juste (la plupart du temps). La mère de Merlin constate (et exprime) aussi qu’Arthur et Merlin s’apprécient l’un l’autre, et ont besoin l’un de l’autre. La relation va dans les deux sens. Et cette relation est clairement le cœur de la série, et ce que j’y apprécie le plus. C’est elle qui me touche, qui me fait rire aussi selon les scènes, et c’est ce à quoi je pense quand je pense à cette série.

[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)

Leur relation ne part pas exactement du meilleur pied. Lors de leur première rencontre, un Merlin inconscient reproche son arrogance à Arthur, ce qui lui vaut une humiliation et un petit temps au cachot. Mais petit à petit, la relation change, et lorsque, dans le dernier épisode de la saison 13, Merlin insiste qu’il doit sauver Arthur, une fois tous les « c’est mon destin » et « nous avons encore des choses à accomplir ensemble » passés, il reste, au fond, une vérité bien plus simple : « Gaïus… » (car il parle à Gaïus) « c’est mon ami ». Ce n’est pas juste une question de destinée, c’est personnel. Merlin doit sauver Arthur parce qu’il aime Arthur. A quel point, c’est sujet à débat : peu de gens disputent le fait que les âmes d'Arthur et Merlin sont liées (ce qui n’a rien de nécessairement romantique), et amis, mais c’est vrai que personnellement, d’autant plus dans les saisons suivantes, j’ai toujours vu plus que cela dans leur relation, bien que rien ne se concrétise (et si j’en crois les commentaires des épisodes, Katie McGrath et Angel Coulby ont l’air de shipper tout ça avec moi, wouhou !). Cela dit, qu’il y ait plus que de l’amitié ou pas n’annule pas cette amitié, et ne la rend pas moins prenante.

 

Arthur et Merlin ne cessent de se secourir l’un l’autre. Ce n’est pas tout à fait du 50-50, Merlin sauve Arthur plus souvent que le contraire, mais malgré tout, ça va dans les deux sens, et pour tout ce qu’Arthur se plaint des services de Merlin, il le prend partout avec lui. Dans un épisode, il l’emmène à la chasse et commente à quel point Merlin ne sert à rien. Il pourrait se contenter des soldats, du coup, mais nope, l’épisode d’après il prend à nouveau Merlin à la chasse avec lui. Et il s’agace, et dit à Merlin qu’il est le serviteur le plus incompétent du château, mais en attendant, il n’en a pas changé, et pourtant je doute que ce serait difficile à faire. Le fait est qu’Arthur apprécie Merlin aussi, et dans l’épisode 11, lorsqu’il doit faire face à une situation difficile, potentiellement mortelle on a droit à ce « I’m glad you’re here Merlin/Je suis heureux que tu sois là, Merlin » que je ne peux pas m’empêcher de compléter dans ma tête d’un « here, at the end of all things » dans une sorte de mélange des films Lord of the Rings et du livre, parce que Samwise et Frodon, c’est la Vie. Aussi.

 

Pendant ce dialogue, d’ailleurs, Merlin somme Arthur de le laisser se sacrificer pour lui. « Ecoutez moi ! » crie-t-il à moitié, ce à quoi Arthur, qui n’a absolument pas l’intention de laisser Merlin mourir, répond « Tu me connais Merlin… je ne t’écoute jamais ». Et moi, entre deux palpitations d’amour, je crie « BULLSHIT ». Parce que non seulement c’est faux, mais en plus c’est même une des bases de leur amitié.

 

Je suis toujours très amoureuse de Bradley James dans le rôle d’Arthur (et dans son rôle d’iZombie aussi…). Il a un bon sens de la comédie et de l’auto-dérision (bien plus qu’Arthur lui-même), il est fort joli à regarder, ce qui ne gâche rien, mais il est capable de se monter sérieux, bien qu’il réserve de meilleures choses par la suite et que certaines scènes soient un peu maladroites dans cette saison. Quant au personnage lui-même, il a une bonne dose d’arrogance et d’immaturité, c’est certain, mais il a également des qualités qui font qu’on discerne son potentiel, on voit quel genre de  roi il pourrait devenir. Il a beaucoup à apprendre, mais les bases sont là, et une de ces bases est qu’il écoute les gens, et plus particulièrement qu’il écoute même les gens en dessous de lui socialement. Dans l’épisode 2, avant qu’ils deviennent amis, à un stade où Merlin (qui se lamente que la parole d’un paysan ne vaut rien) n’est encore que son serviteur, il écoute les avertissements de celui-ci, lui fait confiance, et rapporte ses paroles au roi (et prend cher à cause de ça, mais continue de croire Merlin, bien qu’il ne puisse plus insister auprès d’Uther). Dans l’épisode 10, Gwen, la suivante de Morgana, lui fait la leçon, le somme de descendre de son piédestal, et non seulement il l’écoute, mais il la remercie. Arthur ne laisse pas le statut social l’empêcher d’écouter, de même que lorsque Lancelot s’avère être digne du titre de chevalier, Arthur défend son droit à le devenir malgré qu’il ne soit pas noble, parce que Lancelot l’a mérité. Et je pense que tout ça est véritablement la base de l’amitié entre Merlin et lui, tout simplement parce que sans ça, elle ne pouvait pas exister. C’est aussi une des raisons pour lesquelles les gens autour de lui (et moi) l’apprécient.

[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)

Cependant, ça ne signifie ni qu’Arthur est parfait (certainement pas) ni qu’il écoute tout le temps. Dans l’épisode 13, Merlin n’étant pas certain de pouvoir continuer à travailler pour Arthur, lui dit ceci :

Merlin - Vous êtes un imbecile.
Arthur - Tu ne changeras donc jamais, Merlin ?
Merlin - Non, vous vous ennuyeriez. Et promettez-moi que si vous embauchez un nouveau serviteur, vous ne choisirez pas un lèche-botte. […] Vous êtes un grand guerrier. Un jour, vous serez un grand roi. Mais vous devez apprendre à écouter aussi bien que vous vous battez.

Merlin sait qu’il peut se permettre de dire ça à Arthur, parce que même si celui-ci joue les exaspérés, il le laisse finir et ne se formalise pas qu’un serviteur lui dise tout ça, mais il sait aussi qu’Arthur a encore beaucoup à apprendre, car il a deux faiblesses majeures :

 

l’influence d’Uther. Bien entendu, il y a déjà la question de l’éducation, et Arthur a notamment hérité des préjugés d’Uther vis-à-vis de la magie. Arthur laisse plus de place au questionnemment, et est laaaargement moins enthousiaste que son père à exécuter un gosse innocent juste parce que c’est un druide, mais par exemple, dans l’épisode 12 on a droit à ce charmant petit échange :

Merlin - Ils vont être exécutés ?
Arthur - Oui, Merlin.
Merlin - Sur ordre du roi ?
Arthur - Ils ont commis un crime sérieux.
Merlin - Offrir un toit à un homme l’espace d’une nuit ?!
Arthur - Pas un homme. Un sorcier.

Ha.. ha… joie et violence… Alors, certes, Arthur ne partage pas entièrement cette conviction, la partage surtout de moins en moins, et son expérience directe de la magie est en majeure partie constituée de gens et choses qui veulent le tuer (becoz Uther, souvent) ou veulent tuer les gens qui lui sont chers, donc il est à la fois brainwashé et dans une réalité très biaisée, mais le fait est qu’il a été élevé avec des valeurs terribles, et qu’il est encore loin d’en être sorti (au passage c’est encore un de ces cas ou le ton de la série minimise la violence du propos… parce qu’écrit noir sur blanc, on réalise pleinement que cette ligne est affreuse, mais dans le contexte de la série, c’est moins impactant)

 

Par ailleurs, l’influence d’Uther ne se fait pas sentir que dans les valeurs qu’il a inculqué à Arthur. Dans l’épisode 9, Uther a un moment inhabituel d’émotion, et Arthur est choqué d’apprendre que son père l’aime (ce qui est triste). Arthur s'étonne: « J’ai toujours cru que… que j’étais une déception immense pour vous. » Et Uther répond justement que c’est de sa faute, et pas de celle d’Arthur, ajoutant à ça qu’il aime son fils et ne le voudrait pas différent. C’est un grand moment pour Arthur, une grande surprise, et malheureusement rien qui suffira à rattraper ce sentiment profond qu’il a d’être « une grande déception » pour son père. « J’ai été entraîné à tuer depuis ma naissance » sort Arthur à Merlin dans l’épisode 1, et c’est une vantardise, une tentative de dissuader Merlin de se battre avec lui, mais si on veut y lire quelque chose de plus triste : la mère d’Arthur, Ygraine, est morte en couche, et je ne serais pas surprise, pas nécessairement qu’il se le reproche, mais qu’il ait peur qu’Uther le lui reproche. En tous cas il ne se sent pas à la hauteur des espérances de son père. Cela ne signifie pas qu’il ne lui tient pas tête, ça lui arrive plusieurs fois, et à chaque fois il insiste un peu plus, tandis qu’il gagne en assurance, mais malgré tout, il a une envie particulière de contenter son père qui ne le pousse pas toujours dans la bonne direction.

 

son égo. Lorsqu’il est testé dans l’épisode 11, le test de l’égo est celui qu’Arthur ne gère pas. C’est aussi cet égo que Morgana manipule dans l’épisode 7. Et ce n’est sans doute pas étonnant qu’il soit aussi susceptible avec sa fierté, et se laisse emporter. D’un côté, il est l’héritier du trône, il a grandi avec des privilèges, et très peu de gens osent s’opposer à lui, ce qui l’a rendu arrogant. De l’autre, sa constante impression d’être une déception pour la personne dont il désire le plus l’approbation ne doit pas aider à accepter les critiques. Sans oublier que son devoir d’héritier le pousse à s’interdire l’échec, ou toute faille, ce qui le fait malheureusement parfois s’entêter dans les mauvaises voies, car il ne peut pas admettre qu’il n’est pas sur la bonne.

 

S’il ne gère pas le test de l’égo, néanmoins, il passe celui de la compassion haut la main. C’est dur à réconcilier avec ce foutu dialogue d’épisode 12, mais réussir cette épreuve (dont il n’a pas conscience) lui vient très naturellement, de même que lorsqu’il s’agit de tester sa loyauté, et sa faculté à assumer sa responsabilité et à accepter les conséquences de ses actes plutôt que de les faire subir à autrui (là ça lui prend plus de temps, becoz égo, mais il finit par passer par-dessus et mettre sa fierté de côté pour le bien de son peuple). Encore une fois, Arthur n’est clairement pas parfait, mais on peut voir le potentiel qu’il a, et ce dès l’épisode 1 : la seconde fois que Merlin entre en conflit avec Arthur, et l’humilie à moitié (blessant son précieux égo), les soldats sont prêts à balancer Merlin au cachot (et cette fois, il y a peu à parier que Gaïus l’en sortirait, ou en tous cas pas tout de suite) mais Athur les en empêche, peut-être parce qu’il réalise que la provocation venait de lui cette fois, mais surtout parce qu’il reconnait à Merlin qu’il a eu du cran, apprécie ce cran, et ne pense pas qu’il mérite punition (« C’est peut-être un idiot, mais c’est un idiot courageux. ») Morgana (dans l’épisode 12) lui dit qu’il est (et a toujours été) un meilleur homme que son père, et Gwen (dans l’épisode 13) qu’il fera un meilleur roi… et on ne doute ni de l’un ni de l’autre (en même temps c’est pas supra compliqué d’être un meilleur homme qu’Uther).

 

Gwen, pour le moment, est le personnage qui me semble le moins développé. Pour autant, ça ne signifie pas qu’elle n’est pas attachante. Angela Coulby est adorable et très engageante, et Gwen, future reine, est courageuse, loyale, profondément gentille et a du cran. Elle fera certainement une bonne souvereine, d’autant qu’elle a une perspective que quelqu’un né en famille noble n’aurait pas, mais si elle est un plaisir à avoir à l’écran, elle est le personnage sur lequel, pour le moment, je trouve qu’il y a le moins de choses à dire. Quelques clins d’oeil sont faits à sa future romance avec Arthur (ainsi que le choix qu’elle aura à faire entre lui et Lancelot), mais on n’y est pas encore, et la saison 1 (j’avais complètement oublié ça) développe plutôt un début de crush entre elle et Merlin, qui se transforme finalement en amitié solide. Gwen s’avère observatrice et perspicace, mais je trouve que les épisodes les plus centrés sur elle, malheureusement, souffrent trop de ce problème de « légos isolés ». Néanmoins, j’apprécie le personnage, et j’ai hâte de pouvoir vous en parler plus lorsqu’on causera de la saison 2.

 

Parce que, oui, cet article, qui semblait interminable, touche à sa fin.

 

Clairement, je ne suis plus aussi amoureuse de cette série et aveugle à ses défauts qu’avant, mais j’ai malgré tout beaucoup apprécié de revoir cette saison. Oui, l’expérience s’est avérée frustrante par moments, et certains défauts (et souvenirs) me font redouter de revoir la suite, mais j’aime beaucoup ce cast (BRADLEY JAMES FOREVER, GUYS AND COLIN MORGAN ♥), j’aime beaucoup ces personnages (enfin, le quatuor principal… fuck you, Uther ><), et Merlin et Arthur (séparément et encore plus ensemble) font fondre mon cœur comme au premier jour (♥), donc yep, je ne sais pas quand on parlera de la saison 2 (cela m’a pris du temps de préparer et écrire cet article, mine de rien !), mais on en parlera~

[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)
[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)[In a land of myth, and a time of magic] Merlin - Saison 1 (/5)

Et sur ce, d'autres séries et films avec des gens british (pas nécessairement anglais) sur lesquels j'ai un gros crush:

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :