[Plus tard je serai Mme Miller~] Le monde de Charlie ( The perks of being a wallflower )

Publié le 19 Janvier 2013

le-monde-de-charliejpg.jpg

Sorti en 2013

 Réalisé par Stephen Chbosky

D’après son propre livre

  

Avec :

Logan Lerman >>> Charlie

Emma Watson >>> Sam

Ezra Miller >>> Patrick/le nouvel homme de ma vie

 

Dontesque ?

Charlie, 15 ans, après un long moment de repli sur soi, entre au lycée pour la première fois. Timide et réservé, il a du mal à se faire à son nouvel environnement où il se sent perdu et ignoré. Finalement il fait la rencontre de Patrick et Sam, deux marginaux qui le prennent immédiatement sous leur aile et le faire sortir de son cocon.

 

oOo

J’avais l’intention de consacrer ce mois de janvier à d’autres articles et d’écrire sur le reste plus tard mais comme il faut que je vous convainque d’aller voir ce film pendant qu’il est encore dans les salles, je fais une petite entorse à ma propre résolution –et de toute façon je n’ai jamais été du genre à pouvoir tenir une résolution-. Alors : Le monde de Charlie. Qui, à la base, est un livre … mais bon, je ne l’ai pas –encore- lu donc je ne peux rien en dire .  Par contre j’ai absolument adoré le film. A la base je vous avoue que je suis allée le voir en grande partie parce qu’Ezra Miller était particulièrement superbe dans la bande-annonce mais bon, l’histoire me parlait aussi et j’avais un bon pressentiment. Bonne nouvelle, mon pressentiment s’est vérifié ! Non seulement le film était bon et l’histoire intéressante mais Ezra Miller est à présent mon nouveau dieu. Parmi d’autres, certes, mais quand même.

 

Donc : pourquoi voir Le monde de Charlie ?

 

Tout simplement parce que c’est une histoire de jeunesse bien écrite. Au début je vous avoue que j’avais mes doutes parce que Patrick –le personnage d’Ezra Miller donc-, Sam –Emma Watson- et leurs amis semblaient trop cools et décalés. L’espace d’un instant j’ai craint qu’on tombe dans la surenchère et que les personnages aient plus de gueule que de substance… heureusement  j’avais tort de douter. Et si l’histoire n’est pas une histoire « de tout le monde », je pense que beaucoup des sentiments présents dans le film sont universels et facilement reconnaissables pour le spectateur. J’ai vécu une vie très différente de celles des personnages mais cela ne m’a pas empêché de comprendre leurs émotions, de les ressentir avec eux et d’en reconnaître certaines. Le film touche parce qu’il semble sincère… il n’essaie pas vraiment de nous en mettre plein la vue et les situations qui auraient paru forcées dans un autre film semblent naturelles dans celui-ci. De même les personnages ne deviennent jamais des caricatures et ne sont jamais enfermés dans un seul trait de caractère au point qu’on ne puisse pas s’y identifier. Je me suis rapidement attachée à eux et j’ai pris beaucoup de plaisir à les suivre… enfin parfois ils m’ont un peu brisé le cœur mais c’était à prévoir. Et pour tout vous dire, ma sœur et moi avons fini complètement en larmes. Pas tellement parce que c’est un film triste –même s’il a clairement sa part de drame- mais parce qu’il capture très bien le côté éphémère et exalté de la jeunesse et qu’il touche juste. Le dernier monologue de Charlie a été un grand moment d’émotion pour moi…. Bon et puis aussi j’étais triste de devoir quitter Ezra Miller.

 

Ah Ezra… ~ ah ~ je suis amoureuse les gens. La moitié du temps il volait complètement la  vedette à en gros tout le monde. C’était le plus exubérant du tas mais il était tout aussi abîmé que les autres et j’ai un faible pour les gens abîmés qui portent un masque de gaieté constante. Heureusement il y avait des moments où il était juste sincèrement heureux hein ! Mais je crois que mes moments favoris avec ce personnage sont ceux suivants la grande scène de la cafétéria  -cette scène comprise- parce que ce sont les moments où le masque tombe. Cela dit, avant cela déjà, le personnage me plaisait car il apportait au film une bonne dose d’énergie. Et aussi parce que c’était clairement quelqu’un de bien, de gentil et de chaleureux. Oh et évidemment Ezra Miller est superbe. J’aurais aimé le personne même s’il n’avait pas eu le visage d’Ezra Miller mais eh, si l’acteur est magnifique en plus d’être très bon, je ne vais pas me plaindre hein !

 

En général tous les acteurs étaient bons de toute façon. Emma Watson, que je voyais pour la première fois dans un autre rôle que celui d’Hermione, s’est très bien débrouillée et a fait de Sam un personnage attachant et Logan Lerman, l’acteur principal, a su également rendre son personnage instantanément sympathique ce qui, forcément, est assez important vu qu’il est le personnage qu’on est censé suivre et soutenir  du début à la fin du film. D’ailleurs une des raisons pour lesquelles j’ai beaucoup aimé ce film c’est que tous les personnages principaux étaient des gens biens. Evidemment il y avait des personnages antipathiques parce qu’on est pas non plus au pays des bisounours –je vous avoue que Brad m’a un petit peu envie donné envie de lui défoncer la face- mais les personnages principaux sont des gens biens et un film sur des gens biens, je trouve toujours cela reposant. Voir, par exemple, une famille qui s’entend… je sais que ça parait tout con mais dans tous les films que je regarde ces derniers temps, j’ai l’impression de voir des familles brisées ou en crise. Donc j’ai trouvé cela agréable…

 

Honnêtement je n’ai pas grand-chose de plus à dire. Ce film –très jôliment réalisé et à la bande-son très agréable également- est drôle quand il veut l’être, touchant quand il veut toucher et sonne sincère. Les personnages sont attachants, les acteurs sont bons et Ezra Miller est magnifique, je ne vois vraiment pas ce qu’on pourrait demander de plus ! Je ne suis pas super éloquente là tout de suite –peut-être aussi parce que j’ai dormi deux heures la nuit dernière et que je lutte pour ne pas m’endormir sur le clavier- mais c’est un film que je suis vraiment ravie d’être allée voir et je vous le recommande.