[Personne ne veut de votre idée ? Essayez Bollywood !] Dulha Mil Gaya

Publié le 26 Juin 2011

haut

 Dulha Mil Gaya

दुल्हा मिल गया

J’ai trouvé un fiancé!

bas

 Dulha_Mil_Gaya_17155.jpg

 

Infos

Sorti en 2010

 

Réalisé par l’ancien réalisateur des clips des 2be3

 

 

Avec :

 

Des actrices, un moche, un chien et Shahrukh Khan –parce que merde c’est un Bollywood quand même !-

 

 

 

Dntesque

 

Shimmer est une top model très connue et professionnelle dont le meilleur ami Donsai est un playboy invétéré qui a juré de ne jamais se marier. Néanmoins lorsque son père meurt Donsai n’aura le droit d’hériter la fortune que s’il se marie à Samarpreet, la fille d’un ami de son père. Donsai décide donc d’épouser la demoiselle sur le papier, d’empocher l’héritage puis de la laisser dans sa campagne pour continuer à  draguer tranquille. Trois mois après comme son mari ne revient pas, Samarpreet commence à trouver cela vaguement louche et décide d’aller le chercher.

 

 

 

-0b

-         Je ne comprends toujours pas pourquoi tu veux devenir DJ !

-         Pourquoi est-ce que personne ne me soutient ? Le mixage c’est ma passion ! Tu m’as déjà entendu mixer ?

-         Non.

-         Alors tu ne peux pas comprendre. Cela arrive aux meilleurs, même Einstein était un incompris.

-         Einstein était DJ ?

 

De temps en temps, lorsque ma vie ne me motive vraiment pas et que j’ai besoin de m’endormir le cerveau devant quelque chose de fun, coloré et aussi peu intellectuel que possible, je me tourne vers les Bollywoods. Eh pour certains ce sont les teen-movies américains –j’admets, j’en regarde aussi-, ben pour moi ce sont les Bollywoods… la différence étant qu’ils sont deux fois plus longs ce qui a ses avantages comme ses inconvénients. L’avantage c’est qu’on peut se détruire les cellules grises plus longtemps et l’inconvénient c’est qu’après cela le cerveau est tellement endormi qu’il a beaucoup de mal à redémarrer.  Là en l’occurrence après plus de deux heures de ce film j’ai bien cru qu’il ne marcherait plus jamais… d’ailleurs je ne suis toujours pas certaine qu’il ait vraiment récupéré toutes ses fonctions. Mais suffisamment pour vous parler du film ! Bon puis je vous préviens, j’ai l’intention de carrément tout spoiler. Mais de toute façon non seulement le film est prévisible de bout en bout mais en plus je pense sincèrement que si après m’avoir lue vous avez envie de le voir c’est que le problème vient de vous. Sur ce, commençons….mais justement : par quoi commencer ?

 

Bon ben par le début alors ! Et tout commence avec Shimmer et Loser –oui pour info, le héros sera appelé Loser dans tout l’article-. N’allez cependant pas croire qu’ils sont destinés à finir ensemble, non, Shimmer a un minimum de respect pour sa personne. Non en fait ils sont meilleurs amis. Shimmer est une top model très professionnelle et très populaire qui vit avec ses domestiques Jasmine et Lotus ainsi que son chien Bozo. Jasmine ne servira à rien de tout le film. Lotus lui est une caricature assez affligeante d’homosexuel censée faire rire le peuple mais qui m’a pratiquement arraché des larmes tellement je ne supporte pas ce genre de personnage. Je ne sais pas exactement à quoi cela tient mais sérieusement les caricatures d’homosexuels qui marchent en agitant les mains, se déhanchant comme la poufiasse du bahut, s’habillent tout en rose et kyattent à l’idée d’une rediff de Glee, ça me sort complètement par les yeux. Non de Lotus, Jasmine et Bozo, Bozo est clairement le plus important et le moins agaçant des trois et je pense que Shimmer sera d’accord avec moi : elle est tellement folle de son chien qu’elle organise des fêtes pour ses anniversaires –avec un gâteau et tout-, lui demande son opinion sur des décisions importantes –et suit ses conseils, c’est ce qu’il y a de plus grave- et, quand elle ne peut pas l’avoir avec elle, a toujours sur elle une figurine à son effigie. Notre personnage principal numéro 1 est donc une top model follement amoureuse de son chien qui n’envisage pas qu’on puisse vivre sans une bonne permanente et une couche de maquillage comme l’illustre ce dialogue :


Jasmine – Elle a essayé de se suicider.

Shimmer – Cela ne m’étonne pas. Si j’étais habillée et maquillée comme cela, moi aussi je me jetterais du haut d’une falaise.

 

Tadam <3 Et c’est la plus sympathique des deux notez bien ! Non parce qu’elle est vaguement zoophile et superficielle mais au moins elle a une certaine fierté et un sens de l’indépendance ce qui n’est pas le cas de tout le monde *regard oblique et accusateur vers héroïne numéro 2*

 

vlcsnap-2011-06-25-15h47m46s193.png vlcsnap-2011-06-25-14h49m33s77
vlcsnap-2011-06-25-14h52m22s239 vlcsnap-2011-06-25-16h07m01s227

 

Mais avant de parler de la niaiseuse de service, causons vaguement de Loser. Loser est un playboy et multiplie les conquêtes, tout le monde se demande encore comment. Enfin non : mon sieur est riche. Et cela vaut mieux parce que clairement s’il ne comptait que sur son physique la descendance ne serait pas assurée. Sérieusement, regardez les photos ci-dessus quoi!

 

Donc clairement ce n’est pas un bisho…et j’ai même une photo qui le prouve de façon irréfutable ! En effet que sait-on des bishos ? Au-delà de leur caractère mythique voire extra-terrestre on sait également, comme j’en ai déjà parlé dans l’article sur le clip Without you des 2pm, que la bishottitude des bishos augmente en fonction des litres d’eau qu’on leur verse sur le corps/visage. Ce qui donnait ce graphique :

 

bisho1.jpg

 

Or dans le cas de Loser cette photo =>

 

vlcsnap-2011-06-25-16h24m56s222

 

prouve que lui il fonctionne plutôt comme ceci :

 

bisho2.jpg

Ce qui prouve irréfutablement que le héros n’est pas un bisho. J’irais presque jusqu’à dire qu’il est laid ... Non en fait je l’affirme. Mais la faute n’en revient pas uniquement à l’acteur, c’est un travail de groupe. Si l’acteur à la base n’est pas beau, le scénariste et le réalisateur ont apportés leurs pierres à l’édifice, l’un en créant un personnage  apparemment dénué de toute qualité et l’autre en filmant ce même personnage en défiant toutes les lois du bon goût. Bienvenue à Bollywood les gens, là où vont mourir toutes les idées que les 2be3 ont rejetées pour leurs clips car ils trouvaient cela trop ringard. Sérieusement j’étais tiraillée entre le rire et les larmes…de rire. Donc en fait j’étais morte de rire et ce qu’il me restait de neurones était très occupé à se demander « mais pourquoi quelqu’un irait faire quelque chose comme ça ? ». Enfin pour en revenir à notre « héros » : il est laid, il est goujat, il ne tombe amoureux des filles que lorsqu’elles ont un bon décollettes et les neurones grillés, il boit, il fume, il tyrannise, ruine la vie des gens, trompe…et à part cela on est censé s’y attacher. En général j’aime bien le rôle du riche playboy décadent mais il faut qu’il soit beau –parce que je suis superficielle comme cela- et soit qu’il m’intéresse en ayant quelque chose d’intriguant soit qu’il me soit sympathique parce qu’il cache des qualités. Là Loser n’a rien de beau, rien d’intriguant et s’il avait des qualités, elles étaient vraiment drôlement bien cachées. Du coup à la fin du film lorsqu’il est tombé amoureux de la niaiseuse il reste quand même une grosse question à savoir : « mais merde, ok il est amoureux d’elle mais elle, comment ça se fait qu’elle soit toujours amoureuse de lui ? Elle a pourtant appris à le connaître :s »

