The man who laughs (L'homme qui rit)

Publié le 26 Octobre 2010

 

The man who laughs

 

poster.jpg

 

1928

 

Réalisé par Paul Leni

 

 

Avec:

 

Conrad Veidt >>> Gwynplaine

Mary Philbin >>> Dea

Olga Baclanova >>> la duchesse Josiana

Brandon Hurst >>> Barkilphedro

Cesare Gravina >>> Ursus

 

 

Dontesque?

 

Pour punir le lord rebel Clancharlie, le cruel Roi, sous les conseils de son encore plus cruel bouffon, fait mutiler le fils du-dit lord pour que le jeune Gwynplaine ait un sourire éternel sur le visage. Après la mort de son père, Gwynplaine est adopté par un forain et devient un bouffon populaire. Il est par ailleurs amoureux de Dea, une jeune aveugle qu'il a sauvée bébé mais qu'il n'ose pas aimer, honteux de sa « monstruosité ».

 

 

3

 

Attention les amies, nous remontons le temps à présent. Nous revenons à une époque où les films étaient en noir et blanc ...et muets. Yep. Et j'aimerais vous dire que j'ai regardé ce film pour élargir ma culture cinématographique mais ce serait mentir. La vérité c'est que je suis fatiguée des neurones et que je n'aime pas Victor Hugo. Enfin je n'ai rien contre Victor Hugo en lui-même, c'était probablement quelqu'un de charmant, mais j'ai un problème avec ses livres. J'ai beau essayé, je n'accroche pas. J'ai déjà lu Notre-Dame de Paris, Le dernier jour d'un condamné, Les Misérables, etc sans compter des poèmes et une pièce de théatre...mais autant ses histories m'intéressent autant son style m'ennuie à mourir et me donne presque mal à la tête parfois. Du coup là j'ai décidé d'épargner mes yeux et mes cellules grises et d'aller directement chercher le film. A la base en fait c'était pas le film que je voulais voir mais la série. Je suis joyeusement allée sur le site de l'INA, j'ai payé, mais après impossible de lire les fichiers. Bon. Je me suis donc rabattue sur un téléchargement moins légal sauf qu'au final je me suis trompée et suis tombée sur ce film-là. « Bon bah.... tant qu'à faire autant le regarder hein! » me suis-je dit. Et j'ai bien fait.... parce qu'en fait, contre toutes attentes, j'ai aimé ce film.

 

Oui « contre toutes attentes » parce que je suis très tolérante en matière de films, le noir et blanc ne me dérange absolument pas, mais le muet me faisait un peu peur. J'aime beaucoup les Charlie Chaplin maisThe Man who Laughs fait partie plutôt de l'expressionnisme allemand auquel appartient également, si je ne me trompe pas, Nosferatu de Murnau que j'avais moyennement apprécié. Mais là, aucun souci à part un seul: ce film m'a donné mal à la tête, il était trop bruyant. « Ouiiiiiiiiii alors.... pourquoi paaas » êtes-vous en train de vous dire. Mais je vous assure qu'un film muet c'est bruyant! Bah ouais, ils parlent pas donc faut trouver un autre moyen d'exprimer l'ambiance et on a droit à de la musique en permanence, de la musique d'orchestre avec en prime un son pourrave vu que c'est un vieux film. Conclusion => mal de tête. En plus je trouve que c'est quand même de l'arnaque de devoir lire les dialogues quand on regarde un film pour justement ne pas avoir à lire, pff. Bon la dernière remarque n'est pas sérieuse mais par contre pour la musique ça l'était, au bout d'un moment cela m'a vraiment pris la tête.

 

ManWhoLaughs

 

Après pour ce qui est du jeu d'acteur, faut s'habituer quoi. Si on mettait ces acteurs dans un film récent, ils joueraient mal, mais dans le contexte du film...eh bien en fait je n'en sais rien. Je n'ai pas vu assez de ce genre de films pour les comparer à d'autres acteurs donc il m'est impossible de juger leurs performances. Tout ce que je peux dire c'est que pour la plupart j'ai été convaincue et j'ai cru au personnage. La seule qui m'a dérangée c'est Dea. Dans ses moments de désespoir j'avais parfois l'impression qu'elle était morte de rire. Pourtant elle, elle peut se servir de sa bouche correctement normalement! Alors que Gwynplaine qui ne peut que sourire est étrangement nettement plus expressif. D'ailleurs Gwynplaine je suis désolée mais c'est pas un nom! Victor Hugo il a quand même été sacrément vache sur ce coup-là, non seulement il en a fait un enfant mutilé mais en plus il a trouvé drôle de lui donner le pire nom qu'on ait jamais inventé.

 

Comme cela ça lui donne une autre raison de pleurer vous comprenez? Parce que la vie de Gwynplaine elle n'est tout de même pas drôle. Le film est très beau au niveau des images et je dois dire que Gwynplaine m'a fait un peu peur. Quand j'étais plus jeune (...ouais bon, il y a 3 ans quoi) j'étais persuadée qu'il y avait un croque-mitaine dans mon placard et il avait un sourire permanent sur son visage, un peu comme Gwynplaine dont l'apparence m'a du coup assez effrayée. Je ne comprenais pas les gens qui trouvaient son visage hilarant. Perso j'étais tiraillée entre peur et pitié. La peur était purement visuelle parce qu'autrement c'est un personnage drôlement tragique et je me suis sentie mal pour lui, il a même failli me faire pleurer à un certain moment dans le film.

 

Je dois dire que je n'ai pas trop ressenti l'ambiance « anglaise » du film mais on s'en moque un peu finalement. Ce film est tragique et n'allez surtout pas y chercher une comédie, vous vous sentiriez tromper, mais j'ai aimé. Et puis il m'a épargné la lecture d'un autre roman de Victor Hugo, ouf! Quoiqu'apparemment dans le livre la fin est différente. Je lirai peut-être les dernières pages allez. Bon en tous cas je suis bien consciente que le format du film va en rebuter plus d'une mais s'il ne vous rebute pas, tentez-le!

 

Conrad--Veidt--Olga-Baclanova--Man-Who-Laughs--The-_01.jpg

Rédigé par Milady

Publié dans #Cinéma Occidental

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :