[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Publié le 19 Avril 2021

Ryomaden

 

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général

 

/!\ Cet article s’adresse à des gens qui suivent le drama en même temps que moi.

Il va donc sans dire qu’il contient des spoilers pour chaque épisode /!\

 

Bienvenue dans cette nouvelle saison les gens ! Je ne m’étends pas en introduction, causons tout de suite du premier épisode de cette saison 2~

 

 

publié le 11/01/2021

 

T_T

 

L’épisode de cette semaine m’a bien plu, et à la fois, je suis triste. Arf. C’est-à-dire qu’il y a beaucoup d’Izo dedans, donc j’étais toute contente, bien sûr, surtout qu’il a désormais cette tête :

 

 

Et j’apprécie ce nouveau style, vraiment. Mais d’un autre côté, les évènements et la direction que prend Izo me font de la peine. Bien sûr, je savais qu’on allait y arriver, parce que j’ai lu ce qu’allait devenir le personnage, mais ça ne m’empêche pas d’être triste. Cela dit, n’allons pas trop vite ! Faisons une liste ! Les listes, c’est le Bien !

 

 

• Saison 2

On commence une nouvelle saison, et celle-ci débute comme la précédente : par une scène en 1882, où le journaliste qui enquête sur Ryoma interroge Yataro, qui semble bien réticent à parler de Ryoma, surtout en termes élogieux. Il refuse, dit-il, d’aider à faire un héros de Ryoma, ce qui ne colle décidément pas du tout avec la narration qu’il a fait jusque-là. On en a déjà discuté dans l’épisode 11, mais le ton de la narration, les évènements racontés et la façon dont ils sont tournés ne cadrent pas du tout avec la personnalité de Yataro dans le passé, ni avec ce qu’on nous montre de lui et son attitude face au journaliste dans le présent.

 

 

Aussi, on est en 1862 dans les évènements qui nous sont racontés, donc Ryoma a toujours 26 ans, mais surtout ça veut dire qu’il n’y a que vingt ans entre ce qu’on nous raconte et le moment où Yataro raconte l’histoire. A la fois c’est beaucoup à échelle humaine, donc il a eu le temps de faire fortune, et à la fois ça parait presque peu. C’est un drôle de sentiment de se dire que tout a basculé si vite, même si je sais que c'est souvent le cas.

 

Bon, mais en commençant cette nouvelle saison, la question que je me posais surtout c’était : est-ce que le générique allait changer ? Et la réponse est : pas beaucoup, mais oui. Bien sûr le titre de la saison a changé, mais les images qui précèdent le titre sont également différentes. Voyez plutôt :

 

Saison 2 Saison 1  
 
 
 

 

Après cela, c’est pareil mais l’introduction de la saison 2 est plus lumineuse, et on voit plus clairement la mer derrière Ryoma qui, après tout, est un « aventurier », cette saison. Dans la saison 1 on voyait une lumière derrière le nuage, comme s’il représentait le potentiel de Ryoma pas encore tout à fait découvert mais faisant sentir sa présence. Dans la saison 2 on a un lever de soleil : c’est l’aube d’une nouvelle ère, Ryoma s’éveille. Du moins c’est ainsi que je l’interprète^^

 

 

• Ryoma et ses retrouvailles

C’est moi ou Ryoma a l’air d’avoir bu quasi tout le temps dans cet épisode ? Enfin, parfois, il se fait sérieux d’un coup et semble alors sobre, mais sinon il donne le sentiment d’être à la dérive. En tous cas, l’acteur joue cela avec une intensité que j’ai appréciée. Mais, en revanche, j’ai été assez déçue de le voir retrouver Yataro et, surtout, Takechi Hanpeita si vite.

 

Qu’on s’entende bien : j’ai aimé les retrouvailles.

 

J’ai aimé retrouver sa relation amicale mais antagoniste avec Yataro, et haha, je vais pas vous mentir, des fois je me dis qu’il y aurait de quoi écrire une fanfic sur ces deux-là, parce qu’ils ont tendance à vraiment se parler à 2cm l’un de l’autre. J’ai aimé voir comme ils continuent à essayer de se protéger l’un l’autre : Ryoma conseille à Yataro de rentrer chez lui, de ne pas prendre part au bain de sang à venir, et Yataro, pour tout ce qu’il est en colère, n’avait clairement pas l’intention d’arrêter Ryoma pour un meurtre qu’il sait que Ryoma n’a pas commis.

 

 

J’ai aussi aimé la scène de Ryoma avec Hanpeita qui a à présent pris le contrôle de Tosa. Le respect et l’affection qu’ils continuent de se porter malgré leurs directions très différentes me touchent, et j’ai trouvé cela joli de la part d’Hanpeita de penser à rassurer Ryoma sur le sort de sa famille, qu’Hanpeita lui-même a apparemment contribué à protéger.

 

Donc ce n’est pas comme si je n’avais pas apprécié les scènes, mais pour commencer : les dynamiques n’ont pas beaucoup bougé.  Oui, la situation est plus tendue qu’avant, parce que Ryoma est voulu pour meurtre et est en gros déchu donc Yataro aurait des prétextes de lui nuire (par rapport à avant où Yataro avait peu de justification pour son agressivité), et parce qu’Hanpeita s’enfonce de plus en plus dans un chemin que Ryoma désapprouve, de même que Ryoma a, aux yeux d’Hanpeita, trahi son fief, sa cause et ses camarades, donc ils ont de plus en plus de raisons de juger l’autre et se prendre la tête. Mais finalement, on reste quand même dans les mêmes dynamiques que dans l’épisode 13, et le fait que tout le monde se retrouve au même endroit dès l’épisode 14, je trouve que ça sape le poids émotionnel des au revoir de l’épisode 13. Je n’espérais pas que ces gens ne se revoient jamais, mais j’étais émue de les voir se quitter la semaine dernière, tout cela pour qu’on reprenne les mêmes et qu’on ait des discussions similaires la semaine d’après, juste dans un décor différent. Je sais pas, je me dis qu’on aurait quand même pu passer un épisode ou deux avec tout le monde séparé… Peut-être suivre Ryoma tandis qu’il essaie d’entrer à Satsuma, censé avoir des échanges secrets avec les pays occidentaux ?

 

 

 

• Faune ?

Okay, c’est un tout petit truc, mais lors de la scène où Mizobuchi Hironojo (qu’on retrouve cette semaine, yay ! Des fois que vous ne vous souviendrez pas de lui, c’était le compagnon de voyage de Ryoma lors de leur voyage à Edo où Yataro s’était incrusté) discute avec Sawamura Sonojo, après que Sonojo lui a dévoilé que Ryoma s’est barré de Tosa (ça commence à 14 :38 de l’épisode) la caméra revient plusieurs fois sur un chien et des poulets qui sont non loin des personnages dans le marché d’Osaka et je ne comprends pas super bien pourquoi on nous les montre avec insistance ? Il y a une musique un peu tendue dans le fond, donc ma supposition est que les images d’animaux sont censées créer un sentiment de nervosité, car les animaux sentent souvent mieux venir les tempêtes, mais le chien a l’air bien relax, donc je ne sais pas. Si vous avez une théorie, je l’écouterai avec plaisir.

 

 

 

• Bagarre au marché

Je suis un peu attristée par l’action de ce drama. Dans un sens, je comprends qu’elle n’est pas spectaculaire parce qu’elle veut rester terre à terre pour coller à l’ambiance du drama, et parfois je trouve que c’est vraiment bien que l’action ne cherche pas à impressionner, comme lors de l’assassinat de Yoshida Toyo ou le premier meurtre d’Izo cette semaine, mais là, la scène était plus comique et légère, Ryoma finit par ne blesser personne mais juste les mettre en culotte devant tout le monde… et je sais pas, j’aurais bien voulu une chorégraphie un peu plus sympa en soi. Je demande pas du Tigre et Dragon, parce que ce serait bizarre que le drama aient des écarts trop grands, mais sans partir dans quoi que ce soit de trop impressionant, je sais pas, je ne peux m'mepêcher de penser qu'on pourrait avoir plus à regarder. Pardon, c'est la fan d'action frustrée en moi qui parle, haha.

 

 

Izo

Bon. Il est temps. Parlons d’Izo.

 

J’ai eu tellement de peine pour lui, cette semaine. La petite voix de Sato Takeru et sa bouille d’ange dépité, ce ne sont pas des choses auxquelles je résiste. Je l’ai déjà dit dans cette série d’articles, mais les personnages qui m’intéressent et m’émeuvent le plus dans ce drama sont les personnages secondaires, et comme je suis très biaisée pro Sato Takeru, forcément… En plus, il est toute poupette, on a envie de le protéger, et je suis faible. Le regarder pleurer et se sentir exclu et inutile à quelqu’un qu’il admire tellement, j’ai trouvé cela si triste.

 

Et à la fois étrange ?

 

Je ne comprends pas bien pourquoi il est tenu à l’égard comme cela. Il est jeune, certes (24 ans), mais pas beaucoup plus que Ryoma, et c’est un élève dont le talent a déjà été souligné par le passé. On pourrait se dire qu’Hanpeita ne l’inclue pas, du moins pas dans ses histoires d’assassinat, parce qu’Izo était opposé au suicide d’un de leurs camarades dans un épisode précédent, mais personne n’y était plus fermement opposé que Ryoma, et ça n’a pas empêché Hanpeita de lui demander d’assassiner Yoshida Toyo, même si c’était dans un moment exalté, donc peut-être pas au top de sa rationalité. Enfin, je suppose qu’Hanpeita a juste senti qu’Izo n’était pas encore prêt, tout simplement.

 

A la fois, je ne peux pas m’empêcher de voir comme une forme de manipulation dans la façon dont Izo finit par décider de commettre son premier meurtre ?

 

Izo se sent inutile, et ça le rend désespéré. Il a terriblement envie de contribuer, de servir à quelque chose, de prouver sa valeur, ce qu’Hanpeita voit bien, et il dit à Izo qu’il aimerait qu’il reste tel qu’il est toute sa vie (moi aussi, moi aussi) mais juste après, Hanpeita commence à se plaindre des gens que Tosa a envoyés pour enquêter sur la mort de Yoshida Toyo. C’est Izo qui le presse de lui expliquer ce qui ne va pas, mais c’est parce qu’Hanpeita vient de lui dire qu’il était son confident. Entre la façon dont est amenée la chose, et la mise en scène, avec Hanpeita (debout) qui surplombe Izo (agenouillé), se met à son niveau quand il veut sembler amical, le laisse même être plus haut que lui lorsqu’Izo a l’illusion d’avoir l’idée de l’assassinat lui-même… Puis Izo se jette à ses pieds à nouveau, et Hanpeita finit par accepter qu’Izo tue quelqu’un (alors qu’il venait de dire qu’il espérait préserver l’ « innocence » d’Izo, en gros) et lui sort « tu es mon seul ami » (la même phrase qu’il avait sortie à Ryoma). Pardon mais tout ça pue la manipulation. Je ne sais pas si Hanpeita avait volontairement mis Izo à l’égard pour créer ce besoin de servir chez un élève qu’il sait très doué, ou s’il a vu une opportunité et l’a saisie, mais j’ai le sentiment qu’il a complètement exploité les sentiments d’Izo, en arrivant à lui faire croire que l’idée de l’assassinat vient de lui et qu’Hanpeita ne lui a rien demandé. En plus dans la preview de l’épisode suivant, on entend Hanpeita dire « Izo est en train de devenir utile » et pardon mais c’est pas quelque chose qu’on dit d’un ami qu’on espérait ne pas changer. Donc ça aussi, cela m’a rendue triste.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer
[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Après, on a le meurtre lui-même, et comme je disais tout à l’heure, pour le coup, ça me plait que l’assassinat soit très peu spectaculaire. A la place, il est plein de ratés et de maladresse, parce qu’Izo tue quelqu’un pour la première fois, et panique presque autant que sa victime. On le voit attendre, hyper stressé, et essayer de se convaincre de passer à l’acte, puis galérer à faire la chose, et enfin, après sa victime tuée, viennent la peur, la réalisation de ce qu’il a fait, et encore plus de panique. Derrière l’action, on entend le bruit du vent, puis un moment de silence, et le vent revient, et tous les autres sons paraissent étouffés tandis qu’Izo tue réellement sa victime. Les sons ne reviennent qu’après l’homme assassiné, et toute la façon dont la bande-son évolue, depuis le moment où Izo attend sa victime en essayant de rester calme jusqu’au bout moment où il s’enfuie une fois l’homme assassiné, illustre comment la tension monte pour Izo (qui, une fois qu’l a blessé sa victime, ne peut plus reculer, parce que l’homme a vu son visage), jusqu’à avoir un moment de blanc où il agit porté quasi purement par l’adrénaline, suivi de la réalisation de l’acte qu’il vient de commettre. « Il est mort. J’ai tué un homme. » souffle Izo, après avoir vomi et avant de s’enfuir, tandis que derrière la musique se met à grimper. Bref, il vent de vivre un sacré traumatisme (même si clairement la victime est plus victime que lui), mais ça lui vaut un sourire d’Hanpeita et c’est triste de se dire qu’il est à ce point sous l’emprise de celui-ci que c’est tout ce dont il ait besoin.

 

Izo est en train de devenir un des assassins d’Hanpeita, et dans Ryomaden tuer les gens (comme dans la vraie vie) ce n’est ni glamour ni cool, et quand je vois Izo je n’ai pas l’impression de voir quelqu’un devenir un guerrier bad-ass mais de voir une personne jeune endoctrinée qui ferait n’importe quoi pour obtenir la reconnaissance d’une personne qu’il admire et qui le manipule, et qui vient de commettre un acte impardonnable en conséquence, qui va le changer à vie. Donc j’ai beaucoup de peine.

 

Haha, pardon si je vais trop loin. Je peux pas m’en empêcher.

 

J’ai hâte de voir ses retrouvailles avec Ryoma la semaine prochaine, en tous cas ! Pour le coup, eux, ça fait deux épisodes qu’on ne les a pas vus ensemble, et ils vont avoir des choses nouvelles à se dire…  Aussi très hâte de revoir Kao  ! Surtout qu’on l’entend s’insurger de n’être qu’une marionnette pour son frère et Hanpeita, you go, Kao !

 

 

Tout s’intensifie et j’ai hâte de voir la suite.

J’espère que vous aussi :) !

 

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

publié le 18/01/2021

 

Encore un épisode que j’ai beaucoup apprécié ! Et un épisode avec beaucoup d’Izo dedans ! Se pourrait-il qu’il y ait un rapport ? Peut-être… Mais il n’y avait pas que beaucoup d’Izo dans cet épisode, on s’est également pas mal penché sur Kao. En général, j’ai l’impression que, dans cet épisode, les personnages plus mis en avant d'habitude étaient mis plus en retrait ? On ne voit quasiment pas Yataro, on sait juste qu’il est fermier en ce moment et qu’il déteste cela, et on voit régulièrement Hanpeita, certes, ainsi que son avancée (il est passé de kashi méprisé dans son fief, à type qui régit le fief officieusement, à émissaire de l’empereur, quand même ! et sa cause fait du progrès !) et la joie que ça lui procure, mais on ne rentre pas dans sa tête comme on l’avait fait dans les épisodes précédents. Bon, Ryoma n’est pas mis en retrait lui, vu que c’est en partie via lui que l’épisode se penche sur les deux personnages secondaires mis à l’honneur cette semaine, mais bref, cette semaine l’accent était mis sur Kao et Izo, et moi, ça me convient très bien, parce que ce sont les deux personnages auxquels je me suis le plus attachée (Takechi Hanpeita est très intéressant, mais je ne parlerais pas d’attachement de ma part). 

 

C’est rigolo d’ailleurs, parce que ce n’était pas parti comme cela pour Kao, à la base elle ne me passionnait pas particulièrement, mais ça a véritablement basculé quand son frère et Takechi Hanpeita ont décidé de mettre sa vie sens dessus dessous sans lui laisser le choix. Du coup, je me dis qu’avec un peu de chance j’aurai le même basculement pour Sana qu’on va revoir la semaine prochaine (aussi, des bateaux noirs !!!) et que, pour le moment, j’apprécie sans y être particulièrement attachée. On verra bien. Hâte aussi de rencontrer Katsu Rintaro, en espérant qu’il soit le guide et le mentor que Ryoma espère.

 

Mais penchons nous à présent sur les deux VIP de cet épisode 15.

 

 

• Kao •

 

 

Vous savez comme, la dernière fois qu’elle et Ryoma se sont quittés, j’avais peur qu’on ne revoie plus Kao ? Bon, ben rebelote. En la voyant s’éloigner après avoir dit au revoir à ses amies et collègues, j’ai eu le sentiment qu’elle était en train de s’effacer de l’histoire, surtout que cette fois c’est un départ en grande fanfare, avec la musique épique derrière, et ce moment où elle se retourne et semble comme nous faire une dernière révérence avant de disparaitre. Bien sûr, la dernière fois que j’ai cru qu’on ne la reverrait plus, j’avais tort, donc peut-être que j’ai tort à nouveau (c’est plus une crainte triste qu’un sentiment de certitude de toute façon), mais encore plus que la dernière fois, l’au revoir e cette semaine ressemblait à un adieu, sans doute parce que, Ryoma ayant trahi son fief, il n’y est plus le bienvenu, et Kao, elle, y est renvoyée. Mais, aussi, parce que cette fois, leur séparation est presque volontaire.

 

C’est-à-dire que, oui, Kao est renvoyée à Tosa par son frère, et urgh, son dialogue avec son frère m’a fait vraiment de la peine. Elle lui demande si elle n’est qu’une marionnette pour son frère et Hanpeita et pour paraphraser, il répond en gros que « oui », et qu’il sacrifierait plus que cela s’il le fallait, pour la cause. Je vois qu’il a abandonné tout semblant qu’il faisait cela (au moins en partie) pour son bien. C’était quoi son excuse, déjà ? Ah, oui, la sortir de Tosa pour lui éviter les brimades des joshis. Certes, c’est vrai qu’à présent elle est moins en danger de cela vu que les kashis ont la main mise sur le fief, donc je suppose que ça se tient, mais il ne maintient pas l’illusion, et rend très clair qu’il la voit comme un pion, et pauvre Kao.

 

 

La séparation n’est pas volontaire, donc, puisque Kao se voit (encore) imposé un changement dont elle ne veut pas, mais elle est en partie volontaire, parce qu’il y a aussi, de sa part, la réalisation que Ryoma a changé, il n’est plus le Ryoma qu’elle aimait. Encore que, personnellement, je ne vois pas le gros écart ? C’est-à-dire que, oui, il y a un changement d’attitude par rapport au début du drama, c’est clair, mais est-ce qu’il est si énorme que cela par rapport à la dernière fois que Kao l’a quitté ? C’est sans doute parce que nous, malgré les sauts dans le temps, on le suit de près, mais je n’ai pas le sentiment qu’il ait fait un 180%, niveau personnalité. Il y a quand même le fait qu’à la base Kao et lui prévoyaient (tout en voyageant de temps en temps) d’avoir une vie tranquille à Tosa, et depuis Ryoma a rejeté son fief, donc ces plans d’avenir tombent à l’eau. Enfin, en tous cas, cette fois, Kao semble aussi mettre fin à la relation parce que, même si elle a été heureuse pendant le temps qu’ils ont passé ensemble à Kyoto, elle comprend que ça ne durera pas, et c’est un peu moins triste, pour moi, de les voir se séparer comme cela, même si Kao continue de devoir se sacrifier pour les hommes de sa vie.

 

J’ai beaucoup aimé ce moment où elle se demande « Pourquoi les hommes sont-ils toujours aussi émotionnels ? Tout le monde dit vouloir protéger le Japon, mais personne ne semble prêt à changer sa façon de vivre ». Alors, en vérité, c’est faux : que ce soit Ryoma, Hanpeita, Izo ou Yataro, tout le monde a l’air très prêt à changer sa vie. Ryoma a déserté, Hanpeita est devenu le leader qu’il voulait, Izo est devenu un assassin, Yataro n’attends que cela de changer de vie. Mais je pense que, ce qu’elle veut dire, surtout, c’est que personne ne semble prêt à faire des concessions ? Que tout le monde réagit de façon émotionnelle en insistant pour faire ce qu’ils veulent faire (même si ça leur coûte parfois), alors qu’elle doit ravaler ses sentiments et courber la tête.

 

 

En tous cas, je suis contente qu’elle soit la personne à donner le nom de Katsu Rintaro à Ryoma, parce qu’a priori ça va devenir son grand mentor, et je me dis que c’est encore une façon dont Kao va contribuer (indirectement, cette fois) au sort de son pays, puisqu’elle donne à Ryoma sa direction.

 

Par contre, je dois dire que, autant j’aime beaucoup la réalisation de ce drama, autant la scène de sexe avec Ryoma ne m’a pas convaincue. C’est con parce que j’aimais beaucoup l’idée de la mêler à la scène d’assassinat. Le contraste vie/mort, rouge-orange/bleu-vert donc chaud/froid, amour/violence me plaisait, de même que, derrière, la musique dramatique soulignait l’importance des deux scènes, mais également leur tristesse, cette musique comme nous annonçant déjà les adieux à venir. Et puis les deux personnages sont heureux et tristes à la fois et l'ambiance de mort et de "fin" (parce qu'il scelle son changement) qu'il y a dans la scène d'Izo se transmet à celle de Kao et Ryoma, donc on a le sentiment d'assister à la mort/le début de la fin de leur relation. Mais si je comprends que Kao et Ryoma sont tous deux nerveux, et si je ne reproche absolument pas au drama sa pudeur, quelque chose dans le caractère lent, presque figé, de la scène manquait terriblement de naturel à mes yeux. Même la façon dont Ryoma répète le nom de Kao m’a semblé artificiel. Je sais pas, y a un feeling qui n’est pas passé. En revanche, je suis très fan de la façon dont la scène d’Izo est gérée et dont, en général, Izo est géré cet épisode.

 

 

 

•Izo•

 

 

Dans un drama qui, parfois, a eu tendance à faire des sauts en avant, je trouve que cet épisode 15 vient très joliment continuer l’épisode 14 pour ce qui est de l’évolution d’Izo. On voit bien la façon dont il se transforme, petit à petit, au fil des assassinats.

 

• D’abord il y a le meurtre d’Honma Seiichiro. Avant de le tuer, Izo doit boire (il boit beaucoup dans cet épisode de toute façon) pour se donner du courage et si on voit que ses mouvements sont plus précis et l’assassinat moins brouillon que son premier, il reste affecté par son geste une fois le meurtre accompli. J’aime d’ailleurs beaucoup le dernier plan, où on voit Izo comme dans une prison, dans le coin le plus sombre de l’écran, la lumière étant à présent très loin. Comme pour signifier que, ça y est, Izo s’est piégé.

 

 

• Ensuite, il y a l’assassinat de Bunkichi. Cette fois, à la peine le nom mentionné Izo sait ce qu’il doit faire. Il n’attend pas le lendemain, il y va tout de suite. Il n’a plus besoin de préparation et le drama ne nous montre pas le meurtre, comme si à présent, comme pour Izo, ça allait de soi, et ne valait plus la peine qu’on s’attarde dessus.

 

• Après cela, on a cette scène où Izo entend des gens médire du mouvement joui, et où il décide de les attendre à la sortie pour les tuer. A présent ce n’est même plus qu’il exécute les ordres sans hésitation : il prend les devants. La seule raison pour laquelle il ne va pas au bout, a priori, est l’intervention de Ryoma.

 

Ah Ryoma.

 

Comme je le disais dans la saison 1, le plus triste dans cette histoire c’est que des fois, j’entrevois encore une lueur d’espoir, et cette lueur d’espoir, c’est la relation d’Izo avec Ryoma. Izo a toujours été particulièrement attaché à Ryoma, et tout son endoctrinement n’a pas eu raison de cette affection. Ryoma étant un déserteur à présent, il essaie d’éviter Izo, mais Izo n’en a rien à péter, il se jette au cou de Ryoma, simplement heureux d’avoir retrouvé son ami. C’est adorable. Lorsque Ryoma pense qu’Izo va l’arrêter ou l’attaquer, il commence une phrase pour dire en gros « je suis un criminel, mais pour toi, je… » et je pense qu’il allait dire un truc du genre « je suis un ami », mais Izo n’a pas besoin de ce genre de rappel ou supplique, parce qu’il n’a jamais cessé de voir Ryoma comme un ami cher. Aw. Même Kao, avant de se retourner pour suivre Ryoma, l’a d’abord rejeté, mais Izo n’hésite pas une seule seconde (après, ils ont pas du tout la même pression sur les épaules, je me sers juste de cela pour souligner à quel point la réaction d’Izo a été immédiate).

 

Izo, Ryoma et Kao partagent un moment ensemble, avec une référence à l’épisode 1 (le verre que sert Kao à Izo et qui le fait évoquer le mariage qu’on avait vu dans le premier épisode) qui rappelle un temps plus innocent pour Izo.

 

 

La petite maison où Kao et Ryoma vivent une vie « d’époux » pendant un temps a des airs de refuge où on peut se bercer d’illusions un moment, finalement. Une illusion dans laquelle Ryoma et Kao sont heureux et ensemble dans le même foyer, et une illusion dans laquelle Izo n’a tué personne (Ryoma, sentant ce qu’Izo va avouer, ne lui laisse même pas finir sa phrase, au grand damne d’Izo qui, dans le stade suivant de son évolution, n’en est plus juste à prendre les devants, mais même à vouloir se vanter de ses actions qui, un épisode plus tôt, le faisaient littéralement vomir). J’aurais voulu qu’on puisse rester dans cette illusion :( Bien sûr, on ne peut pas, mais… J’aimerais que Ryoma prenne Izo avec lui, et l’emmène loin de l’influence d’Hanpeita (Izo dit lui-même qu'il ne s'était pas senti aussi heureux ou détendu depuis un long moment T.T). Comme il dit, Izo est quelqu’un qui a bon cœur, et je veux le protéger, damn it ! Pardon, je suis très faible face aux poupinettes à protéger, haha… j’ai des flash-backs de Muhyul dans Six Flying Dragons, comme je le disais à Ilumys.

 

En parlant d’Ilumys ! Elle disait un truc la semaine dernière auquel je n’avais pas pensé mais que je trouve intéressant :

 

Quant à la bagarre du marché, elle était en effet un peu clownesque. Je t’avoue que je n’avais pas trop fait attention à ça mais, en te lisant, j’y ai réfléchi, et maintenant je me demande si cette scène n’était pas une manière de montrer la voie de la non-violence choisie par Ryoma, au contraire d’Izo qui va aller jusqu’à tuer dans cet épisode…

 

J’y ai repensé cette semaine aussi quand Ryoma dit à Izo qu’un guerrier vraiment fort ne tire pas son épée de son fourreau à tort et à travers. Certes, Ryoma l’avait tirée, mais sans blesser qui que ce soit malgré tout, et Izo ressemble à un enfant à qui on ferait la leçon et ça me tue qu’il ait l’air prêt à écouter Ryoma mais que tout soit défait à la seconde où Hanpeita lui accorde un mot. « Ils ont fait d’Izo un assassin » se lamente Ryoma, en colère, et je partage sa tristesse.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Cette semaine encore, la manipulation d’Hanpeita va bon train. Izo semble si hureux chaque fois qu’il obtient sa reconnaissance, et Hanpeita continue de lui donne des ordres mais sans les lui donner réellement, les suivant simplement d’encouragements pour qu’Izo comprenne qu’il va dans le bon sens. La fin, où Hanpeita l’invite à marcher à sa hauteur, est la consécration pour Izo. J’aime aussi beaucoup ce moment :

 

 

Hanpeita ne dit pas explicitement à Izo de tuer Honma Seiichiro, il dit simplement que oh là là le type fait chier et que ce serait bien que quelqu’un l’arrête, puis, il y a donc ce passage, et j’aime la façon dont le regard d’Izo change après la transition, et l’idée qu’Hanpeita « voile » Izo, le transforme. C’est comme un tour de magie et on est placé du point de vue du magicien qui transforme Izo.

 

Bref. Je suis triste. Heureusement, je me console parce que je sais qu’après le bakufu, Izo, fatigué et ayant rempli sa fonction, mettra la violence derrière lui, se fera forger un sabre à lame inversée, se teindra les cheveux en roux, et se trouvera une famille de cœur en la personne d’une gérante de dojo, une médecin, un bras cassé et un gamin enthousiaste. Bon, il sera dérangé de temps en temps, okay, mais il vivra une vie heureuse avec des gens bien, c’est dans les livres d’histoire.

 

 

Sur cette note heureuse, c’est tout pour cette semaine, les gens :)

J’espère que vous avez aimé cet épisode, vous aussi

Bonne matinée/journée/soirée !

 

 

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

publié le 25/01/2021

 

Hey les gens :D ! Comment vous vous portez ? C’est vrai, quoi, je vous raconte à moitié ma vie dans chacune de ces updates, mais je vous demande jamais ! Alors : comment vous portez-vous ? Vos vies, tout ça ? En tous cas, j’espère que vous appréciez toujours Ryomaden, que vous le regardiez en même temps que moi ou que vous lisiez cela plus tard / en ayant déjà vu le drama / juste pour le… « fun » ? ( ?).

 

Cette semaine, je dois dire que j’ai été un chouïa moins enthousiasmée par notre épisode. C’est pas que l’épisode 16 soit mauvais, c’est surtout que la saison avait commencé fort, et que les épisodes 14 et 15, c’est vrai, se penchaient sur des personnages qui m’intéressent plus que le personnage principal. Vous méprenez pas, hein, Sakamoto Ryoma m’intéresse, surtout en tant que figure historique, et je trouve le personnage sympathique, mais on a déjà discuté du fait que j’étais plus interpelée par les personnages secondaires (Yataro, Hanpeita, Izo, Kao) parce qu’ils sont moins glorifiés par la série. Bref les épisodes 15 et 16 s’attardaient sur des personnages qui me parlent plus en tant que personnage et il y avait du vrai développement d’un d’entre eux (l’évolution d’Izo qui, dans cet épisode, n’attend vraiment plus pour saisir son sabre, décidément ;;) alors passer de cela à regarder Ryoma aller de personne en personne pour se trouver un mentor, c’était un peu moins prenant en comparaison, même s’il y a plusieurs bons moments dans l’épisode, en particulier avec son nouveau mentor.

 

Je saisis l'occasion pour une pause "Izo":

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Bon et puis c’est une question de goût personnel mais Ryoma, quand il demande une faveur ou est simplement enthousiaste, il a tendance à, déjà, envahir l’espace vital des gens et, surtout se mettre à crier, donc il y a beaucoup de cris cette semaine. Pas juste dans ces circonstances, du reste : quand Ryoma monte enfin sur le bateau noir il laisse sortir son fanboy intérieur (ce qui se comprend) et là aussi, y a du cri d’enthousiasme.

 

 

C’est vraiment juste un truc personnel mais je pense que les deux personnes qui suivent assidûment ces articles (Ilu, Jodie, coucou) au rythme de leurs sorties savent que j’ai du mal avec le « trop de bruit » donc… voilà voilà. J’ai été moins à fond cette semaine. Néanmoins, parlons de choses !

 

(Je m’excuse à l’avance quand même, je ne suis pas très en forme cette semaine -j’ai les yeux explosés et mal au poignet et à la main droite- donc ça va sans doute se ressentir dans l’article, pardon)

 

 

Chojiro

 

J’ai été contente de retrouver Chojiro cette semaine ! Il m’est instinctivement sympathique, donc chaque fois qu’il refait surface dans la vie de Ryoma, ça me fait sourire. Et puis surtout, malgré sa nervosité compréhensible (parce que Hanpeita ne fait plus de cadeau à grand-monde ces derniers temps), j’ai été contente de le voir se défendre face à Takechi Hanpeita.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Chojiro a apparemment été inspiré par l’ambition de Yataro (qu’on ne voit pas du tout cette semaine en dehors du flash-back avec Chojiro) et a décidé de lui aussi venir s’instruire à Edo pour faire quelque chose de lui-même, et Hanpeita semble voir cela avec beaucoup de mépris mais Chojiro a raison : Hanpeita est la dernière personne qui devrait reprocher à quelqu’un des ambitions au-dessus de son rang ! Ca nous ramène à l’épisode 8 où il avait refusé d’aider Yataro avec son père, le tout sans compassion, alors qu’il était lui-même bien placé pour savoir ce que c’est d’être à la merci des rangs sociaux supérieurs et de n’avoir aucun recours face à l’injustice. On avait aussi parlé de son complexe d’infériorité, de la part d’égo dans ses actions à côté de ce qui relève des convictions. Dans cet épisode, face à Katsu Rintaro, je trouve qu’on sent qu’il met de moins en moins d’énergie à nier qu’il dirige Tosa, et j’ai aussi le sentiment qu’il se sent si bien à sa place qu’il a, pour le mettre crûment, « pris la grosse tête » au point d’en oublier ses origines. Pas vraiment, parce que ça continue d’alimenter sa soif d’ascension et de pouvoir, mais suffisamment pour qu’il n’ait pas d’empathie pour Chojiro.

 

Bref : yay, Chojiro

 

 

Sana

 

Arf, si seulement Sana et Kao pouvaient échanger leurs frères :( Enfin, pas vraiment, mais ç’aurait été bien que le frère de Kao la shippe autant avec Ryoma que celui de Sana semble shipper Sana avec Ryoma. Je ne souhaite sinon pas le frère de Kao à Sana. Je ne souhaite le frère de Kao à personne. Mais ce serait bien que celui de Sana soit un peu moins #TeamRyoNa (ou SaMa ? …), parce que la pauvre, elle s’est déjà suffisamment monté la tête comme ça. C’était si triste, dès que Ryoma revient, de la voir essayer de se mettre en mode « féminine » direct. Alors que ça fait quatre ans, quoi ! Quatre ans probablement sans nouvelles, et elle est toujours bloquée là-dessus. Je la juge pas, j’ai bloqué sur des types bien plus longtemps que cela, mais c’était pas fun, et du coup aw, je compatis. Quelle tristesse quand elle réalise que Ryoma n’est pas du tout revenu pour la voir :(

 

 

 

• Ryoma et son nouveau mentor

 

Comme je disais, c’est vrai qu’après les deux épisodes précédents, celui-là semblait un peu léger, mais c’est aussi que, niveau ton, il est effectivement plus léger, sans doute histoire de faire retomber un peu la tension (même si elle est toujours là, dans le face à face d’Hanpeita avec Katsu Rintaro, ou dans l’incendie qu’on voit être déclenché par le mouvement joui, mené par un samurai de Chôshû), et il y a pas mal de moments de comédie qui m’ont fait sourire.

 

Par exemple la petite routine autour du nom de Ryoma et les kanjis qui le composent, la façon dont Ryoma perd ses moyens, les « mauvais points » (les croix) de Katsu Rintaro qui juge son potentiel nouvel élève. Il y a une énergie amusante à l’entretien de Ryoma avec son mentor, et à la fois je compatissais un peu avec lui, parce que imaginez le stress si quelqu’un vous demandait « montre moi à quel point tu es amusant/intriguant/intéressant », comme ça, avec zéro indications. Je pense que je serais dans un état de stress et confusion pire que celui de Ryoma, haha, le pauvre.

 

Je suis contente pour lui que Katsu Rintaro ait fini par se ranger à l’opinion générale que Ryoma est la personne la plus intéressante au monde (okay j’exagère un chouïa) et il y a des petites choses dans leurs interactions que je veux souligner.

 

=> la musique (vous vous y attendiez pas, hein ? :D) : pendant le premier entretien de Katsu Rintaro et Ryoma, le morceau qui joue est Karakkaze (空っ風) et je trouve que ce morceau a un feeling très « western » ? Après j’ai une très mauvaise oreille, mais je sais pas, j’aimais bien l’utilisation de cette musique-là vu que Ryoma est venu consulter Katsu Rintaro parce qu’il se demande aussi comment le Japon doit réagir à la menace occidentale. Mais j’admets que c’est sans doute moi qui me fais des idées sur ce coup-là.

 

=> la chaise : un truc que j’ai noté lors de leur second entretien est l’utilisation de la chaise. Alors je ne veux pas dire de conneries, parce que le Japon avait déjà des sièges avant l’influence de l’occident, hein, et que je ne suis pas experte en mobilier, mais il me semble que c’est une chaise de type occidental, comme plusieurs objets dans la pièce de Katsu Rintaro qui mélange les influences. Au début de ce second entretien, Katsu Rintaro et Ryoma sont assis par terre dans une pause japonaise traditionnelle (je suis sincèrement désolée si je formule les choses mal). Puis Rintaro va s’asseoir sur une chaise occidentale et invite Ryoma à faire de même. Ryoma semble surpris, et s’approche, mais il ne s’assied pas sur la chaise, il reste simplement debout à côté tandis qu’il commence à réfléchir. Puis Rintaro l’invite à s’asseoir à nouveau, Ryoma finit par s’installer sur la chaise, et c’est là qu’il commence son cheminement vers l’idée qu’il faut que le Japon se construise une flotte assez puissante pour être dissuasive mais sans avoir besoin de se battre, le tout en apprenant de la technologie occidentale pour développer une nouvelle civilisation plus forte, tout en restant japonaise. Il finit debout à nouveau mais je me suis demandé si la chaise et la façon dont il va progressivement s’asseoir dessus était censé souligner la façon dont Ryoma se rapproche de l’idée d’utiliser la technologie occidentale.

 

 

=> pour la première fois (si je ne dis pas de connerie) on entend le mot « Nipponjin » dans le drama. C’est-à-dire « japonais », avec les kanjis 日本人 . 日本 pour le Japon (les kanjis de jour/soleil et origine) et le kanji qui veut dire « personne ». Donc une personne du Japon. (pardon, je suis clairement pas experte en japonais donc si je dis des conneries, encore une fois, il faut me corriger) Et c’est important, parce qu’on est dans un Japon où les gens se sentent plus appartenir à un fief qu’à un pays regroupant tous ces fiefs. Katsu Rintaro demande à revoir Ryoma lorsqu’il entend que celui-ci rejette à la fois le gouvernement de son fief et le Bakufu et il lui propose, à la place, de ne plus appartenir à un fief mais d’appartenir au Japon. On avait aussi vu Ryoma se présenter à Matsudairu Shungaku comme simplement « Sakamoto Ryoma ». Plus un membre de Tosa, plus un membre du parti d’Hanpeita, mais juste « Sakamoto Ryoma ». Et désormais, il est « Sakamoto Ryoma, ‘personne du Japon’ ».

 

 

• N’explique pas la blague !

J’aime le petit moment où Katsu Rintaro fait un jeu de mot, Ryoma ne comprend pas, Chojiro commence à expliquer et Katsu Rintaro dit à Chojiro de ne pas expliquer parce que ça tue les blagues de les expliquer. C'est une phrase courante à notre époque aussi et j’aime bien ces moments où on nous fait sentir que l’époque, les mœurs, les mentalités, etc, ont changé, mais qu’il y a des choses qui ne changent jamais (cf. aussi les posters de courtisanes sur les murs de Ryoma et ses colocataires quand il étudiait au dojo).

 

 

• Yes yes !

J’étais enthousiaste avec Ryoma de monter sur le Kanrin Maru (le premier navire japonais à vapeur) ! C’est un grand moment, et on sent son émotion. Mais haha, je sais pas pourquoi, quand Ryoma réalise que le John sur le bateau est LE John Manjiro (qui avait déjà été évoqué dans l’épisode 7 lorsque Ryoma était chez Kawada Shoryô) et que celui-ci balance son « Yes ! Yes ! », ça m’a fait rire. Quelque chose dans le ton et la pause digne d’un générique de série un peu kitsh… Bon mais ça m’a juste fait sourire, ça n’enlève rien à l’importance du moment.

 

 

Et c’est tout pour cette semaine les gens !

Je vais m’arrêter là, vous dire à lundi prochain, et aller mettre une compresse sur mes yeux~

 

Prenez soin de vous

 

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

 

 

Visiblement, mon intérêt pour ce drama est en train de se lier étroitement au temps d’écran d’Izo par épisode, haha. Parce que cette semaine, j’ai été bien plus enthousiasmée que par l’épisode 16 et, coïncidence coïncidence, Izo était très présent. Sauf que ce n’est pas du tout une coïncidence, bien sûr, mais ce n’est pas par cela que j’aimerais commencer.

 

J’aimerais d’abord parler de Sana.

 

 

Sana

 

 

Parce que même si on la reverra peut-être comme on a revu Kao, cette semaine donnait vraiment l’impression qu’on la regardait tirer sa révérence.

 

J’ai de la peine pour Sana, parce que quand Ryoma est revenu, elle s’est aussitôt remise à espérer mais il n’était clairement pas là pour elle et le drama donne le sentiment qu’il est resté à peine une seconde avant de repartir aussitôt. En même temps, il ne lui avait rien promis. Il aurait pu être plus délicat, parce qu’il sait ce qu’elle ressent pour lui et qu’ils sont au moins amis (comme l’expriment les flash-backs qui donnent d’autant plus un sentiment de « fin » au personnage) mais il a également été clair avec elle, du coup elle l’a l’attendu mais pas parce qu’il l’y avait encouragée. Cela dit, cette histoire, c’est encore de l’embellissement.

 

Je me permets d’en parler à présent parce que ce n’est plus un spoiler, mais historiquement, c’est Ryoma qui a demandé la main de Sana à sa famille. Lorsqu’il quitte le dojo en 1858 pour retourner à Tosa, ce qui pour nous se situe à l’épisode 9, il est fiancé à Sana. Il revient quatre ans (sans communication avec Sana) plus tard, en 1862, ce qui correspond donc à notre épisode 16 de la semaine dernière. Sur place, pressé par la famille de Sana, il lui fait un cadeau qui officialise en gros leur mariage sans qu’ils soient réellement mariés, puis il repart quasi tout de suite. Je ne vous raconte pas la fin de l’histoire, on en reparlera peut-être plus tard, mais il semble qu’historiquement Ryoma ait été moins qu’exemplaire avec Sana et l’ait beaucoup laissée poireauter sans tenir beaucoup ses promesses. Dans le drama, cela dit, ce n’est pas du tout ce qui est montré, et à la place quand Ryoma repart c’est avec la bénédiction de Sana qui jure de ne jamais se marier et s’estime suffisamment heureuse d’être dans un endroit qui contient une trace de Ryoma parce que yay Ryoma is the best thing that ever existed. 

 

 

Et je continue de trouver cela dommage. Purement d’un point de vue « divertissement » (donc sans prendre en compte l’aspect idéologique qui est plus compliqué), ça ne me dérange pas que le drama prenne des libertés avec l’histoire, d’autant qu’il fait certainement la même chose avec Izo, que j’aime beaucoup. Mais avec Ryoma, les changements lui enlèvent de la texture au lieu d’en donner, donc c’est con, quoi. Enfin, on en a déjà parlé, donc je m’attarde pas sur la question.

 

Quelque part, cela dit, les changements me rendent triste pour Sana.

 

Sana n’est pas un personnage auquel je suis profondément attachée, pour être honnête. « Intellectuellement » je trouve le personnage sympathique et j’ai de la peine pour elle, mais la voir (potentiellement) sortir du drama ne me rend pas triste comme je l’ai été pour Kao, et la voir se séparer de Ryoma ne me serre pas non plus réellement le cœur comme il s’est serré pour Kao. Et la raison est que si j’étais triste pour Kao, ça n’a jamais été parce qu’elle ne pouvait pas être avec Ryoma, mais à cause de la façon dont elle est privée de la liberté de faire ses propres choix et orienter sa vie dans la direction qu’elle souhaite. Si elle avait voulu être célibataire et avait été forcée à être avec Ryoma, j’aurais ressenti la même peine. En comparaison, Sana a une famille au contraire préparée à la soutenir dans ce qu’elle veut, et certes, elle n’obtient pas ce qu’elle veut (Ryoma, donc) mais ce n’est pas parce qu’on lui met des freins, c’est juste que, bah, aimer quelqu’un ne garantit pas qu’on sera aimé en retour. C’est le jeu, c’est comme ça. Sana ne donne pas le sentiment d’être un pantin pour son entourage comme l’est Kao.

 

Mais du coup je suis triste pour Sana de façon plus « méta ». C’est-à-dire qu’au sein du drama, le personnage n’est pas un pantin, mais au niveau de la conception du drama, Sana, la personne, et son histoire ont été modifiées pour embellir l’image du type qui l’a baladée pendant des années. Je ne peux pas dire que je suis triste pour Sana, la personne, parce qu’elle est morte donc elle se fout certainement de savoir ce qui se passe dans Ryomaden, mais j’ai un pincement au cœur dans le vague, mettons. C’est mon côté hypersensible, je suppose :’D

 

Parlons de Ryoma.

 

 

• Ryoma

 

 

A ce stade vous l’avez compris : Ryoma n’est pas le personnage auquel j’accroche le plus, émotionnellement, pour des raisons qu’on a déjà évoquées au fil des updates. Cela dit, cette semaine, j’ai réalisé que malgré tout, il y a quelque chose de familier au parcours de Ryoma, et que j’ai quand même une petite connexion au personnage.

 

Ca m’est venu lorsqu’il discute avec John Manjiro. Et par « discute », je veux dire qu’il fanboyise à mort, haha. Mais je le regardais apprendre de nouveaux mots (yes ! wonderful !) et de nouveaux concepts avec enthousiasme, et me suis alors dit (pas pour la première fois) que ce que j’aime le plus chez ce personnage est son enthousiasme pour l’apprentissage et sa soif d’en découvrir toujours plus. Ryoma est perpétuellement en train d’apprendre. Depuis le début du drama quasiment, il ne fait que cela. Et donc j’ai commencé à penser à ses études. Et à sa vie.

 

Partir de chez soi pour faire ses études. Arrêter ses études parce qu’on a subitement l’impression qu’elles ne servent à rien. Se sentir à l’étroit chez soi. Arriver à l’âge de 26 ans en ayant l’impression de n’avoir rien accompli… Je sais pas, ce sont des choses qui me parlent. Et je sais que souvent je rigole de l’âge de l’acteur ou me désole légèrement de l’effet que cela produit par rapport au personnage, mais un effet que cela a aussi est que le type a l’air d’avoir quarante ans mais d’être aussi paumé qu’un ado qui ne sait pas encore quoi faire de sa vie, ce qu’il peut faire de sa vie, et je vous avoue qu’il y a une part de moi qui trouve cela très familier.

 

Bon, après, la différence entre lui et moi c’est qu’il a effectivement terminé ses études, qu’il a fini par trouver sa voie, et que tout le monde le trouve super, mais il y a des étapes de sa vie que je reconnais, et ça me créé une accroche au personnage en plus de mon intérêt pour la figure historique.

 

Par contre une autre différence entre lui et moi est qu’il continue de défendre Hanpeita, et si j’apprécie sa loyauté, lol, fuck Hanpeita.

 

 

Okay, c’est une réponse très émotionnelle, haha. Mais vous devriez avoir l’habitude à ce stade ! S’il y a un truc qu’illustre assez bien la progression de ces updates, depuis l’introduction du projet jusqu’à cette update sur l’épisode 17, c’est que mon mode de « consommation » général en fiction est émotionnel. Je ne suis pas une intellectuelle. Donc fuck Hanpeita, okay ;A;

 

Le personnage m’intéresse toujours, je suis contente de l’avoir à l’écran, et je suis semi-ravie de le voir monter les rangs semi-inquiète parce que c’est visiblement un piège, mais pendant que lui boit tranquillement avec Hirai, Izo est en train de se casser de plus en plus, et c’est pas bon pour mon cœur fragile, ça ;A;

 

 

• Izo, bb

 

 

Je réitère : ça fait super bizarre de mettre un « bb » ou d’appeler « poupinette/poupette » un personnage historique d’assassin… mais j’y peux rien, c’est comme cela que ça se passe dans ma tête !  J’ai un fort biais pro-Sato Takeru, et aussi une tendance naturelle à vouloir protéger toutes les poupettes qui ont l’air vulnérables et se font manipuler, même si on est d’accord qu’Izo fait malgré tout ses propres choix, et que tuer les gens c’est pas cool, et qu’il est responsable de ce qu’il fait. Mais voilà, dans ma tête, c’est la poupinette Izo. Juste, une poupinette meurtrière, quoi. Et je pourrais garder cela dans ma tête histoire de faire sérieuse quand j’écris, mais vous savez bien que ce n’est pas mon genre.

 

Il me fait du mal, les gens.

 

D’un côté, à présent, on voit qu’il n’hésite décidément plus à tuer. Il n’y a plus aucune maladresse dans ses gestes : il est rapide, précis, meurtrier, et il ne vomit plus quand il a fait ce qu’il avait à faire.

 

En revanche, il boit de plus en plus, il fait des cauchemars, et cherche le réconfort dans les bras d’une jeune femme à laquelle il ne peut même pas réellement parler, parce que ce qu’il fait n’est pas avouable (la façon dont il esquive la question est assez méprisante, par contre o_o dude, calme toi). C’est en train de le ronger de l’intérieur, et cette semaine on ne voit plus aucune trace de la fierté qu’il éprouvait dans l’épisode 15.


Il doit certainement y en avoir, il sert toujours avec zèle Hanpeita, mais leur relation a changé. Izo déteste ce qu’il fait, il commence même à demander à Hanpeita s’il peut arrêter, avant de se couper dans son élan. Et à la jeune femme qui partage son lit, sortant d’un cauchemar dans lequel il est lui-même brutalement assassiné, il pleure et crie qu’il ne tue pas parce qu’il en a envie. Il le fait pour Hanpeita, mais il n’aime pas cela. D’ailleurs, après ce cauchemar, on le revoit vomir. La nausée est toujours là, donc. Ce n’est juste plus quelque chose qui le prend sur le moment, mais quelque chose qui le hante après coup. Et, donc : sa relation à Hanpeita a changé.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Pour la première fois, on voit Hanpeita payer Izo après un assassinat. Izo prend l’argent, mais ça n’a pas l’air de le ravir, et ça vient juste après la scène où un de ses camarades (Kameyata), saoul, lui a balancé au visage « Qui vas-tu assassiner ce soir ? Est-ce que tu sais comment les autres t’appellent derrière ton dos ? Hitokiri Izo ». C’est-à-dire « Izo l’assassin / le tueur », ce qui a l’air de choquer Izo.

 

Par rapport à quand il voulait se vanter à Ryoma de ses contributions à « la Cause » et, surtout, de l’aide qu’il est pour Hanpeita, Izo ne semble pas aimer son surnom, et honnêtement je ne trouve pas qu’il ait l’air plus enthousiaste que cela quand il en parle à sa compagne non plus (de même qu’il a l’air de vouloir dormir avec elle pour ne pas avoir à rentrer « chez lui », c’est une forme d’évasion, comme l’alcool).

 

L’argent donne quelque chose de « crasse » aux activités d’Izo. Tuer, bien sûr, c’est jamais joli, et le drama a d’ailleurs tout fait pour que ça ne le soit pas, mais aux yeux d’Izo, il tuait pour la Cause, par loyauté pour Hanpeita, par conviction, pas par gain personnel (même si la reconnaissance d’Hanpeita était son gain, mais je ne sais pas à quel point il en était conscient vu que manipulation et tout le bordayl) et être payé, ça salit ses illusions. Ca rend la chose basse et contractuelle. Quant au surnom, ça veut dire qu’à présent, tuer fait partie de son identité. Ce n’est plus juste quelque chose qu’il fait, c’est quelque chose qu’il est. Donc il ne déteste plus juste ce qu’il fait, il commence à détester ce qu’il est. Et c’est en train de l’empoisonner. Et je suis triste. Pour résumer.

 

 

• Des trucs

 

=> Il fait peur le seigneur de Tosa… Et Ryoma le rencontre pour la première fois dans le même épisode où il apprend que les USA ont un président élu par le peuple et qui peut venir de n’importe quelle classe sociale (c’est l’idée en tous cas). C’est-à-dire que la même semaine on lui parle d’une autre façon de faire les choses où tout le monde est sur un pied d’égalité (idéalement), et il se retrouve confronté à ce que le système de son pays a de terrifiant, Yôdô balançant tranquillement qu’à Tosa les kashi ne valent pas mieux que des animaux. Tu m’étonnes que les gens veuillent changer de système :’D

 

=> Aw yay, on a vu la famille de Ryoma Ca fait toujours plaisir !

 

 

=> Par contre y a que moi que cela étonne que la famille de Ryoma dise n’avoir pas entendu beaucoup parler de Yataro chez eux ? Lorsque le père de Yataro était dans la merde, Ryoma s’est quand même démené pour l’aider, et a même demandé à son frère de lui prêter moins forte. Mais bon, c’était peut-être juste une excuse pour refuser d’aider Yataro financièrement. Même si, au final, Yataro obtient l’aide qu’il souhaitait.

 

 

Sur ce, les gens, c’est tout pour cette semaine :D

 

Comme je le disais au début, j’ai mieux aimé cet épisode 17 que le 16. Parce que dès qu’on ramène Izo dans l’équation, je me sens plus émotionnellement investie, je suppose. Tout en appréciant de suivre les avancées de Ryoma, parce que ça m’intéresse de voir comment ils vont développer leur flotte, leur université nautique.

 

J’ai donc hâte de voir la suite, et je vous dis à la semaine prochaine pour l’update suivante !

 

Favoristime ? Quel favoritisme ?

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

 

 

Coucou les gens ! Comment vous portez-vous ? :)

 

Ca va être une petite update cette semaine, je pense. Chaque fois que je dis cela (à moins d’écrire l’intro après l’update, ce qui n’est pas le cas ici) c’est un peu risqué, haha, mais a priori j’ai peu de notes, et tiens une petite forme (je vais bien, je manque juste de sommeil un peu^^). Et puis dans les notes que j’ai prises, il y a beaucoup de choses qui seraient des redites. En même temps, c’est logique, mes sentiments pour le drama et le personnage ne font pas des virages tout le temps, donc… souvent je ressens la même chose d’une semaine à l’autre, et je pourrais réitérer à chaque fois, mais admettez que ça deviendrait répétitif. Même si, des fois, en effet, je réitère quand même. Par exemple, je réitère que le visage de Sato Takeru :

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Certaines choses sont importantes, après tout.

 

Sur ce, causons un peu, et je vais commencer par le trivial !

 

 

1863

Ceci est juste une entrée pour rappeler la date (pour plus tard, si jamais je me relis). On est en 1863, Ryoma a 27 ans, Takechi Hanpeita en a 34, et Izo et Chojiro en ont 25. Katsu Rintaro en a 40. Et est-ce que je garde aussi en tête la date de leur mort en comptant les années qu’il reste à tous ces gens ? Oui.

 

 

• Le chat

 

 

Pour le coup, c’est une question que j’ai à vous poser. Vers 10 minutes et 29 secondes de l’épisode, après l’altercation Ryoma/Chojiro/Sonojo où Ryoma et Chojiro finissent par convaincre Sonojo de l’importance de leur académie pour sauver le Japon, on a une image d’un commerçant qui pleure sa figurine de chat cassée, et le drama prend le temps de faire un gros plan sur sa peine et sur le visage du chat cassé en deux. La figurine a été brisée pendant l’altercation donc elle pourrait juste viser à nous montrer que l’altercation a fait des dégâts, mais dans ce cas pourquoi ne nous montrer que cela, avec un beau zoom à la clé ? Ca ne peut pas représenter la relation brisée des trois hommes vu que Sonojo finit convaincu, donc est-ce que c’est censé vouloir dire autre chose ? Il y a peut-être un symbole que je ne perçois pas, donc je me tourne vers vous pour voir si vous avez une explication. Haha, c’est la même situation que dans l’épisode 14 avec le chien et les poules, je m’arrête vraiment sur des détails, pardon. Et à chaque fois c’est dans ce marché !

 

 

• Le volume

De la redite pour le coup, mais… les personnages sont-ils vraiment obligés de crier toutes leurs lignes ? T___T Je sais qu’ils sont exaltés et tout, mais moi ça me fatigue les oreilles, honnêtement. Ca m’a fait rire de voir Ryoma et Chojiro essayer de démarcher les gens dans la rue en mode « avez-vous une minute pour parler de l’environnement ? » mais en carrément plus agressif : je compatissais avec leurs « victimes » et à la fois avec eux qui ne savaient pas du tout comment s’y prendre. Mais à la fois, le volume quoi. Pardon, je sais que c’est un truc propre à moi, j’aimerais juste que ces gens apprennent à parler sans se hurler au visage (et Ryoma est le pire avec ça). Si c’est une représentation réaliste de comment c’était à l’époque, je suis contente d’être née quand je suis née, même si le monde est dans la merde et que l’humanité est condamnée :’D

 

 

                • L’académie

 

 

Je suis juste contente de regarder ces gens apprendre ? C’est même pas spécialement profond, je trouve juste cela intéressant de voir comment fonctionne l’académie et comment ses élèves sont éduqués. L’enthousiasme des étudiants pour leurs études est également communicatif (même s’ils apprennent pour les mauvaises raisons d’après Ryoma qui désespère de voir qu’ils veulent tous partir à la guerre) et il ne se communique pas qu’à moi : les trois samurais envoyés par Hanpeita à la demande de Yamauchi Yodo sont rapidement intégrés et eux qui n’étaient pas ravis de devoir entrer dans l’académie semblent plutôt bien s’y trouver finalement. Plus que l’apprentissage lui-même, c’est le traitement d’égalité qui les a fait changer d’avis, cela dit. Le fossé entre kashis et joshis était particulièrement prononcé à Tosa, plus que dans les autres fiefs, et le mouvement mené par Hanpeita, s’il vise à repousser les étrangers (quelque chose que couvre aussi l’académie de toute façon) était né en grande partie du sentiment d’injustice ressenti par les samurais kashis. Donc forcément, se retrouver soudain mis sur un pied d’égalité, ça a de quoi griser nos samurais, envoyés à l’académie parce que Yamauchi Yodo voulait priver Hanpeita de ses hommes. Et ça a l’air de fonctionner.

 

 

Hanpeita

 

 

« Fuck Hanpeita ! » disais-je la semaine dernière, et je n’ai pas changé d’avis, mais j’ai eu de la peine pour lui quand même cette semaine (et en avais déjà eu avant) lorsqu’il se réalise soudain tout seul. C’est d’autant plus cruel qu’il est tombé de très haut : cette semaine ses plans semblaient se dérouler parfaitement, l’empereur avait réussi à faire pression sur le shogun, la cause joui avançait, et Hanpeita avait même eu l’honneur de rencontrer son seigneur (et d’en recevoir un cadeau) une chose dont il n’aurait jamais pu rêver quelques années auparavant. La chute fait donc d’autant plus mal, et je l’ai un chouïa en travers de la gorge aussi. Pour des gens qui semblaient l’idolâtrer, je les trouve bien « volages », ses fidèles. En même temps, on voyait la semaine dernière déjà qu’il y avait des mécontents, mais quand même… et j’ai surtout été sidérée de la facilité avec laquelle Hirai semble avoir trahi Hanpeita. Après tout le bordel qu’il nous a fait dans les épisodes précédents, il suffit de flatter un peu son égo et bam. Bon, après, peut-être que ce qu’on voit dans cet épisode est trompeur, peut-être qu’Hanpeita n’a pas été abandonné mais qu’ils préparent tous une fête surprise pour son anniversaire (en avance) ou qu’ils sont juste en pique-nique, mais j’admets avoir eu un pincement au cœur... C'est une réussite de Ryomaden pour le coup, parce qu'Hanpeita me fait peur, honnêtement, et je ne suis pas d'accord avec sa politique, mais j'ai eu de la peine  en l'entendant appeler Izo d’une voix faible, se disant que s’il reste quelqu’un à ses côtés, une seule personne, ce sera Izo.

 

Alors vous savez que la manipulation d’Izo par Hanpeita est ce qui a motivé mon « lol fuck Hanpeita », et qu’échapper aux griffes d’Hanpeita, je ne souhaite que cela à Izo, mais je suis une machine à avoir pitié des gens, donc... yep. Surtout qu’Hanpeita sait bien qu’Izo ne sera pas là, vu qu’il n’est même pas à Edo, donc c’est vraiment la supplique d’un homme qui se raccroche à la dernière chose à laquelle il pense pouvoir se raccrocher. Donc « fuck Hanpeita » mais aussi quand Hanpeita « gets » en effet « fucked », j’ai un peu de tristesse pour lui.

 

 

Izo

Justement, parlons d’Izo !

 

 

Cela va peut-être vous choquer, mais j’aime bien ce personnage. Je trouve que le drama a bien réussi à nous montrer son évolution, et du coup, je vous avoue avoir ressenti un peu de déception dans cet épisode ? Je ne sais pas si c’est le mot.

 

J’étais, évidemment, très contente qu’il ait plein de temps d’écran. Sa petite voix lorsque tout le monde se voit confié un boulot par Hanpeita sauf lui et qu’il demande « Sensei… et moi ? » = aw, poupette, ne pleure pas ;; Et il se voit donc confié de tuer Katsu Rintaro, et oui ça continue de me faire de la peine de le voir être utilisé comme assassin quand on sait ce que ça lui fait. La scène où il va voir Katsu Rintaro et tombe sur Ryoma était des tas de choses à la fois : elle était triste (la peur d’Izo d’être reconnu par Ryoma, la déception de celui-ci T.T), elle était touchante (parce que le réflexe de Ryoma -même s’il commence par sortir le vrai nom d’Izo- est d’essayer de protéger Izo), elle était mignonne (ils sont toujours mignons quand ils sont ensemble)… et drôle, aussi, grâce à la réaction de Katsu Rintaro qui arrive enfin à rendre son globe utile, haha (yay pour lui ! il n’y a pas de petites victoires !). Il a tout de suite compris qu’Izo était venu le tuer (en même temps il l’avait déjà vu, et Izo avait déjà fait mine d’attraper son arme à ce moment-là) mais il semble s’être pris d’affection pour lui rapidement, ce qui ajoute donc une raison pour laquelle Katsu Rintaro est quelqu’un de bien. A la fois, le fait qu’Izo ait été surpris par le globe montre aussi bien l’ignorance dans laquelle sont gardés les fidèles (moins fidèles qu’il semblait, apparemment) d’Hanpeita. Ou Izo, en tous cas. Hanpeita, lui, savait où était le Japon et quelle était sa taille, mais Izo non, ce qui montre qu’il est soldat dans une guerre sans avoir beaucoup d’informations sur ses ennemis.

 

Ma petite déception intervient après : Ryoma décide de confier son nouveau mentor à Izo, qui devient son garde du corps et… euh… que Ryoma fasse confiance à Izo aussi aveuglément alors que le type était venu assassiner l’homme qu’on lui demande à présent de protéger, je trouve ça téméraire mais j’apprécie sa confiance en Izo. Que Katsu Rintaro soit aussi près à faire d’Izo son garde du corps, je trouve cela chelou aussi, mais bon, c’est un excentrique donc admettons. Ce qui me perturbe surtout c’est qu’Izo accepte ? Oui, il est choqué d’apprendre où se trouve le Japon, il apprend que l’Académie traite tous les samurais de façon égale ce qui pour lui est un rêve (pas que les samurais du reste puisque Chojiro a été fait samurai par Katsu Rintaro, mais était marchand à la base, ce qui le plaçait bien bas sur l’échelle sociale), et il rencontre pour la première fois le concept de « nipponjin », d’appartenir au pays plutôt qu’à un fief, et tout cela est grisant. Et puis sa cible le traite avec chaleur, sans l’attaquer, donc je comprends aussi qu’il n’ait plus envie de le tuer, et aussi qu’il ait peur de rentrer voir Hanpeita sans avoir accompli sa mission, mais son revirement parait malgré tout rapide ?

 

Une interprétation serait qu’il n’attendait que cela, d’arrêter de tuer, de se sentir utile à autre chose, et de se ranger du côté « Ryoma » plutôt que « Hanpeita », mais je sais pas, c’est fait si rapidement qu’à mon sens ça minimise un peu tout ce qui avait été patiemment construit jusque-là. Enfin, c’est peut-être juste moi.

 

 

Voilà pour mes ressentis cette semaine :) Et maintenant on attend la suite o_o

(enfin techniquement la suite est disponible, on serait pas obligé d’attendre, mais j’attends quand même)

 

Bonne soirée/journée/matinée à tout le monde

 

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

 

 

Coucou les gens ! Comment allez-vous ? :) Vous avez passé une bonne St Valentin (en vrai osef de la St Valentin : le 14 c’est mon anniversaire, célébrez moi ! J’ai 32 ans à présent !) ? L’épisode de cette semaine ne vous a pas trop sapé le moral ? Parce que moi un peu, quand même. A vrai dire, je ne crois pas que le drama m’avait rendue aussi triste en dehors de l’épisode sur Kao et Izo. Et cette fois-ci, l’épisode a clairement appartenu à Takechi Hanpeita, même si Hirai et Izo y tenaient une bonne place aussi. Et Ryoma, bien entendu. Par contre, Yataro, pas de nouvelles, haha. Il est quelque part au Japon et doit bosser à monter son affaire, mais on ne sait pas trop comment se porte sa vie. Je suppose que ça détonnerait trop avec l’ambiance actuelle du drama ? Je sais pas. Je me demande comment il va. Mais en tous cas, oui, cette semaine a surtout appartenu à Hanpeita et même si, lorsqu’il quitte Ryoma, ce n’est pas vraiment un adieu, j’ai trouvé que ça avait vraiment le ton d’un adieu, sans doute parce qu’Hanpeita semblait dévasté et court volontairement à sa perte.

 

 

• Hanpeita

 

 

Hanpeita n’a finalement pas perdu tous ses hommes (pas encore, en tous cas), mais clairement son opération ne se porte pas bien, et Yamauchi Yodo lui a porté un gros coup, tandis qu’à l’académie ses anciens fidèles se trouvent bien plus heureux en dehors d’un mouvement qui, selon leurs propres mots, tournait tellement autant d’Hanpeita lui-même. Et vu la débâcle de ce 10 mai, les hommes qui ne l’ont pas encore déserté doivent avoir la confiance bien ébranlée.

 

C’était douloureux de voir Hanpeita attendre un ordre dont on savait qu’il ne viendrait pas. Et dont lui-même, au fond, devait certainement se douter qu’il ne viendrait pas. Hanpeita est souvent aveuglé par son égo, il est retenu par une mentalité traditionaliste qui fait qu’il révère encore son daimyo, mais il n’est pas stupide. A ce stade, ce n’était plus qu’il avait foi en son seigneur mais qu’il s’y forçait, et c’était triste de regarder passer le temps et de voir la déception inévitable se rapprocher. Même si j’admets que, le jour-même de la déception, l’expression de ce type m’a fait rire (cliquez sur l'image pour la voir bien) :

 

:’D

 

Mais sinon, c’était douloureux. Il y a la confiance brisée, la déception de voir sa cause ne pas décoller alors qu’elle était censée enfin aboutir, l’humiliation devant ses hommes, une chose à laquelle on sait qu’Hanpeita réagit très mal, et puis les trahisons, bien sûr. Lorsque, vers le début de l'épisode, il s’effondre après avoir appris la trahison d'Hirai, on entend le rire de Yamauchi Yodo, mais au début, j’ai cru que c’était le rire du double d’Hanpeita, celui auquel on l’avait vu parler, et celui qui le houspillait. J’ai vraiment cru qu’Hanpeita avait craqué. Du reste, il a craqué, et toute la confrontation à la fin avec Ryoma nous montre vraiment un homme brisé. Hanpeita est un peu frustrant à ne pas écouter Ryoma et à s’entêter à vouloir croire en son seigneur, mais comme il dit, renoncer à y croire, ce serait renier tout ce qu’il est. Lorsqu’il décide de retourner à Tosa pour aider Hirai, il ne me donne pas l’impression de réellement s’illusionner, mais plus qu’il a baissé les bras. Qu’il préfère aller à sa mort (ou en tous cas son arrestation) plutôt que de devoir ouvrir les yeux, parce que ce serait plus douloureux. Du coup, c’est ce qui donne le sentiment d’adieu, parce qu’Hanpeita marche volontairement vers la fin. Et c’est triste ;;

 

Mais j’aime beaucoup cette discussion avec Ryoma. Hanpeita a raison, Ryoma est exceptionnellement gentil et loyal, parce que moi j’aurais sans doute lâché Hanpeita à ce stade (j’aurais depuis longtemps kidnappé Izo et j’en serais déjà rendue à traverser la Russie pour mettre le plus de distance entre Hanpeita et lui) , mais j’ai été touchée par ces au revoir, par l’assurance d’Hanpeita qu’il n’a jamais détesté Ryoma, même lorsqu’ils étaient complètement opposés. Et ce « Je rejoindrai ta navy »… Arf, je crois que c’est ce qui pue le plus l’adieu pour moi ? Encore une fois, je sais que ce ne sont pas adieux, a priori, mais quand un personnage dit « je vais vers ma fin, mais si tout s’arrangeait, dans cette réalité idéale future, faisons cette chose qui sonne comme un rêve » (« un rêve » parce que c’est un tel revirement pour Hanpeita), ça pue toujours T.T

 

Tout ça pour protéger Hirai en plus, quoi ! Why ?!

 

 

• Hirai

 

 

Pour reprendre une formule que j’aime bien et qui est surtout très éloquente et représentative de la qualité d’écriture sur ce blog : lol, fuck Hirai.

 

Pardon, je n’aime juste pas ce type. Et d’où « c’est quelqu’un de capable, bien sûr qu’il voulait exploiter ses capacités » ? Je comprends qu’Hanpeita puisse empathir avec les ambitions d’Hirai, mais le type a fait un truc en solo, et c’est se faire manipuler et lamentablement tomber dans un piège… « Capable », en effet ! … Pardon, je suis amère, l’affaire « Kao » m’est restée en travers de la gorge, haha. Mais tout me semble faux chez ce type du coup. Sa fidélité à Hanpeita s’est effondrée à la seconde où on a flatté son égo (et ouiiiiiiiiiii je sais que pour un type de sa condition sociale, être remarqué par le seigneur du fief c’est un truc énorme, mais néanmoins), et après ça il va parler de ce qu’il voulait faire pour son pays, mais j’arrive juste pas à y croire en vrai.

 

Pardon, je l’aime pas. Mais eh, je suis contente de ne pas l’aimer. Parce que j’aime bien ressentir des choses devant mes séries, et donc je suis contente d’avoir une réponse émotionnelle aux personnages de ce drama !

 

ET PUIS : KAO !!!!! Vu le titre du prochain épisode, il va pas mal tourner autour d’Hirai Shujiro, et on va revoir Kao !!!! Qui pleure, dans la preview… donc on va pas se mentir, ça pue un peu pour Hirai. Peut-être que c’est à lui qu’on va dire adieu la semaine prochaine. On verra bien. En tous cas : Kao !!!!!

 

Bon et si je ne suis pas pro-sauver Hirai, en revanche, le plan « s’excuser auprès d’Izo » a toute mon approbation. Fais donc cela, Hanpeita !

 

 

• Izo

 

 

Ca faisait du bien d’entendre Izo dire à Hanpeita « Je ne suis donc que votre chien ? » puis lui crier qu’il déteste tuer, et même si ça lui a fait beaucoup de mal d’entendre Hanpeita lui dire de faire ce qu’il veut de sa vie, je vous avoue que dans ma tête, c’était la fête. Du reste, si j’étais contente que tout cela sorte pour les personnages, je vous avoue qu’une partie de moi était contente parce que je me suis sentie étrangement validée. Je suis si peu sûre de moi dans la vie que même si la manipulation d’Hanpeita était évidente, une partie de moi ne pouvait s’empêcher de se dire « et si tu te plantais ? et si tu sur-interprétais, poussée par ton affection pour Sato Takeru ? ». Encore une fois, c’est con, parce que le drama a été très évident sur ses intentions, mais quand Hanpeita et Izo ont leur confrontation puis qu’Hanpeita parle de présenter des excuses à Izo, j’étais en mode « leur relation était bien toxique, wouhou ».

 

Hum.

 

Ce paragraphe vous a été offert par la partie de mon cerveau en charge de douter de tout ce que je dis et fais :D Yay.

 

Izo, lui, est bien moins en mode « yay » dans sa tête, clairement. Il a même carrément sombré dans la déprime. Je ne sais pas si, comme Ryoma le lui a demandé, Izo comptait revenir à Hanpeita (sans doute pas ?) mais il y a une grosse différence entre ne pas vouloir retourner quelque part et ne pas pouvoir y retourner parce que quelqu’un a barricadé la porte. Ou ne pas aller dehors parce qu’on n’a pas envie parce qu’on est une grande asociale qui préfère de loin regarder des films de crocodiles plutôt que de s’aventurer dans le monde extérieur, et ne pas pouvoir aller dehors parce que le gouvernement a dit qu’il ne fallait pas pour éviter qu’on meure tous. Bref vouloir =/= pouvoir. J’aime bien vous sortir des platitudes comme ça, et donc Izo est déprimé, faisant ce qu’Izo fait quand il est déprimé : boire et serrer Natsu dans ses bras.

 

Je m’interroge sur la représentation, cela dit. Izo… a un côté très enfantin ? Encore que je ne sais pas si c’est vraiment le bon mot. J’essaie de dire qu’il est simple. Genre quand Katsu Rintaro essaie de lui expliquer les nuances entre son type de joui et celui que prône Hanpeita, Izo n’écoute pas du tout, et ne pose pas de questions. Du coup « enfantin » je sais pas si c’est bien ça parce que les enfants sont réputés pour être des chieurs qui posent questions sur questions jusqu’à ce que tu en viennes à remettre en question la fabrique même de l’Univers et ta propre santé d’esprit (j’exagère et généralise un chouïa), mais bref, Izo n’est pas quelqu’un de compliqué, et c’est vrai qu’il y a quelque chose de très « balloté » dans son personnage. Et le personnage historique était quand même un assassin redoutable, et je ne sais pas s’il y a des traces de lui le décrivant comme une poupinette perdue qui se faisait balader comme ça. Mais on en reparlera plus tard, parce qu’il y a des évènements qui n’ont pas encore eu lieu et j’aimerais savoir si le drama va les mettre en scène avant de parler du portrait d’Izo.

 

En tous cas, pour Izo aussi, ça pue. Il a des gens au cul, c’est pas bon ;; Bien sûr, on aimerait tous être aux fesses de Sato Takeru (pardon, j’écris tout cela dans un grand état de -bonne- fatigue et avec tout le sucre de mon gâteau d’anniversaire dans le sang)(en vrai Izo est un peu jeune pour moi, mais Sato Takeru et moi avons le même âge !), mais pour Izo, là, c’est pas une bonne chose. Cela dit, au moins, s’il se fait arrêter, s’il est exilé, ou doit se cacher, ou est exécuté, ou quoi que ce soit qui le sorte de l’écran, ça … okay, ça me brisera le cœur un peu, mais aussi ça rendra ma vie plus facile parce que je sais pas si vous vous rendez compte, mais j’ai plein de screencaps d’Izo et je ne peux pas toutes les mettre dans l’article et ça me rend triste, et le choix est rude.

 

Ecoutez, on a tous nos problèmes, hein ! Izo, lui, il a été manipulé par la personne qu’il aimait le plus, a tué des gens, est traumatisé et rongé par les regrets et, à présent, est recherché par la police, et persuadé de n’avoir plus sa place chez lui, et moi je n’arrive pas à choisir entre deux screencaps du visage du Sato Takeru. L’Univers ne fait de cadeau à personne.

 

Du reste, tant pis, je ne choisis pas. 

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer
[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer
[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Idgaf. C’était mon anniversaire hier, je fais ce que je veux.

 

 

                • Deux trucs

 

=> J’ai eu un peu de peine pour Chôshû :’D Ils se sont bien fait avoir, quand même ! Il pensait qu’il y aurait un vrai mouvement joui, et à la place ils se sont retrouvés à bouger tout seul, et ils sont dans la merde. C’est comme cette scène du Journal de Bridget Jones où Bridget est la seule à se rendre à une fête déguisée, parce qu’on lui a jouer un mauvais tour. Tristesse.

 

=> Dans l’entretien entre les représentants du bakufu et ceux des USA, ils conversent en anglais. Si je ne dis pas de bêtises, jusque-là les deux pays avaient toujours eu besoin d’interprètes, ou bien conversaient en nééerlandais. J’ai trouvé que c’était une bonne petite touche pour nous montrer qu’à présent le Japon et les USA n’en sont plus à leur première discussion.

 

 

Et sur ce, c’est tout pour cette semaine les gens !

 

Je vous souhaite sept jours de ouf en attendant lundi prochain

 

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

 

 

Hé ! Yataro ! Il est de retour !

 

Bon son business ne va pas fort (et haha, j’adore comme les femmes de la famille Sakamoto refusent de se laisser avoir), mais il est en vie et apparemment sa femme, Kisei, a le sens des affaires, elle aussi, et elle vient de lui souffler une bonne idée. En tous cas, vu ce qu’on sait du futur de Yataro, la dame qui a dit à Kisei d’épouser « le type couvert de bouse » a vu juste, et j’aimerais bien une prédiction moi aussi, parce que ce serait pas du luxe d’avoir une direction certaine dans la vie, surtout en ce moment. Oh well.

 

 

Malgré les circonstances pas excessivement joyeuses, c’était agréable de revoir un peu Tosa, et c’est toujours un plaisir de passer un peu de temps avec la famille de Ryoma. Mais c’est vrai que la plupart des scènes à Tosa n’étaient quand même pas hyper gaies, vu qu’on les passe surtout à regarder Hanpeita supplier Yamauchi Yodo d’épargner la vie de Shujiro. En même temps, je sais pas trop ce qu’il espérait, parce que c’est vrai que le Tosa Kinnoto a assassiné l’ex-bras droit du daimyo. Par contre, je ne me souviens plus si Hirai y a participé directement… Mais ça, ce serait compliqué à déterminer sans qu’Hanpeita lui-même balance les noms, et ce n’est pas quelque chose qu’il ferait. Et puis en vrai, Yamauchi Yodo s’en fout certainement pas mal, il veut juste exécuter les membres importants de l’organisation.

 

 

Hirai Shujiro

 

Je ne l’ai pas caché, je ne suis pas la plus grande fan d’Hirai qui soit, mais faut lui reconnaître ça : il n’a pas craqué sous la torture, il n’a pas vendu ses camarades ni Hanpeita, et il a même accepté sa mort sans colère. Un départ respectable, même pour un personnage que je n’aimais pas. Bon et puis je ne suis pas un monstre, et lors de la scène où Hanpeita va voir Hirai en prison pour lui annoncer la sentence, j’ai été émue, quand même. Émue par la culpabilité d’Hanpeita, émue par la réaction d’Hirai, et puis par la tristesse générale, la façon dont Hirai a un espoir soudain lorsqu’on lui dit qu’il va pouvoir arrêter de souffrir, qu’il ne sera plus torturé, puis la façon dont tombe la vérité qu’Hirai ne sera pas libéré mais que la mort sera ce qui mettra fin à ses souffrances. La musique, évidemment, participe beaucoup à l’émotion de la scène, comme toujours. Les larmes, puis le silence et le piano qui prend le relai tandis que la caméra s’attarde sur les deux hommes pleurant dans les bras l’un de l’autre… C’est pas juste qu’Hirai va mourir, c’est que leur cause a échoué, que leur confiance en leur daimyo a été anéantie… c’est d’une tristesse :( Et puis j’admets aussi être facilement touchée par les scènes où un personnage se résigne à son sort, et il y a quelque chose dans l’acceptation d’Hirai qui m’a serré un peu le cœur.

 

J’ai aussi été touchée que les derniers mots qu’on l’entende prononcer soient un message pour rassurer et consoler sa sœur. « S’il te plait, dis à Kao pour moi… que son frère n’a rien fait de mal. Que je suis heureux/chanceux. » Bon le « n’a rien fait de mal » est discutable, mais quand même, j’étais content qu’il pense à Kao. Cela m’a fait me poser une question cela dit : ils n’ont plus de parents les frangins Hirai ? Je n’arrive plus à me souvenir de ce qu’on nous a dit sur le sujet. S’ils en ont, c’est triste de les zapper, haha. S’ils n’enfont pas… j’ai peur que la vie devienne difficile pour Kao en tant que femme non-mariée. Kao ;; J’étais toute contente de la revoir, mais pauvre elle ;;

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

• La valeur d’une vie

 

Dans cet épisode, Ryoma va démarcher Matsudaira Shungaku d’Echizen pour sauver l’académie navale. Et bien sûr c’est lui qu’on envoie parce que Ryoma est magique, tout le monde tombe sous le charme. Lorsque les samurais apprennent que leur académie est en danger, ils flippent mais après sont en mode « bon, mais Ryoma est sur le coup, donc pas de souci à se faire »… et ils ont raison… Ryoma = plus magique qu’une licorne. Mais bref, à Echizen, Ryoma fait également la rencontre de Yokoi Shounan, de Kumakoto. Yokoi demande à Ryoma s’il a entendu parler du concept de démocratie, et lui et Ryoma tombent d’accord sur le fait que la mentalité des gens et la valeur des choses changent naturellement, et qu’il y a aussi différentes façons de regarder les faits selon les points de vue. Ce qui apparaitra bon à l’un semblera mauvais à l’autre. Yokoi s’étonne alors que Ryoma ne comprenne pas l’emprisonnement d’Hirai, expliquant que, tout simplement, sa vie n’a plus de valeur, qu’on s’en débarrasse comme on se débarrasserait de n’importe quelle autre chose devenue obsolète et inutile. Ce qui choque bien sûr Ryoma.

 

 

Yokoi prononce également ces mots : « Ce sont les hommes qui font changer le monde, mais dans les mouvements du monde, la vie d’un seul homme a aussi peu de valeur qu’une graine de fleur. » (Mes sous-titres disent « poppy » donc un coquelicot ou du pavot, je suppose, mais je n’ai pas réussi à choper le mot japonais). J’aime la tournure. Yokoi semble s’en servir de façon cruelle pour dire que la vie d’Hirai n’a pas de valeur (pendant toute la scène, je crois qu’il mange une sorte de graine, d’ailleurs, ce qui renforce cette impression qu’il ne reculerait pas à dévorer des vies humaines), mais si on regarde la formule sous un autre angle, j’aime bien l’idée que nous changeons le monde mais qu’à la fois le monde est bien plus grand que nous. Je ne saurais pas dire exactement ce qui m’apaise dans cette idée, mais… Et puis thématiquement, c’est un peu lié à ce que je disais sur l’opening lors de mon update sur l’épisode 2 : « J’en parlais la semaine dernière, et je pense à présent que la sphère représente à la fois une goutte d’eau et le monde. Ryoma est lié à l’océan et est une goutte d’eau dans l’océan, un individu dans un monde vaste, et à la fois il a changé le cours de l’histoire, donc la face du monde. »

 

Bon mais je ne partage pas le dédain que, dans cette scène, Yokoi semble avoir pour la vie humaine. Même celle d’Hirai. Du reste, ce n’est pas le seul passage du drama où l’idée est exprimée !

 

Juste après l’entretien avec Yokoi, on a un plan d’Hirai en train d’être torturé, puis on revient à Yamauchi Yodo qu’Hanpeita supplie d’épargner Hirai. Tout le long de l’entretien, Yamauchi Yodo joue avec ses lucanes (une famille d’insectes) et le message visuel est assez clair : Hanpeita et Hirai ne sont que des insectes entre les mains de Yamauchi Yodo.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Il peut s’amuser avec, les dresser l’un contre l’autre pour son amusement (au début de la scène il semble les faire se battre, comme il a poussé Hirai à trahir Hanpeita) et les écraser quand il veut, comme il veut (avec un ton victorieux, il lance qu’il se moque de ne pas pouvoir exécuter Hirai pour le premier prétexte qu’il avait choisi : il peut toujours en saisir un autre).

 

Je suis aussi très fan de ce plan :

 

 

L’œil unique derrière est sinistre et accentue le sentiment que Yamauchi Yodo est dans une position de pouvoir quasi divin, abattant sa sentence sur des êtres qui ne peuvent se défendre. Cela dit, Yamauchi Yodo aussi n’est qu’une « graine de coquelicot » à l’échelle du monde…

 

D’ailleurs, Yokoi a abordé le sujet après avoir parlé de démocratie, et le travelogue nous dit que lui et Matsudaira Shungaku ont œuvré pour que les talents soient utilisés indépendamment du statut social des personnes. Parce qu’une autre façon de lire ce qu’il dit des vies humaines est que si elles sont toutes insignifiantes à l’échelle du monde, alors un homme n’a pas plus de valeur qu’un autre. Et donc pas moins.  

 

Toutes ces histoires nous ramènent en tous cas à l’épisode 9. C’était l’épisode de l’affaire de montre volée où Hanpeita avait ordonné à un de ses camarades de se faire hara kiri. Parce que la Cause était plus importante qu’une vie. Et si vous vous souvenez, dans la scène où Ryoma confronte Hanpeita à la fin de l’épisode, Hanpeita dit à Ryoma qu’il ne peut plus se laisser arrêter par de petites considérations, Ryoma répond « La vie de Takuma est-elle une petite chose à tes yeux ? », Hanpeita confirme, Ryoma dit que seul un démon penserait une chose pareille, et Hanpeita répond que c’est ce qu’il faut devenir pour changer les choses. Mais Ryoma répond qu’Hanpeita a beau avoir de grandes et admirables ambitions, il est du genre à avoir encore de la compassion même pour une simple fleur alors qu’un démon n’apprécierait pas la valeur d’une fleur. Ce à quoi, Takechi réagit en coupant la fleur qu’il avait dans sa chambre. Alors, la fleur n’est pas un coquelicot, mais je trouve ça sympa de retrouver la même symbolique et c’est intéressant de voir Hanpeita de l’autre côté de la situation, cette fois. A présent que sa cause telle qu’il la voyait s’est cassée la gueule, la vie humaine est tout ce qui reste. C’est Yamauchi Yodo qui ordonne de couper la fleur, et Hanpeita qui le supplie de la laisser vivre.

 

 

Gonpei

 

J’étais toute contente de revoir le grand-frère de Ryoma également ! C’était assez adorable de le regarder galérer à suivre les gens de l’académie puis être tout content lorsqu’il réussit. J’étais simplement heureuse de le voir (même si tout ça est utilisé à nouveau pour nous réitérer que Ryoma a la bénédiction de sa famille), et ça m’a fait sourire qu’il ait toujours peur d’Otome, haha. Les femmes Sakamoto ont du caractère !

 

[spoiler historique] Par contre, quelle tristesse lorsque Ryoma promet que, s’il ne rentre pas à Tosa tout de suite, il rentrera dans dix ans après être devenu un homme dont il puisse être fier. Ryoma n’a malheureusement plus dix ans à vivre (à moins que le drama torde vraiment l’histoire) donc ça m’a fait un gros pincement au cœur. [/spoiler historique]

 

 

• Izo ?

Where u at, bb ? ;; Et ce que nous montre la preview ne me plait pas du tout ;;

 

 

• Gôto Chojiro

 

 

Sa tête de serial-killer m’a juste fait rire, haha.

 

 

 

Bref, c’était un bon épisode. Un épisode émotionnel qui continue de nous montrer la chute d’Hanpeita, et si j’en crois la preview du prochain ça va pas s’arranger. Néanmoins, j’ai hâte d’y être, yay !

 

J’espère que vous avez passé une meilleure semaine qu’Hanpeita, les gens

 

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

 

 

T________________________________________________________________T

 

Ce n’est pas que je n’aie pas ressenti de tristesse devant Ryomaden jusque-là, et j’ai même eu les larmes aux yeux deux ou trois fois, mais je ne crois pas que j’avais déjà véritablement pleuré ? En tous cas, pas comme ça. Là, pour le coup, à la fin de l’épisode je n’en menais plus large. Et apparemment, ça va pas s’arranger dans le prochain. En plus, parce que j’aime me faire du mal, après avoir terminé l’épisode j’ai écouté la chanson Brothers in arms de Dire Straits. Parce que je me déteste. Et aussi parce que j'aime Dire Straits. Et cette chanson. Mais autant vous dire que ça ne m’a pas arrangé le moral, haha.

 

Je crois que c’est la première fois que je ressens autant l’obligation que je me suis imposée toute seule niveau rythme de visionnage. Normalement, face à un épisode pareil, j’aurais deux réactions possibles.

 

Réaction possible 1 : être trop triste et ne pas être motivée à lancer l’épisode suivant même lorsqu’il est temps de le lancer, mais bien sûr je ne peux pas faire cela, vu que je publie un article tous les lundis, et que je ne vais pas vous faire le prochain sur l’élevage des alpagas.

 

Réaction possible 2 : enchainer les épisodes pour mettre rapidement toute la partie triste derrière moi et revenir à des moments plus heureux, mais bien sûr je ne peux pas faire cela non plus.

 

A la place, je vais attendre une semaine pour me faire péter le moral la semaine prochaine aussi :’D Joie. Cela dit, ce n’est pas une plainte sérieuse, j’aime mon rythme de visionnage avec vous <3 Je ne regrette rien, c’est juste que le drama m’a pété le cœur cette semaine.

 

Mais on va commencer par le plus léger, si vous voulez bien ? (et croyez-moi, ça va pas prendre longtemps... haha... ha... T____T)

 

 

Yataro (& Ryoma un peu)

 

Ca me fait rire que les visites de Yataro soient devenues quelque chose de fréquent chez les Sakamoto, au point que les femmes de la maison en soient exaspérées, haha. Et j’adore toujours les femmes Sakamoto, elles ont de la trempe, et elles font bien de faire remarquer à quel point Yataro a été blessant avec la femme d’Hanpeita, qui ne lui a jamais rien fait.

 

Face à Hanpeita lui-même, cela dit, Yataro fait preuve d’une gentillesse inhabituelle dans une scène que j’ai beaucoup aimée.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Yataro et Hanpeita ne se sont clairement jamais beaucoup appréciés, Hanpeita désapprouvant de Yataro et le lui faisant sentir. Ainsi, lorsqu’ils se croisent dans cet épisode, Yataro s’attend pleinement à ce que le rigide Hanpeita se moque de lui et lui fasse la leçon. Il y a toujours eu une rivalité entre ces deux personnages et la façon dont ils ont choisi de mener leur vie. Mais Hanpeita surprend Yataro en reconnaissant que le monde a besoin de gens comme lui et lui souhaitant du succès. A ce stade, Hanpeita a, après tout, perdu. Avant l’arrivée de Yataro, il regardait le château du daimyo, l’air fatigué et perdu et le château ayant à la fois un air menaçant, perché en hauteur qu’il est, mais semblant aussi plus hors de portée que jamais. Hanpeita est vaincu et Yataro aurait pu saisir l’occasion de l’enfoncer, mais il fait à la place preuve d’une compassion que je n’ai pas trouvée choquante (Yataro a déjà montré plusieurs fois qu’il pouvait avoir bon cœur) mais qui m’a malgré tout agréablement surprise. Réalisant l’état dans lequel est Hanpeita, il lui demande s’il n’est pas en colère, s’il ne veut pas enfin vivre pour lui-même, puisque le seigneur l’a, en gros, trahi. Yataro, en fait, essaie de sauver Hanpeita, dans un discours qui ressemble beaucoup à celui de Ryoma dans l’épisode 19.

 

La scène est rendue d’autant plus dramatique par le vent qui souffle très fort tout son long. Il y a aussi la musique qui monte, mais c’est surtout le vent qui fait le boulot. Il soulève la poussière, formant un brouillard derrière lequel les traits des personnages se perdent parfois légèrement. Par ailleurs, le regarder et l’entendre souffler donne le sentiment d’une tempête qui se prépare. Lorsque Yataro rappelle Hanpeita qui s’apprêtait à partir, avec le bruit du vent derrière, c’est comme s’il essayait de retenir quelqu’un sur le point de se laisser emporter par cette tempête. Il y a un vent de changement sur tout le pays, et il ne laissera pas tout le monde indemne. Yataro, lui, a son business qui décolle, du bois bien lourd pour le maintenir au sol, mais Hanpeita est plus proche du coquelicot dont on parlait la semaine dernière.

 

Mais hé, j’étais contente de voir Yataro réussir ! Il doit baisser ses prix et vendre sa main d’œuvre, mais son affaire fonctionne enfin, et franchement, ça faisait du bien, parce qu’on avait bien besoin que quelqu’un réussisse.

 

 

Parce que moi, cette semaine, je me sentais comme Ryoma : triste de mon impuissance.

 

Forcément. Ce sont des personnages derrière l’écran, après tout, donc je ne risque pas de pouvoir les aider. J’ai essayé pourtant !! Mais j’ai beau avoir tenté de traverser l’écran pour choper Izo et l’en sortir, ça n’a pas eu pour autre effet que de me faire avoir l’air très bête. Heureusement il n’y a que mes posters pour me juger, et même si le regard de Frodon est en effet accusateur, pff, je ne vais pas me laisser intimider par un hobbit ! (et ce sera probablement ma perte, parce que c’est exactement l’erreur qu’a commise Sauron, arf)

 

Bref, j’ai eu de la peine pour Ryoma, parce qu’il ne peut rien faire non plus. Ses amis sont en danger et il est impuissant. Il aimerait aider Hanpeita, mais Katsu Rintaro a raison : même s’il allait à Tosa, qu’est-ce qu’il pourrait faire, au juste ? Il ne ferait qu’être exécuté avec les autres. Bon par contre, moi je pense qu’il pourrait quand même chercher Izo, parce qu’Izo n’est pas à Tosa, mais en même temps je suppose que ni Ryoma ni Katsu Rintaro ne peuvent en être certains.

 

Et Hanpeita est peut-être préparé à son sort, mais ça veut pas dire que ça me pète pas le cœur, et ça rend pas ça moins triste pour Ryoma de perdre tous ses compagnons d’enfance.

 

Parlons d’Hanpeita.

 

 

Hanpeita

 

 

On est toujours en 1863, et à ce stade, le mouvement joui est en gros fini. Les extrémistes sont chassés de Kyoto (et yay, on a revu Katsura Kogoro dans cet épisode ! Brièvement, mais ça fait plaisir quand même), les membres du Tosa Kinnoto sont rappelés à Tosa, pour être exécutés probablement, et bref, le mouvement agonise, l’ouverture du pays semble à présent inévitable, et plus tard ne se posera plus que la question de l’utilité du shogun.

 

Malgré tout, Hanpeita continu d’essayer de rassurer ses troupes, parce que c’est tout ce qu’il peut faire. Mais au fond de lui, il sait bien que c’est fini, et chez lui, dans son intimité, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Il a perdu toute volonté de se battre, semble-t-il, et passe ses journées à regretter et, apparemment, dessiner les oiseaux qu’aimaient Izo. Du reste, ça m’a émue de le voir faire ça. Ca aurait encore mieux fonctionné si on avait effectivement vu une scène d’Izo s’enthousiasmant des dessins d’Hanpeita (et il ne me semble pas avoir vu cela, mais je peux me tromper), mais malgré tout, ça m’a émue. Vous savez que j’avais détesté (pas d’un point de vue scénaristique) la manipulation d’Izo exercée par Hanpeita qui le traitait en outil et non pas en ami ou camarade, mais maintenant qu’il voit approcher la fin, Hanpeita n’a plus que ses regrets, et de la même façon que j’avais été touchée que les derniers mots d’Hirai soient pour sa sœur, j’ai été touchée de voir Hanpeita penser à Izo de la sorte. Du reste, nous devrions tous penser à Izo. C’est une de mes activités principales ces derniers temps, et je vous la recommande. Mais en vrai, je sais que vous la pratiquez déjà, parce que vous êtes des gens bien <3

 

Bon mais avec tout cela, j’étais déjà un peu triste, puis est arrivé le petit-déjeuner d’Hanpeita avec sa femme, Tomi. Et c’est là que j’ai senti les larmes commencer à me monter aux yeux, alors j’aimerais parler de cette scène, parce qu’elle fait à présent partie de mes scènes favorites de ce drama (il faudrait que je fasse un top à la fin, haha)(… en vrai, je le ferai peut-être, en effet)(surtout que je ne sais pas encore si je ferai un bilan global parce que, souvent, quand j’écris sur chaque épisode d’un drama, à la fin, j’ai l’impression d’avoir dit tout ce que j’avais à dire, et un bilan parait redondant)(j’arrête les parenthèses).

 

 

Elle commence sans musique. On n’entend que le bruit des oiseaux dehors, tout est tranquille, calme. On entend aussi possiblement le vent (le fameux) mais je n’ai pas réussi à déterminer si c’était réellement le vent ou pas. C’était mon impression, mais les feuilles des plantes n’ont pas l’air de bouger, donc je ne sais pas.

 

Hanpeita pense à Ryoma. Il imagine ce que Ryoma lui dirait en cet instant, et repense à la façon dont il a dit à ses hommes de ne pas désespérer. La caméra est concentrée sur le visage d’Hanpeita, et tout le long de la scène Omori Nao est peut-être plus excellent qu’il l’a jamais été dans cette série, tandis qu’on voit l’émotion passer à travers les fissures pour finalement le submerger. Il a dit à ses hommes de ne pas perdre espoir, mais il sait bien ce que Ryoma dirait : il dirait qu’Hanpeita ne fait que s’illusionner, et Hanpeita sait qu’il aurait raison. Je trouve touchant qu’Hanpeita emprunte le regard de son ami comme ça. Se demander de quelqu’un « que penserait-il de moi » de cette façon, en l’occurrence, est une forme d’affection et de respect. C’est aussi l’indication qu’Hanpeita est très lucide sur sa situation. Il n’a juste pas pu se résoudre à être honnête avec ses hommes car, comme il dit, ils l’ont tous suivi parce qu’ils avaient foi en lui, et s’ils apprenaient que tout est perdu, ils se demanderaient à quoi ils ont consacré leur vie, la trouveraient gâchée.

 

Il y a plusieurs épisodes, ces mots auraient été motivés par l’égo d’un Hanpeita craignant de perdre l’admiration de ses hommes, mais à présent ils sont l’expression d’un homme qui ne veut pas infliger à d’autres une douleur qu’il ne connait que trop bien. Hanpeita a vu sa Cause s’effondrer, il a perdu sa direction dans la vie, et les attentes qu’il avait d’un leader qu’il révérait (Yamauchi Yodo) et qu’il a servi de la façon qui lui semblait être la meilleure, ont été trahies. Maintenant qu’il a fait l’expérience de tout cela, il ne peut se résoudre à l’infliger à d’autres. Et, comme il dit, il n’est pas comme Yataro et Ryoma. Yataro et Ryoma sont définis par leur flexibilité : ils s’adaptent, constamment. Pas Hanpeita.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

La musique commence à jouer lorsqu’Hanpeita s’excuse auprès de Tomi de lui avoir fait mener une existence solitaire. Je vais vous faire un aveu absolument honteux : je suis tellement nulle en musique que, souvent, j’ai même du mal à reconnaître les instruments :( Donc moi j’entends un violon, mais si ça se trouve, ce n’est pas un violon du tout. Mais mettons que c’est un violon, okay ? En tous cas, Tomi rassure son mari qu’il peut être lui-même avec elle, et qu’elle est reconnaissante de la vie qu’ils ont menée ensemble. Puis, Hanpeita se met à parler de leur avenir, et un piano fait son apparition, avec une mélodie porteuse d’espoir. Mais on sait bien que c’est un espoir faux. C’est l’équivalent du « je rejoindrai ta navy » à Ryoma dans l’épisode 19 : Hanpeita est en train d’inventer un futur qu’ils n’auront jamais, et c’est triste, bordel. Le piano joue ses notes d’espoir mais la voix des gardes est plus forte. Hanpeita continue d’inventer leur futur, mais la mélodie du piano et sans cesse interrompue par les voix des gardes. Ils finissent par entrer, et lorsqu’il doit enfin partir avec eux, et que Tomi lui apporte ses habits, le violon ( ? T.T) revient, sa précédente apparition l’ayant lié aux notions de soutien d’une femme à son mari, et d’Hanpeita s’excusant de la solitude imposée à sa femme, solitude qui à présent risque de durer bien plus longtemps. Quant au piano plein d’espoir, il a disparu.

 

Ce que j’aime par-dessus tout, dans cette scène où les gardes finissent par rentrer puis emmener Hanpeita c’est que lorsqu’ils sont à l’intérieur, pendant un long moment, Hanpeita, même quand il leur répond, ne les regarde même pas. Sa femme et lui continuent de se regarder. Et on ne nous montre jamais clairement les visages des gardes. En passant, ou de loin, mais le focus reste sur les visages d’Hanpeita et Tomi parce que c’est leur scène. Les gardes ne sont qu’un featuring dans leur au revoir. Et les acteurs me tuaient, et je sentais ma gorge se serrer, et les larmes monter. Et puis quelques images plus tard, le drama est passé à Izo, et j’ai craqué.

 

 

Izo

 

 

Si Hanpeita semble accepter son sort avec tristesse mais le calme de quelqu’un qui se sait vaincu et trop de fatigue pour se débattre, Izo, lui, est clairement terrifié. On l’avait déjà vu cauchemarder de sa propre mort, et Izo n’a que 25 ans. C’est jeune. Enfin Hanpeita n’en a que 34 donc c’est pas bien vieux non plus mais le drama a toujours appuyé sur la différence d’âge entre les deux personnages dans leurs attitudes, et, on le disait à propos de l’épisode 19, Izo a un côté presque « enfantin » (malgré le côté assassin, mais chut). Du coup quand il hurle « Ryoma ! Ryoma ! » en espérant que son ami viendra l’aider (ce qui vient joliment faire suite à la scène où Ryoma disait à Katsu Rintaro pouvoir entendre Izo appeler à l’aide… sur le moment c’était du figuré, mais à présent c’est littéral), je vous avoue qu’une partie de moi avait l’impression d’entendre un gosse pleurer pour sa vie, et ça m’a fait du mal. Même si je ne sais toujours pas trop comment me sentir par rapport à l’infantilisation du personnage. Mais ça c’est à un niveau intellectuel. Parce qu’à un niveau émotionnel, je sais exactement comme je me sens : mal. Très mal.

 

Pendant l’épisode, on a vu Izo fuir, effrayé, et voler les offrandes des sanctuaires pour pouvoir se nourrir. Dans la fin de l’épisode, ce qui lui arrive est entrecoupé d’une scène de Yataro faisant étalage de son succès à sa famille. Le vent a tourné. A présent, Yataro grimpe, et Izo chute, et le contraste entre les deux souligne à la fois l’euphorie de l’ascension et la dureté de la chute.

 

Le plus cruel, cela dit, est vraiment la lueur d’espoir que le drama donne à Izo avant de la lui arracher. Comme j’ai des références solides comme ça, ça m’a fait penser à la scène de I know what you did last summer, où un personnage est à deux doigts d’échapper au tueur, il a presque atteint la rue principale où passe une parade, des gens qui pourront l’aider, mais avant que le personnage ait pu attendre cette rue, le tueur rattrape sa victime et la tue. Il y a le même genre de choses au début de Scream, c’est un classique. Là, Izo voit Ryoma, sa fenêtre d’espoir, mais aussitôt ses poursuivants lui tombent dessus. En un sens tout est résumé par ce plan :

 

 

Une route qui se fait de plus en plus étroite pour Izo, presque une impasse, et il n’y a qu’une toute petite ouverture par laquelle il pourrait s’échapper, mais elle n’est pas assez large, et il a trébuché, et ses poursuivants le rattrapent, et finalement tout ce qu’il peut faire c’est hurler le nom de Ryoma en espérant que celui-ci l’entende à travers la "fente". Why so cruel ? T__T Après, bon, Ryoma s’offusque qu’on traite ses amis de criminels, mais Izo a effectivement tué des gens, donc… c’est un criminel… et il ne fait que ressentir la même peur de mourir qu’avaient ressenti toutes ses victimes ayant essayé de lui échapper. MAIS N’EMPECHE QUE T_T Et la musique (♥) n’aide pas.

 

 

Voilà voilà.

Une semaine super fun, donc !

Et a priori, la prochaine devrait l’être tout autant, donc « wouhou » à l’avance, je suppose.

 

 

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

 

 

Je réitère :

T________________________________________________________________T

 

Ca va de pire en pire, les gens. Au moins, les sœurs Sakamoto et Yataro continuent d’être plus doux pour mon moral… Oh et on a rencontré Oryo ! (l’épisode s’intitule « La femme appelée Ryo », du reste) C’est un personnage que j’avais hâte de voir, parce que c’est la future femme de Ryoma (comme nous le dit le travelogue de fin, donc je ne le compte pas dans les spoilers), et parce qu’elle avait la réputation d’être une originale, et quelqu’un avec de la poigne (en même temps, comme dit le travelogue, elle avait dû prendre sa famille en charge après la mort de son père dans la grande répression de l’ère Ansei -c’est-à-dire la flopée d’arrestations, exécutions et exil ordonnés par Ii Naosuke en 1858-59 pour se débarrasser de ceux qui ne soutenaient pas le shogunat et ses décisions en politique étrangère). Pour le moment, bien sûr, on n’en sait pas encore grand-chose, mais l’aperçu qu’on en a eu me plait bien. J’aime la façon dont elle parle, son esprit combatif, et j’ai hâte d’en voir plus à son sujet.

 

 

Parmi les choses qui ne m’entament pas le moral, aussi, la petite romance de Chojiro me fait sourire.

Et puis c’est tout. Tout le reste est triste.

Ah, non, dans la catégorie des bonnes nouvelles (mais qui n’a techniquement pas de grand lien avec ce drama) Ilu a trouvé ce film (attention, spoilers historiques dans le résumé) : https://asianwiki.com/Izo

 

 

Il est réalisé par Takashi Miike, il y a Matsuda Ryuhei dedans, et un Izo dans notre époque moderne !!! Donc je me garde cela sous le coude à regarder, soit à la fin du drama, soit avant si je n’ai pas la patience, on verra bien :D Certes, Izo n’y est pas joué par Sato Takeru et connaissant Takashi Miike le personnage fera certainement moins gamin paumé (et vu la description, le film va être particulier, haha, mais bon c'est du Takashi Miike, alors...), mais néanmoins, yay~

Et maintenant il ne nous reste réellement plus qu’à parler du triste. Du reste, cela va aller assez vite (pour de vrai, j’écris cette phrase après avoir tout écrit, donc je le sais cette fois) parce qu'en fin de semaine dernière j’ai été une loque humaine (ou une limace) mais aussi parce que je me répèterais beaucoup sinon, cet épisode étant réellement dans la continuité du précédent. Avec, quand même, des tons différents : dans le 21, on passait plus de temps avec Hanpeita donc l’épisode avait une mélancolie calme, le personnage étant résigné à son sort, alors que dans cet épisode on passe plus de temps avec Izo qui panique, et donc cet épisode 22 reflète ce sentiment de panique. Deux ambiances pour deux réactions de personnages qui pensent mourir bientôt.

Ceci étant dit, Hanpeita est moins serein cette semaine également.

Yamauchi Yodo explique, dans cet épisode, comment a été décidée la divsion kashi/joshi à Tosa: le daimyo Yamauchi Katsutoyo a « reçu » le fief de la part du shogun Tokugawa Ieyasu pour leur participation à la bataille de Sekigahara et, en investissant les lieux, au lieu de chasser les précédents habitants, ils leur ont conféré le statut de kashi, cohabitant avec eux tout en assurant leur propre supériorité. Et Yamauchi Yodo en profite pour rappeler qu’à Tosa, les seuls vrais samurais sont les joshi, ce qui donne en gros carte blanche aux interrogateurs d’Hanpeita pour faire ce qu’ils veulent. Y compris utiliser la famille et les hommes d’Hanpeita pour le torturer. C’est un vrai cauchemar, et Yataro peut prétendre qu’il n’a aucune compassion pour Hanpeita (même si on sait que ce n’est pas tout à fait vrai), moi, là, j’ai méchamment mal pour lui. Quant à sa grande cause, elle continue de s’effondrer dehors, les adhérents à l’esprit joui devant se cacher pour ne pas être arrêtés, et le Japon continuant de s’ouvrir, avec cette fois une pression pour que les fiefs puissent directement marchander avec les puissances occidentales. Libérer le marché de cette façon, au lieu que les échanges passent par le bakufu, est un sacré coup à l’autorité et l'emprise de celui-ci, et on commence donc à sentir de plus en plus que les jours du bakufu sont comptés (la différence avec l'empereur étant la dimension sacrée de celui-ci)…

 

 

Ceux d’Izo… semblent également se rapprocher de leur fin. Du moins, lui, c’est clairement comme ça qu’il le perçoit, et on peut difficilement lui en vouloir. Tout le long de l’épisode, Izo m’a fait penser à un animal blessé dans une impasse qui montre les crocs à quiconque essaie de l’approcher (même Ryoma au début) dans son désespoir. Et quand à la fin il se fait cerner et attraper, j’avais vraiment cette impression de le voir être traité en animal qu’on encercle et capture :( Je vais pas vous mentir, c’était dur à regarder. C’est vrai, quand il gémit qu’il ne veut pas être tué, il y a une partie de moi qui avait un chouïa envie de lui répondre « tes victimes n’avaient probablement pas envie non plus », mais malgré tout j’avais tellement de peine que j’avais presque envie que l’épisode finisse plus vite parce que trop de tristesse, il fallait que ça passe. Heureusement, les épisodes de Ryomaden ne sont effectivement pas très longs.

Ecoutez, pardon, mais regarder souffrir la poupette Izo/Sato Takeru c’est pas facile, okay ;;

Le pire moment, c’est lorsqu’il pleure à Ryoma « Takechi-sensei avait dit que c’était ce qu’il fallait faire. Je voulais juste être reconnu/apprécié. » puis « Je veux retrouver Takechi-sensei ». Parce que ça appuie encore sur ce qu’on voit depuis le début, à savoir la soif de reconnaissance d’Izo, qui l’a mené à faire les pires choix pour des raisons franchement tristes, et à se détruire intérieurement, tout ça pour finir encerclé dans une allée, comme un animal pris au piège. Tristesse.

 

 

Ma mini, mini, consolation, c’est qu’il ait croisé Ryoma avant. Même si Ryoma n’a finalement pas pu empêcher l’arrestation, et a visiblement été très ébranlé par la chose (mais je ne doute pas qu’il s’en remettra, parce que Ryoma peut se remettre de tout, parce qu’il est magique), je suis contente qu’Izo sache qu’il n’a pas été abandonné par son ami. Surtout après que Natsu (de façon parfaitement compréhensible, et je suis heureuse qu’Izo et Ryoma se soient tous les deux montrés gentils avec elle, et que Ryoma l’ait même remerciée) ait refusé de s’enfuir avec lui, trop effrayée pour cela. C’est une maigre consolation, mais au moins avant d’être arrêté Izo a pu voir Ryoma prendre sa défense contre le shinsengumi.

Le shinsengumi !

La semaine dernière déjà, je m’étais demandée si c’était eux, parce que je savais (grâce à mon livre) que cette brigade spéciale avait été crée dans ces eaux-là (1863 pour être exacte, donc l'année où nous sommes, mais j'ai une mémoire des dates pourries), et qu’ils étaient au service du shogun, ainsi que basés à Kyoto. J’avais aussi cru reconnaître l’uniforme noir et blanc, mais parce que l’épisode ne disait pas le nom (il me semble) j’avais trop peur de dire une connerie. J’aime les efforts du drama pour les rendre inquiétants ! Ils pourchassent un personnage qu’on apprécie, on ne les entend (sauf erreur de ma part) pas parler avant le face à face final (Izo leur demande plusieurs fois qui ils sont, mais pas de réponse) et chaque fois que la caméra se concentre sur le visage de Kondou Isami (qui semble être le chef) il a ce regard intense et très fixe, il ne cille pas, et on dirait un serpent qui hypnotise une proie. Je ne dirais pas qu’ils me faisaient réellement peur, mais le drama signifie quand même clairement qu’ils sont flippants pour les personnages.

 

 

En tous cas, j’aurais autant préféré qu’ils n’attrapent pas Izo :(

Et voilà où j’en suis pour cette semaine, les gens. Comme je disais, ça a été plus court (une page de moins que d’habitude, deux de moins que la semaine dernière) mais ça ne signifie pas que l’épisode était moins riche en sentiments.

A la semaine prochaine, les gens. Armons nos cœurs, la suite risque d’être tout aussi douloureuse… :(

 

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

 

 

Coucou les gens :) Vous avez passé une bonne semaine ? Hello particulier à Jodie et Ilu

 

x 1000

 

En tous cas, côté Ryomaden, même si techniquement les personnages sont toujours dans une situation de merde, j’ai trouvé l’épisode 23 plus léger que les deux précédents. Ou, en tous cas, il ne m’a pas donné envie de pleurer (pardon Kameyata). C’est pas qu’Izo et Hanpeita aillent mieux, ils vont même plutôt moins bien, mais c’est dans le ton et la tournure.

 

D’ailleurs, en parlant de ton : il n’y a que moi que le début de l’épisode a « choquée » ? Pas dans le sens où j’étais offusquée, mais la semaine dernière on avait terminé l’épisode 22 sur une note tellement sombre que débuter l’épisode 23 sur un ton aussi gai, avec un Ryoma tout guilleret, ça m’a légèrement perturbée. Moi, j’étais pas encore remise de l’arrestation d’Izo, vous comprenez… Et certes, pour Ryoma et compagnie il s’est passé plus d’une semaine, mais quand même… Bon, cela dit, je suis ravie pour Chojiro, bien entendu ! Je le trouvais choupi avec sa copine, donc ça me fait plaisir de les voir mariés, même si, ha, ça m’a fait rire de voir Katsu Rintaro débarquer et lui dire « bon, ben écoute, va falloir que tu quittes ta femme, maintenant ». Le type aurait pu attendre 24h, quand même, haha. Mais non, il a fallu qu’il balance ça pendant le mariage, et même si c’est super que l’académie ait à présent son propre village d’entrainement, et son bateau… pauvre nouvelle épouse.

 

 

Bref. On va causer de cette semaine, et j’ai décidé de commencer par le plus rapide d’abord :D

 

• Mutsu Yonosuke

Aw, Hiraoka Yuta est dans ce drama <3 Ca m’a fait plaisir de le voir et ce personnage (qui sera plus tard nommé Mutsu Munemitsu) sera important, normalement, donc j’ai hâte de continuer à le voir, même si c’est pas évident qu’on l’aura beaucoup à l’écran, parce que je n’ai clairement pas eu tout juste le long de ce drama : il y a des personnages dont je pensais qu’on les reverrait beaucoup et qui ont disparu, et des dont je pensais qu’on ne les verrait plus, et finalement le drama les a ramenés dans l’équation. Donc on verra bien. En tous cas, je ne me suis pas trop renseignée sur le personnage, vu que j’ai décidé de faire l’expérience du drama plus « vierge » que prévu au début finalement, mais quand même suffisamment pour apprendre qu’apparemment il a écrit de Ryoma « Personne ne peut battre Ryoma qui a un si grand talent pour la flexibilité. Il est l’incarnation d’un esprit libre, tel un cheval galopant dans le ciel ». Traduction : Yonosuke trouve aussi que Ryoma est une licorne magique (la plupart des chevaux ne galopant pas dans les nuages). Ha :D !

 

 

• Bwhahaha les occidentaux

Pardon, je ne me remets pas des rires de méchants cartoonesques. J’ai un humour d’une gosse de quatre ans, mais ça m’amuse beaucoup.

 

• Oryo

Elle existe toujours et je l’apprécie toujours. On ne l’a pas beaucoup vue cette semaine mais elle a une présence que j’aime instinctivement. Ca aide que Maki Yoko soit une actrice que j’aime beaucoup. N’empêche, comme tous les taigas, Ryomaden a un casting de fou, décidément ! Et on n’a même pas encore rencontré tout le monde :O !

 

 

• Les bocaux

Les bocaux à poissons me stressent T.T On en a déjà vu dans ce drama, et cette semaine encore, et ils sont ronds et tous petits, et vides, sans un endroit pour les poissons où se cacher. C’est très mauvais pour les poissons, et ça me donne des flash-backs de mes propres poissons rouges que j’ai maltraités sans le savoir quand j’étais enfant, par ignorance.

 

• Yataro

Aw, Yataro ! Il m’a réchauffé le cœur, cette semaine. Bon, je suis ravie qu’il soit heureux d’avoir une petite fille mais plaignais un peu le bébé qui se fait crier dans les oreilles à peine né… mais surtout, c’est la façon bourrue dont il va aider Tomi, la femme d’Hanpeita, qui m’a touchée. J’aime quand on voit le bon cœur du personnage comme ça, et ça m’a touchée de voir sa gentillesse cette semaine. Du coup, je commence à le trouver attirant, surtout que je suis très fan de ses sortes de protège-avant-bras (pardon, je sais pas comment ça s’appelle). Ah là là.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer
[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

• Hanpeita et Izo

Ca me stresse que Yamauchi Yodo ait fait cesser la torture des hommes d’Hanpeita… Je ne sais pas pourquoi il a décidé d’arrêter, et dans ma tête ça ne peut vouloir dire qu’une seule chose : quelque chose de pire se prépare. Donc ça me stresse.

 

Du reste... okay, ça doit être moi et le décalage culturel/temporel mais honnêtement, à la place d’Hanpeita je crois que j’encouragerais mes samurais à parler ? Je sais pas, peut-être qu’ils perçoivent cela comme de la faiblesse de craquer, mais quand Hanpeita dit à Izo que s’il parle, Yamauchi Yodo les fera tous tuer, je n’ai pu m’empêcher de me demander : mais si vous ne parlez pas, vous pensez qu’il fera quoi ? Il trouvera juste une excuse. La plupart sont des kashis, en plus, donc leur vie ne vaut rien à Tosa. A mes yeux, ils vont tous mourir de toute façon, et la question est de savoir combien de temps et à quel point ils vont souffrir avant… Après, même si Izo voulait balancer les coupables, je ne sais pas s’il connait leur identité ? Pour le coup il se fait torturer à propos d’un des rares assassinats auxquels il n’a pas participé, et c’était à une époque où il n’était mis très au courant des choses, il était encore tenu à l’écart, donc yep, il doit savoir qu’Hanpeita a fait assassiner Yoshida Toyo, mais je ne sais pas s’il sait qui a commis l’acte. Hanpeita a l’air de le penser, cela dit, donc… Ah well.

 

• Kameyata

 

 

Cette semaine, le « moment émotion » était certainement la mort de Kameyata. Je vais pas vous mentir : ça n’a pas pris. Je ne le connaissais simplement pas assez pour cela, et puis même si je comprenais sa frustration de laisser ses camarades être arrêtés sans pouvoir être à leurs côtés, il a insulté Chojiro et personne n’a le droit d’insulter Chojiro, okay ;A; *must…protect…Chojiro…*

 

C’est vrai, il y a quelque chose d’un peu triste dans le fait de voir Ryoma perdre tous ses amis d’enfance les uns après les autres. Je repense aux débuts du drama, à quand tous ces gens étaient enfants (je ne sais plus si Kameyata faisait partie de la bande, par contre) et je réalise qu’on a perdu beaucoup de gens et ça fait un pincement au cœur. Mais la mort de Kameyata en soi, meh. En plus, elle est suivie de cette image en slow-motion :

 

 

Et me demandez pas pourquoi, ça m’a fait rigoler intérieurement. Vraiment, je ne sais pas pourquoi. Je suis un monstre.

 

Par contre, j’ai beaucoup aimé la scène où on découvre le massacre opéré par le shinsengumi. C’est macabre et triste, et la musique souligne toute la tragédie mais aussi toute l’horreur du tableau. On flotte au-dessus des cadavres, et le chant a tout d’une lamentation de fantôme, c’est une très jolie scène, et le fait qu’elle soit suivi de l’image des hommes du shinsengumi couverts de sang, avançant dans la nuit et le brouillard avec leur lanterne, et le chant d’un des leurs (qui, je trouve, fait penser à Izo ? ou bien c’est mon obsession qui parle, haha)… ça leur donne d’autant plus une aura terrible, et ça me parle énormément.

 

Good stuff, les gens, good stuff.

 

 

En revanche… argh, pardon, je dois l’admettre : Ryoma m’a agacée cette semaine. A secouer les gens, crier au lieu de parler (même si je comprends l’urgence des situations), déjà, et puis il y a le fait que le drama continue de le rendre tellement « licorne », tout s’accumule… Même Kameyata utilise son dernier souffle de vie pour dire à Ryoma « ah là là, j’aurais dû t’écouter », et oui, en effet, il aurait dû, mais je sais pas, ça m’a fait sourire et lever les yeux au ciel à la fois. J’aime toujours bien Ryoma, mais des fois il est tellement « spécial et précieux » que j’en suis un peu irritée, et là j’ai soupiré quand il fait son grand speech sur pourquoi il va aller sauver Kameyata. Même si au final, il n’y arrive pas. C’est amusant, du reste : il n’arrive pas à sauver grand-monde, finalement... Donc on ne peut pas réellement dire que le personnage soit parfait, il échoue même plutôt souvent, et pourtant si le drama pouvait, je suis sûre qu’il entourerait constamment Ryoma d’un halo de lumière.

 

Bref, le discours. Dans un sens, je comprends Ryoma, parce qu’il réagit au commentaire « un de plus, un de moins dans l’académie, ça ne changera pas grand-chose », et qu’il a raison : ils ne sont pas beaucoup, et ils essaient de révolutionner un pays, donc tout le monde est important, et puis j’aime bien la comparaison avec l’équipage d’un navire où tout le monde a un boulot et chaque boulot est crucial. D’un autre côté, je suis assez d’accord avec les membres de l’école que si quelqu’un ne veut plus faire partie de l’académie, on ne peut pas le forcer à y rester, et ça faisait un moment que Kameyata exprimait son envie de partir. Arf, mais bien sûr, ça le mettait en danger, et Ryoma voulait le protéger, et c’est naturel. Il n’a pas tort dans son discours, du tout, c’est juste que je suis agacée par le piédestal.

 

Pardon, je suis sans doute mesquine.

 

En tous cas voilà où j’en suis cette semaine~ J’ai hâte de voir ce que nous réserve la suite ! Plus de shinsengumi, apparemment :O ! A la semaine prochaine !!

 

 

P.S. ce sera l’épisode 24 ! On aura regardé la moitié du drama, et ça fera six mois depuis qu’on l’a commencé !!! Ca me parait ouf, haha.

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

 

 

Petite annonce: j'ai changé l'horaire des articles pour quelque chose de plus flexible. Ils seront désormais postés entre 19h et 21h. Parce que ces derniers temps je vais m'allonger tôt (je sais pas trop ce que j'ai dernièrement, j'ai pas mal de vertiges et je suis fatiguée, surtout dans l'après-midi, mais ça se calme quand je m'allonge ?) donc je veux pouvoir poster dès que j'ai fini de manger le dîner^^ Et autant les autres articles sont programmés, autant pour Ryomaden, comme je remets à jour un article qui existe déjà, je le fais le soir-même. Donc voilà. Ca ne change pas grand-chose (au final le fait est qu'en venant à 21h vous aurez toujours une update, et je posterai les tweets-alertes à 21h), mais c'était pour prévenir :)

 

Bref ça y est les gens : on a atteint la moitié du drama. Oh là là. Je vous refais pas le speech sur le temps qui passe si vite, mais je n’en pense pas moins. Et aussi, je suis super contente de moi, je vous le cache pas. J'ai été régulière et tout :'D

 

En tous cas, cette semaine, pas de gros basculement dans le ton. On ne commence pas avec une célébration, on reprend exactement là où on s’était arrêté : le massacre opéré par le shinsengumi et un Ryoma énervé qui serait allé provoquer le shinsengumi tout seul si Katsura Kogoro (qui a échappé à la tuerie, yay !) l’avait laissé faire. Donc yep, on est dans la continuité de ton cette fois, pas de souci. Aussi, on est en juin 1864, ce qui n’apporte rien à ce paragraphe, je l’écris juste pour plus tard, pour moi, pour me souvenir d’en quelle année on était à quel épisode.

 

Cette semaine, je vais présenter les choses sous un top3 de mes moments favoris de cet épisode, mais d’abord quelques petites remarques rapides :

 

• la semaine dernière je disais que voir les poissons dans leurs bocaux ronds trop petits me stressait et il semble que l’univers m’ait entendue et ait décidé de jouer avec mes nerfs, parce que cette semaine on a eu droit à un gros plan, haha.

 

• arf, la torture a repris :( Izo :( I’m sad :(

 

• je m’étais déjà fait la remarque en le voyant regarder son tableau, et je me la suis refaite cette semaine en le voyant profiter de son thé, mais j’ai l’impression que Yamauchi Yodo fait plus vieux, plus fatigué, presque frêle dans cet épisode, non ? Peut-être qu’arrêter la torture était un geste de lassitude, finalement… Je me fais peut-être des idées.

 

Okay, maintenant le top 3 !

 

 

 

3

Ryoma parle de sa mère à Oryo.

 

 

Parce que la menace du shinsengumi plane sur la capitale, Ryoma est plus ou moins confiné (ha ! ça lui fait quelque chose en commun avec l’Ile de France) chez Oryo, ce qui permet au drama de développer un peu leur relation, ce que j’ai apprécié. J’ai bien aimé les voir discuter, partager un peu leur histoire. Oryo n’a pas eu la vie facile et elle est en colère contre beaucoup de choses mais elle ne peut pas résister à notre licorne magique qu’est Ryoma, surtout en le voyant jouer de la musique et partager sa nourriture avec sa famille. Même moi j’étais un peu attendrie, et je me dis que ça devait rappeler à Ryoma sa propre famille, qui était nombreuse et très féminine également (il dit lui-même que la mère d'Oryo lui rappelle la sienne). Donc il se sent un peu chez lui, c’est aussi ce qui va le pousser à parler à Oryo.

 

Et alors qu’ils échangent, il évoque sa mère. Cela faisait une éternité qu’on ne l’avait pas entendu parler d’elle, et ça m’a fait un petit pincement au cœur, mais un pincement heureux, un peu. On est à la moitié du drama, cela fait six mois qu’on le regarde, et l’enfance de Ryoma parait si loin à présent, que j’ai ressenti de la nostalgie. En plus, comme j’en parlais la semaine dernière, ces derniers épisodes on regarde vraiment les amis d’enfance de Ryoma disparaître les uns après les autres, êtes tués, arrêtés ou torturés. Donc évoquer la mère de Ryoma, qui était une personne si douce et qui appartient à une époque qui semble de plus en plus lointaine, ça a réveillé ma nostalgie de façon douce-amère. Du coup, je trouve le « twist » de fin un peu dommage.

 

Je le mets entre guillemets parce que la personne que Ryoma a aperçue n’est évidemment pas sa mère, juste quelqu’un qui lui ressemble, donc ce n’est pas un vrai twist, mais malgré tout, je sais pas, j’ai l’impression que ce « retournement » de dernière minute sape un peu la joliesse du moment avec Oryo, comme si les scénaristes avaient juste casé la mention pour préparer ce moment final. Vous savez, un peu comme dans les séries où il y a un « dans les épisodes précédents » au début et on vous montre un personnage que vous n’avez pas vu depuis trois saisons histoire de vous rappeler qu’il existe parce qu’il va faire son retour dans cet épisode ? Ben là, du coup, cette jolie mention qui m’avait fait un pincement au cœur a été un peu reléguée au rang de « dans les épisodes précédents de Ryomaden »… j’aurais préféré que le « twist » arrive à l’épisode d’après tant qu’à faire.

 

Je ne sais pas si j’explique bien, pardon. Toujours est-il que j’ai aimé réentendre parler de la mère de Ryoma^^

 

Par contre, le temps que passe Ryoma chez Oryo et une de leurs conversations m’a fait réaliser pourquoi Ryoma m’avait agacée la semaine dernière et m’a à nouveau agacée cette semaine : c’est à cause du ton moralisateur. Quand il insiste pour qu’Oryo accepte son aide, il a le ton de quelqu’un qui réprimande une enfant, et je crois que c’est ce qui me bloque avec certaines de ses scènes : le fait qu’il fasse la leçon. La semaine dernière c’était justifié, parce qu’il faisait effectivement la leçon mais d’autre fois il pourrait simplement chercher à inspirer ou rassurer. Cela dit, c’est du domaine de l’interprétation. Peut-être que je projette et que vous n’avez pas du tout eu le sentiment qu’il prenait le ton d’un adulte réprimandant une enfant avec Oryo^^

 

 

 

2

Le visage de Yataro quand il berce sa fille

 

Je n’ai pas envié Yataro ces épisodes, décidément :(

 

J’ai beaucoup aimé son interaction avec Tomi, la considération dont il continue de faire preuve à son égard, et, du côté de Tomi, sa reconnaissance, ainsi que son observation que Yataro est une meilleure personne que la plupart des gens semblent le croire. Notamment, Yataro se met à se vanter de sa fille mais s’interrompt lorsqu’il réalise que Tomi, elle, n’a jamais pu avoir d’enfants, et qu’il est peut-être en train de la blesser. Et à la fin de l’épisode, on a cette séquence où le drama oppose d’un côté la solitude de Tomi et de l’autre les familles de Yataro et Oryo.

 

L’expression de Yataro, et la larme qu’il laisse s’échapper, m’ont touchée.

 

Dans cet épisode, on lui a demandé de tirer les vers du nez à Hanpeita, et Yataro n’a pas beaucoup le choix. Il ne peut pas refuser s’il tient à sa vie. Et tant qu’il n’aura pas accompli sa tâche, il ne pourra pas reprendre son commerce qui est ce qui fait vivre sa famille, qui compte à présent un membre de plus (je me faisais la réflexion, aussi, que ces derniers épisodes le père de Yataro semblait bien plus clean qu’avant ! Yataro a vraiment réussi à changer la vie de ses proches). Il est bloqué par l’autorité d’un homme socialement plus élevé que lui et par la nécessité de faire vivre sa famille, mais quand il va voir Hanpeita et lui dit que s’il avoue tout, alors son crime sera pardonné, je pense que Yataro n’y croit pas plus qu’Hanpeita (parce que s’il y a un truc que Yataro n’est pas, c’est « naïf » et il n’est pas du genre à avoir confiance en les puissants non plus) et qu’il sait parfaitement que ce qu’on lui demande de faire est d’aider à la mise à mort d’un homme qu’il connait et respecte un minimum même s’ils n’ont jamais été réellement amis.

 

Ses nouveaux liens avec Tomi n’arrangent pas l’affaire.

 

Ce visage :

 

 

C’est celui d’un homme qui déteste ce qu’on veut le forcer à faire mais qui ne voit pas d’alternative et qui a peur pour sa famille.  Et c’est bien mauvais de ma part, mais j’aime bien voir Yataro en plein dilemme, et j’ai envie de voir ce qu’il va faire par la suite. J’ai décidé que si on devait perdre Hanpeita et Izo, mes nouveaux personnages favoris seront Oryo et Yataro (c’est important que ce soit établi, vous comprenez : on ne va quand même pas regarder/lire quelque chose sans être #teamquelquun ! pff, quelle drôle d’idée !)

 

 

 

1

L’image de Tomi dans la pièce vide

 

Enfin pas tout à fait vide, puisqu’il y a les poissons. Ha. Mais sinon, la pièce est vide, ce qui est souligné, encore une fois, grâce au contraste avec les familles de Yataro et Oryo.

 

Dans cet épisode, on nous parle à nouveau de la relation entre Hanpeita et sa femme, la façon dont ils restent fidèles l’un à l’autre, la force de leurs liens : beaucoup de samurais auraient répudié une épouse ne pouvant lui donner d’enfant mais Hanpeita n’a jamais fait cela, et il n’a jamais cédé aux tentations de la ville non plus (contrairement à ses compagnons). Lorsque Tomi reçoit les excuses d’Hanpeita, elle ne lui fait pas de reproches, mais lui envoie à la place les lucioles, un goût fragile de l’extérieur, une petite lumière dans la nuit, éphémère mais jolie, pour lui donner un peu d’espoir ou un peu de réconfort. Il ne l’a jamais abandonnée, elle ne l’abandonnera pas non plus.

 

Malgré tout, je ne sais pas si Hanpeita et Tomi espèrent se revoir réellement un jour.

 

Bref, on a cette image de Tomi dans la pièce vide, qui regarde l’endroit où son mari aimait s’asseoir, puis pendant la séquence finale, elle est assise elle-même à cet endroit avec la musique crève-cœur qui joue derrière, et j’ai un gros faible pour quand les films et séries expriment l’absence et le vide en montrant, littéralement, le vide d’un endroit dans lequel une personne existait mais ne se trouve plus. Ca me pète toujours un peu le cœur, et ça n’a pas fait exception ici.

 

;;

 

Personnellement j’aurais bien aimé terminer l’épisode là-dessus et sur Ryoma admirant aussi les lucioles dans la nuit, comme les âmes de ses compagnons morts. Garder le « twist » pour la semaine d’après et arrêter l’épisode sur la grosse touche de mélancolie et de tristesse de ce qu’il y avait avant. Mais on ne peut pas tout avoir dans la vie, c’est comme cela.

 

En tous cas, je suis excitée de rencontrer un nouveau personnage féminin en la personne de pas-la-mère de Ryoma, et j’ai donc hâte de voir ce que la semaine prochaine nous réserve :D 

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

 

 

 

 

 

Hello les gens ! J’espère que vous allez tous bien :)

 

Par rapport à cet épisode 25 : c’est moi ou vous avez aussi eu l'impression que Ryoma faisait beaucoup d’aller-retours ? Il commence à Kyoto, rencontre Otose (la femme qui ressemble à sa mère) et embarque sur son bateau, se rend à Kobe, il y passe une scène puis zop, de retour à Kyoto le temps de caser Oryo, et il repart tranquillement à Kobe. Les deux villes ne sont pas loin, ça fait 15h de marche et sans doute moins long (ou en tous cas plus reposant) en bateau mais du coup il jouait au yoyo la poupette ! Meh, ce n’est pas très important, je suppose.

 

En tous cas, la situation se dégrade rapidement, et la moitié de Kyoto est partie en fumée o_o  Je vous avoue que je suis assez curieuse de voir comment Ryoma va s’en sortir pour [spoiler historique mineur] réconcilier Satsuma et Choshu, parce que l’alliance entre ces deux fiefs a été cruciale pour la fin du Bakufu, mais là, pour le moment, Choshu a méchamment la haine contre Satsuma qui n’arrête pas de les contrer et les massacrer (lol mais Katsura Kogo survit à tout, donc tout va bien). Après, la raison pour laquelle l’alliance a été possible est qu’il y avait eu un glissement de pouvoir à Satsuma, [/spoiler historique mineur] mais j’ai décidé que dans le drama tout se fera probablement grâce à la licorne Ryomagique et donc je lui souhaite bonne chance, parce que ce n’est pas gagné o_o J’ai hâte de voir cela ! Et aussi de voir ce qui va se passer maintenant que Katsu Rintaro a été évincé et condamné à être confiné chez lui, l’académie navale étant fermée au passage. D’après la preview de l’épisode suivant, l’entrainement ne va pas s’arrêter pour autant, mais quand même, je suis curieuse. Et aussi, j’ai un peu de peine pour les étudiants, et puis je me demande si ça va en foutre certains dans la merde, parce que certains ont déserté leurs fiefs, et ils étaient protégés par le fait qu’ils appartenaient à l’académie ? On verra bien.

 

 

Cette semaine, par ailleurs, on a découvert qui est cette fameuse femme qui ressemble tellement à la mère de Ryoma, et c’est Otose ! Un personnage qui, a priori, va être important. Déjà, son nom était dans le générique mais, aussi, j’ai reconnu le nom quand on nous l’a montré parce que… elle est dans Gintama. Ecoutez, on a les références qu’on peut. Je n’ai vu que très peu d’épisodes de Gintama mais j’avais retenu son nom, et Gintama se déroule dans une sorte de bakumatsu alternatif donc je me suis demandé si c’était deux interprétations du même personnage et : yep. Otose est un personnage qui devrait revenir, et je suis plutôt contente parce qu’elle me plait bien. Je crois que ça me fait plaisir de voir un personnage féminin en charge de sa propre entreprise ? (héritée de son mari décédé) J’aimais beaucoup Kao, comme vous le savez, et la tragédie de son destin contrôlé par les hommes de sa vie, plus particulièrement son frère. Et j’aime aussi Oryo, Otome, Tomi, et ce n’est pas comme si les personnages manquaient de personnalité. Ni qu’ils soient inactifs : Oryo travaille et subvient aux besoins de sa famille. Mais Otose est carrément en charge de toute l’auberge, et je sais pas, ça me fait plaisir (et c’est moi où le bâteau-auberge fait super grand ? :O Je trouve ça super impressionnant ! … je sais qu’il existe de gros bateaux mais je ne sais pas pourquoi, la taille m’a frappée en l’occurrence)

 

J’ai ressenti un peu de compassion pour elle, aussi, haha. Rien de sérieux, mais à sa place, face aux questions de Ryoma et sa requête « est-ce que je veux vous appeler ‘mère’ juste une fois », j’aurais été vaguement mal à l’aise. Peut-être un peu insultée, aussi, que ce type me pense sa mère, parce que les deux acteurs ont quasiment le même âge :’D Mais surtout mal à l’aise. Faut dire que je suis pas la personne la plus à l’aise en société de façon générale, mais… Bon et puis, après cela, il est quand même chié, Ryoma, de vouloir caser Oryo et toute sa famille chez Otose ! Ca part d’une très bonne intention, mais dans le même épisode il lui pose des questions cheloues, lui demande de jouer le rôle de sa mère l‘espace d’une seconde, puis lui ramène des réfugiés et lui demande de les loger, et même pas entre eux : il le fait devant les personnes concernées, c’est pas du tout la pression :’D Ca m’a fait penser à des films genre The Guest, ou un type se pointe chez une famille, passe une nuit, puis s’installe, et bientôt il est impliqué dans toutes les histoires de tout le monde, l’étape d’après étant de les DETRUIRE o_o (du reste, j'avais vraiment bien aimé The Guest, je vous le conseille) Pardon, je ne pense pas que Ryoma veuille détruire qui que ce soit, mais l’intrusion m’a fait rigoler. Mais bien sûr, il veut juste aider, pour de vrai, et pas détruire Otose, ni Oryo et sa famille.

 

 

Et visiblement, Oryo continue de succomber ! Elle veut savoir quand il va revenir et tout. Moi, j’admets que je continue d’avoir juste un chouïa de mal. Je ne peux pas ne pas aimer Ryoma, parce que notre licorne est pleine de bonne volonté, mais il a une tendance à l’imposition qui me fait me dire que j’aurais beaucoup de mal à le supporter dans la vraie vie. Cf. par exemple la façon dont il tient absolument à faire sourire Oryo, un truc qu’il avait déjà fait avec Sana par le passé. Dude, laisse ces femmes ne pas sourire si elles n’ont pas envie o_o Mais d’un autre côté, je comprends bien qu’il veut juste dérider Oryo parce qu’elle n’a pas la vie facile et qu’il aimerait qu’elle puisse avoir le cœur plus léger.

 

Pardon, je pars un peu dans tous les sens cette semaine ! Je suis comme Ryoma, je fais des aller-retours~

 

Bon et puis pendant ce temps Izo continue de se faire torturer, et même Yataro n’en peut plus. Erf. Je le comprends, et je continue d’être touchée par lui. Lui et Izo n’ont jamais été proches, comme il dit, mais c’est dur de regarder quelqu’un souffrir autant, et à ce stade, le manju empoisonné me parle, je ne vous le cache pas. Pour Izo, je veux dire. Pas pour moi. C’est pas que je veuille regarder Izo mourir (vous vous en doutez), mais c’est douloureux, et ça dure, ça dure.

 

 

Même Yamauchi Yodo semble avoir plus ou moins abandonné ? Je notais la semaine dernière qu’il semblait plus frêle ces derniers temps, et cette semaine plus que jamais, il fait vieil homme fatigué. Il est toujours dans une position de pouvoir, donc il peut tranquillement humilier ceux en dessous de lui, mais il n’est plus imposant comme il l’était. Il a l’air las, un homme qui voit ses jours comptés et cherche un sens à son existence. Le temps n’épargne personne.

 

Je n’ai pas grand-chose de plus à ajouter cette semaine. Il se passe des choses importantes, j’ai apprécié l’épisode, mais je n’ai pas beaucoup d’observations :) (et d'une façon un peu tordue je suis fière de moi que cette update soit si courte, parce que je tiens ma promesse de ne pas me forcer, aw :'D) J’ai hâte de voir l’épisode suivant, en tous cas !

 

J’espère que vous passez un bon Ryomaday, et je vous souhaite une excellente semaine les gens ♥♥♥

 

 

P.S. Il ne reste plus que trois épisodes dans cette saison de Ryomaden, et ça me stresse, parce que j'ai bien envie de voir ce que le prochain "chapitre" nous réserve, mais j'ai peur de ce que la fin de celui-ci va signifier pour Hanpeita et la poupette Izo T.T (heureusement, il nous restera Katsura Kogoro ! KOGORO SURVIT A TOUT!)

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

 

 

 

En premier lieu, laissez-moi vous dire que : T_T

 

Ensuite : j’ai beaucoup aimé cet épisode. Je ne sais pas si vous avez la même impression, mais moi j’ai vraiment le sentiment que le drama n’est jamais aussi bon que quand il est triste. C’est-à-dire qu’il y a des dramas où je vais être marquée par des moments de tons différents : des moments bad-ass, des moments heureux, des moments drôles, des moments tristes, des moments romantiques, mais dans Ryomaden, à l’exception de quelques scènes menaçantes qui m’ont marquée aussi (parce qu’elles annoncent un chamboulement et de la tristesse à venir, aussi), toutes mes scènes favorites sont les scènes tristes du drama.

 

Et je pense que je les aime autant pour la même raison que j’ai aimé les scènes menaçantes, du reste.

 

Ryomaden étant un drama long, il fonctionne beaucoup par accumulation. C’est-à-dire qu’il empile des moments sur des moments, et si chaque moment n’est pas forcément marquant, de même que chaque moment n’est pas forcément relié aux autres de façon naturelle (cf. toutes les accélérations), ils s’accumulent quand même, pour créer un attachement, renforcé par le fait qu’on regarde le drama sur une longue durée. Par rapport à un drama plus compact, il y a beaucoup de scènes dans Ryomaden qui ne semblent pas avoir d’impact énorme sur le moment, si bien que certaines semaines, surtout au début, l’expérience était plaisante sans être renversante, mais à force d’accumulation, on s’attache. Donc quand une scène présage de/sonne la fin d’un personnage, d’une relation ou d’une époque, elle fait mal, et toutes ces scènes sont mes favorites parce qu’elles me font réaliser que tous les moments avant, même ceux qui ne m’ont pas renversée sur l’instant, ont construit quelque chose.

 

Bref, tout ça pour dire que OMG IL FAUT SOIT SAUVER SOIT TUER LE SOLDAT IZO PARCE QU’A CE STADE C’EST QUASIMENT LA MEME CHOSE ET QUE I CAN’T TAKE IT ANYMORE PLEASE T_T

 

Cet épisode m’a fait pleurer donc c’est automatiquement un de mes nouveaux épisodes favoris. Mais on va commencer par du moins triste.

 

• Saigo Kichinosuke dit à Ryoma qu’il n’a pas l’air d’être du genre à jouer avec les femmes et ça m’a fait sourire, parce que c’est peut-être vrai dans le drama, mais… ha.

 

• J’étais toute contente de voir Mutsu rejoindre le groupe de nos autres samurais exilés de leurs fiefs. La preview de l’épisode suivant laisse présager d’un peu de grabuge, mais malgré tout, je suis contente qu’ils se serrent les coudes, et que personne ne soit abandonné à lui-même. Et puis cette petite bande est à présent un concentré d’acteurs que j’aime bien, wouhou.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

• Ca m’a fait un vrai pincement au cœur de voir l’académie navale fermer. Je vous l’ai dit une semaine précédente, mais les endroits vides me rendent triste, et voir l’académie navale, d’habitude si pleine de vie (un peu trop pour mes oreilles parfois), à présent si vide et silencieuse, ça fait quelque chose. Par ailleurs, c’était un lieu de protection pour ses élèves, et pas juste protection « physique » mais aussi protection morale, et quand Ryoma essuyait un coup dur, se replonger dans l’académie était une façon pour lui de se sentir mieux, productif et moins impuissant. Parfois la transition entre les moments tragiques et les scènes vivantes et énergiques de l’académie se faisait de façon abrupte, mais malgré tout ça donnait le sentiment que l’académie était un refuge dans plus d’un sens du terme, et ce refuge est désormais perdu.

 

J’ai également été émue parce le dernier discours de Katsu Rintaro qui confie tous ses espoirs à cette nouvelle génération, puis s’éloigne en bateau, saluant pour la dernière fois sa création et son rêve. Je suis une petite chose toute sensible, et ce passement de flambeau m’a serré le cœur.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Et la question se pose à présent : et maintenant ? Certains samurais peuvent retourner dans leurs fiefs, mais pour Ryoma et ses compagnons, à quoi va ressembler l’avenir, où vont-ils aller et comment vont-ils continuer de faire vivre le rêve qu’ils ont partagé avec Katsu Rintaro ?

 

Une possibilité serait de se rendre à Satsuma puisque Katsu Rintaro a demandé à Saigo Kichinosuke (le conseiller militaire du fief) de les y accueillir. Ca a du sens, vu qu’après tout Ryoma et compagnie ont été formés à une technologie occidentale utilisée pour la guerre et que Saigo Kichinosuke supervise ce même genre de choses. Satsuma est à la pointe de la technologie militaire occidentale. A tel point qu’ils ont une grosse influence sur le shogunat qui n’a même pas le pouvoir de s’opposer à Satsuma. Lorsque Saigo Kichinosuke, au lieu de partir en guerre contre Choshu, propose de ne pas se battre tant que les têtes des dirigeants tombent, le shogunat, lui, aimerait écraser Choshu de façon plus violente mais la guerre demande des ressources que le shogunat n’a pas et il est forcé de se tourner vers la France (représentée par un monsieur qui peine très clairement à parler français). On va pas se mentir : ça pue. Le shogunat est si faible qu’il est obligé de se reposer sur les envahisseurs, ce qui donne plus de pouvoir/moyens de pression encore à ceux-ci et c’est pas bon, d’autant que ça va continuer de donner une plus mauvaise image du shogunat auprès de ceux qui ne voient pas les étrangers d’un bon œil (même si à ce stade tout le monde a plus ou moins compris que l’intrusion occidentale n’est plus évitable/réversible).

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Bref ça ferait sens que Ryoma et compagnie viennent apporter leur savoir à Saigo Kichinosuke, mais comme on le voit lors de l’entretien Ryoma/Saigo Kichinosuke (qui commence dans la bonne humeur et se termine dans une tension à couper au couteau, et j’étais pas tout à fait à l’aise de voir Saigo Kichinosuke avec un fusil dans les mains lorsqu’il fait sa démonstration) ils ont des positions complètement opposées. Saigo Kichinosuke réfléchit en termes de fiefs et place le sien au-dessus de tout, tandis que Ryoma s’accroche à cette fameuse notion de « nipponjin » et voit le Japon comme un seul pays que les rixes intérieures ne peuvent qu’affaiblir, si bien qu’elles ne servent personne. Le souci étant que pour son interlocuteur, si Ryoma ne se sent pas « pro-Satsuma », alors il est « anti-Satsuma et pro-Choshu ». Il a une vision très binaire qui ne fonctionne pas du tout avec celle plus globale de Ryoma. D’un autre côté, il a quand même nuancé son approche et décidé de ne plus partir en guerre contre Choshu, proposant une alternative, donc… Ryoma l’en regardera peut-être avec plus d’espoir ? Saigo Kichinosuke n’est visiblement pas quelqu’un de déraisonnable. On verra bien.

 

On arrive enfin au sujet qui attriste…

 

• Izo T_T

 

Je n’avais jamais autant eu envie de voir quelqu’un manger un manju, je crois bien.

 

Déjà, voir Yataro se débattre avec sa décision chez lui m’a fait de la peine. Je ne sais pas pourquoi mais quand il parle d’Izo, ça me fait quelque chose de particulier ? Quand il dit « Il veut que je tue Izo », ça m’a remuée. En partie c’est parce que sa voix se brise, et en partie c’est parce qu’ils ne sont pas proches, mais qu’il dit cette phrase comme s’ils l’étaient. Quand Hanpeita pleure pour Izo ça me serre le cœur mais d’une autre façon. Avec Yataro je crois que ce qui me remue est que ses larmes ne reposent sur aucune relation, aucun regrets, aucune responsabilité dans la situation d’Izo, mais purement de l’empathie pour quelqu’un qui souffre affreusement. Je ne sais pas comment bien expliquer. Sa mère lui demande pourquoi il a pris les manjus s’il ne voulait pas s’impliquer dans une tentative d’empoisonnement et Yataro décrit la façon dont la torture est en train de détruire Izo, et à quel point c’est insoutenable à regarder, et il y a tellement de sentiments dans les hésitations de Yataro. D’un côté, il a envie de mettre fin au calvaire pour lui-même parce que cette situation est aussi en train de le détruire (même si de façon différente et moins radicale et potentiellement définitive qu’Izo), d’un autre l’idée d’être responsable de la mort de quelqu’un le terrifie (je note d’ailleurs que c’est la seconde fois qu’on demande à Yataro d’empoisonner quelqu’un) ce qui se comprend parce que tuer quelqu’un, même par compassion, c’est un acte lourd. Et enfin il y a l’empathie pour Izo, ce qu’il sait qu’Izo doit vouloir, et l’envie de lui offrir cette délivrance malgré la difficulté pour lui. Bref on a un joli mélange d’émotions, et Yataro hésite à chaque nouvelle étape, jusqu’au bout où il donne le manju à Izo selon les conseils de son père mais change d’avis, transformant son acte de compassion en faux espoir d’une cruauté affreuse.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Voir l’état d’Izo était tellement douloureux. On nous l’avait décrit, on l’avait vu se faire torturer, on avait eu des gros plans de son visage en prison, et ça n’avait pas été facile à regarder déjà mais à chaque fois ça n’avait été que des aperçus ? Là après un sourire accompagné de flash-backs et un « cette époque-là était vraiment heureuse » (et les flash-backs incluent des moments de manipulation d’Hanpeita, ce qui me rend d’autant plus triste) qui m’ont déjà fait bien du mal, on a tout le temps de voir comme Izo a du mal à parler, comme il doit se trainer sur le sol parce que ses membres ont été brisés. On peut voir le moment précis où il comprend ce que Yataro et Hanpeita lui offrent en vérité (la mort, une fin), sa reconnaissance, puis le désespoir que cette chance lui soit arrachée sans qu’il puisse rien y faire parce qu’il n’a plus ni la force de lutter ni même de se donner la mort tout seul (et cette putain de musique qui en rajoute une couche T_T). Je revois généralement plusieurs fois les scènes dont je parle dans ces articles et j’ai eu les larmes aux yeux à chaque fois.

 

C’était une semaine particulièrement difficile les gens T.T

 

… Bon courage à nous pour la suivante.

 

Je vous souhaite plein de bonnes choses

 

 

P.S. Je me demandais pourquoi ces deux dernières semaines mes updates étaient un peu plus courtes alors que je n'ai pourtant pas l'impression de moins apprécier le drama (au contraire, je le trouve particulièrement prenant dans cette saison 2) et je crois que je viens de comprendre après avoir mis en page l'update et avoir remonté un peu les précédentes, tout ça pour voir des screencaps d'Izo en prison: c'est pas que je suis moins prise, c'est que deux personnages importants de la série sont en prison donc un peu plus statiques (même si pas dénués d'intérêt ou de vie intérieure pour autant: la décision de faire parvenir le manju à Izo est un choix qui a son poids du côté d'Hanpeita qui ne veut toujours pas plier mais ne supporte plus de faire souffrir Izo auprès duquel il se sentait déjà coupable de base ; et Izo cette semaine n'a plus que sa vie intérieure puisqu'il ne peut quasiment plus bouger *je remue le couteau dans la plaie oui*). Haha, du coup ces dernières semaines consistent beaucoup à vous expliquer pourquoi je souffre XD (pas autant qu'Izo cela dit *tourne le couteau encore un petit peu*)

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

 

 

 

L’avant-dernier épisode de la saison, oh là là. On se rapproche dangereusement de la fin !

 

Et je pensais que, vu la façon dont les choses ont évolué ces derniers temps, on continuerait dans le grandissement de la déprime, mais j’ai trouvé cet épisode plus facile pour le cœur que les deux précédents. Je suppose que c’est le calme avant la tempête, le moment où on nous fait croire « regarde, il y a encore une chance » avant de nous hurler à la face « HAHA ESPECE DE LOSER TU Y AS CRU MAIS TU N’ETAIS QUE LE DINDON DE LA FARCE DE MA CRUAUTE » (au passage j’ai mis longtemps à capter que l’expression joue sur le double-sens de « farce », et pas que les dindons ont simplement la réputation d’être très cons, et ça reste dans les hontes de ma vie).

 

Qu’on s’entende bien : ça veut pas dire qu’il n’y a pas de moments crève-cœur.

 

Genre, ce plan du corps  d’Izo :

 

Screencap d'Izo au sol, en pleine torture

(Ses jambes T_T)

 

Ben il me fait pas du bien au cœur (et c’est pour ça que je vous le fais revivre avec moi, parce qu’il n’y a pas de raison que je souffre toute seule).

 

Et ça m’a aussi serré le cœur de voir Tomi dormir au sol, sous la même lueur de la lune que son mari. Sa dévotion et sa solitude me font beaucoup de peine. Elle continue d’attendre son mari, et s’il est exécuté (ou si on lui demande de se faire seppuku), j’ai bien peur qu’elle décide de le suivre. Par contre, je vous avoue qu’une partie de moi s’est sentie presque irritée à regarder Hanpeita en prison ? Parce que pendant qu’Izo se fait briser les os (huhu, ça rime… on souffre, mais ça n’empêche pas la poésie !), Hanpeita fait de la peinture dans sa cellule. C’est pas sa faute, il a un statut qui fait qu’il ne peut pas être torturé et il a essayé de mettre fin à la souffrance d’Izo en lui faisant parvenir les manjus empoisonnés, mais l’injustice est cruelle, et une part de moi ne peut s’empêcher d’être amère en repensant à la façon dont Hanpeita a utilisé Izo, tout ça pour en arriver là. Bref.

 

Screencap de Takechi Hanpeita peignant en prison

 

Malgré tout ça, l'épisode a aussi ses moments qui font plus plaisir.

 

Voir Oryo sourire, par exemple. Certes, l’insistance de Ryoma pour la faire sourire était un peu reloue, mais j’aime à penser que si elle sourit comme ça à présent c’est parce qu’elle est heureuse où elle est, donc ça me fait plaisir. Sa petite remarque que Ryoma « aime un peu trop se mêler des affaires des autres » m’a fait esquisser un sourire aussi.

 

J’étais contente de revoir Mizobuchi Hironojo (pour rappel, c’est le samurai qui accompagnait Ryoma à Edo dans l’épisode 3, lorsque Yataro s’est tapé l’incruste, et on l’a vu apprendre la désertion de Ryoma dans l’épisode 14 lors de la scène cheloue avec le chien et le poulet), et il m’a fait rire avec ses « chuuuuut » que personne ne respectait, haha. Mais encore plus lorsque lui et Yataro hurlent à Ryoma de ne pas être suivi. Les gens dans cette série crient beaucoup, c’est leur mode de communication par défaut, et quand c’est associé au besoin d’être discrets, ça devient très drôle. Ilu (♥) s’amusait d’une chose similaire dans l’épisode 6 (lorsque les personnages doivent être discrets mais hurlent sur une plage quitte à alerter tout le monde dans les parages), et là ça m’a fait rire. « HE RYOMA SURTOUT TE FAIS PAS REPERER CHUUUT ! ET NOUS AUSSI ON RISQUE NOTRE PEAU DONC CE SERAIT CON QU’ON NOUS ENTENDE OH LA LA ! DISCRETION AVANT TOUT ! »

 

Screencap d'Hironojo criant à Ryoma d'être discret

DIS!CRE!TION!

 

Aussi ravie de voir que la descendance de Chojiro est assurée, même si ça m’a un peu irritée de le voir chialer sur ses rêves. Je comprends qu’à présent il sent qu’il doit assurer l’avenir de sa famille et s’en sent limité, mais c’est mon esprit « 21ème siècle » qui parle pour le coup : c’était la première fois qu’il voyait son gosse, donc j’en conclus que sa femme a accouché toute seule et s’en est occupée plus ou moins toute seule jusque-là. Et je suppose qu’elle a aussi vécu la grossesse seule, puisque Katsu Rintaro était venu chercher Chojiro pendant son mariage, séparant le couple, ce qui signifie que Chojiro aussi devait vivre au village de l’académie. Bref. A l’époque c’était courant, parce qu’il y avait beaucoup de séparations longues, et je saisis bien que ce n’est pas facile de voir ses rêves être hors d’atteinte, mais c’est l’écart temporel et culturel entre nous qui a fait que, pour le coup. Tout de même, yay, un bébé.

 

Et je crois que ce qui a beaucoup contribué à rendre l’épisode plus supportable c’était de voir quelqu’un tenter quelque chose. Jusque-là, on était dans l’attente et la résignation, pas l’action. Les manjus étaient une action, mais rentraient dans la catégorie de la résignation. Il n’était pas question de se battre mais d’arrêter de se débattre, justement. Alors que cette semaine, on a des personnages qui décident d’agir de façon plus positive.

 

D’un côté, on a Yataro qui envoie une lettre à Ryoma. Il y a de la colère dans sa lettre, il se plaint de l’injustice qui lui est faite d’avoir à vivre cette situation alors qu’il n’a rien à voir avec tout ça, mais il a beau présenter cela de cette façon, c’est un appel à l’aide.

 

Screencap de Yataro criant à Ryoma de revenir

 

J’étais déjà contente de le voir réagir pendant la torture d’Izo, même si de façon pas très efficace. Dans mes fantasmes, Yataro devient un bad-ass, tue les tortionnaires d’Izo, se cale Izo sur l’épaule et s’envole pour l’emmener dans le pays au-delà de l’arc-en-ciel où volent les oiseaux bleus et où les rêves se réalisent vraiment. Ou au moins il assomme les tortionnaires et fait s’évader Izo. Mais si ce serait ce que fait un héros, Yataro a trop à protéger pour pouvoir faire ce genre de choses. Rien que démissionner est un risque non seulement pour lui mais aussi pour sa famille. Du coup, même s’il n’est pas capable de faire ça, j’ai été heureuse de le voir appeler Ryoma puis effectivement prendre un risque pour aider Ryoma à sauver Izo et Hanpeita. Il a le soutien de sa famille, qui lui disent qu’il a bon cœur, et on le voit de plus en plus ces derniers temps. Je repense au Yataro des débuts, qui semblait tellement égocentrique, et quand je vois le personnage qu’on a à présent, je me dis qu’il s’est bien révélé.

 

Et bien sûr, Ryoma n’a pas hésité : à peine a-t-il entendu parler de la situation qu’il s’est précipité à Tosa, quitte à risquer sa vie.

 

Ca me fait me poser deux questions, cela dit :

 

1- Quid de ses compagnons ? Au début de l'épisode, Ryoma et ses copains se demandent quoi faire de leur vie (il leur parle de Kichinosuke, la possibilité de Satsuma est évoquée, on s’énerve injustement contre Ryoma d’avoir fait miroiter l’académie tout ça pour que tout se casse la figure, etc), et là Ryoma décide de repartir à Tosa pour, en gros, devenir encore plus fugitif qu’avant, et je me demande ce qu’en pensent les autres. S’il leur en a parlé. S’il leur a dit où il allait sans leur dire pourquoi, je me demande quelle a été leur réaction. S’il a juste disparu sans prévenir, je me demande s’ils pensent qu’il les a abandonnés ?

 

2- Il s’attendait à quoi au juste ? Il a l’air choqué de savoir comment est la situation, mais je ne vois pas trop à quoi il s’attendait lorsqu’Izo a été arrêté, en particulier. Parce qu’Izo allait forcément être soit exécuté, soit torturé. Donc Ryoma ne s’est pas du tout tenu au courant de la relation de Tosa et, apparemment, était très optimiste sur ce qu’elle pouvait être. Nous, on regardait Izo se faire torturer chaque semaine et pendant ce temps Ryoma était apparemment persuadé qu’Hanpeita et Izo jouaient au go à Tosa…

 

Enfin en tous cas, étant le bon ami qu’il est, Ryoma a à peine reçu la lettre de Yataro qu’il était en route, et ce qu’il tente de faire (c’est-à-dire endosser la responsabilité de la mort de Yoshida Toyo) illustre une fois de plus la différence entre lui et Hanpeita. Hanpeita place l’honneur au-dessus de tout et refuse de le voir entaché, donc (parce qu’il ne veut pas que ses motivations soient déformées) il n’admet pas sa participation à un crime auquel il a effectivement participé, quitte à laisser ses hommes être torturés. Alors que Ryoma, lui, est tout à fait prêt à couper les ponts avec sa famille (au passage, même si ça s’est terminé dans la tristesse, revoir la famille Sakamoto ensemble fait partie des choses qui m’ont fait du bien au cœur), et endosser tout seul la responsabilité d’un crime auquel il n’a pas participé du tout si ça peut sauver les vies de ses amis. Ca me fait plaisir de voir que les personnages agissent de façon constante comme ça.

 

Je crois que je n’avais jamais trouvé Ryoma aussi héroïque ? C’est peut-être juste parce que la cause me tient particulièrement à cœur, haha, mais cette semaine, je l’ai aimé plus que jamais. Pendant qu’il faisait tout son numéro de criminel, j’avais envie de pleurer d’amour.

 

Screencap de Ryoma faisant son numéro de criminel

 

Bien sûr, ça m’étonnerait fortement que ça fonctionne. Enfin, à la limite peut-être que Ryoma arrivera à se faire passer pour un criminel (pour le moment il a l’air d’avoir convaincu l’ennemi, aidé aussi par le fait qu’Izo avait sorti « ce n’était pas Takechi-sensei » ce qui avait semblé ébranler son tortionnaire, et neveu de Yoshida Toyo, pour rappel), mais il n’arrivera sans doute pas à sauver les vies d’Hanpeita et Izo. Néanmoins, ça a rendu l’épisode bien moins triste de voir quelqu’un essayer de faire quelque chose, et pas juste se résigner. L’espace d’un instant, j’ai eu un espoir. Il sera certainement écrasé, mais je vais m’illusionner en attendant, si vous voulez bien.

 

Et j’espère aussi qu’Hanpeita et Izo sauront ce qu’a fait Ryoma. Surtout Izo. Quand Izo a été arrêté, dans l’épisode 22, je vous disais : « Ma mini, mini, consolation, c’est qu’il ait croisé Ryoma avant. Même si Ryoma n’a finalement pas pu empêcher l’arrestation, […] je suis contente qu’Izo sache qu’il n’a pas été abandonné par son ami. » Et si Izo doit mourir la semaine prochaine, comme ce sera certainement le cas (mais hé, je ne demande qu’à ce qu’on me donne tort), j’espère vraiment qu’il mourra en sachant qu’il avait un ami prêt à renoncer à sa famille et prêt à risquer sa vie pour sauver la sienne. Je veux qu’il meure en sachant qu’il était aimé. Enfin, non, techniquement je veux qu’il ne meure pas, mais à défaut de cela…

 

Pardon, haha, mon biais Izo/Sato Takeru fait resurface toutes les semaines.

 

Je vous avoue que ça me fait aussi quelque chose d’enfin regarder ce drama dans le cadre de la dramagraphie de Sato Takeru. J’ai vu Sato Takeru pour la première fois en 2009 dans le dama Bloody Monday (comme beaucoup de monde, je suppose), et après ça je me suis infligée de sacré trucs à cause de lui (Princess Princess D, Mei-chan no shitsujiBloody Monday 2 ><… j’avais même regardé les 49 épisodes + les films de Kamen Rider Den-O, mais pour le coup j’avais trouvé ça plutôt sympa). En gros, j’ai découvert Sato Takeru en 2009 et en 2009 et 2010 j’ai regardé tout ce qu’il était possible de regarder avec lui. Sauf Ryomaden. Pourtant j’avais une amie qui me répétait que c’était son meilleur rôle à ce jour, qu’il prouvait vraiment sa valeur d’acteur dedans (je crois que c’était Anne-So -coucou, si par 0.000001% de chance tu passes par là-, mais je n’en jurerais pas). Mais je n’étais juste pas intéressée par ce drama. Mais maintenant je vais pouvoir dire : Mea Culpa Anne-So (il me semble), tu avais raison. Ca m’a pris 11 ans pour suivre ton conseil, mais wouhou !

 

En tous cas, les gens, j’attends avec impatience et appréhension l’épisode prochain. La fin de la saison. Après cela, on rentrera dans « Ryoma, le navigateur » !

 

Bon courage à nous et bonne semaine, les gens

 

Screencap d'Izo (Sato Takeru) au sol, le visage battu

(oui, je vous balance cette screencap après vous avoir souhaité bonne semaine :D)

(Je suis un monstre :D)

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général


 

 

 

 

 

Et voilà les gens : une autre page se tourne, on a fini la saison 2 ! J’ai hâte de découvrir à quoi va ressembler le générique de la saison 3 :D ! Quant à la saison 2, elle s’est terminée en gros exactement comme on s’y attendait depuis plusieurs épisodes, mais elle m’a malgré tout surprise. Pas à cause de son contenu mais parce qu’elle… ne m’a pas percutée autant que je m’y attendais ? Je pensais que j’aurais du mal à l’encaisser et que je passerais l’épisode à pleurer, mais j’ai eu les yeux humides une seule fois et n’ai jamais pleuré, ce qui est étrange pour moi en général mais l’est d’autant plus que ce jour-là j’étais crevée, et j’ai chialé quatre fois : de frustration d’avoir fait une connerie, d’émotion en écoutant une musique, de joie en finissant un drama, et de gratitude au message d’une amie. Mais apparemment, Ryomaden, nope. Alors la question c’est : pourquoi ?

 

 

En partie, je suppose que c’est parce que j’étais préparée depuis quelques épisodes à ce qui allait se passer et que mettre fin à la torture d’Izo en particulier était un soulagement plus qu’un crève-cœur… à présent, il peut aller gambader au-delà de l’arc-en-ciel, tel un vaillant dindon :’D Mais c’était quand même aussi un crève-cœur, donc je réitère :

 

 

Donc écoutez, je vais gaiment revenir sur cet épisode bien moins gai, dans l’ordre :D

 

 

I/ Hanpeita, Yamauchi Yodo et la lettre à Izo

 

(oui, j’ai fait des vraies parties… là, c’est le moment où ceux qui connaissent ce blog commencent à trembler et se dire « argh, merde, ça va être long T.T »)(et ils ont pas tort)

 

 

J’ai beaucoup aimé la scène dans la cellule de prison entre Yamauchi Yodo et Takechi Hanpeita. J’aime le parallèle que Yamauchi Yodo fait entre eux, parce qu’ils sont tous les deux pris entre la déception qu’ils ressentent à l’égard de leur supérieur et, à la fois, la loyauté dont ils ne peuvent se défaire parce qu’elle est inscrite au plus profond de qui ils sont. Il y a enfin un sentiment de reconnaissance de l’autre dans leur interaction, et j’ai un gros faible pour les scènes où deux ennemis admettent qu’ils respectent l’autre et que dans d’autres circonstances, ils auraient pu s’entendre (même si là leur relation est plus complexe que "ennemis"... ils avaient des vues opposées, mettons). C’est doux-amer et mélancolique au possible, et la fatigue de Yamauchi Yodo est palpable également donc ça m’a touchée. Par ailleurs, c’est vrai que ça fait quelque chose aussi de le voir se mettre physiquement au même niveau qu’Hanpeita, sur le sol de cette cellule. Pour Hanpeita en particulier, c’est un grand moment, et voir ces deux hommes (qui sentent autant l’un que l’autre venir la fin de leur vie) avoir une discussion honnête et avec respect l’un pour l’autre, c’était joli.

 

J’ai aussi apprécié que la première chose qu’Hanpeita demande à Yamauchi Yodo soit qu’on cesse de torturer Izo. Parce qu’Izo, sinon, est un peu abandonné cet épisode, donc piou, j’étais contente de voir Hanpeita penser à lui, et aussi prendre le temps de lui écrire une lettre, même si je vais pas vous mentir, la lettre m’a mis un goût un peu amer dans la bouche. Parce que c’est un mensonge ? Hanpeita dit à Izo que bonne nouvelle, Yamauchi Yodo les a appelés de bons vassaux, mais techniquement, non, Yamauchi Yodo a appelé Hanpeita un bon vassal. Il en a rien à péter d’Izo.

 

Hanpeita a fini par admettre ses agissements (et ceux d’Izo) en partie parce que Ryoma allait endosser la responsabilité et qu’il n’en était pas question, mais sa discussion avec Yamauchi Yodo a également été décisive, parce que depuis le début, Hanpeita ne cherchait pas à nier ses actions mais refusait juste d’être vu comme un traitre alors qu’il avait agi, selon lui, pour les intérêts de son fief, son pays et son seigneur. Izo, lui, a juste tenu bon pour Hanpeita, et je trouve que ça pique un peu de se dire qu’Izo a été torturé tout ce temps jusqu’à ce qu’Hanpeita obtienne la reconnaissance qu’il voulait. Et Izo, je suppose, reçoit celle qu’il voulait aussi, à savoir celle d’Hanpeita, et oui, Hanpeita avait essayé de l’épargner en lui faisant parvenir les manjus empoisonnés, mais argh, je sais pas, l’idée qu’un homme ait dû vivre toute cette douleur jusqu’à ce qu’un autre décide qu’il est temps pour eux de mourir parce que son égo est satisfait, ça me serre un peu le cœur, et la lettre, quelque part, ne la serre que d’autant plus, même si je comprends que l’idée est que comme Izo est au service d’Hanpeita, quand Hanpeita reçoit un compliment, ce compliment (pour lui) s’étend à ses hommes.

 

Bref.

 

J’ai aimé la scène entre Hanpeita et Yamauchi Yodo, mais amertume, un peu, lorsque Izo lit la lettre et est tout heureux, en partie parce qu’il a la reconnaissance d’Hanpeita et en partie parce que ça y est, le calvaire est terminé, il va enfin pouvoir mourir.

 

 Au passage, cela dit, j’aimerais préciser un truc : quand je dis qu’une scène m’a laissée amère, ou énervée, ça veut pas dire que je trouve que c’est une mauvaise scène. C’est normal de ressentir des émotions négatives, ça fait partie de l’expérience et c’est très bien. Je suis amère parce que je prends les personnages à cœur et que ce qui leur arrive est triste. La scène est très en accord avec qui sont ces personnages, c’est une bonne scène.

 

Aussi, j’aime beaucoup ces deux plans :

Izo se laisse reposer en arrière, et avec la musique, son visage qui disparait, puis ses mains qui se desserrent sur la lettre d’Hanpeita, c’est comme s’il poussait déjà son dernier soupir, la tension relâchée. Izo tire déjà sa révérence, dans un moment paisible avant l’exécution, et bref, j’aime ce plan.

 

Je n’ai pas pleuré dans ces scènes, mais pas parce qu’elles font quoi que ce soit de mal, c’était juste comme ça, l’émotion n’était simplement pas encore à son comble.

 

 

II/ Ryoma et Yataro vont voir Hanpeita en prison

 

 

C’est la première scène qui aurait dû me faire pleurer. Tout le monde pleurait ! Hanpeita, Ryoma et Yataro ! Juste… pas moi. Pourtant, c’est une très jolie conclusion à la relation d’Hanpeita et Ryoma, clairement une des relations les plus complexes et intéressantes de cette série jusque-là. J’ai aimé leur au revoir, et la façon dont Hanpeita charge Ryoma de protéger le pays et de finir d’accomplir le miracle qu’Hanpeita pensait impossible jusqu’à ce que Ryoma lui prouve le contraire. C’est une jolie scène, et pourtant…

 

Je pense qu’il y a deux choses qui jouent.

 

La première, c’est dans le jeu des acteurs : ils ont cette voix « rauque » que je ne sais pas trop comment définir. C’est juste la façon dont ils parlent, mais ça fait « voix officielle ». Argh, je sais pas comment le dire, pardon. C’est juste que je trouve ça très affecté et pas naturel ? Cette façon de semi-parler semi-souffler. Ils pleurent, mais ils ont toujours cette façon pas naturelle de parler, et je comprends que pour les personnages ça l’est, mais pour moi ça fait que j’entends les acteurs jouer, jouer très fort même, et ça créé une distance entre eux et moi. La voix de Yataro est celle qui s’étrangle un peu plus de façon qui me semble moins factice.

 

L’épisode qui m’a le plus fait pleurer est l’épisode 21. Il y a la scène où Hanpeita dit au revoir à sa femme, et sa voix (sans doute parce qu’il s’adresse à sa femme justement) y parait moins contrôlée. Après il y a la scène avec Izo et le shinsengumi mais là personne ne parle vraiment, donc ça compte pas. Dans l’épisode 26, une autre scène à m’avoir fait pleurer est celle où Yataro apporte les manjus à Izo, et là aussi, j’avais moins une impression d’artificialité dans les voix des personnages. Enfin Yataro un peu, mais parce qu’il essaie de mentir à Izo, donc c’est normal que ça fasse artificiel à ce moment-là (et du coup je me suis retapé toutes ces scènes, oui… la souffrance T.T). Là, dans la scène entre Hanpeita, Ryoma et Yataro j’ai ce sentiment soit de voir les acteurs jouer très fort, soit que les personnages arrivent à garder un certain sens du décorum et en tous les cas, ça freine l’émotion pour moi car je n’ai pas réellement l’impression de voir au plus profond de ces gens. Ou plutôt d’entendre au plus profond de ces gens. Il y a des barrières. Pardon, je ne sais pas si c’est clair.

 

L’autre chose qui joue est que pendant qu’Hanpeita faisait son speech, je ne pouvais m’empêcher de penser à Izo.

 

 

Je sais ce que vous vous dites : « Mila, es-tu seulement capable de penser à autre chose ? » Et la réponse est : oui, des fois je pense à Sato Takeru dans d’autres trucs, et aussi lâchez moi la grappe bande de nazes (mais je vous aime bien quand même, c’est juste que j’ai la grappe sensible, faut pas tirer dessus). Et en l’occurrence je pensais à Izo pour une bonne raison.

 

Parce qu’Hanpeita parle de la façon dont Yamauchi Yodo s’est mis à son niveau et réalise que Ryoma avait raison, que les différences de statut entre joshi et kashi n’existeront un jour plus, mais moi, ces derniers épisodes, j’ai vécu le sentiment complètement inverse, en fait. Rappelons qu’à ce stade, Hanpeita est un joshi lui-même. Certes, Yamauchi Yodo est un supérieur, et l’avait bien fait sentir par le passé, mais il faut prendre en compte que c’est aussi un vieil homme alcoolisé et las qui voit venir la fin de sa vie. Il ne représente pas vraiment l’avenir de Tosa, et il me faisait l’effet d’être quelqu’un d’usé plutôt que quelqu’un ayant revu toutes ses positions sociales.

 

Moi ce que j’ai vu ces épisodes c’est que Yataro a été forcé par un supérieur social à agir contre sa conscience, parce qu’il n’avait simplement pas le choix. J’ai vu que les hommes d’Hanpeita étaient torturés parce qu’ils sont des kashis et qu’Hanpeita est un joshi donc qu’il ne peut pas être interrogé de la même façon. J’ai vu qu’Izo était brutalisé tous les jours et enfermé dans une cellule visiblement moins bien entretenue que celle où Hanpeita fait sa peinture. Et on va parler des exécutions, mais là aussi, le contraste est très clair. La discrimination n’a pas disparue, elle m’apparait même plus évidente que jamais, c’est juste qu’Hanpeita est dans le bon club à présent, donc il n’est plus victime de cette discrimination. Ca veut pas dire qu’il a la vie facile, il est quand même en prison, mais c'était comme si, demain, je me réveillais dans le corps d'un homme et déclarais « oh, tiens, la misogynie n’existe plus ! ». La vision d’Hanpeita me parait extrêmement étriquée.

 

Du coup, dans ma tête, j’étais occupée à semi-débattre avec lui, et ça aussi ça a fait que je n’étais pas d’humeur à pleurer, haha, parce que je répondais à son speech intérieurement.  

 

 

III/ Les exécutions d’Hanpeita et Izo

 

Comme je disais : le contraste est flagrant.

 

D’un côté, on a l’exécution d’Hanpeita, qui est en fait un seppuku, parce qu’Hanpeita n’est pas n’importe qui, donc il a le droit de mourir avec honneur (et pour le coup, il va vraiment jusqu’au bout tout seul, refusant qu’on « l’aide » en le décapitant) dans une cour propre et en compagnie gradée. D’ailleurs, petit faible pour ces deux plans :

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Le contraste noir/blanc est très sympa et appuie sur qui, dans cette scène, est la personne honorable et qui ne l’est pas.

 

Bref, Hanpeita meurt dans la dignité, plus ou moins selon ses propres termes, puisqu’il se donne la mort lui-même au timing où il l’a décidé en finissant par avouer. Bien sûr, c’était inévitable donc il n’était pas complètement libre, mais on lui a laissé un peu plus de contrôle sur sa façon de partir.

 

Izo, lui, est trainé dans un terrain boueux, à la vue de tous, dans ses habits sales. Il est attaché, on ne l’a pas laissé se coiffer (pas qu’il en aurait eu l’énergie), et pas question pour lui de se faire seppuku : on lui tranche la tête. C’est un autre genre d’ambiance.

[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer
[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer[WaW] Ryomaden - Ryoma the Adventurer

Enfin au moins on nous épargne la véritable histoire. Parce qu’en vérité, Izo avait effectivement fini par craquer et parler et après sa mort, sa tête avait été exposée à la vue de tous. Ah, ça ils l’ont pas mis dans leur travelogue de l’épisode 26 :’D (qui était sur Izo) Izo, comme Ryoma, a été modifié par le drama, pour qu’il joue plus sur la corde sensible des spectateurs. Et clairement, ça a très bien marché. Et je suis contente que le drama ne m’ait pas infligé de voir sa tête sur une pique, parce que je l’aurais mal vécu.

 

Pour revenir à ce que je disais : les deux personnages, de statuts différents, ne sont, jusqu’à leur mort, clairement pas traités de la même manière.

 

Le garde de la prison va donner à Tomi (qui a décidé de vivre, wouhou !) les affaires de son mari, et commente qu’Hanpeita était un grand homme. Hanpeita, avant de mourir, a eu droit à la visite de Ryoma et Yataro, et il fait parvenir une lettre à Tomi, ainsi qu’à Izo. Avant de mourir, il peut donc dire au revoir à tous les gens qu’il aimait. Et on voit également une cérémonie funéraire en son honneur.

 

Personne ne rend visite à Izo. Yataro aurait pu amener Ryoma voir Izo si Ryoma lui avait demandé, mais Ryoma ne demande pas. Izo ne saura jamais ce qu’a tenté Ryoma. Personne ne dit d’Izo, après sa mort, que c’était un grand homme, ou juste quelqu'un de bien. D’ailleurs personne ne parle d’Izo après sa mort. Personne ne recueille ses affaires, personne ne brûle d’encens pour lui. Tout ce qu’on a, c’est une image de son corps par terre et des passants curieux qui regardent la scène. Izo ne peut dire au revoir à personne. A vrai dire, on ne l’entend pas dire un mot dans cet épisode, sinon souffler « Takechi-sensei ». Sinon, on n'entend sa voix que dans le flash-back qu’il a avant de mourir, où il repense à Natsu, et à ce moment où il a demandé à cette femme qu’il aimait de rester toujours à ses côtés, ce qu’elle n’a pas fait (et personne ne le lui reproche).

 

Pardon, mais c’est d’un triste. Lorsqu’Izo sourit avant d’être exécuté, c’est le seul moment où j’ai eu les yeux humides, pour le coup (foutue musique qui n’aidait pas en plus)(mais )(vive la musique de ce drama, comme toujours). Mais à la fois, dans ma tête, j’en étais aussi toujours à argumenter contre Hanpeita et dire « HA ! Tu la sens la différence entre joshis et kashis, là ? ». Donc pas exactement en larmes.

 

C’était une fin triste à une vie qui s’était faite progressivement de plus en plus triste aussi. Et j’ai apprécié ! C’était affreux, mais Izo avait été écrit par le drama comme un personnage tragique, et cette conclusion à sa vie est complètement dans la continuité de cette vie.  Izo meurt tout seul dans la poussière, sans adieux, sans honneur, sans rien sinon une lettre (qui contient un mensonge en plus) de l’homme qu’il admirait, qui l’a manipulé (même si on est d’accord qu’Izo reste responsable de ses choix), pour qui il a tué, a été torturé, et est exécuté. Quel gâchis.

 

 

Mais une fin parfaite dans sa cruauté.

 

J’ai beaucoup aimé, à la fin de la double exécution, ce moment où la musique retombe. On a l’image du sang d’Hanpeita, on voit sa main et un bout de son visage, et on n’entend plus que le bruit sourd de la pluie. C’est plus un bruit de tempête, même, et ça m’a ramenée à cette scène de l’épisode 21 (avec Yataro), la dernière scène d’Hanpeita avant qu’il se fasse arrêter. L’accent y était mis sur le vent, et je vous disais que la scène donnait vraiment le sentiment qu’une tempête se levait et allait emporter Hanpeita : c’est chose faite. La tempête a effectivement emporté Hanpeita (et Izo). Le bruit retombe, le silence se fait, et je n’étais peut-être pas en larmes, mais je commençais à ressentir un véritable sentiment de vide…

 

Et là : BOUM la scène suivante.

 

 

IV/ Les fins successives

 

J’ai aimé la transition d’une scène à l’autre. On passe d’un rouge à un autre et d’une eau à une autre. Le rouge du sang d’Hanpeita, symbole de mort, devient le rouge d’une flamme : le feu n’est pas éteint. Lors de leur discussion, Hanpeita a passé son flambeau à Ryoma, et le flambeau brûle effectivement. Le bruit de la pluie et sa connotation triste laissent place au bruit de la mer, symbole d’avenir et de possibilités infinies. C’est une jolie transition. On passe d’un sentiment de vide à un sentiment d’espoir.

Mais la scène qui suit m’a paru hyper abrupte. Ryoma est de retour avec ses compagnons et leur sort qu’il a décidé qu’ils iraient tous à Satsuma et, euh… il est chié quand même le mec. Il les plaque pour se faire criminel (possiblement sans les prévenir) et il revient, tranquille, et leur annonce la suite des évènements. Et en face les autres ne protestent même pas vraiment. Un peu, mais pas beaucoup. Ryoma a un sacré culot et eux sont de sacrés paillassons quand même. Je n’ai donc pas eu le temps de savourer mon sentiment de vide que j’en étais déjà à rigoler de cette scène.

 

Mais Ryoma fait un discours, sa voix prend un ton grave qui a effectivement quelque chose d’imposant, la musique () grimpe, il se tourne vers la mer, et je commence à me prendre à l’émotion et me dire qu’on va finir sur cette image de Ryoma regardant l’océan, mais là BOUM.

 

On revient à Izo dans sa poussière, puis la musique re-disparait on voit le service funéraire pour Hanpeita,  Yamauchi Yodo qui se saoule... RE crescendo, montage de plein de personnages, je me dis que, bon, okay, ils nous montrent tous les personnages pour nous faire ressentir l’échelle de ce qu’on a regardé… et puis la récap des deux saisons précédentes commence, avec le narrateur qui fait le point et on revient à la place d’avant, avec Ryoma qui tape sa meilleure pose. Du reste, ça m’a fait rire.

 

J’adore ce moment :

Ce petit moment où il bombe le torse me fait beaucoup rire, parce que ça fait pas naturel du tout, on a l’impression qu’il se chante la musique dans sa tête, et limite entend le narrateur, et prend la pose, haha.

 

Mais bref, ce que j’essaie de dire c’est que cette fin d’épisode est un bordel ? Il y a quatre fins différentes, et je les trouve arrangées dans un drôle d’ordre. Genre, par exemple, l’image du corps d’Izo aurait très bien pu être mise avec l’image d’Hanpeita sous la pluie. J’imagine que l’idée était de montrer le contraste entre l’après-mort d’Izo et celle d’Hanpeita mais honnêtement, on avait déjà saisi l’idée avant cela. Ou peut-être qu’il y aurait eu moyen de jouer sur la musique ? Enfin je sais pas, j’ai juste l’impression qu’il y aurait eu moyen d’arranger le tout de façon plus organisée, parce que là je n’avais pas le temps de ressentir un truc que, d’un coup, je devais en ressentir un autre.

 

Est-ce que je vous ai fait un montage pour illustrer ce que je veux dire ?

 

Oui… *ne se supporte plus elle-même*

 

Okay, je réalise que c’est hyper arrogant de ma part, parce que les gens qui ont monté ce drama savent ce qu’ils font, ce sont des pro, et moi je n’y connais strictement rien. Je prétends donc pas vraiment que mon montage est bon du tout. En plus, c’est du redécoupage, je pouvais pas faire tout ce que je voulais, donc c’est très « créature de Frankenstein ». Ce qui s’est passé c’est que j’ai commencé à bidouiller un truc pour moi, et quand j’ai réalisé ce que je faisais, j’y avais déjà passé une heure, et c’était trop tard pour faire marche-arrière. Donc je l’inclus ici, en espérant que ça illustrera un peu ce que j’avais en tête.

 

(Je ne sais pas pourquoi, dailymotion refusait catégoriquement que je mette la vidéo en « publique »… le mieux que j’ai pu faire est la mettre sous mot de passe…)

 

(Le mot de passe est « motdepasse »)

...

 

Je sens que j’ai passé beaucoup trop de temps et de pages sur cette update, haha. Mais c’est la fin de la saison 2 ! On a perdu Hanpeita et Izo, c’est pas rien, quand même !!  Je me demande à quoi va ressembler l'après...

 

Mais okay, je m’arrête-là. Sur trois choses : 1/ d’après le narrateur, Ryoma est enfin le Sakamoto Ryoma que connait le public donc j’ai hâte de voir cela 2/ haha ça m’a fait rire de revoir les cheveux plus frisés de Ryoma dans sa fougueuse jeunesse et 3/ wouhou, Iseya Yusuke dans la preview ! J’ai hâte !

 

Sur ce, les gens, j’espère sincèrement que vous avez bien vécu cette fin de saison.

 

Personnellement, même si mes yeux sont restés plus secs que je pensais, j'ai beaucoup aimé ce mélange d'apaisement, de tragédie, d'amertume et, pour finir, d'espoir.

 

J’espère que vous avez passé une bonne semaine dernière, aussi, et que celle qui commence sera bonne également.

 

A bientôt, pour la saison 3 :D

 

 

P.S. J’ai tapé ma 87ème page sur ce drama avec cette update (et mon 56 875ème mot) ! On se rapproche des cent pages :D Je sais pas pourquoi je garde un œil là-dessus, mais néanmoins~

 

Saison 1 et introduction // Episode 14 // Episode 15 // Episode 16 // Episode 17 // Episode 18 // Episode 19 // Episode 20 // Episode 21 // Episode 22  // Episode 23 // Episode 24 // Episode 25 // Episode 26 // Episode 27 // Episode 28  // Saison 3 //  Espace commentaires // Sommaire général

 

 

-Cliquez sur l'image-

 

 

Rédigé par Milady

Publié dans #Week after week, #Ryomaden

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :