Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Real

Riaru Kanzen Naru Kubinagaryu no Hi

リアル 完全なる首長竜の日

 

Real-p3

 

Sorti en 2013

 

Réalisé par Kiyoshi Kurosawa

 

 

Avec :

 

Sato Takeru >>> Fujita Koichi

Atase Haruka >>> Kazu Atsumi

 

 

Dontesque ?

 

Koichi et Atsumi ont grandi ensemble et se sont mis en couple mais la tragédie frappe lorsqu'Atsumi fait une tentative de suicide et se retrouve dans le coma. En espérant la réveiller, Koichi participe à une expérience scientifique lui permettant d'entrer dans l'esprit d'Atsumi.

 

 

6b-copie-1

 

WARNING: Il n'y pas de spoilers dans l'article mais il y en a dans les commentaires. Evitez de lire les commentaires avant de regarder le film.


Aujourd'hui, un film les gens. Que j'ai choisi pour quatre raisons : (1) le synopsis -j'aime l'idée de rentrer dans la tête des gens et je me demandais ce que cela donnerait dans ce film... je sais que l'idée a été faite pluseurs fois mais c'est une idée qui m'intéresse toujours- (2) Ayase Haruka -une actrice que j'aime beaucoup et qui est généralement très bonne- (3) Sato Takeru -of course.... j'adore absolument cet acteur et quand j'ai vu sa tête sur l'affiche, forcément, je n'ai pu que me précipiter-. (4) Kurosawa Kiyoshi, le réalisateur. Il a réalisé un certain nombre de films -dont Kairo, un de mes films d'horreur favori- et, en 2012, s'est également illsutré au petit écran avec Shokuzai. Chaque fois, je reconnais son style et l'apprécie énormément, j'étais donc ravie de pouvoir en profiter à nouveau. Et il ne m'a pas déçue. En fait la réalisation est même probablement l'aspect du film que j'ai préféré... bon okay, j'ai aussi beaucoup aimé Sato Takeru mais la réalisation a beaucoup retenu mon attention.

 

Il y a quelque chose dans la réalisation de ce film de particulièrement efficace. Kurosawa Kiyoshi arrive tout de suite à créer une ambiance très tendue à son film et il brouille savamment les lignes entre la réalité et le monde « de l'esprit ». Son monde réel semble réel mais baigne dans un éclairage qui lui donne une allure de rêve -tournant parfois au cauchemar- si bien qu'on ne sait jamais trop si on est dans la réalité ou l'esprit mais les deux semblent crédibles. Souvent l'ambiance est oppressante, on s'attend presque à ce que quelque chose surgisse et se jette sur notre héros... mais le film n'use pas de jump-scares, préférant vraiment miser sur une ambiance généralement angoissante et un peu mélancolique. Ce n'est pas un film d'horreur, bien entendu, simplement on est pas très rassuré non plus car le personnage semble clairement perdre pied. Par ailleurs le film use très bien de sa bande-son. Il n'a pas peur des silences et ne cherche pas à nous manipuler mais quand il y a effectivement de la musique, elle est toujours vraiment bien choisie et souligne l'émotion sans déranger. A certains moments du film -notamment l'entrée dans le brouillard des deux personnages-, je me suis même repassée des bouts pour réécouter les morceaux instrumentaux tellement je les trouvais jolis. Le seul moment om j'ai truvé que la réalisation posait problème est à la fin mais pour être honnête, il n'y avait aucun moyen de réaliser « cela » bien car à la base le souci venait du scénario. Tous les soucis venaient du scénario d'ailleurs mais avant d'en parler, quelques mots sur le casting.

 

Et par le casting, je veux dire Ayase Haruka et Sato Takeru. Il y a plusieurs acteurs dans le casting secondaire que je connais et apprécie mais aucun qui ait réellement grand-chose à faire. Donc vraiment tout repose sur les épaules de Sato Takeru et Ayase Haruka. Qui se débrouilllent raisonnablement bien. Il n'y a rien de réellement extraordinaire dans leurs performances respectives mais chacun assure son rôle de façon satisfaisante. On voit un petit peu moins Ayase Haruka donc elle a moins de « place » pour impressioner mais elle arrive à faire passer toutes les émotions de son personnage et à nous la rendre attachante. Sato Takeru, de même, ne livre pas sa performance la plus extraordinaire mais il donne à son personnage une certaine fragilité et une douceur qui font que je l'ai apprécié. Bon et puis c'est vrai qu'à la base j'ai une sympathique instinctive pour Sato Takeru, cela aide. Bon mais, sincèrement, les deux acteurs sont bons, ils ne sont juste rien de plus que cela. Ah si : ils sont très agréables à regarder -vous n'avez pas idée du nombre de screencaps de Sato Takeru que j'ai prises-. Enfin tout de même d'un point de vue réalisation et casting, le film reste réussi.

 

vlcsnap-2014-01-09-13h49m12s150 vlcsnap-2014-01-09-13h51m11s72
vlcsnap-2014-01-09-15h06m54s182 vlcsnap-2014-01-09-14h06m27s8

 

C'est du côté du scénario que le bât blesse malheureusement. Et c'est dommage parce qu'en vérité, l'histoire n'est pas mauvaise du tout. Dans son fond je veux dire. J'aimais bien l'idée de départ, j'aimais bien les personnages, la raison du « traumatisme » n'était pas forcément originale mais elle était néanmoins intéressante et il y avait une bonne histoire dans le fond de ce film. Le souci c'est que sur cette bonne idée viennent se greffer des procédés narratifs et des « enjôlivements » inutiles qui alourdissent le tout et rendent maladroit un scéario qui aurait sinon pu fonctionner. Sans spoiler, le premier souci est probablement un twist vers le second tiers du film qui n'apporte strictement rien à l'intrigue. Le second étant encore un autre twist -oui ils aiment bien les twists- et le troisième les fins à répétition. Je ne peux pas réellement développer sans spoiler mais en gros, on a l'impression que le scénariste s'est dit qu'il ne pourrait pas nous intéresser avec une histoire simple et a essayé de la rendre plus complexe, plus surprenante. Mais au lieu d'arriver au résultat escompté, il n'a rien rendu plus complexe, il a juste rendu le film plus long, moins bien raconté, moins efficace.

 

En spoilant maintenant : [spoiler] OK si on prend les soucis dans l'ordre, le premier est clairement le moment où on découvre qu'en vérité ce n'est pas Koichi -Sato Takeru- mais Atsumi -Ayase Haruka- qui joue le rôle du sauveur. La situation 1 était : Koichi rentre dans l'esprit d'Atsumi pour la sortir du coma où elle est plongée depuis sa tentative de suicide. La situation après twist : Atsumi veut sortir du coma Koichi qui pensait qu'il devait sortir Atsumi du coma. Sauf qu'au final les enjeux sont quasiment les MEMES. Il faut sortir quelqu'un du coma et la personne dans le coma est rongée par la culpabilité. Cela aurait pu être aussi bien Atsumi que Koichi, cela n'avait aucune importance et le twist ne sert strictement à rien. Le pire c'est que je l'avais prévu ! Je m'étais dit « Tiens, dans un film d'horreur de base, il y aurait ce twist... mais bon c'est trop prévisible et banal pour ce film ». Eh bah... non, apparemment pas.

 

Second souci : tout le bordel avec le dinosaure à la fin. Bon déjà l'anagramme Roomi/Morio était pas supra subtil mais admettons. J'ai bien aimé la backstory derrière la culpabilité de Koichi en fait. L'histoire de la noyade -qui n'était clairement pas de sa faute cela dit-, du dessin, du dinosaure. Et quand le dinosaure apparaît pour la première fois, je me suis dit « ok, pourquoi pas ». J'avais bien envie de le voir et quand il commence à disparaître, je me suis dit que cela faisait une jolie fin. Sauf qu'il a fallu qu'il revienne et là j'ai commencé à me poser des questions parce qu'il semble presque...animé d'une volonté. Jusque là, tout était clairement purement la création de Koichi mais ce dinosaure à la fin semblait presque animé de sa propre volonté et comme droit sorti d'un film fantastique qui se serait heurté au film que j'étais en train de regarder. J'ai trouvé cela dommage.

 

Dernier souci : bordayl, les fins à répétition. POURQUOI ? Atsumi se réveille, Koichi est en arrêt cardiaque, elle supplie deux secondes, retourne dans ses pensées et, en trois minutes, obtient qu'il revienne. A quoi servait le passage où elle sort du monde « pensé » ???? C'est une coupure qui ne servait à rien. Ensuite le dinosaure apparaît, disaparait, tout cela pour réapparaître encore... pourquoi la coupure et la fausse-sortie ? Pourquoi ne pas tout enchainer d'un coup ? Le film ne cesse de feinter des fins et cela ne sert à rien, ça casse juste le rythme et l'émotion ! Ce n'est même pas réellement comme s'il y avait des twists de ouf qui justifierai des « haltes » dans l'action ! Le film aurait pu tout à fait tout raconter de façon linéaire, sans interruption, et ça aurait été bien meilleur. Dommage. [/spoiler]

 

Bref voilà, ce n'est pas que l'idée de base est mauvaise mais le film aurait gagné à raconter son histoire plus simplement au lieu de chercher à faire compliqué, tout cela pour se retrouver avec un résultat qui semble maladroit, immature et perd de son poids. Parfois la simplicité est le meilleur choix et ici je pense que c'était le cas. Tant pis. Au final, j'ai quand même bien apprécié ce film. Il se casse la gueule sur la fin mais, même dans ces moments-là, j'ai pu apprécier la réalisation, la musique, les acteurs, le visage de Sato Takeru. Et avant cela, j'ai apprécié l'idée, sa mise en scène, l'ambiance réussie, le visage de Sato Takeru. Donc je suis plutôt contente d'avoir vu ce film même s'il ne restera clairement pas parmi mes films favoris de ce réalisateur.

 

vlcsnap-2014-01-09-14h14m46s136 vlcsnap-2014-01-09-14h29m09s63
vlcsnap-2014-01-09-14h40m07s247 vlcsnap-2014-01-09-15h13m30s46

vlcsnap-2014-01-09-15h03m27s166

Tag(s) : #Cinéma Asiatique

Partager cet article

Repost 0