 

Oui car là est la beauté de tout le film : Niaiseuse tombe amoureuse de Loser sans le connaître. Cette fille m’a tuée tout le long et suit une progression qui m’a à la fois effrayée et bien faite rire. Au début on nous la présente comme une fille intelligente –pour preuve : elle porte des lunettes alors !-, sortie première de son université, cultivée, etc. Cela dit apparemment ça ne lui a pas trop insufflé l’esprit d’indépendance car son seul rêve dans la vie est d’épouser Loser qu’elle n’a jamais vu mais dont son père lui a dit « tu l’épouseras » ce qui a l’air de lui suffire. Ce n’est même pas qu’elle est résignée au mariage arrangée, non, elle a vraiment envie de s’y soumettre, c’est devenu son rêve. Soit. Différence culturelle, admettons. Elle rencontre Loser, ils ont une conversation de quinze minutes, hop ils remplissent les papiers et il se barre aussitôt, empochant son héritage sans aucune intention de revoir un jour sa femme. Elle, parfaitement extatique, vagabonde dans les champs en chantant sa joie d’être mariée à un type qu’elle ne connait pas et ne lui a donné aucun signe de vie depuis leur mariage. Mais bon au bout d’un certain temps elle se dit quand même que quelque chose cloche et elle décide d’aller le rejoindre -notez un truc qui m'a également tuée de rire: comme elle ne l'a côtoyé que quinze minutes, chaque fois qu'elle repense avec nostalgie à leur bon souvenir, sans "s", le flashback est, forcément, toujours le même-. Quelle n’est pas sa détresse lorsqu’elle découvre que c’est un salaud et qu’il l’a trompée. Son premier réflexe ? Rentrer à la maison, pleurer, mourir de chagrin, évidemment. Heureusement Shimmer est là pour lui expliquer que des fois réagir c’est bien et le plan est donc de la transformer en bimbo pour séduire Loser.

 

vlcsnap-2011-06-25-15h17m40s51-copie-1.png

 

Donc la première chose à faire évidemment c’est de lui virer ses lunettes et de lui coller un bon sourire niaiseux sur le visage parce que bon si les mecs croient qu’elle a des neurones –ce qui heureusement n’est pas le cas-, ils ne la trouveraient pas séduisante. D’après le film les femmes penseraient avec leurs genoux –surtout ne me demandez pas d’où cela sort- et dans le cas des personnages de ce film, je ne suis pas loin d’y croire. Niaiseuse se transforme donc en Bimbo niaiseuse et parvient à séduire Loser à grands coups de décolletés et mouvement de hanches. Apparemment le fait qu’il ne tombe amoureux d’elle que pour son sourire colgate et sa poitrine n’a pas l’air de trop l’inquiéter et après l’avoir côtoyé pendant un mois et avoir été témoin de toutes les raisons pour lequel ce type est un con, elle en est toujours aussi follement amoureuse et se réjouit de s’être mariée avec lui. Moi je dis qu’il y a quand même des claques qui se perdent.

 

Bref à côté de cela on a droit à une apparition de l’ami Devdas parce qu’un Bollywood n’est pas un Bollywood sans Devdas et j’ai beau ne pas être fan de cet acteur, c’était pratiquement le personnage le plus décent de toute cette affaire… en fait virez le « pratiquement », c’était le plus décent et le plus sympathique de tous les personnages, probablement parce qu’il n’apparait que dans le troisième quart du film et n’a donc le temps de saouler personne. A part cela je n’ai pas trouvé les chansons et les danses particulièrement jolies ou entraînantes. Bref si le ridicule du film ne l’avait pas emporté sur ma consternation, c’aurait presque été un fiasco total dis-donc !

 

Est-il besoin de préciser que je ne vous le conseille pas ?

 

 

vlcsnap-2011-06-25-15h55m03s212-copie-2.png

 

 

Rédigé par Milady

Publié dans #Cinéma Asiatique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :