Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

haut-copie-1

The 601th phone call

601

bas-copie-1

The_601st_Phone_Call.jpg

 

Infos

Sorti en 2006

 

Réalisé par Guoli Zhang

 

 

Avec :

 

Bichang Zhou >>> Yi Shu

Ge Hu >>> Xiaowen

Cecilia Chung >>> Tianyou

 

 

Dntesque

Yi Shu est une jeune fille malchanceuse et effacée dont la vie est sur le point de changer lorsque 600 numéros de stars sont donnés sur le net. Parmi ces 600 numéros, un faux : celui censé être de Tianyou, une chanteuse populaire, est en fait celui de Yi Shu qui commence alors à être harcelée par les fans. Parmi eux un seul retient son attention et ne lui donne pas envie de se tirer une balle dans la tête : Xiaowen, un jeune compositeur atteint d’une maladie incurable dont le rêve est de composer une chanson pour Tianyou.

 

 

Affichs

Sur l’affiche, rien à dire. Elle n’est n belle ni vraiment intéressante ni représentative de l’ambiance du film, laissant limite plus pensé à un thriller qu’à un mélodrame… bon aucun intérêt quoi, passons.

 

 

1

Alors là les amies j’avoue que je me suis surprise toute seule.  L’histoire est typiquement de celles qui ne m’attirent pas, un genre de mélo absolument pas original, bref le truc par excellence qui ne me parle pas. Mais ce coup-ci, je ne sais pas pourquoi, j’étais d’humeur. Et allez savoir comment, j’ai aimé. Le film était un amas de clichés incroyable et les personnages étaient pratiquement tous antipathiques mais j’ai aimé.  Laissez-moi donc vous expliquer tout cela.

 

L’histoire en gros se divise en deux parties : d’un côté la vie de Tianyou la chanteuse frustrée et de l’autre la relation de Yishu la malchanceuse et Xiaowen le chanteur/compositeur sur le point de mourir. Et le gros souci c’est qu’aucun d’entre eux n’est réellement attachant. Déjà si on prend la chanteuse, au-delà du fait que l’actrice n’est pas d’une crédibilité affolante, le personnage en soi n’est pas très engageant. La première image qu’on a d’elle est celle d’une artiste pop n’ayant pas franchement de voix, tout juste bonne à remuer les fesses, et encore. L’extrait de son show que l’on voit à sa première apparition est quand même bien minable, du coup quand elle commence à sortir ses grands discours sur la valeur de la musique et le fait qu’elle ne chante pas pour l’argent, blablabla, elle ressort juste comme capricieuse, vaguement lunatique et prétentieuse. Je suis désolée mais c’est vraiment le feeling qu’elle donne et perso j’étais du côté de ses employeurs….bon espérer qu’elle se suicide pour pouvoir exploiter sa mort à des fins commerciales était un peu excessif mais ce côté excesiff était pratiquement la seule source de comique du film et l’humour était le bienvenu. Certes il y a avait d’autres moments assez drôles tels que le passage de la petite chorale à l’hôpital ou encore celui des « retrouvailles »à la fin mais disons qu’ils étaient probablement moins….voulus. Bref ce personnage m’ennuyait pas mal et m’a paru « faux » du coup, impossible de l’apprécier.

 

De la même façon : impossible d’apprécier Yishu. Bon c’est vrai que déjà je lui trouve un air renfrogné pas agréable et qu’en plus le doublage ne l’arrangeait pas –oui l’actrice est doublée en version originale- mais il n’y a pas que cela. En fait mon principal problème me vient de sa sonnerie de téléphone. Déjà elle est pourrie mais surtout elle nous prendre la tête pendant tout le film, à croire que les Chinois n’ont pas inventé le mode silencieux. Mais comme j’en doute j’en ai déduit que l’héroïne était sans doute conne, ce qui me parait carrément  plus probable. Alors si elle était juste bête comme ses pieds à la limite je pourrais lui accorder une seconde chance mais là le souci c’est qu’en plus elle n’a aucun respect pour les gens qui l’entourent : son portable émet une sonnerie à la con toutes les deux secondes et elle le laisse sonner dans son bureau quitte à rendre tout le monde complètement dingue. Apparemment que cela dérange autrui ne la perturbe pas plus que cela. Pareil, le portable sonne en réunion une fois, deux fois, et elle ne pense même pas à l’éteindre ! Elle prend l’air désolé et le planque sous sa table comme si ça allait magiquement arranger les choses…c’est comme si personne ne lui avait jamais expliqué le principe du bouton off, c’est affolant. A la place de son supérieur j’aurais vraiment pété un plomb et balancé le téléphone par la fenêtre –mais bon comme le film est une gigantesque pub pour portables, ça le faisait pas de les balancer par la fenêtre-. Bref l’héroïne m’énerve parce qu’elle se plaint de se faire avoir par les gens mais ne leur témoignent aucun respect à la base si bien que j’ai envie de lui dire : bien fait pour toi.

 

vlcsnap-2011-04-25-17h09m44s187.png vlcsnap-2011-04-25-18h34m19s253.png
vlcsnap-2011-04-25-17h44m33s85.png vlcsnap-2011-04-25-17h35m07s56.png

 

Le mec par contre ça va. Il n’est pas trop crédible mais au moins ce n’est pas un chieur et puis bon il est sur le point de mourir donc même si c’était un chieur il n’emmerderait pas les gens bien longtemps. Pis bon il n’est pas franchement beau –bon pas laid hein…qui voudrait regarder un film sur la mort d’un mec moche de toute façon ? tout le monde s’en foutrait ! bon ok j’exagère mais c’est la dure loi du cinéma : la mort des beaux est toujours carrément plus tragique que celles des moches- mais sa chanson est jolie quand elle est chantée par les autres. Lui a une voix sympa au premier abord mais il doit l’utiliser mal parce que quand il chante ça déconne sec au bout de deux lignes. J’ai néanmoins beaucoup aimé entendre cette même chanson chantée par par Tiayou –roh ça va, je vous spoile pas beaucoup, ce film est prévisible du début à la fin-

 

Bref je sens que vous avez senti mon profond amour des personnages. J’ajouterais à cela une intrigue qui ne révolutionne rien, empile cliché sur cliché et des dialogues qui ne volent pas très haut. Mais j’ai aimé. Bizarrement. Et pour cela une seule explication : la musique. Et là vous devez vous dire : mon Dieu Mark Knopfler aurait-il composé la musique de ce film ? Et la réponse est bien entendu non, il a plus de goût que cela. Mais c’est vrai que c’est bizarre. Non parce qu’il m’est arrivé d’aimer des films pour leur musique, il y a eu Flashdance par exemple…mais Flashdance n’était pas un pur navet en dehors de l’OST, c’était juste pas supra passionnant. Alors que là c’était vraiment mauvais… donc normalement il aurait fallu du Knopfler à l’OST pour rattraper le coup mais là je me suis contentée d’une musique très basique. Mais disons qu’elle avait quelque chose d’hypnotique. Elle sonnait un peu comme des vagues avec ces mouvements de va et vient, j’en entendais presque les mouettes c’est vous dire. Du coup j’étais complètement bercée et c’est cela qui m’a faite aimer le film. Cela dit … c’est pas ça qui va rattraper le film. Et puis la réalisation n’est pas extraordinaire non plus …

 

Bref ce n’est pas moi qui vais vous le recommander. Contre toutes attentes, contre toutes mes attentes, j’ai aimé ce film mais je l’ai aimé pour une mauvaise raison qui ne s’appliquera probablement à personne d’autre qu’à moi. Donc évitez de perdre votre temps, il y a –beaucoup- mieux à voir.

 

 

 

Bon pis pour celles que le film n'intéressent pas -ce qui serait normal vu le portrait que j'en dresse- je vous offre la fameuse chanson par notre chanteuse inspirée.... c'est-à-dire mon passage préféré du film parce que quand même je la trouve jolie cette chanson.

 

 

Tag(s) : #Cinéma Asiatique

Partager cet article

Repost 0