[Sh*t happens...here's proof]The happening

Publié le 1 Juin 2011

 

haut-copie-1

 The happening

bas-copie-1

the-happening.jpg

Infos-copie-1

Sorti en 2008

 

Réalisé par Night Shyamalan

 

 

Avec :

 

Marl Whalberge >>> Elliot Moore

Zooey Deschanel >>> Alma Moore

John Leguizamo >>> Julian

Ashlyn Sanchez >>> Jess

 

 

Dontesque

Central Park, New York, Etats-Unis, subitement les gens semblent comme se figer. Puis le temps reprend son cours et ils se suicident les uns après les autres sans que personne ne sache pourquoi. Et cette folie semble contagieuse, bientôt c’est toute la ville qui est touchée.

 

 

 

Affiches

Bon il y a du bon et du moins bon.

 

Pour ce qui est de la première affiche, je l’aime plutôt bien mais je la trouve trompeuse. L’image de ces voitures abandonnées sur le borde de la route au milieu de ce décor pratiquement désertique associée aux mots « Nous l’avions senti, nous avions vu les signes, maintenant c’est en train d’arriver » intriguent le spectateur car on ne sait justement pas ce qui est en train de se passer. J’aime bien les tons de l’image qui plus est… cela dit je trouve que ça donne –bizarrement- un feeling « film de zombies », allez savoir pourquoi. Enfin cela ne me dérange pas, non, ce que je trouve étrange c’est le ciel qui s’éclaircit autour de la ville qui, présenté comme ça, semble être une sorte de Terre Promise. Ce qui n’est absolument pas le cas dans le film, les personnages ayant tendance à plutôt quitter la ville, à la fuir. Ici c’est comme si les personnages avaient abandonné leurs voitures pour se rendre à pied vers la ville, synonyme de refuge. Bref je trouve cela étrange….mais l’affiche est mystérieuse et donne envie de savoir ce qu’il se passe, c’est l’essentiel.

 

the_happening_foreign_poster1.jpg The_Happening_onesheet.jpg 2508813434_92cd460c07_o.jpg

 

La seconde –espagnole à priori- et déjà bien moins réussie. Disons qu’elle est plus chargée et transmet moins le côté « désolation ». Là on a plutôt l’impression que des touristes se sont garés n’importe comment devant un site quelconque et qu’un orage se prépare. Notez d’ailleurs que le titre du film a été changé. En Français on a « Phénomène », en Anglais « The Happening » -difficilement traduisible mais je dirais un truc du genre « L’évènement » - et en Espagnol un titre qui se traduit par « La fin du monde »…titre que je trouve nettement moins intelligent. Parce que bond des fins du monde à l’écran on en a déjà vu dix milles….Les titres français et anglais sont carrément plus mystérieux ! Et de toute façon l’idée d’apocalypse se retrouve dans les images alors…Bref l’affiche espagnole ne me parle pas du tout.

 

La troisième affiche me paraît sympa mais classique et surtout pas très représentative du film. Elle fait encore passer le message de « nous sommes seuls et le monde est en péril » mais elle colle moins à l’ambiance générale de l’œuvre.  Quant à l’affiche allemande…. Là pour le coup ça fait vraiment film de zombis en fait ! Avec tous ces corps par terre et ces deux personnages seuls …sans oublier la phrase ! Oui alors mes cours d’allemand sont très loin derrière moi et je peux me tromper…mais je crois que cela veut dire « Survivre est la seule option/solution » et encore une fois : zombis powaa! Mais je trouve le poster plutôt esthétique en fait donc je lui pardonne.

 

Bon en clair des affiches on retient deux choses : un truc va se passer et l’espèce humaine est dans la merde. En gros…

 

 

2

Je n’ai jamais été fan d’Ewan Mc Gregor….

 

C’est là que vous vous dites : « what zi f*ck ? qu’est ce qu’Ewan Mc Gregor a à voir avec ce film ? ». Honnêtement pas grand-chose mais rassurez-vous, je sais où je vais. Bref je n’ai jamais été fan d’Ewan Mc Gregor. Alors, entendons-nous bien, c’est un acteur que j’apprécie hein ! Mais je n’en suis pas folle et c’est vrai que lorsque j’ai vu Moulin Rouge pour la première fois ce n’est pas sur lui que j’ai craqué du tout –sauf pour ce qui est de la voix, là j’admets que j’avais été impressionnée- mais sur Toulouse-Lautrec, interprété par John Leguizamo que j’ai ensuite retrouvé dans Romeo + Juliette du même réalisateur où il interprétait Tybalt. C’est-à-dire pas le personnage le plus sympathique du tas mais n’empêche que lors de la première scène du film, à mes yeux d’ado, il avait méchamment la classe. Or il n’y a pas longtemps je me suis enfin décidée à regarder Land of the dead et devinez qui était au casting ? Ewan Mc Gregor John Leguizamo bien sûr ! Du coup cela m’a rappelé que j’aime vraiment bien cet acteur et je me suis lancée dans sa filmographie, c’est comme cela que je suis tombée sur The Happening.

 

J’avais en fait déjà entendu parler de ce film à sa sortie et l’idée de départ m’intriguait pas mal. Le souci c’est que  Mr Night Mon-nom-est-impossible-à-retenir-exactement et moi sommes légèrement en froid. Pas que je déteste réellement ses films ou lui-même en fait, c’est plutôt qu’on a tendance à faire souvent tout un foin de ce type alors que je n’ai jamais trouvé ses films extraordinaires. En général ses films pour moi vont de « sympa » à « mauvais » et supportent assez mal d’être revus. Et pour ce qui est de The Happening j’en avais un peu entendu parler par ma sœur qui en gros me l’avait décrit comme un des pires navets qu’elle n’ait jamais vus. Mais bon les navets cela peut être fun de temps en temps et la présence John Leguizamo aidant, je me suis finalement lancée. Et mwhahahaha mais quel navet en effet ! Mais justement, cela m’a faite mourir de rire.

 

Ne soyons cela dit pas mauvaise langue, tout n’est pas absolument raté dans The Happening. Déjà j’ai bien aimé le début. Disons qu’il est quand même intriguant, on se demande ce qu’il se passe et pourquoi tous ces gens veulent se suicider –après avoir vu le film on comprend qu’en fait ce sont pas les personnages qui se donnent la mort mais les acteurs qui cherchent un moyen de se soustraire au film- … pour être honnête j’ai par contre trouvé que la résolution de l’affaire était bien décevante mais de toute façon c’est un souci général dans les films de Mr Night, ils commencent fort et me déçoivent toujours sur la fin, Sixième Sens mis à part. Là encore une fois la conclusion m’a parue très faible et en général le scénario m’a paru trop linéaire et pas du tout à la hauteur de la première scène. Bref si les acteurs n’avaient pas été aussi mauvais, je me serais probablement ennuyée. Reste que la réalisation n’est pas mauvaise, c’est déjà cela. Au contraire certaines scènes sont même plutôt bien filmées et certains plans sont presque impressionnants. Le souci vient vraiment du scénario lui-même –même si j’embrasserais volontiers Mr Night d’avoir écrit la scène où le héros se met à parler à une plante verte, c’était probablement la meilleure scène du film et la plus ridicule aussi- et des acteurs évidemment.

 

TheHappening2.flv.jpg happening-teaser-trailer.jpg
the_happening_pics_6.jpg zooey_deschanel_the_happening_movie_image.jpg

 

Cela dit je me demande si ce n’était pas voulu. Ils atteignent tous un niveau de médiocrité tellement extrême que quelque part ce devait être intentionnel, sinon je ne vois pas. La palme revient évidemment à Mark Whalberg notre héros qui réussi l’exploit d’être mauvais même lorsqu’il ne fait rien. Debout, immobile et silencieux dans le fond, il arrive à foirer sa performance et je trouve cela franchement fort –d’un autre côté les autres acteurs y arrivent généralement aussi …- . De lui il y a finalement deux scènes que je retiens surtout. La première c’est celle du fameux « dialogue » avec la plante verte. Cette scène est assez énorme je dois dire. Pas tellement parce qu’il parle à une plante verte –je veux dire, ce serait ridicule dans n’importe quelle autre situation mais en l’occurrence je peux comprendre qu’il craque- mais parce qu’il le joue terriblement mal. Et la seconde scène se passe lorsque les personnages trouvent refuge chez « la vieille ». Elle est persuadée qu’ils veulent la tuer et le héros réponds « mais non voyons ». Trois mots –bon en fait je sais plus la réplique en anglais mais elle ne fait pas plus de trois mots de toute façon- et en trois mots il arrive à sonner si faux et paraître si peu convaincu –ou convaincant- que je vous jure, j’ai éclaté de rire. Arriver à jouer mal au point de me faire éclater de rire sur une réplique aussi neutre que « mais non voyons » il fallait le faire et il l’a fait, chapeau !

 

Sa copine n’était cependant pas en reste et l’actrice n’a pas perdu de temps je dois dire. Mark Whalberg était particulièrement mauvais mais pendant les deux premières secondes du film il arrive presque à être crédible, elle-même pas. En moins d’une seconde elle arrive à être mauvaise, direct, comme ça. Si bien que je n’arrive pas à savoir si le personnage m’était réellement antipathique ou si c’est entièrement du à la performance minable de l’actrice. En tous cas je suis drôlement impressionnée, le niveau de nullité atteint de véritables sommets….et le reste du casting se surpasse également. Même John Leguizamo que j’adore était mauvais ! D’où tout de même mon petit doute : ne le feraient-ils pas tous exprès ? Si cela se trouve c’est une blague de Mr. Night ? Parce que, par exemple, The Last Airbender c’était mauvais mais ce n’était pas drôle alors que là, si …. En tous cas blague ou pas c’était à mourir de rire et ce sont des navets comme celui-ci qui me font aimer les navets en général. A la limite vous voyez, je préfère presque ce film-là aux autres de Mr. Night….

 

Oui oui je sais, cela parait étrange mais ses autres films ne m’ont jamais réellement marquée. Le Sixième Sens était certes très sympas mais après l’avoir vu deux fois je m’en suis lassée et les autres me semblent parfaitement oubliables. Alors que celui-là est marquant de médiocrité et de ridicule. Donc oui, j’en suis presque à préférer celui-là aux autres. N’oubliez cependant pas que j’apprécie facilement les mauvais films ! C’est-à-dire que le 36ème degré est une seconde nature pour moi et ce qui me fait rire peut ennuyer la plupart des gens. Donc bref à vous de voir si le film vous tente ou pas et en attendant je vous conseille fortement d’aller flatter votre plante verte si vous en avez une. Après tout, on ne sait jamais hein !

 

 

-Le seul passage représentatif du film se situe à 1:51-

Rédigé par Milady

Publié dans #Cinéma Asiatique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :